Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE1045 - Histoire de la traduction et de l'interprétation des langues autochtones dans l'Empire hispanique (XVIe-XVIIIe siècle)


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-A
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, vendredi 12:30-14:30
    du 15 octobre 2021 au 11 février 2022

    puis

    54 bd Raspail
    Salle AS1_24
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, vendredi 11:00-13:00
    du 11 mars 2022 au 17 juin 2022


Description


Dernière modification : 10 janvier 2022 13:44

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Langues
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Analyse de discours Empire Fait religieux Histoire culturelle Justice Langues Politique
Aires culturelles
Amérique du Sud
Intervenant·e·s
  • Caroline Cunill [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)

Le séminaire a pour objectif d’interroger les relations entre peuples autochtones et Espagnols dans l’Empire hispanique à la lumière de l’histoire de la traduction et de l’interprétation. La première partie portera sur la politique linguistique de la Couronne espagnole dans le Nouveau Monde et au débat sur le choix des langues autochtones (et des langues dites « générales ») pour évangéliser les Indiens. Nous examinerons ensuite les travaux linguistiques réalisés par les Ordres mendiants, tels que la transcription des langues autochtones en alphabet latin, l’élaboration de dictionnaires et de grammaires ou encore l’adaptation des outils de l’imprimerie pour publier des textes en langues indiennes. Nous en viendrons enfin aux techniques de traduction et aux polémiques autour de la traduction de certains textes et même de certains mots, notamment dans le domaine religieux.

La seconde partie du séminaire sera consacrée à l’interprétation. Le rôle de médiation linguistique et culturelle que jouèrent les interprètes pendant la conquête sera examiné grâce à l’examen des chroniques, mais aussi de documents iconographiques dans lesquels ces acteurs furent représentés. Nous nous interrogerons également sur l’institutionnalisation des interprètes au sein des tribunaux de l’Empire hispanique. Enfin, nous réfléchirons à la nécessité d’écrire une histoire sociale de ces acteurs pour mieux comprendre à partir de quelle position (sociale, ethnique) ils traduisaient d’une langue à l’autre, ainsi que la dimension politique que put revêtir l’interprétation dans un contexte impérial. Lors de chaque séance, un type de sources spécifique (dictionnaire, catéchisme, procès, documents d’archive accompagnés de leur traductions) sera analysé et/ou un article scientifique récent sera discuté de façon à construire un état de l’art et une réflexion collective sur la traduction et l’interprétation des langues autochtones dans l’Empire hispanique.

Calendrier des séances :

1er semestre (bât. EHESS-Condorcet)

  • Vendredi 15 octobre 2021
  • Vendredi 22 octobre 2021
  • Vendredi 29 octobre 2021
  • Vendredi 5 novembre 2021
  • Vendredi 3 décembre 2021
  • Vendredi 10 décembre 2021
  • Vendredi 17 décembre 2021
  • Vendredi 7 janvier 2022
  • Vendredi 14 janvier 2022
  • Vendredi 28 janvier 2022
  • Vendredi 4 février 2022
  • Vendredi 11 février 2022

2nd semestre (54 bd Raspail)

  • Vendredi 11 mars 2022
  • Vendredi 18 mars 2022
  • Vendredi 25 mars 2022
  • Vendredi 8 avril 2022
  • Vendredi 15 avril 2022
  • Vendredi 22 avril 2022
  • Vendredi 13 mai 2022
  • Vendredi 20 mai 2022
  • Vendredi 3 juin 2022
  • Vendredi 10 juin 2022
  • Vendredi 17 juin 2022

Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

pour toute information, contacter Caroline Cunill par courriel : cunillcaroline@gmail.com ; caroline.cunill@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

pour valider le séminaire, les étudiants devront présenter et analyser un article scientifique qu'ils sélectionneront dans la bibliographie. Ce travail devra être rendu sous forme écrite, par voie électronique, avant le 20 décembre 2021.

Vous présenterez (en 3-5 pages, marges 2,5 cm, Times New Roman, caractère 12, interligne 1 ½) l'article en suivant les consignes suivantes :

  • Dans l'introduction, vous présenterez l'auteur, le sujet de recherche, la problématique, les sources sélectionnées et la méthode d'analyse utilisée.
  • Dans chaque partie (2 ou 3), vous identifierez les axes de recherche et vous les présenterez en détail.
  • En conclusion, vous situerez l'article dans l'historiographie de la traduction ou de l'interpretation en Amérique hispanique; vous mettrez en lumière son originalité; et vous dégagerez des perspectives de recherche à partir de vos connaissances et de la réflexion que vous a suggérée la lecture de l'article.

La validation du séminaire est également conditionnée à votre assiduité et à votre participation active. Aucune validation n’est possible au-delà de trois absences injustifiées.

Réception des candidats

les candidats seront reçus sur rendez-vous pour discuter de leurs travaux.

Le suivi de leurs travaux de master et.ou de doctorat se fera principalement par courriel (échanges d'informations, lecture des avancées dans la rédaction, corrections, suggestions).

Il s'accompagnera également de plusieurs rencontres présentielles (au moins 2 par semestre) pour échanger de vive voix.

Pré-requis

licence en Lettres, Langues, Histoire, Sociologie, Philosophie pour les inscriptions en master.

Présentation d'un projet de recherche (2 à 3 pages) accompagné d'une bibliographie (1 page). 


Compte rendu


Le séminaire « Historia de la traducción y de la interpretación de las lenguas autóctonas en el Imperio hispánico » a eu pour objectif d’interroger les relations entre les peuples autochtones d’Amérique et les Espagnols dans l’Empire hispanique à la lumière de l’histoire de la traduction et de l’interprétation.

La première partie du séminaire a porté sur le rôle que jouèrent les interprètes dans les tribunaux de l’Empire. Nous avons réfléchi aux facteurs qui menèrent à l’institutionnalisation des interprètes au sein des Audiences américaines, ainsi qu'au sens des normes qui leur furent imposées à la lumière de la théorie de l’interprétation. Un second axe a consisté à s'interroger sur l’identité des acteurs qui occupèrent cet office et sur les méthodes susceptibles d’évaluer l’impact de leurs liens de fidélités sur leurs activités. Dans cette perspective, nous avons examiné les sources disponibles (chroniques, documents iconographiques, procès) pour écrire une histoire sociale de l’interprétation en Amérique hispanique.

Pour débattre de ces questions nous avons accueilli Jesús Baigorri Jalon qui a partagé les réflexions issues de son livre New Insights in the History of Interpreting (John Benjamins, 2016) ; Gertrudis Payas a mis en lumière la dimension diplomatique de l’interprétation à la frontière Mapuche-Espagnole ; Rossend Rovira Morgado a réfléchi sur les possibilités qu’offre la perspective biographique pour l’histoire de l’interprétation en s’appuyant sur le cas du premier interprète indien de l’Audience de México ; Atzin Bahena  a parlé de la circulation des interprètes des langues de la famille Maya au sein de la province de Chiapa.  

La seconde partie du séminaire a porté sur les pratiques de traduction développées dans le domaine religieux. Nous avons replacé ces questions dans le contexte de la politique linguistique de la Couronne espagnole au Nouveau Monde et du débat autour du choix des langues autochtones pour évangéliser les Indiens. Nous avons aussi mis l’accent sur les pratiques collaboratives de traductions réalisées par les membres des Ordres mendiants et sur la participation d’acteurs indigènes à divers travaux linguistiques -transcription des langues autochtones au moyen de l’alphabet latin, élaboration de dictionnaires et de grammaires, adaptation de la typographie pour publier des textes en langues autochtones. Les polémiques autour de la traduction de certains textes/mots a permis de souligner le rôle joué par la traduction dans l’imposition d’un ordre nouvel colonial.

Pour débattre de ces questions, nous avons accueilli Patrick Saurin qui a présenté les défis posés par la traduction française de la version bilingue (Espagnol-Nahuatl) des Colloquios de Bernardino de Sahagun, auxquels il a été confronté dans son livre La fin du monde aztèque. Entre dieux morts et violence monothéiste (2021) ; Capucine Boidin a réfléchi aux méthodes et au corpus susceptibles d’écrire une histoire sémantique de concepts politiques et religieux en guarani; Thomas Brignon a interrogé le sens des traductions du concept d’idole dans les missions jésuites du Paraguay ; José Luis Cano Ortigosa a présenté le contexte de production du premier dictionnaire Chinois-Castillan qu’il a récemment découvert dans la bibliothèque de l’Université de Santo Tomás de Manile.

De façon générale, le séminaire a mis en lumière la nécessité d’écrire une histoire sociale des interprètes/traducteurs susceptible d’éclairer non seulement la position à partir de laquelle ces derniers opéraient d’une langue à l’autre, mais aussi de mieux comprendre la dimension politique que revêtirent l’interprétation et la traduction dans un contexte impérial. 

Publications
  • Avec Dolores Estruch et Alejandra Ramos, Actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina (siglos XVI-XXI), Mérida, Mex., Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, Universidad Nacional Autónoma de México, 2021. 
  • Avec  Dolores Estruch et Alejandra Ramos, « Introducción. Expectativas, huellas y conversaciones en los archivos », dans Conversaciones en el archivo: actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina, sous la dir. de  Caroline Cunill, Dolores Estruch et Alejandra Ramos, Mérida, Mex., Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, Universidad Nacional Autónoma de México, 2021, p. 19-44.
  • « Diálogo entre papeles: los archivos fragmentados de la gobernación de Yucatán y sus múltiples conexiones (siglos XVI-XIX) », dans Conversaciones en el archivo: actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina, op. cit., p. 169-190.
  • « Como el Real Consejo de Vuestra Majestad está tan distante de esta tierra’: escribanos y papeles en disputa en el Yucatán del siglo XVI », dans Las distancias en el gobierno de los imperios ibéricos: Concepciones, experiencias y vínculos, sous la dir. de Guillaume Gaudin et Roberta Stumpf, Madrid, Casa de Velázquez, 2021, p. 223-234.  
  • « Indianer vor Gericht. Die Indianer und das Rechtssystem im Spanischen Kolonialreich » (Indian People and Justice in the Spanish Empire), dans Konfliktlösung in der Frühen Neuzeit, Handbuch zur Geschichte der Konfliktlösung in Europa, 3, sous la dir. de Wim Decock, Berlin, Springer – Verlag, 2021, p. 163-170.
  • « Buscando para ello testigos falsos”: reflexiones en torno a la producción y la valoración de las pruebas en los tribunales del Imperio hispánico », dans Conflictos indígenas ante la justicia colonial: los hilos entrelazados de una compleja trama social y legal, siglos XVI-XVIII, sous la dir. d'Héctor Cuevas Arenas, Cali, Universidad de Santiago de Cali, 2021, p. 17-39.
  • Avec Efrén Torres, « Experimentando materias tintóreas entre el Nuevo Mundo y Europa: narrativas y muestras en los archivos de la Monarquía Hispánica (siglo XVI) », Glocalism, vol. 2021/2, 2021.    
  • Avec Rossend Rovira Morgado, « Lo que nos dejaron nuestros padres, nuestros abuelos”: rétorica y praxis procesal alrededor de los usos y costumbres indígenas en la Nueva España temprana », Revista de Indias, 2021, vol. 81, p. 283-313.

Dernière modification : 10 janvier 2022 13:44

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Langues
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Analyse de discours Empire Fait religieux Histoire culturelle Justice Langues Politique
Aires culturelles
Amérique du Sud
Intervenant·e·s
  • Caroline Cunill [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)

Le séminaire a pour objectif d’interroger les relations entre peuples autochtones et Espagnols dans l’Empire hispanique à la lumière de l’histoire de la traduction et de l’interprétation. La première partie portera sur la politique linguistique de la Couronne espagnole dans le Nouveau Monde et au débat sur le choix des langues autochtones (et des langues dites « générales ») pour évangéliser les Indiens. Nous examinerons ensuite les travaux linguistiques réalisés par les Ordres mendiants, tels que la transcription des langues autochtones en alphabet latin, l’élaboration de dictionnaires et de grammaires ou encore l’adaptation des outils de l’imprimerie pour publier des textes en langues indiennes. Nous en viendrons enfin aux techniques de traduction et aux polémiques autour de la traduction de certains textes et même de certains mots, notamment dans le domaine religieux.

La seconde partie du séminaire sera consacrée à l’interprétation. Le rôle de médiation linguistique et culturelle que jouèrent les interprètes pendant la conquête sera examiné grâce à l’examen des chroniques, mais aussi de documents iconographiques dans lesquels ces acteurs furent représentés. Nous nous interrogerons également sur l’institutionnalisation des interprètes au sein des tribunaux de l’Empire hispanique. Enfin, nous réfléchirons à la nécessité d’écrire une histoire sociale de ces acteurs pour mieux comprendre à partir de quelle position (sociale, ethnique) ils traduisaient d’une langue à l’autre, ainsi que la dimension politique que put revêtir l’interprétation dans un contexte impérial. Lors de chaque séance, un type de sources spécifique (dictionnaire, catéchisme, procès, documents d’archive accompagnés de leur traductions) sera analysé et/ou un article scientifique récent sera discuté de façon à construire un état de l’art et une réflexion collective sur la traduction et l’interprétation des langues autochtones dans l’Empire hispanique.

Calendrier des séances :

1er semestre (bât. EHESS-Condorcet)

  • Vendredi 15 octobre 2021
  • Vendredi 22 octobre 2021
  • Vendredi 29 octobre 2021
  • Vendredi 5 novembre 2021
  • Vendredi 3 décembre 2021
  • Vendredi 10 décembre 2021
  • Vendredi 17 décembre 2021
  • Vendredi 7 janvier 2022
  • Vendredi 14 janvier 2022
  • Vendredi 28 janvier 2022
  • Vendredi 4 février 2022
  • Vendredi 11 février 2022

2nd semestre (54 bd Raspail)

  • Vendredi 11 mars 2022
  • Vendredi 18 mars 2022
  • Vendredi 25 mars 2022
  • Vendredi 8 avril 2022
  • Vendredi 15 avril 2022
  • Vendredi 22 avril 2022
  • Vendredi 13 mai 2022
  • Vendredi 20 mai 2022
  • Vendredi 3 juin 2022
  • Vendredi 10 juin 2022
  • Vendredi 17 juin 2022
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

pour toute information, contacter Caroline Cunill par courriel : cunillcaroline@gmail.com ; caroline.cunill@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

pour valider le séminaire, les étudiants devront présenter et analyser un article scientifique qu'ils sélectionneront dans la bibliographie. Ce travail devra être rendu sous forme écrite, par voie électronique, avant le 20 décembre 2021.

Vous présenterez (en 3-5 pages, marges 2,5 cm, Times New Roman, caractère 12, interligne 1 ½) l'article en suivant les consignes suivantes :

  • Dans l'introduction, vous présenterez l'auteur, le sujet de recherche, la problématique, les sources sélectionnées et la méthode d'analyse utilisée.
  • Dans chaque partie (2 ou 3), vous identifierez les axes de recherche et vous les présenterez en détail.
  • En conclusion, vous situerez l'article dans l'historiographie de la traduction ou de l'interpretation en Amérique hispanique; vous mettrez en lumière son originalité; et vous dégagerez des perspectives de recherche à partir de vos connaissances et de la réflexion que vous a suggérée la lecture de l'article.

La validation du séminaire est également conditionnée à votre assiduité et à votre participation active. Aucune validation n’est possible au-delà de trois absences injustifiées.

Réception des candidats

les candidats seront reçus sur rendez-vous pour discuter de leurs travaux.

Le suivi de leurs travaux de master et.ou de doctorat se fera principalement par courriel (échanges d'informations, lecture des avancées dans la rédaction, corrections, suggestions).

Il s'accompagnera également de plusieurs rencontres présentielles (au moins 2 par semestre) pour échanger de vive voix.

Pré-requis

licence en Lettres, Langues, Histoire, Sociologie, Philosophie pour les inscriptions en master.

Présentation d'un projet de recherche (2 à 3 pages) accompagné d'une bibliographie (1 page). 

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-A
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, vendredi 12:30-14:30
    du 15 octobre 2021 au 11 février 2022

    puis

    54 bd Raspail
    Salle AS1_24
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, vendredi 11:00-13:00
    du 11 mars 2022 au 17 juin 2022

Le séminaire « Historia de la traducción y de la interpretación de las lenguas autóctonas en el Imperio hispánico » a eu pour objectif d’interroger les relations entre les peuples autochtones d’Amérique et les Espagnols dans l’Empire hispanique à la lumière de l’histoire de la traduction et de l’interprétation.

La première partie du séminaire a porté sur le rôle que jouèrent les interprètes dans les tribunaux de l’Empire. Nous avons réfléchi aux facteurs qui menèrent à l’institutionnalisation des interprètes au sein des Audiences américaines, ainsi qu'au sens des normes qui leur furent imposées à la lumière de la théorie de l’interprétation. Un second axe a consisté à s'interroger sur l’identité des acteurs qui occupèrent cet office et sur les méthodes susceptibles d’évaluer l’impact de leurs liens de fidélités sur leurs activités. Dans cette perspective, nous avons examiné les sources disponibles (chroniques, documents iconographiques, procès) pour écrire une histoire sociale de l’interprétation en Amérique hispanique.

Pour débattre de ces questions nous avons accueilli Jesús Baigorri Jalon qui a partagé les réflexions issues de son livre New Insights in the History of Interpreting (John Benjamins, 2016) ; Gertrudis Payas a mis en lumière la dimension diplomatique de l’interprétation à la frontière Mapuche-Espagnole ; Rossend Rovira Morgado a réfléchi sur les possibilités qu’offre la perspective biographique pour l’histoire de l’interprétation en s’appuyant sur le cas du premier interprète indien de l’Audience de México ; Atzin Bahena  a parlé de la circulation des interprètes des langues de la famille Maya au sein de la province de Chiapa.  

La seconde partie du séminaire a porté sur les pratiques de traduction développées dans le domaine religieux. Nous avons replacé ces questions dans le contexte de la politique linguistique de la Couronne espagnole au Nouveau Monde et du débat autour du choix des langues autochtones pour évangéliser les Indiens. Nous avons aussi mis l’accent sur les pratiques collaboratives de traductions réalisées par les membres des Ordres mendiants et sur la participation d’acteurs indigènes à divers travaux linguistiques -transcription des langues autochtones au moyen de l’alphabet latin, élaboration de dictionnaires et de grammaires, adaptation de la typographie pour publier des textes en langues autochtones. Les polémiques autour de la traduction de certains textes/mots a permis de souligner le rôle joué par la traduction dans l’imposition d’un ordre nouvel colonial.

Pour débattre de ces questions, nous avons accueilli Patrick Saurin qui a présenté les défis posés par la traduction française de la version bilingue (Espagnol-Nahuatl) des Colloquios de Bernardino de Sahagun, auxquels il a été confronté dans son livre La fin du monde aztèque. Entre dieux morts et violence monothéiste (2021) ; Capucine Boidin a réfléchi aux méthodes et au corpus susceptibles d’écrire une histoire sémantique de concepts politiques et religieux en guarani; Thomas Brignon a interrogé le sens des traductions du concept d’idole dans les missions jésuites du Paraguay ; José Luis Cano Ortigosa a présenté le contexte de production du premier dictionnaire Chinois-Castillan qu’il a récemment découvert dans la bibliothèque de l’Université de Santo Tomás de Manile.

De façon générale, le séminaire a mis en lumière la nécessité d’écrire une histoire sociale des interprètes/traducteurs susceptible d’éclairer non seulement la position à partir de laquelle ces derniers opéraient d’une langue à l’autre, mais aussi de mieux comprendre la dimension politique que revêtirent l’interprétation et la traduction dans un contexte impérial. 

Publications
  • Avec Dolores Estruch et Alejandra Ramos, Actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina (siglos XVI-XXI), Mérida, Mex., Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, Universidad Nacional Autónoma de México, 2021. 
  • Avec  Dolores Estruch et Alejandra Ramos, « Introducción. Expectativas, huellas y conversaciones en los archivos », dans Conversaciones en el archivo: actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina, sous la dir. de  Caroline Cunill, Dolores Estruch et Alejandra Ramos, Mérida, Mex., Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, Universidad Nacional Autónoma de México, 2021, p. 19-44.
  • « Diálogo entre papeles: los archivos fragmentados de la gobernación de Yucatán y sus múltiples conexiones (siglos XVI-XIX) », dans Conversaciones en el archivo: actores, redes y prácticas dialógicas en la construcción y uso de los archivos en América Latina, op. cit., p. 169-190.
  • « Como el Real Consejo de Vuestra Majestad está tan distante de esta tierra’: escribanos y papeles en disputa en el Yucatán del siglo XVI », dans Las distancias en el gobierno de los imperios ibéricos: Concepciones, experiencias y vínculos, sous la dir. de Guillaume Gaudin et Roberta Stumpf, Madrid, Casa de Velázquez, 2021, p. 223-234.  
  • « Indianer vor Gericht. Die Indianer und das Rechtssystem im Spanischen Kolonialreich » (Indian People and Justice in the Spanish Empire), dans Konfliktlösung in der Frühen Neuzeit, Handbuch zur Geschichte der Konfliktlösung in Europa, 3, sous la dir. de Wim Decock, Berlin, Springer – Verlag, 2021, p. 163-170.
  • « Buscando para ello testigos falsos”: reflexiones en torno a la producción y la valoración de las pruebas en los tribunales del Imperio hispánico », dans Conflictos indígenas ante la justicia colonial: los hilos entrelazados de una compleja trama social y legal, siglos XVI-XVIII, sous la dir. d'Héctor Cuevas Arenas, Cali, Universidad de Santiago de Cali, 2021, p. 17-39.
  • Avec Efrén Torres, « Experimentando materias tintóreas entre el Nuevo Mundo y Europa: narrativas y muestras en los archivos de la Monarquía Hispánica (siglo XVI) », Glocalism, vol. 2021/2, 2021.    
  • Avec Rossend Rovira Morgado, « Lo que nos dejaron nuestros padres, nuestros abuelos”: rétorica y praxis procesal alrededor de los usos y costumbres indígenas en la Nueva España temprana », Revista de Indias, 2021, vol. 81, p. 283-313.