Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE859 - Gouverner l’incertitude : pratiques quotidiennes et modes de gouvernement


Lieu et planning


  • 48 bd Jourdan
    48 bd Jourdan 75014 Paris
    annuel / bimensuel (indifférent), mardi 16:00-18:00
    du 20 octobre 2020 au 25 mai 2021


Description


Dernière modification : 6 janvier 2022 15:11

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie sociale Comparatisme Ethnographie Politique
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Europe
Intervenant·e·s

La nécessité de faire face à l’incertitude se pose tant dans nos conduites quotidiennes que  pour le gouvernement des États, voire au niveau supra-étatique. Elle concerne à la fois le présent, portant à la fois sur la définition de la situation et sur ce qu’il convient de faire, et l’avenir. Si cette question s’est imposée à chacun pendant la pandémie de COVID-19, mettant en question les routines et les évidences, transformant les temporalités et les attentes de l’avenir, cette expérience, n’a fait que rendre plus évidentes à la fois la diversité des modalités de l’incertitude et la pluralité des attitudes à son égard. 

Le séminaire abordera la question de l’incertitude dans une perspective d’anthropologie politique et d’anthropologie de la connaissance. On s’efforcera d’une part d’analyser la pluralité des façons dont ce que nous appelons génériquement « incertitude » est vécu, et formulé dans des contextes divers, en lien avec les attentes, l’espoir, la confiance, la crainte, etc, et d’autre part de comprendre comment d’un contexte à l’autre les acteurs font, dans leurs pratiques, diversement face à l’incertitude, considérée à la fois comme un défi et une ressource.  On abordera l’incertitude comme objet d’enquêtes ethnographiques, tout en l’intégrant dans une démarche comparative.

L’incertitude apparaît également comme un enjeu de pouvoir. La capacité de contrôler l’incertitude, ou, inversement, la capacité de produire de l’incertitude, permettent à certains acteurs d’exercer du pouvoir sur les autres, ou de garantir des formes d’autonomie.  

On explorera les diverses modalités d’incertitude, et les façons dont on tente d’y faire face à différentes échelles, qu’il s’agisse de « gouverner sa vie », « gouverner sa maison », gouverner un territoire, ou gouverner des marchés.

Le séminaire s'inscrit dans le prolongement du séminaire « Oikonomia : gouverner les pratiques quotidiennes ». Il est associé au projet de recherche franco-brésilien « Gouverner l’incertitude : territoires, marchés, maisons » (Capes-Cofecub).

Programme des séances 2020-2021

 27 octobre. Introduction: Gouverner l'incertitude. Pratiques quotidiennes et modes de gouvernement

 10 novembre : Inquiétude ontologique, pratique et réflexivité

 24 novembre: Ethnographies de l'incertitude 1: Afrique

 8 décembre Avoir la « hantise du lendemain » ou « embrasser l’incertitude » ? Rapports au futur en situation de précarité

12 janvier 2021: Anticipations du futur

(présentiel) 19 janvier: rythmes de l'incertitude

26 janvier: Esperando: Incertitude, orientation vers le futur et "économie"

9 février 2021: « Grâce à Dieu! Régimes d’incertitude et anthropologie de la liberté. Le cas du pentecôtisme dans un campement de sans-terre au Brésil », avec David Simbsler (EHESS)

·   23 février: Incertitude et fin d'un monde, avec Gala Huilén Aguero

(EHESS, CMH/ UBA/ Universidad de Salta) présentera des réflexions à partir de son terrain à Salta, en Argentine

9 mars Travail et incertitude: de Chicago à Mayotte (avec Damien Riccio, Bordeaux)

Séance 9 bis (présentielle): discussion de travaux d'étudiants

6 avril : Rituel et incertitude

11 mai: Gestion du présent et projection dans l’avenir, avec Nashieli Loera (Unicamp)

1er juin: Attentes, paris, projets (avec Maria Grecu), présentiel

8 juin: bilan du séminaire

Il était proposé aux étudiants de valider la participation au séminaire en s’efforçant de mobiliser les notions, les textes et les recherches vus et discutés au cours du séminaire en l’appliquant à leur propre enquête (ou projet d’enquête). Neuf étudiantes et un étudiant ont validé le séminaire.


Master


  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Étude comparative du développement – M2/S3-S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre

Renseignements


Contacts additionnels
blestoile@gmail.com
Informations pratiques

le séminaire se tiendra au campus Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris, en principe les mardis après-midi.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

le séminaire s’adresse principalement à des étudiants engagés dans une recherche, en master ou en doctorat ; il s’appuie sur la lecture à la fois de textes classiques ou plus récents, et la discussion de travaux en cours, notamment avec des chercheurs invités.

Pour participer au séminaire, s'adresser au responsable en présentant vos intérêts de recherche.


Compte rendu


La nécessité de faire face à l’incertitude se pose tant dans nos conduites quotidiennes que pour le gouvernement des États, voire au niveau supra-étatique. Elle concerne à la fois le présent, portant à la fois sur la définition de la situation et sur ce qu’il convient de faire, et l’avenir. Si cette question s’est imposée à chacun pendant la pandémie de COVID-19, mettant en question les routines et les évidences, transformant les temporalités et les attentes de l’avenir, cette expérience n’a fait que rendre plus évidentes à la fois la diversité des modalités de l’incertitude et la pluralité des attitudes à son égard.
Le séminaire a abordé la question de l’incertitude dans une perspective d’anthropologie politique et d’anthropologie de la connaissance. On s’est efforcé d’une part d’analyser la pluralité des façons dont ce que nous appelons génériquement « incertitude » est vécu, et formulé dans des contextes divers, en lien avec les attentes, l’espoir, la confiance, la crainte, etc, et d’autre part de comprendre comment d’un contexte à l’autre les acteurs font, dans leurs pratiques, diversement face à l’incertitude, considérée à la fois comme un défi et une ressource. On aborder l’incertitude comme objet d’enquêtes ethnographiques, tout en l’intégrant dans une démarche comparative.
L’incertitude apparaît également comme un enjeu de pouvoir. La capacité de contrôler l’incertitude, ou, inversement, la capacité de produire de l’incertitude, permettent à certains acteurs d’exercer du pouvoir sur les autres, ou de garantir des formes d’autonomie.
On explorera les diverses modalités d’incertitude, et les façons dont on tente d’y faire face à différentes échelles, qu’il s’agisse de « gouverner sa vie », « gouverner sa maison », gouverner un territoire, ou gouverner des marchés.
Le séminaire s’adresse principalement à des étudiants engagés dans une recherche, en master ou en doctorat ; il s’appuie toujours sur la lecture de textes, classiques ou plus récents, et sur la discussion de travaux en cours, notamment avec des chercheurs invités. Le séminaire est associé au projet de recherche franco-brésilien « Gouverner l’incertitude : Territoires, marchés, maisons » (Capes-Cofecub). Du fait de la situation de pandémie, les visites prévues de chercheurs brésiliens ont été annulées.

Publications

-

Dernière modification : 6 janvier 2022 15:11

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie sociale Comparatisme Ethnographie Politique
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Europe
Intervenant·e·s

La nécessité de faire face à l’incertitude se pose tant dans nos conduites quotidiennes que  pour le gouvernement des États, voire au niveau supra-étatique. Elle concerne à la fois le présent, portant à la fois sur la définition de la situation et sur ce qu’il convient de faire, et l’avenir. Si cette question s’est imposée à chacun pendant la pandémie de COVID-19, mettant en question les routines et les évidences, transformant les temporalités et les attentes de l’avenir, cette expérience, n’a fait que rendre plus évidentes à la fois la diversité des modalités de l’incertitude et la pluralité des attitudes à son égard. 

Le séminaire abordera la question de l’incertitude dans une perspective d’anthropologie politique et d’anthropologie de la connaissance. On s’efforcera d’une part d’analyser la pluralité des façons dont ce que nous appelons génériquement « incertitude » est vécu, et formulé dans des contextes divers, en lien avec les attentes, l’espoir, la confiance, la crainte, etc, et d’autre part de comprendre comment d’un contexte à l’autre les acteurs font, dans leurs pratiques, diversement face à l’incertitude, considérée à la fois comme un défi et une ressource.  On abordera l’incertitude comme objet d’enquêtes ethnographiques, tout en l’intégrant dans une démarche comparative.

L’incertitude apparaît également comme un enjeu de pouvoir. La capacité de contrôler l’incertitude, ou, inversement, la capacité de produire de l’incertitude, permettent à certains acteurs d’exercer du pouvoir sur les autres, ou de garantir des formes d’autonomie.  

On explorera les diverses modalités d’incertitude, et les façons dont on tente d’y faire face à différentes échelles, qu’il s’agisse de « gouverner sa vie », « gouverner sa maison », gouverner un territoire, ou gouverner des marchés.

Le séminaire s'inscrit dans le prolongement du séminaire « Oikonomia : gouverner les pratiques quotidiennes ». Il est associé au projet de recherche franco-brésilien « Gouverner l’incertitude : territoires, marchés, maisons » (Capes-Cofecub).

Programme des séances 2020-2021

 27 octobre. Introduction: Gouverner l'incertitude. Pratiques quotidiennes et modes de gouvernement

 10 novembre : Inquiétude ontologique, pratique et réflexivité

 24 novembre: Ethnographies de l'incertitude 1: Afrique

 8 décembre Avoir la « hantise du lendemain » ou « embrasser l’incertitude » ? Rapports au futur en situation de précarité

12 janvier 2021: Anticipations du futur

(présentiel) 19 janvier: rythmes de l'incertitude

26 janvier: Esperando: Incertitude, orientation vers le futur et "économie"

9 février 2021: « Grâce à Dieu! Régimes d’incertitude et anthropologie de la liberté. Le cas du pentecôtisme dans un campement de sans-terre au Brésil », avec David Simbsler (EHESS)

·   23 février: Incertitude et fin d'un monde, avec Gala Huilén Aguero

(EHESS, CMH/ UBA/ Universidad de Salta) présentera des réflexions à partir de son terrain à Salta, en Argentine

9 mars Travail et incertitude: de Chicago à Mayotte (avec Damien Riccio, Bordeaux)

Séance 9 bis (présentielle): discussion de travaux d'étudiants

6 avril : Rituel et incertitude

11 mai: Gestion du présent et projection dans l’avenir, avec Nashieli Loera (Unicamp)

1er juin: Attentes, paris, projets (avec Maria Grecu), présentiel

8 juin: bilan du séminaire

Il était proposé aux étudiants de valider la participation au séminaire en s’efforçant de mobiliser les notions, les textes et les recherches vus et discutés au cours du séminaire en l’appliquant à leur propre enquête (ou projet d’enquête). Neuf étudiantes et un étudiant ont validé le séminaire.

  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Étude comparative du développement – M2/S3-S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – autre
Contacts additionnels
blestoile@gmail.com
Informations pratiques

le séminaire se tiendra au campus Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris, en principe les mardis après-midi.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

le séminaire s’adresse principalement à des étudiants engagés dans une recherche, en master ou en doctorat ; il s’appuie sur la lecture à la fois de textes classiques ou plus récents, et la discussion de travaux en cours, notamment avec des chercheurs invités.

Pour participer au séminaire, s'adresser au responsable en présentant vos intérêts de recherche.

  • 48 bd Jourdan
    48 bd Jourdan 75014 Paris
    annuel / bimensuel (indifférent), mardi 16:00-18:00
    du 20 octobre 2020 au 25 mai 2021

La nécessité de faire face à l’incertitude se pose tant dans nos conduites quotidiennes que pour le gouvernement des États, voire au niveau supra-étatique. Elle concerne à la fois le présent, portant à la fois sur la définition de la situation et sur ce qu’il convient de faire, et l’avenir. Si cette question s’est imposée à chacun pendant la pandémie de COVID-19, mettant en question les routines et les évidences, transformant les temporalités et les attentes de l’avenir, cette expérience n’a fait que rendre plus évidentes à la fois la diversité des modalités de l’incertitude et la pluralité des attitudes à son égard.
Le séminaire a abordé la question de l’incertitude dans une perspective d’anthropologie politique et d’anthropologie de la connaissance. On s’est efforcé d’une part d’analyser la pluralité des façons dont ce que nous appelons génériquement « incertitude » est vécu, et formulé dans des contextes divers, en lien avec les attentes, l’espoir, la confiance, la crainte, etc, et d’autre part de comprendre comment d’un contexte à l’autre les acteurs font, dans leurs pratiques, diversement face à l’incertitude, considérée à la fois comme un défi et une ressource. On aborder l’incertitude comme objet d’enquêtes ethnographiques, tout en l’intégrant dans une démarche comparative.
L’incertitude apparaît également comme un enjeu de pouvoir. La capacité de contrôler l’incertitude, ou, inversement, la capacité de produire de l’incertitude, permettent à certains acteurs d’exercer du pouvoir sur les autres, ou de garantir des formes d’autonomie.
On explorera les diverses modalités d’incertitude, et les façons dont on tente d’y faire face à différentes échelles, qu’il s’agisse de « gouverner sa vie », « gouverner sa maison », gouverner un territoire, ou gouverner des marchés.
Le séminaire s’adresse principalement à des étudiants engagés dans une recherche, en master ou en doctorat ; il s’appuie toujours sur la lecture de textes, classiques ou plus récents, et sur la discussion de travaux en cours, notamment avec des chercheurs invités. Le séminaire est associé au projet de recherche franco-brésilien « Gouverner l’incertitude : Territoires, marchés, maisons » (Capes-Cofecub). Du fait de la situation de pandémie, les visites prévues de chercheurs brésiliens ont été annulées.

Publications

-