Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE898 - Droit et histoire : évolutions et révolutions


Lieu et planning


  • Enseignement à distance/webinaire
    webinaire
    https://listsem.ehess.fr/
    2nd semestre / bimensuel (indifférent), mardi 10:00-12:00
    du 12 janvier 2021 au 15 juin 2021


Description


Dernière modification : 30 avril 2021 14:42

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Droit et société
Page web
https://contethevenin.blogspot.com/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Droit, normes et société Histoire culturelle Histoire du droit
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Emanuele Conte [référent·e]   directeur d'études, EHESS - professeur, Université Roma III, Italie / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Pierre Thévenin   chargé de recherche, CNRS

La doctrine juridique s’est emparée de l’histoire. Les juristes se sont servi de l’histoire pour établir une légitimité des institutions juridiques, en faisant de l’histoire une source du droit en vigueur. L’histoire du droit, discipline interne aux études juridiques, privilège donc une lecture évolutionniste de l’histoire. Les luttes sociales, les changements brusques des mentalités, les bouleversements de l’ordre économique sont rarement soulignés : car le droit en Occident se serait développé tout seul, à partir d’un droit romain souvent présenté comme « racine » ou « fondement » de l’état de droit.

Ce séminaire propose des lectures alternatives du rapport du droit à l’histoire. Il focalisera plutôt les ruptures et les révolutions des ordres juridiques du passé, pour essayer d’établir un rapport du droit à l’histoire qui prend en compte les crises et les changements.

Modalité d’enseignement : mixte

Le séminaire intègre le travail sur des matériaux textuels et audio mis à disposition des auditeurs avec des activités communes de discussion, d’interprétation et de solution des doutes. Les rendez-vous, où les étudiants et l’enseignant son présent en même temps, soit sur un lieu physique, soit sur un lieu virtuel, se baseront sur les questions et les remarques posées par les étudiants, après avoir suivi les cours enregistrés et lu les textes suggérés.   

    Les séminaires du troisième lundi de chaque mois seront consacrés aux échanges, sur la base des questions et des remarques élaborées par les étudiants. 

    Les dates des séances sont les suivantes :

    • Mardi 12 Janvier de 10h00 à 12h00
    • Mardi 26 Janvier de 10h00 à 12h00
    • Mardi 16 Février de 10h00 à 12h00
    • Mardi 2 Mars de 10h00 à 12h00
    • Mardi 23 Mars de 10h00 à 12h00
    • Mardi 6 Avril de 10h00 à 12h00
    • Mardi 20 Avril de 10h00 ò 12h00
    • Mardi 4 Mai de 10h00 ò 12h00
    • Mardi 18 Mai de 10h00 à 12h00
    • Mardi 1er Juin à 10h00 : Luigi Nuzzo, professeur d’histoire du droit à l’Université de Lecce "Back to Europe: Which History for International Law?"
    • Mardi 15 Juin à 10h00 : Luigi Nuzzo, professeur d’histoire du droit à l’Université de Lecce "A Global History of International Law: Western Colonialism in China"

    Master


    • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
      Suivi et validation – semestriel mensuelle = 6 ECTS
      MCC – contrôle continu

    Renseignements


    Contacts additionnels
    emanuele.conte@uniroma3.it
    Informations pratiques

    le cours se compose de :

    • une série de podcast en anglais qui seront publiés sur la plateforme de l’EHESS, mais aussi sur des plateformes en libre accès.
    • des tableaux schématiques pour mieux suivre les podcasts
    • des matériaux de lecture
    • un blog pour les communications entre les étudiants et entre eux et l’enseignant.

    Les étudiants recevront des rendez-vous soit en connexion télématique soit en présence pour discuter des matériaux mis à leur disposition. Deux ou trois séances se dérouleront en présence physique.

    Direction de travaux des étudiants
    -
    Réception des candidats

    sur rendez-vous, demandé par courriel à Emanuel Conte.

    Pré-requis

    connaissance de la langue anglaise.


    Compte rendu


    Les séances télématiques du séminaire se sont appuyées sur une série de cours en podcast publiés par Emanuele Conte sur des plateformes informatiques ouvertes (voir https://open.spotify.com/show/1pt0yXWZwKrlHWYC6TYEDk). Ainsi il a été possible de consacrer la grande majorité du temps des séminaires à des discussions sur des points déjà abordés dans les leçons podcastées.
    Les séances du séminaire ont été consacrées au Droit et à l’Histoire en présentant les développements du Droit depuis son héritage romain à travers sa place dans l’Histoire. Ce séminaire a donc pris en considération les évolutions et les révolutions en présentant les caractéristiques, les ruptures et les conséquences du Droit face à l’Histoire. S’emparant d’une lecture évolutionniste de l’Histoire, ce séminaire propose une lecture alternative de l’histoire du droit axée au changement au cours de l’Histoire et du Droit lui-même.
    L’objectif de ce séminaire est d’offrir une réflexion historique du droit à l’instar des multiples règles et leur évolution et révolution dans la longue période sans pour autant regarder seulement l’instrumentalité du droit, à savoir sa mécanique hors de son contexte historique qui engendre à la fois la société sur laquelle s’y produit et y demeure, mais aussi que s’y transforme, évolue et révolue.
    Nous avons désigné certains moments de l’histoire dont nous parlons, comme la rupture du christianisme pendant l’Empire romain, la Révolution au XIe siècle, la Révolution française et d’autres moments historiques qui ont marqué un changement dans les institutions juridiques en nous concentrant sur l’utilité de l’histoire du droit pour expliquer ces changements historiques majeurs.
    La première rupture qui se vérifie entre le IVe et le Ve siècle, introduit dans l’Empire romain des principes et des procédures fort différents par rapport à la tradition classique. Le christianisme adopté par les empereurs propose des procédures nouvelles, des formes de vie innovantes, comme les communautés religieuses, avec leur partage des biens et leur hierarchies . Les institutions romaines des droits réels, des obligations, des personnes, des droits des sujets en sortent profondément changées.
    L’église et donc l’autorité chrétienne à cette époque commence à constituer la société elle-même. Maintenues ensemble par des croyances théologiques et une forte hiérarchie, ce système est à la fois légal et moral et couvre tous les aspects de la vie sociale.
    Cette révolution est donc plus qu’une transformation juridique : c’est le changement des croyances, des coutumes, des valeurs.
    Avec tout cela, nous voyons les origines du droit occidental dans la rencontre de deux modèles, le romain et le chrétien unitaires du point de vue des structures juridiques. Ce système donc légal hérité de Rome introduit le droit des sujets, leur capacité de produire des obligations, d’agir en justice et celui moral hérité du modèle chrétien introduit la forte hiérarchie sur les relations entre les sujets et ainsi fondent cette structure unitaire et révolutionnaire.
    La «révolution juridique» du XIIe siècle a donc déterminé l’introduction rapide en Europe d’une culture proprement juridique, basé sur un concept nouveau de norme, sur un changement radicale de l’idée de juridiction, sur la naissance une science scolastique entièrement dévouée à la définition des règles de droit et à la formation d’une classe de professionnels de la pratique du droit.
    La troisième révolution qu’on a abordé est la révolution française, avec son grand potentiel de changement justement dans le terrain du droit. Sur ce point la discussion avec les participants a été particulièrement riche.
    Le cours s’est poursuivi avec quatre interventions du professeur invité Luigi Nuzzo, qui a présenté une révision passionnante des questions juridiques liées au colonialisme pendant le XIXe et le XXe siècle.

    Publications
    • «Il popolo è una moltitudine che canta .Osservazioni storiche sulla funzione istituzionale della musica», dans L’armonia del diritto. Contributi a una riflessione su diritto e musica, sous la dir. de Giorgio Resta, Rome, 2020, p. 37-52, ISBN: 979-12-80060-01-3
    • «Roman Public Law in the Twelfth Century: Politics, Jurisprudence, and Reverence for Antiquity», dans Empire and Legal Thought. Ideas and Institutions from Antiquity to Modernity, sous la dir. d’E. Cavanagh, Leiden/Boston, Brill, 2020, p. 189-212.
    • «Azo (ca. 1165 to ca. 1220/30) and Accursius (1182/5 to ca. 1263)», dans Law and the Christian Tradition in Italy. The Legacy of the Great Jurists, sous la dir. de Orazio Condorelli et Rafael Domingo, Abingdon and New York, Routledge, 2020, p. 56-69.
    • The centre and the margins of the jungle of glossed manuscripts. To be published in the proceedings of a symposium held in Munich, October 2017, under the direction of Susanne Lepius, sous presse.
    • Verona 1187. Pillius and the Monks of Canterbury.  To be published in the studies in the honour of Anne Duggan, sous presse.
    • La France dans une Europe juridique ? La relation à l’Italie au 12ème siècle, to be published in Histoire des savoirs juridiques, ed. Arabeyre, Halpérin, Audren, sous presse.
    • The Many Legal Faces of the Commons. A short historical survey, to be published in Studi Storici, sous presse.

    Dernière modification : 30 avril 2021 14:42

    Type d'UE
    Séminaires DE/MC
    Disciplines
    Droit et société
    Page web
    https://contethevenin.blogspot.com/ 
    Langues
    anglais français
    Mots-clés
    Droit, normes et société Histoire culturelle Histoire du droit
    Aires culturelles
    Europe
    Intervenant·e·s
    • Emanuele Conte [référent·e]   directeur d'études, EHESS - professeur, Université Roma III, Italie / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
    • Pierre Thévenin   chargé de recherche, CNRS

    La doctrine juridique s’est emparée de l’histoire. Les juristes se sont servi de l’histoire pour établir une légitimité des institutions juridiques, en faisant de l’histoire une source du droit en vigueur. L’histoire du droit, discipline interne aux études juridiques, privilège donc une lecture évolutionniste de l’histoire. Les luttes sociales, les changements brusques des mentalités, les bouleversements de l’ordre économique sont rarement soulignés : car le droit en Occident se serait développé tout seul, à partir d’un droit romain souvent présenté comme « racine » ou « fondement » de l’état de droit.

    Ce séminaire propose des lectures alternatives du rapport du droit à l’histoire. Il focalisera plutôt les ruptures et les révolutions des ordres juridiques du passé, pour essayer d’établir un rapport du droit à l’histoire qui prend en compte les crises et les changements.

    Modalité d’enseignement : mixte

    Le séminaire intègre le travail sur des matériaux textuels et audio mis à disposition des auditeurs avec des activités communes de discussion, d’interprétation et de solution des doutes. Les rendez-vous, où les étudiants et l’enseignant son présent en même temps, soit sur un lieu physique, soit sur un lieu virtuel, se baseront sur les questions et les remarques posées par les étudiants, après avoir suivi les cours enregistrés et lu les textes suggérés.   

      Les séminaires du troisième lundi de chaque mois seront consacrés aux échanges, sur la base des questions et des remarques élaborées par les étudiants. 

      Les dates des séances sont les suivantes :

      • Mardi 12 Janvier de 10h00 à 12h00
      • Mardi 26 Janvier de 10h00 à 12h00
      • Mardi 16 Février de 10h00 à 12h00
      • Mardi 2 Mars de 10h00 à 12h00
      • Mardi 23 Mars de 10h00 à 12h00
      • Mardi 6 Avril de 10h00 à 12h00
      • Mardi 20 Avril de 10h00 ò 12h00
      • Mardi 4 Mai de 10h00 ò 12h00
      • Mardi 18 Mai de 10h00 à 12h00
      • Mardi 1er Juin à 10h00 : Luigi Nuzzo, professeur d’histoire du droit à l’Université de Lecce "Back to Europe: Which History for International Law?"
      • Mardi 15 Juin à 10h00 : Luigi Nuzzo, professeur d’histoire du droit à l’Université de Lecce "A Global History of International Law: Western Colonialism in China"
      • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
        Suivi et validation – semestriel mensuelle = 6 ECTS
        MCC – contrôle continu
      Contacts additionnels
      emanuele.conte@uniroma3.it
      Informations pratiques

      le cours se compose de :

      • une série de podcast en anglais qui seront publiés sur la plateforme de l’EHESS, mais aussi sur des plateformes en libre accès.
      • des tableaux schématiques pour mieux suivre les podcasts
      • des matériaux de lecture
      • un blog pour les communications entre les étudiants et entre eux et l’enseignant.

      Les étudiants recevront des rendez-vous soit en connexion télématique soit en présence pour discuter des matériaux mis à leur disposition. Deux ou trois séances se dérouleront en présence physique.

      Direction de travaux des étudiants
      -
      Réception des candidats

      sur rendez-vous, demandé par courriel à Emanuel Conte.

      Pré-requis

      connaissance de la langue anglaise.

      • Enseignement à distance/webinaire
        webinaire
        https://listsem.ehess.fr/
        2nd semestre / bimensuel (indifférent), mardi 10:00-12:00
        du 12 janvier 2021 au 15 juin 2021

      Les séances télématiques du séminaire se sont appuyées sur une série de cours en podcast publiés par Emanuele Conte sur des plateformes informatiques ouvertes (voir https://open.spotify.com/show/1pt0yXWZwKrlHWYC6TYEDk). Ainsi il a été possible de consacrer la grande majorité du temps des séminaires à des discussions sur des points déjà abordés dans les leçons podcastées.
      Les séances du séminaire ont été consacrées au Droit et à l’Histoire en présentant les développements du Droit depuis son héritage romain à travers sa place dans l’Histoire. Ce séminaire a donc pris en considération les évolutions et les révolutions en présentant les caractéristiques, les ruptures et les conséquences du Droit face à l’Histoire. S’emparant d’une lecture évolutionniste de l’Histoire, ce séminaire propose une lecture alternative de l’histoire du droit axée au changement au cours de l’Histoire et du Droit lui-même.
      L’objectif de ce séminaire est d’offrir une réflexion historique du droit à l’instar des multiples règles et leur évolution et révolution dans la longue période sans pour autant regarder seulement l’instrumentalité du droit, à savoir sa mécanique hors de son contexte historique qui engendre à la fois la société sur laquelle s’y produit et y demeure, mais aussi que s’y transforme, évolue et révolue.
      Nous avons désigné certains moments de l’histoire dont nous parlons, comme la rupture du christianisme pendant l’Empire romain, la Révolution au XIe siècle, la Révolution française et d’autres moments historiques qui ont marqué un changement dans les institutions juridiques en nous concentrant sur l’utilité de l’histoire du droit pour expliquer ces changements historiques majeurs.
      La première rupture qui se vérifie entre le IVe et le Ve siècle, introduit dans l’Empire romain des principes et des procédures fort différents par rapport à la tradition classique. Le christianisme adopté par les empereurs propose des procédures nouvelles, des formes de vie innovantes, comme les communautés religieuses, avec leur partage des biens et leur hierarchies . Les institutions romaines des droits réels, des obligations, des personnes, des droits des sujets en sortent profondément changées.
      L’église et donc l’autorité chrétienne à cette époque commence à constituer la société elle-même. Maintenues ensemble par des croyances théologiques et une forte hiérarchie, ce système est à la fois légal et moral et couvre tous les aspects de la vie sociale.
      Cette révolution est donc plus qu’une transformation juridique : c’est le changement des croyances, des coutumes, des valeurs.
      Avec tout cela, nous voyons les origines du droit occidental dans la rencontre de deux modèles, le romain et le chrétien unitaires du point de vue des structures juridiques. Ce système donc légal hérité de Rome introduit le droit des sujets, leur capacité de produire des obligations, d’agir en justice et celui moral hérité du modèle chrétien introduit la forte hiérarchie sur les relations entre les sujets et ainsi fondent cette structure unitaire et révolutionnaire.
      La «révolution juridique» du XIIe siècle a donc déterminé l’introduction rapide en Europe d’une culture proprement juridique, basé sur un concept nouveau de norme, sur un changement radicale de l’idée de juridiction, sur la naissance une science scolastique entièrement dévouée à la définition des règles de droit et à la formation d’une classe de professionnels de la pratique du droit.
      La troisième révolution qu’on a abordé est la révolution française, avec son grand potentiel de changement justement dans le terrain du droit. Sur ce point la discussion avec les participants a été particulièrement riche.
      Le cours s’est poursuivi avec quatre interventions du professeur invité Luigi Nuzzo, qui a présenté une révision passionnante des questions juridiques liées au colonialisme pendant le XIXe et le XXe siècle.

      Publications
      • «Il popolo è una moltitudine che canta .Osservazioni storiche sulla funzione istituzionale della musica», dans L’armonia del diritto. Contributi a una riflessione su diritto e musica, sous la dir. de Giorgio Resta, Rome, 2020, p. 37-52, ISBN: 979-12-80060-01-3
      • «Roman Public Law in the Twelfth Century: Politics, Jurisprudence, and Reverence for Antiquity», dans Empire and Legal Thought. Ideas and Institutions from Antiquity to Modernity, sous la dir. d’E. Cavanagh, Leiden/Boston, Brill, 2020, p. 189-212.
      • «Azo (ca. 1165 to ca. 1220/30) and Accursius (1182/5 to ca. 1263)», dans Law and the Christian Tradition in Italy. The Legacy of the Great Jurists, sous la dir. de Orazio Condorelli et Rafael Domingo, Abingdon and New York, Routledge, 2020, p. 56-69.
      • The centre and the margins of the jungle of glossed manuscripts. To be published in the proceedings of a symposium held in Munich, October 2017, under the direction of Susanne Lepius, sous presse.
      • Verona 1187. Pillius and the Monks of Canterbury.  To be published in the studies in the honour of Anne Duggan, sous presse.
      • La France dans une Europe juridique ? La relation à l’Italie au 12ème siècle, to be published in Histoire des savoirs juridiques, ed. Arabeyre, Halpérin, Audren, sous presse.
      • The Many Legal Faces of the Commons. A short historical survey, to be published in Studi Storici, sous presse.