Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE893 - Images et sciences sociales


Lieu et planning


  • INHA
    Salle Walter-Benjamin
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, jeudi 18:00-20:00
    du 4 mars 2021 au 10 juin 2021


Description


Dernière modification : 30 juin 2020 11:18

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Signes, formes, représentations
Page web
http://imagesociale.fr/ 
Langues
français
Mots-clés
Culture visuelle Image
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • André Gunthert [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre d'histoire et de théorie des arts (CRAL-CEHTA)

À l’écart du questionnement scientifique, les images ne font pas l’objet d’un corps de connaissances unifié. Ce séminaire propose l'analyse des principales approches développées au sein de l’histoire des arts, des sciences sociales ou des sciences de la communication, jusqu’aux interrogations récentes apportées par les études des minorités ou les humanités numériques. C’est dans les blancs entre ces diverses mobilisations que se dessine le schéma d’un recours à l’image comme un grand Autre – du discours, de la rationalité ou de la représentation –, ressource à la fois menaçante, révélatrice, dominatrice ou coupable.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de tronc commun – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

séminaire de tronc commun de M1.

Direction de travaux des étudiants

le mardi matin sur rendez-vous

Réception des candidats

le mardi matin sur rendez-vous

Pré-requis
-

Compte rendu


À l’écart du questionnement scientifique, les images ne font pas l’objet d’un corps de connaissances unifié, comparable aux études sur le langage. Partagées entre des domaines fortement hétérogènes, de l’histoire de l’art aux sciences de la communication en passant par les études cinématographiques, les approches de l’image se déploient également de façon non problématisée dans de nombreux champs culturels, comme l’enquête journalistique. Plutôt qu’un classement par types d’images ou par catégories disciplinaires, une description par familles d’approches a été adoptée, qui permet de dégager les principes explicites ou implicites qui guident les usages. Pour atténuer les contraintes de l'enseignement à distance, imposé par les contraintes sanitaires, les étudiants ont été mis à contribution par le biais de présentation d’ouvrages.

1. L’approche iconographique, dont le modèle est l’histoire de l’art classique, est celle qui désigne l’image comme objet de l’analyse. L’interprétation des signes à partir de références culturelles forme la base d’une herméneutique autocentrée (auteurs étudiés: Daniel Arasse, Umberto Eco, Salvatore Settis).

2. L’approche référentielle, mobilisée notamment dans les sciences naturelles, le journalisme ou l'anthropologie, définit l’image comme un support d’information, appuyée sur la relation mimétique de l’outil figuratif. Cette approche comporte une variante négative dont l’empreinte culturelle est profonde: la thèse de l’illusionnisme de l’image (auteurs étudiés: Michaël Bourgatte, Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix, Lorraine Daston et Peter Galison, Guy Debord, Georges Didi-Huberman).

3. L’approche culturelle, illustrée notamment par les études culturelles, examine l’image comme discours construit, en mettant l’accent sur la situation d’énonciation, qui confère au message un caractère normatif ou une signification collective (auteurs étudiés: Pierre Bourdieu, Richard Dyer, Anne Lafont, Laura Mulvey).

4. Cas particulier de la précédente, l’approche politique, appuyée sur les théories de l’influence et de la propagande, connaît un développement important sous l’angle des politiques de la visibilité et du rôle des modèles culturels (auteur étudié: Louis Marin).

5. L’approche narrative est à l’œuvre au sein des pratiques culturelles de figuration du discours et de montage intermédial, ainsi que dans les stéréotypes les plus répandus relatifs à l’image («Bible des illettrés», «image qui vaut mille mots», etc.), qui reposent sur le présupposé primitiviste d’un langage naturel de l’image (auteurs étudiés: Christian Metz, Susan Sontag).

Publications

Dernière modification : 30 juin 2020 11:18

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Signes, formes, représentations
Page web
http://imagesociale.fr/ 
Langues
français
Mots-clés
Culture visuelle Image
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • André Gunthert [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre d'histoire et de théorie des arts (CRAL-CEHTA)

À l’écart du questionnement scientifique, les images ne font pas l’objet d’un corps de connaissances unifié. Ce séminaire propose l'analyse des principales approches développées au sein de l’histoire des arts, des sciences sociales ou des sciences de la communication, jusqu’aux interrogations récentes apportées par les études des minorités ou les humanités numériques. C’est dans les blancs entre ces diverses mobilisations que se dessine le schéma d’un recours à l’image comme un grand Autre – du discours, de la rationalité ou de la représentation –, ressource à la fois menaçante, révélatrice, dominatrice ou coupable.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de tronc commun – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

séminaire de tronc commun de M1.

Direction de travaux des étudiants

le mardi matin sur rendez-vous

Réception des candidats

le mardi matin sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • INHA
    Salle Walter-Benjamin
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, jeudi 18:00-20:00
    du 4 mars 2021 au 10 juin 2021

À l’écart du questionnement scientifique, les images ne font pas l’objet d’un corps de connaissances unifié, comparable aux études sur le langage. Partagées entre des domaines fortement hétérogènes, de l’histoire de l’art aux sciences de la communication en passant par les études cinématographiques, les approches de l’image se déploient également de façon non problématisée dans de nombreux champs culturels, comme l’enquête journalistique. Plutôt qu’un classement par types d’images ou par catégories disciplinaires, une description par familles d’approches a été adoptée, qui permet de dégager les principes explicites ou implicites qui guident les usages. Pour atténuer les contraintes de l'enseignement à distance, imposé par les contraintes sanitaires, les étudiants ont été mis à contribution par le biais de présentation d’ouvrages.

1. L’approche iconographique, dont le modèle est l’histoire de l’art classique, est celle qui désigne l’image comme objet de l’analyse. L’interprétation des signes à partir de références culturelles forme la base d’une herméneutique autocentrée (auteurs étudiés: Daniel Arasse, Umberto Eco, Salvatore Settis).

2. L’approche référentielle, mobilisée notamment dans les sciences naturelles, le journalisme ou l'anthropologie, définit l’image comme un support d’information, appuyée sur la relation mimétique de l’outil figuratif. Cette approche comporte une variante négative dont l’empreinte culturelle est profonde: la thèse de l’illusionnisme de l’image (auteurs étudiés: Michaël Bourgatte, Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix, Lorraine Daston et Peter Galison, Guy Debord, Georges Didi-Huberman).

3. L’approche culturelle, illustrée notamment par les études culturelles, examine l’image comme discours construit, en mettant l’accent sur la situation d’énonciation, qui confère au message un caractère normatif ou une signification collective (auteurs étudiés: Pierre Bourdieu, Richard Dyer, Anne Lafont, Laura Mulvey).

4. Cas particulier de la précédente, l’approche politique, appuyée sur les théories de l’influence et de la propagande, connaît un développement important sous l’angle des politiques de la visibilité et du rôle des modèles culturels (auteur étudié: Louis Marin).

5. L’approche narrative est à l’œuvre au sein des pratiques culturelles de figuration du discours et de montage intermédial, ainsi que dans les stéréotypes les plus répandus relatifs à l’image («Bible des illettrés», «image qui vaut mille mots», etc.), qui reposent sur le présupposé primitiviste d’un langage naturel de l’image (auteurs étudiés: Christian Metz, Susan Sontag).

Publications