Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE102 - Géographie et sciences sociales


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, jeudi 14:30-16:30
    du 24 février 2022 au 16 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 17 mai 2022 15:51

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Épistémologie Espace Géographie Histoire Histoire des sciences et des techniques Méthodes et techniques des sciences sociales Savoirs Sciences Spatialisation, territoires Temps/temporalité
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Marie-Vic Ozouf-Marignier [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Épistémologie et histoire de la géographie (GÉOCIT-EHGO)
  • Nicolas Verdier   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Géographie-cités (GÉOCIT)

Ce séminaire prend la suite du séminaire « Histoire et géographie, temps et espace : croisements et fertilisations » dont il souhaite prolonger et élargir les questionnements. Sans abandonner l’articulation précédente entre dimension géographique et dimension historique, ni le questionnement sur les relations entre espace et temps, notre projet est d’interroger d’autres mitoyennetés ou confrontations disciplinaires entre la géographie et les autres sciences sociales, et même, entre géographie et sciences de la terre ou de la vie.

Notre réflexion prend acte de l’écho du spatial turn et contribuera à une analyse critique des enjeux et effets de ce tournant épistémologique et méthodologique. Mais nous interrogerons aussi des moments plus anciens de croisements des savoirs, avant, pendant et après l’institutionnalisation des champs scientifiques, en nous intéressant non seulement à la géographie comme science constituée mais aussi aux savoirs géographiques depuis l’époque moderne.

Comme les années passées, nous accueillerons à la fois des travaux d’histoire des sciences portant sur les frontières disciplinaires et des enquêtes qui pratiquent des formes d’interdisciplinarité ou des emprunts de méthodes, de notions ou de questionnements. Nous ferons également une large place aux recherches de jeunes chercheurs.

24 février 2022 : Nicolas Verdier, directeur de recherche au CNRS / directeur d’études à l’EHESS "Introduction : Autour de l’interdisciplinarité de la géographie française, retour sur une réflexion"

3 mars 2022 : Denis Eckert, Directeur de recherche au CNRS "Russes et Ukrainiens: des « frères inégaux » ?  Une géo-histoire de la relation entre Ukrainiens et Russes", en commentaire de l’essai de l’historien Andreas Kappeler (Université de Vienne), publié en 2016

10 mars 2022 : Niki Vermuellen, Senior lecturer, Edinburgh University "Models of interdisciplinary and (inter)national collaboration"

17 mars 2022 : Marie-Vic Ozouf Marignier, directrice d’études à l’EHESS "Quelques grandes tendances de la géographie depuis 1945"

24 mars 2022 : Cécile Mattoug ATER à l'IEE - Paris 8 Vincennes - Saint-Denis "À travers les friches urbaines: approche exploratoire de la banlieue parisienne aux frontières de la géographie, de l’urbanisme et du paysage"

31 mars 2022 : Olivier Orain, chargé de recherche au CNRS "Depuis quand la géographie est-elle une « science sociale » en France ? Réflexions autour de l’institutionnalisation progressive des « SHS » depuis 1945"

7 avril 2022 : Andrea Kocsis, Docteure, Cambridge University "Une lutte pour l’espace. La commémoration de la première guerre mondiale dans les cités capitales"

14 avril 2022 : Barbara Carnevali, maitresse de conférences à l’EHESS "La ligne rouge : Milan et son premier métro (1964)"

21 avril 2022 : Federico Ferretti, Professore Ordinario, Universita di Bologna "Les archives dans l’histoire de la géographie : problèmes méthodologiques et perspectives pour la recherche"

12 mai 2022 (salle 0.016, bât. recherche Sud, campus Condorcet) : Gabor Czoch, professeur à l’Université Eotvos Lorand (ELTE) Budapest "Le territoire comme élément de la représentation de la nation. Le cas hongrois"

19 mai 2022 (salle 0.015, bât. recherche Sud, campus Condorcet) : Zsuzsanna Varga, professeure, Université Eotvos Lorand Budapest "Researching the 20th century rural transformations in Hungary: themes, methods, sources"

9 juin 2022 (salle 0.016, bât. recherche Sud, campus Condorcet): Claire Delfosse, Professeure de Géographie, Université Lyon 2. "Les géographes, l’aménagement et le développement rural. Réflexion sur la géographie appliquée (1950-1980)"

16 juin 2022 : Validations étudiantes.


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Labels
École doctorale de l'EHESS
Informations pratiques

par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

nécessité d'un projet écrit.


Compte rendu


Ce séminaire prend la suite sur séminaire « Histoire et géographie, temps et espace : croisements et fertilisations » dont il souhaite prolonger et élargir les questionnements. Sans abandonner l’articulation précédente entre dimension géographique et dimension historique, ni le questionnement sur les relations entre espace et temps, notre projet est d’interroger d’autres mitoyennetés ou confrontations disciplinaires entre la géographie et les autres sciences sociales, et même, entre géographie et sciences de la terre ou de la vie.

Cette année, le séminaire a repris en présentiel, même si les outils permettant le distanciel ont continué à être utilisés pour donner vie à la communauté qui s’était mise en place les années précédentes.

En dehors des séances qui seront évoquées plus bas, la guerre en Ukraine a fait évoluer notre programme. Denis Eckert, qui devait à l’origine intervenir sur une géographie historique de l’Esperanto nous a proposé une intervention sur l’Ukraine que nous nous sommes empressés d’accepter. Le 3 mars, il a présenté ses réflexions sur les aspects géographiques de l’histoire des relations entre la Russie et l’Ukraine à partir de sa traduction alors en cours d’un ouvrage d’Andreas Kappeler Russes et ukrainiens, les frères inégaux.

Après une séance d’introduction sur les interdisciplinarités de la géographie par Nicolas Verdier, le séminaire s’est organisé selon trois thématiques fortes : 1) matérialités et esthétiques, 2) les interdisciplinarités de la géographie en Hongrie, 3) les courants de la géographie et leurs interdisciplinarités. La dernière séance a servi de conclusion et de moment de validation pour les étudiants.

La thématique matérialité et esthétique a donné lieu à quatre interventions. Niki Vermuellen (Université d’Edimbourg) a présenté ses travaux sur les architectures de l’interdisciplinarité en passant en revue les formes des bâtiments conçus pour rassembler plusieurs disciplines au Royaume-Uni au XXe siècle. Cécile Mattoug (Université Paris 8) a présenté les réflexions de sa thèse sur les relations entre interdisciplinarité sur le terrain et pendant le terrain, en traitant des friches urbaines dans la banlieue parisienne. Barbara Carnevali (EHESS) a effectué une présentation sur la « Ligne rouge du métro de Milan » et sur les conceptions architecturales et esthétiques de l’époque en montrant tout l’intérêt d’une approche interdisciplinaire entre histoire, géographie, architecture et esthétique. Enfin, Federico Ferretti (Université de Bologne) a proposé une réflexion sur les archives des géographes, en liant les méthodologies historiques et géographiques pour partir de l’archive en recomposant les conceptions d’une époque.

La thématique relative aux interdisciplinarités de la géographie en Hongrie a donné lieu à trois interventions. Andrea Kokcis (Université de Cambridge) a présenté ses travaux en cours liant géographie, patrimoine et histoire dans le cas des villes de Londres, Paris et Budapest. Gabor Czoch (université de Budapest) a construit sa réflexion sur la question du territoire et de la nation, en Hongrie, en montrant les variations d’usages des deux concepts. Zsuzsanna Varga (université de Budapest) a présenté les relations entre géographie et aménagement dans le cas du développement rural durant un long XXe siècle.

Enfin, la thématique relative aux disciplines a permis d’écouter trois interventions, une première, de Marie-Vic Ozouf-Marignier, a permis de retracer l’histoire de grands courants de la géographie française depuis 1945. Olivier Orain (CNRS) a évoqué l’histoire de la science sociale, comme méta discipline, également depuis 1945. Enfin, Claire Delfosse (Université Lyon 2) a présenté l’histoire des relations entre géographes et aménageurs dans le cadre de la géographie appliquée des années 1950-1980, en se concentrant sur la question du développement rural.

Au total, cette année a permis de combler quelques points aveugles du séminaire des dernières années.

Dernière modification : 17 mai 2022 15:51

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Épistémologie Espace Géographie Histoire Histoire des sciences et des techniques Méthodes et techniques des sciences sociales Savoirs Sciences Spatialisation, territoires Temps/temporalité
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Marie-Vic Ozouf-Marignier [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Épistémologie et histoire de la géographie (GÉOCIT-EHGO)
  • Nicolas Verdier   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Géographie-cités (GÉOCIT)

Ce séminaire prend la suite du séminaire « Histoire et géographie, temps et espace : croisements et fertilisations » dont il souhaite prolonger et élargir les questionnements. Sans abandonner l’articulation précédente entre dimension géographique et dimension historique, ni le questionnement sur les relations entre espace et temps, notre projet est d’interroger d’autres mitoyennetés ou confrontations disciplinaires entre la géographie et les autres sciences sociales, et même, entre géographie et sciences de la terre ou de la vie.

Notre réflexion prend acte de l’écho du spatial turn et contribuera à une analyse critique des enjeux et effets de ce tournant épistémologique et méthodologique. Mais nous interrogerons aussi des moments plus anciens de croisements des savoirs, avant, pendant et après l’institutionnalisation des champs scientifiques, en nous intéressant non seulement à la géographie comme science constituée mais aussi aux savoirs géographiques depuis l’époque moderne.

Comme les années passées, nous accueillerons à la fois des travaux d’histoire des sciences portant sur les frontières disciplinaires et des enquêtes qui pratiquent des formes d’interdisciplinarité ou des emprunts de méthodes, de notions ou de questionnements. Nous ferons également une large place aux recherches de jeunes chercheurs.

24 février 2022 : Nicolas Verdier, directeur de recherche au CNRS / directeur d’études à l’EHESS "Introduction : Autour de l’interdisciplinarité de la géographie française, retour sur une réflexion"

3 mars 2022 : Denis Eckert, Directeur de recherche au CNRS "Russes et Ukrainiens: des « frères inégaux » ?  Une géo-histoire de la relation entre Ukrainiens et Russes", en commentaire de l’essai de l’historien Andreas Kappeler (Université de Vienne), publié en 2016

10 mars 2022 : Niki Vermuellen, Senior lecturer, Edinburgh University "Models of interdisciplinary and (inter)national collaboration"

17 mars 2022 : Marie-Vic Ozouf Marignier, directrice d’études à l’EHESS "Quelques grandes tendances de la géographie depuis 1945"

24 mars 2022 : Cécile Mattoug ATER à l'IEE - Paris 8 Vincennes - Saint-Denis "À travers les friches urbaines: approche exploratoire de la banlieue parisienne aux frontières de la géographie, de l’urbanisme et du paysage"

31 mars 2022 : Olivier Orain, chargé de recherche au CNRS "Depuis quand la géographie est-elle une « science sociale » en France ? Réflexions autour de l’institutionnalisation progressive des « SHS » depuis 1945"

7 avril 2022 : Andrea Kocsis, Docteure, Cambridge University "Une lutte pour l’espace. La commémoration de la première guerre mondiale dans les cités capitales"

14 avril 2022 : Barbara Carnevali, maitresse de conférences à l’EHESS "La ligne rouge : Milan et son premier métro (1964)"

21 avril 2022 : Federico Ferretti, Professore Ordinario, Universita di Bologna "Les archives dans l’histoire de la géographie : problèmes méthodologiques et perspectives pour la recherche"

12 mai 2022 (salle 0.016, bât. recherche Sud, campus Condorcet) : Gabor Czoch, professeur à l’Université Eotvos Lorand (ELTE) Budapest "Le territoire comme élément de la représentation de la nation. Le cas hongrois"

19 mai 2022 (salle 0.015, bât. recherche Sud, campus Condorcet) : Zsuzsanna Varga, professeure, Université Eotvos Lorand Budapest "Researching the 20th century rural transformations in Hungary: themes, methods, sources"

9 juin 2022 (salle 0.016, bât. recherche Sud, campus Condorcet): Claire Delfosse, Professeure de Géographie, Université Lyon 2. "Les géographes, l’aménagement et le développement rural. Réflexion sur la géographie appliquée (1950-1980)"

16 juin 2022 : Validations étudiantes.

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Labels
École doctorale de l'EHESS
Informations pratiques

par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

nécessité d'un projet écrit.

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, jeudi 14:30-16:30
    du 24 février 2022 au 16 juin 2022
    Nombre de séances : 12

Ce séminaire prend la suite sur séminaire « Histoire et géographie, temps et espace : croisements et fertilisations » dont il souhaite prolonger et élargir les questionnements. Sans abandonner l’articulation précédente entre dimension géographique et dimension historique, ni le questionnement sur les relations entre espace et temps, notre projet est d’interroger d’autres mitoyennetés ou confrontations disciplinaires entre la géographie et les autres sciences sociales, et même, entre géographie et sciences de la terre ou de la vie.

Cette année, le séminaire a repris en présentiel, même si les outils permettant le distanciel ont continué à être utilisés pour donner vie à la communauté qui s’était mise en place les années précédentes.

En dehors des séances qui seront évoquées plus bas, la guerre en Ukraine a fait évoluer notre programme. Denis Eckert, qui devait à l’origine intervenir sur une géographie historique de l’Esperanto nous a proposé une intervention sur l’Ukraine que nous nous sommes empressés d’accepter. Le 3 mars, il a présenté ses réflexions sur les aspects géographiques de l’histoire des relations entre la Russie et l’Ukraine à partir de sa traduction alors en cours d’un ouvrage d’Andreas Kappeler Russes et ukrainiens, les frères inégaux.

Après une séance d’introduction sur les interdisciplinarités de la géographie par Nicolas Verdier, le séminaire s’est organisé selon trois thématiques fortes : 1) matérialités et esthétiques, 2) les interdisciplinarités de la géographie en Hongrie, 3) les courants de la géographie et leurs interdisciplinarités. La dernière séance a servi de conclusion et de moment de validation pour les étudiants.

La thématique matérialité et esthétique a donné lieu à quatre interventions. Niki Vermuellen (Université d’Edimbourg) a présenté ses travaux sur les architectures de l’interdisciplinarité en passant en revue les formes des bâtiments conçus pour rassembler plusieurs disciplines au Royaume-Uni au XXe siècle. Cécile Mattoug (Université Paris 8) a présenté les réflexions de sa thèse sur les relations entre interdisciplinarité sur le terrain et pendant le terrain, en traitant des friches urbaines dans la banlieue parisienne. Barbara Carnevali (EHESS) a effectué une présentation sur la « Ligne rouge du métro de Milan » et sur les conceptions architecturales et esthétiques de l’époque en montrant tout l’intérêt d’une approche interdisciplinaire entre histoire, géographie, architecture et esthétique. Enfin, Federico Ferretti (Université de Bologne) a proposé une réflexion sur les archives des géographes, en liant les méthodologies historiques et géographiques pour partir de l’archive en recomposant les conceptions d’une époque.

La thématique relative aux interdisciplinarités de la géographie en Hongrie a donné lieu à trois interventions. Andrea Kokcis (Université de Cambridge) a présenté ses travaux en cours liant géographie, patrimoine et histoire dans le cas des villes de Londres, Paris et Budapest. Gabor Czoch (université de Budapest) a construit sa réflexion sur la question du territoire et de la nation, en Hongrie, en montrant les variations d’usages des deux concepts. Zsuzsanna Varga (université de Budapest) a présenté les relations entre géographie et aménagement dans le cas du développement rural durant un long XXe siècle.

Enfin, la thématique relative aux disciplines a permis d’écouter trois interventions, une première, de Marie-Vic Ozouf-Marignier, a permis de retracer l’histoire de grands courants de la géographie française depuis 1945. Olivier Orain (CNRS) a évoqué l’histoire de la science sociale, comme méta discipline, également depuis 1945. Enfin, Claire Delfosse (Université Lyon 2) a présenté l’histoire des relations entre géographes et aménageurs dans le cadre de la géographie appliquée des années 1950-1980, en se concentrant sur la question du développement rural.

Au total, cette année a permis de combler quelques points aveugles du séminaire des dernières années.