Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE1027 - Appréciations de la démocratie représentative


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-GED
    Salle 2.14
    GED, Cours des humanités 93300 Aubervilliers

    lundi 13 décembre 2021, 14:30-18:30
    jeudi 16 décembre 2021, 14:30-18:30
    lundi 10 janvier 2022, 14:30-18:30
    jeudi 13 janvier 2022, 14:30-18:30
    lundi 7 février 2022, 14:30-18:30
    jeudi 10 février 2022, 14:30-18:30


Description


Dernière modification : 11 octobre 2021 11:30

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Droit et société, Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Démocratie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Philippe Urfalino [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Il n’est pas rare d’entendre et de lire que nous ne sommes pas en démocratie. Ce diagnostic est généralement assorti d’une critique de la représentation politique. Le séminaire sera consacré à l’évolution des conceptions de la démocratie susceptibles de nourrir ce sombre diagnostic. On examinera notamment : l’avènement de la démocratie athénienne comme modèle normatif parallèlement à la valorisation de la délibération ; les critiques de la démocratie représentative et la valorisation de ce qui est dénommé « démocratie participative ». On examinera également le débat sur la nature de la démocratie. S’agit-il principalement d’un régime politique, d’une forme de vie, d’un état des mœurs ou d’un mouvement ?

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

urfalino@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rdv

Réception des candidats

sur rdv

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire était consacré à l’évolution des conceptions de la démocratie moderne lors des trente dernières années, soit en gros depuis la chute du mur. Nous avons d’abord posé quelques repères en examinant quelques textes majeurs antérieurs à cette période. Ainsi avons-nous étudié comment Hans Kelsen avait articulé les principes de liberté et d’égalité dans son livre La démocratie – sa nature – sa valeur au moment, la fin des années 1920, où il devenait possible de penser la démocratie par contraste avec ces premiers avatars autoritaires (le fascisme et le léninisme). Nous avons ensuite passé en revue plusieurs manières de penser la démocratie représentative comme régime. Nous avons proposé une analyse détaillée du chapitre V (« Le jugement public ») des Principes du gouvernement représentatif de Bernard Manin et des réflexions de Polybe sur le régime mixte dans son Histoire, Livre VI. Nous avons poursuivi avec l’étude de Démocratie et totalitarisme de Raymond Aron. Ce dernier reprenant de Montesquieu le thème de la corruption des régimes, nous avons étudié des extraits du livre de Levitsky et Ziblatt, La mort des démocraties, centré sur le cas des États-Unis. Cette séquence s’est achevée avec l’examen des arguments d’Étienne Balibar à l’encontre de la pertinence de la notion de régime pour la démocratie (« La démocratie est-elle un régime politique ? », dans Libre parole). Une troisième séquence du séminaire fut consacrée aux rapports entre régime démocratique et communauté politique, ainsi qu’entre démocratie et émancipation. Un texte d’Habermas, « Trois modèles normatifs de la démocratie », et un autre de Castoriadis « La polis Grecque et la création de la démocratie » ont nourri cette double réflexion. Nous avons enfin proposé un bilan de l’interprétation délibérative de la démocratie à partir de la lecture du livre Délibérer entre égaux. Enquête sur l’idéal démocratique (Vrin, 2019) et d’une discussion avec son auteur, Charles Girard.

Publications
  • « Critique de la “violence symbolique” », dans Cahier de l’Herne – Raymond Aron, 2022.
  • « Un nuevo decisionismo político. La filosofía del populismo de izquierdas », Cuadernos Salmantinos de Filosofía, vol. 49, 2022.

Dernière modification : 11 octobre 2021 11:30

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Droit et société, Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Démocratie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Philippe Urfalino [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Il n’est pas rare d’entendre et de lire que nous ne sommes pas en démocratie. Ce diagnostic est généralement assorti d’une critique de la représentation politique. Le séminaire sera consacré à l’évolution des conceptions de la démocratie susceptibles de nourrir ce sombre diagnostic. On examinera notamment : l’avènement de la démocratie athénienne comme modèle normatif parallèlement à la valorisation de la délibération ; les critiques de la démocratie représentative et la valorisation de ce qui est dénommé « démocratie participative ». On examinera également le débat sur la nature de la démocratie. S’agit-il principalement d’un régime politique, d’une forme de vie, d’un état des mœurs ou d’un mouvement ?

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

urfalino@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rdv

Réception des candidats

sur rdv

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-GED
    Salle 2.14
    GED, Cours des humanités 93300 Aubervilliers

    lundi 13 décembre 2021, 14:30-18:30
    jeudi 16 décembre 2021, 14:30-18:30
    lundi 10 janvier 2022, 14:30-18:30
    jeudi 13 janvier 2022, 14:30-18:30
    lundi 7 février 2022, 14:30-18:30
    jeudi 10 février 2022, 14:30-18:30

Le séminaire était consacré à l’évolution des conceptions de la démocratie moderne lors des trente dernières années, soit en gros depuis la chute du mur. Nous avons d’abord posé quelques repères en examinant quelques textes majeurs antérieurs à cette période. Ainsi avons-nous étudié comment Hans Kelsen avait articulé les principes de liberté et d’égalité dans son livre La démocratie – sa nature – sa valeur au moment, la fin des années 1920, où il devenait possible de penser la démocratie par contraste avec ces premiers avatars autoritaires (le fascisme et le léninisme). Nous avons ensuite passé en revue plusieurs manières de penser la démocratie représentative comme régime. Nous avons proposé une analyse détaillée du chapitre V (« Le jugement public ») des Principes du gouvernement représentatif de Bernard Manin et des réflexions de Polybe sur le régime mixte dans son Histoire, Livre VI. Nous avons poursuivi avec l’étude de Démocratie et totalitarisme de Raymond Aron. Ce dernier reprenant de Montesquieu le thème de la corruption des régimes, nous avons étudié des extraits du livre de Levitsky et Ziblatt, La mort des démocraties, centré sur le cas des États-Unis. Cette séquence s’est achevée avec l’examen des arguments d’Étienne Balibar à l’encontre de la pertinence de la notion de régime pour la démocratie (« La démocratie est-elle un régime politique ? », dans Libre parole). Une troisième séquence du séminaire fut consacrée aux rapports entre régime démocratique et communauté politique, ainsi qu’entre démocratie et émancipation. Un texte d’Habermas, « Trois modèles normatifs de la démocratie », et un autre de Castoriadis « La polis Grecque et la création de la démocratie » ont nourri cette double réflexion. Nous avons enfin proposé un bilan de l’interprétation délibérative de la démocratie à partir de la lecture du livre Délibérer entre égaux. Enquête sur l’idéal démocratique (Vrin, 2019) et d’une discussion avec son auteur, Charles Girard.

Publications
  • « Critique de la “violence symbolique” », dans Cahier de l’Herne – Raymond Aron, 2022.
  • « Un nuevo decisionismo político. La filosofía del populismo de izquierdas », Cuadernos Salmantinos de Filosofía, vol. 49, 2022.