UE900 - Atelier doctoral ETI : enquêtes, travail, intersectionnalité


Planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (1re), mercredi 18:00-20:00
    du 7 octobre 2020 au 2 juin 2021


Description


Dernière modification : 6 avril 2021 08:34

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre Maurice-Halbwachs (CMH), Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Géographie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Classes sociales Ethnographie Genre Inégalités Méthodes et techniques des sciences sociales Racismes et races Travail
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Aurélia Ishitsuka [référent·e]   doctorante chargée d'enseignement, EHESS / Centre Maurice-Halbwachs (CMH)
  • Marianne Le Gagneur   doctorante, EHESS / Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)

Cet atelier doctoral « Enquêtes, travail, intersectionnalité » (ETI) vise à créer un espace de discussion et de réflexion collective autour des enjeux méthodologiques et théoriques des usages des catégories sociales de genre, classe, race et âge dans les enquêtes sur le travail. Le travail est ici compris de manière large, dans ses formes contemporaines et plus classiques (professionnel, domestique, rémunéré, gratuit…). 

Les séances, mensuelles, seront organisées à partir des attentes des participant·e·s. Elles prendront différentes formes : discussions autour de concepts, lectures collectives de textes, ateliers d’écriture, présentations des travaux en cours (communications, chapitres de thèse…), partage de bibliographies, échanges des difficultés rencontrées sur le terrain, etc.

L’Atelier ETI est ouvert aux jeunes chercheur·e·s (post-doctorant·e·s, doctorant·e·s, masterant·e·s) issu·e·s de toutes disciplines en sciences sociales. Il n'est pas validable.

Anaïs Lehmann, doctorante Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, participe à l'organisation de l'atelier

L'Atelier se tiendra conjointement en présentiel (Centre des colloques) et à distance, les participant·e·s peuvent nous contacter par email pour obtenir le lien du webinaire.

NB : la demande de participation et la mise en place des listes de diffusion s'effectuent depuis Listsem : http://listsem.ehess.fr/courses/900/requests/new.

Mercredi 7 octobre 2020

  • Présentation de l’article de Fatma Çingi Kocadost « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec les dynamiques de pouvoir entre femmes », Les cahiers du CEDREF, 21 | 2017, 17-50, par Anaïs Lehmann
  • Discussion et élaboration du programme

Mercredi 4 novembre 2020

  • Présentation de l’ouvrage Avant 8 heures, après 17 heures : capitalisme et reproduction sociale de Tithi Bhattacharya par Marianne Le Gagneur
  • Discussion collective sur l’usage de la catégorie d’âge à partir des recherches de chacun.e

Mercredi 9 décembre 2020

  • Présentation et discussion par Anissa Benaissa et Angela Zeller, Les politiques de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité et de l’égalité hommes-femmes dans l’ESR

Mercredi 3 février 2021

  • Présentation d’Aurélia M. Ishitsuka, Le travail des autres dans le management de soi, à partir d’une ethnographie réalisée auprès des jeunes professionnel.le.s dans les espaces de coworking à Shanghai.

Mercredi 3 mars 2021

  • Présentation de Perrine Agnoux sur l’engagement ethnographique et la relation d’enquête à partir de son travail de thèse sur le rapport au territoire et la construction des féminités populaires en milieu rural.

Mercredi 7 avril 2021

  • Présentation d’Anaïs Lehmann et Lucie Mezuret, « L’aesthetic labour des travailleuses des services : serveuses et vendeuses face à la marchandisation de l’apparence »

Mercredi 5 mai 2021

  • Présentation de Marianne Le Gagneur, Retour sur les entretiens réalisés en Inde et au Portugal dans le cadre d’une enquête sur le télétravail
  • Présentation de Julie Rodrigues Leite, La médiation animale en milieu carcéral : réflexions sur l’intersectionnalité et la relation humain-animal

Mercredi 2 juin 2021

  • Présentation des communications prévues pour l’AFS 2021 : afin de préparer le congrès de l’Association française de sociologie, nous proposons une session « blanche » de présentation des communications des participant·e·s à l'Atelier.

Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


L’atelier a été créé à la rentrée académique 2019-2020, mais en raison des grèves de transport, des mobilisations dans l’ESR puis de la pandémie de Covid-19, une seule séance avait pu avoir lieu. L’année 2020-2021 est ainsi la première année de fonctionnement effectif de l’atelier, lequel s’est déroulé en visioconférence (hormis la 1ère séance en hybride). Les trois organisatrices soulignent une très bonne dynamique des séances due à la participation assidue d’un petit groupe d’étudiantes. Après le tour de table d’usage, la 1ère séance a débuté par une présentation de l’article de Fatma Çingi Kocadost « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec les dynamiques de pouvoir entre femmes » dans Les cahiers du CEDREF par Anaïs Lehmann. La présentation a été suivie d’une discussion collective, puis d’un brainstorming autour du terme « intersectionnalité » et des usages des catégories d’âge, de classe, de race, et de genre par les participantes dans leurs recherches. Les échanges ont permis d’élaborer un programme annuel. La 2e séance a d’abord été consacrée à la présentation de l’ouvrage Avant 8 heures, après 17 heures : capitalisme et reproduction sociale de Tithi Bhattacharya par Marianne Le Gagneur. La discussion qui a suivi s’est orientée sur la division conceptuelle reproductif/productif et le travail du care. La seconde partie de la séance a permis d’échanger sur nos différents usages de la catégorie d’âge, souvent oubliée des travaux sur l’intersectionnalité. Il a été question de cycles de vie, de la catégorie de la jeunesse, mais aussi de l’âge et de la classe dans l’usage des nouvelles technologies. La 3e séance a été animée par Anissa Benaïssa et Angela Zeller. Elles ont présenté les usages des catégories d’identité sociale dans les politiques publiques de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité et de l’égalité hommes-femmes dans l’ESR. La question de la concurrence des luttes (race versus genre) perçue par les professionnel·le·s de l’égalité et de la diversité a en particulier été évoquée dans les échanges. Lors de la 4e séance, Aurélia M. Ishitsuka a présenté une communication intitulée « Le travail des autres dans le management de soi » à partir d’une ethnographie réalisée auprès des jeunes professionnel·le·s dans les espaces de coworking à Shanghai. La présentation a suscité un dialogue autour de l’externalisation des tâches domestiques et du développement du capitalisme de plateforme. La 5e séance a été réservée à la communication de Perrine Agnoux sur la méthodologie et la relation d’enquête à partir de son travail de thèse sur le rapport au territoire et la construction des féminités populaires en milieu rural. La présentation a permis un partage de réflexions croisées sur la conduite d’enquête, notamment ethnographique, et des différents problèmes rencontrés par les participantes sur leurs terrains respectifs (anonymisation, etc.). La 6e séance a permis de traiter de la notion d’aesthetic labour. Anaïs Lehmann et Lucie Mezuret sont intervenues avec une présentation intitulée « L’aesthetic labour des travailleuses des services : serveuses et vendeuses face à la marchandisation de l’apparence » et ont partagé des références bibliographiques sur ce concept. Des discussions fructueuses ont suivi, notamment sur les différentes manières de qualifier les féminités au travail en termes de classe et de race. La présentation de Marianne Le Gagneur « Retour sur les entretiens réalisés en Inde et au Portugal dans le cadre d’une enquête sur le télétravail » a constitué la première partie de la 7e séance. Elle a engagé une réflexion collective sur l’intérêt d’étudier les mutations contemporaines du travail au prisme de l’intersectionnalité et sur la place à accorder à la nationalité dans la prise en compte des rapports sociaux de race. Dans un second temps, l’intervention de Julie Rodrigues-Leite sur la médiation animale en milieu carcéral a permis d’aborder la question de la légitimé des objets d’enquête et d’échanger des références bibliographiques sur un champ de recherche encore peu développé en France. La séance de clôture a été l’occasion de faire un point sur l’avancée des recherches de chacune, d’échanger sur les difficultés liées à une année académique en confinement, et enfin de discuter des débats transatlantiques autour de « l’islamogauchisme » et de réfléchir aux liens entre engagement et recherche.

Publications
Non incluses ici car il s'agit d'un atelier doctoral.

Dernière modification : 6 avril 2021 08:34

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre Maurice-Halbwachs (CMH), Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Géographie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Classes sociales Ethnographie Genre Inégalités Méthodes et techniques des sciences sociales Racismes et races Travail
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Aurélia Ishitsuka [référent·e]   doctorante chargée d'enseignement, EHESS / Centre Maurice-Halbwachs (CMH)
  • Marianne Le Gagneur   doctorante, EHESS / Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)

Cet atelier doctoral « Enquêtes, travail, intersectionnalité » (ETI) vise à créer un espace de discussion et de réflexion collective autour des enjeux méthodologiques et théoriques des usages des catégories sociales de genre, classe, race et âge dans les enquêtes sur le travail. Le travail est ici compris de manière large, dans ses formes contemporaines et plus classiques (professionnel, domestique, rémunéré, gratuit…). 

Les séances, mensuelles, seront organisées à partir des attentes des participant·e·s. Elles prendront différentes formes : discussions autour de concepts, lectures collectives de textes, ateliers d’écriture, présentations des travaux en cours (communications, chapitres de thèse…), partage de bibliographies, échanges des difficultés rencontrées sur le terrain, etc.

L’Atelier ETI est ouvert aux jeunes chercheur·e·s (post-doctorant·e·s, doctorant·e·s, masterant·e·s) issu·e·s de toutes disciplines en sciences sociales. Il n'est pas validable.

Anaïs Lehmann, doctorante Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, participe à l'organisation de l'atelier

L'Atelier se tiendra conjointement en présentiel (Centre des colloques) et à distance, les participant·e·s peuvent nous contacter par email pour obtenir le lien du webinaire.

NB : la demande de participation et la mise en place des listes de diffusion s'effectuent depuis Listsem : http://listsem.ehess.fr/courses/900/requests/new.

Mercredi 7 octobre 2020

  • Présentation de l’article de Fatma Çingi Kocadost « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec les dynamiques de pouvoir entre femmes », Les cahiers du CEDREF, 21 | 2017, 17-50, par Anaïs Lehmann
  • Discussion et élaboration du programme

Mercredi 4 novembre 2020

  • Présentation de l’ouvrage Avant 8 heures, après 17 heures : capitalisme et reproduction sociale de Tithi Bhattacharya par Marianne Le Gagneur
  • Discussion collective sur l’usage de la catégorie d’âge à partir des recherches de chacun.e

Mercredi 9 décembre 2020

  • Présentation et discussion par Anissa Benaissa et Angela Zeller, Les politiques de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité et de l’égalité hommes-femmes dans l’ESR

Mercredi 3 février 2021

  • Présentation d’Aurélia M. Ishitsuka, Le travail des autres dans le management de soi, à partir d’une ethnographie réalisée auprès des jeunes professionnel.le.s dans les espaces de coworking à Shanghai.

Mercredi 3 mars 2021

  • Présentation de Perrine Agnoux sur l’engagement ethnographique et la relation d’enquête à partir de son travail de thèse sur le rapport au territoire et la construction des féminités populaires en milieu rural.

Mercredi 7 avril 2021

  • Présentation d’Anaïs Lehmann et Lucie Mezuret, « L’aesthetic labour des travailleuses des services : serveuses et vendeuses face à la marchandisation de l’apparence »

Mercredi 5 mai 2021

  • Présentation de Marianne Le Gagneur, Retour sur les entretiens réalisés en Inde et au Portugal dans le cadre d’une enquête sur le télétravail
  • Présentation de Julie Rodrigues Leite, La médiation animale en milieu carcéral : réflexions sur l’intersectionnalité et la relation humain-animal

Mercredi 2 juin 2021

  • Présentation des communications prévues pour l’AFS 2021 : afin de préparer le congrès de l’Association française de sociologie, nous proposons une session « blanche » de présentation des communications des participant·e·s à l'Atelier.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (1re), mercredi 18:00-20:00
    du 7 octobre 2020 au 2 juin 2021

L’atelier a été créé à la rentrée académique 2019-2020, mais en raison des grèves de transport, des mobilisations dans l’ESR puis de la pandémie de Covid-19, une seule séance avait pu avoir lieu. L’année 2020-2021 est ainsi la première année de fonctionnement effectif de l’atelier, lequel s’est déroulé en visioconférence (hormis la 1ère séance en hybride). Les trois organisatrices soulignent une très bonne dynamique des séances due à la participation assidue d’un petit groupe d’étudiantes. Après le tour de table d’usage, la 1ère séance a débuté par une présentation de l’article de Fatma Çingi Kocadost « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec les dynamiques de pouvoir entre femmes » dans Les cahiers du CEDREF par Anaïs Lehmann. La présentation a été suivie d’une discussion collective, puis d’un brainstorming autour du terme « intersectionnalité » et des usages des catégories d’âge, de classe, de race, et de genre par les participantes dans leurs recherches. Les échanges ont permis d’élaborer un programme annuel. La 2e séance a d’abord été consacrée à la présentation de l’ouvrage Avant 8 heures, après 17 heures : capitalisme et reproduction sociale de Tithi Bhattacharya par Marianne Le Gagneur. La discussion qui a suivi s’est orientée sur la division conceptuelle reproductif/productif et le travail du care. La seconde partie de la séance a permis d’échanger sur nos différents usages de la catégorie d’âge, souvent oubliée des travaux sur l’intersectionnalité. Il a été question de cycles de vie, de la catégorie de la jeunesse, mais aussi de l’âge et de la classe dans l’usage des nouvelles technologies. La 3e séance a été animée par Anissa Benaïssa et Angela Zeller. Elles ont présenté les usages des catégories d’identité sociale dans les politiques publiques de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité et de l’égalité hommes-femmes dans l’ESR. La question de la concurrence des luttes (race versus genre) perçue par les professionnel·le·s de l’égalité et de la diversité a en particulier été évoquée dans les échanges. Lors de la 4e séance, Aurélia M. Ishitsuka a présenté une communication intitulée « Le travail des autres dans le management de soi » à partir d’une ethnographie réalisée auprès des jeunes professionnel·le·s dans les espaces de coworking à Shanghai. La présentation a suscité un dialogue autour de l’externalisation des tâches domestiques et du développement du capitalisme de plateforme. La 5e séance a été réservée à la communication de Perrine Agnoux sur la méthodologie et la relation d’enquête à partir de son travail de thèse sur le rapport au territoire et la construction des féminités populaires en milieu rural. La présentation a permis un partage de réflexions croisées sur la conduite d’enquête, notamment ethnographique, et des différents problèmes rencontrés par les participantes sur leurs terrains respectifs (anonymisation, etc.). La 6e séance a permis de traiter de la notion d’aesthetic labour. Anaïs Lehmann et Lucie Mezuret sont intervenues avec une présentation intitulée « L’aesthetic labour des travailleuses des services : serveuses et vendeuses face à la marchandisation de l’apparence » et ont partagé des références bibliographiques sur ce concept. Des discussions fructueuses ont suivi, notamment sur les différentes manières de qualifier les féminités au travail en termes de classe et de race. La présentation de Marianne Le Gagneur « Retour sur les entretiens réalisés en Inde et au Portugal dans le cadre d’une enquête sur le télétravail » a constitué la première partie de la 7e séance. Elle a engagé une réflexion collective sur l’intérêt d’étudier les mutations contemporaines du travail au prisme de l’intersectionnalité et sur la place à accorder à la nationalité dans la prise en compte des rapports sociaux de race. Dans un second temps, l’intervention de Julie Rodrigues-Leite sur la médiation animale en milieu carcéral a permis d’aborder la question de la légitimé des objets d’enquête et d’échanger des références bibliographiques sur un champ de recherche encore peu développé en France. La séance de clôture a été l’occasion de faire un point sur l’avancée des recherches de chacune, d’échanger sur les difficultés liées à une année académique en confinement, et enfin de discuter des débats transatlantiques autour de « l’islamogauchisme » et de réfléchir aux liens entre engagement et recherche.

Publications
Non incluses ici car il s'agit d'un atelier doctoral.