UE812 - Égo-documents dans le monde grec (XVIIIe-XXe siècle). Histoire, littérature, témoignage

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire culturelle Littérature Mémoire Shoah Témoignage
Aires culturelles
Europe sud-orientale Méditerranéens (mondes)

Bien avant d’être traités par l’historiographie, tous les événements marquants de l’histoire de la Grèce moderne – guerre d’indépendance (1821-1830), guerre « maudite » de 1897, guerre gréco-turque (1919-1922) et expulsion des populations chrétiennes d’Asie Mineure, Première et Seconde guerre mondiale, génocide des juifs grecs, guerre civile (1946-1949), dictature des colonels (1967-1974) – ont été abordés dans des écrits se donnant à lire comme des récits d’expérience vécue. Pourquoi ces écrits personnels et/ou testimoniaux divers ‒ mémoires, autobiographies, journaux intimes, correspondances, chroniques, témoignages – ont-ils précédé l’histoire officielle ? Peut-on affirmer qu’ils ont constitué une sorte de « proto-histoire » des événements ? Dans quelle mesure peut-on considérer ces écrits personnels et/ou testimoniaux divers, qui sont autant d’ego-documents, comme des sources historiques ? Quelle est leur valeur documentaire et quelle peut être leur fonction comme « structures de transition entre la mémoire et l’histoire » (Paul Ricœur) ?

Genre hybride, longtemps relégué dans une position marginale par l’histoire-science aux côtés de l’autobiographie et d’autres écrits personnels a priori trop subjectifs pour être entièrement fiables, le témoignage fait l’objet d’un débat historique depuis près d’un demi-siècle. Plus proche de la micro-histoire et de l’histoire du quotidien que de l’histoire politique et sociale, il se prête à une approche interdisciplinaire et transnationale.

À partir de certains écrits personnels et testimoniaux considérés comme des classiques des lettres grecques modernes et d’autres exemples moins connus d’ego-documents produits durant une période commençant bien avant l’émergence de la figure du témoin et l’avènement de la littérature du témoignage au XXe siècle, ce séminaire se propose d’explorer des récits accompagnant des moments importants de l’histoire du monde grec moderne, tout en abordant des questions méthodologiques liées aux spécificités du témoignage en tant qu’« acte judiciaire » (Primo Levi) et d’« exemple le plus parfait […] de ce que peut être la littérature » (Georges Perec).

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Marie-Élisabeth Mitsou [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Loïc Marcou   docteur, Sorbonne Université /
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Marie-Elisabeth Mitsou, par courriel

Direction de travaux des étudiants

par courriel sur rendez-vous

Réception des candidats

sur rendez-vous par courriel

Pré-requis

le séminaire est ouvert aux étudiant.e.s du Master, aux doctorant.e.s et aux auditeurs et auditrices libres. Connaissance du grec moderne souhaitée mais pas nécessaire

Aucun planning disponible.


Intervenant·e·s


  • Marie-Élisabeth Mitsou [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Loïc Marcou   docteur, Sorbonne Université /

Planning


Aucun planning disponible.


Description


Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire culturelle Littérature Mémoire Shoah Témoignage
Aires culturelles
Europe sud-orientale Méditerranéens (mondes)

Bien avant d’être traités par l’historiographie, tous les événements marquants de l’histoire de la Grèce moderne – guerre d’indépendance (1821-1830), guerre « maudite » de 1897, guerre gréco-turque (1919-1922) et expulsion des populations chrétiennes d’Asie Mineure, Première et Seconde guerre mondiale, génocide des juifs grecs, guerre civile (1946-1949), dictature des colonels (1967-1974) – ont été abordés dans des écrits se donnant à lire comme des récits d’expérience vécue. Pourquoi ces écrits personnels et/ou testimoniaux divers ‒ mémoires, autobiographies, journaux intimes, correspondances, chroniques, témoignages – ont-ils précédé l’histoire officielle ? Peut-on affirmer qu’ils ont constitué une sorte de « proto-histoire » des événements ? Dans quelle mesure peut-on considérer ces écrits personnels et/ou testimoniaux divers, qui sont autant d’ego-documents, comme des sources historiques ? Quelle est leur valeur documentaire et quelle peut être leur fonction comme « structures de transition entre la mémoire et l’histoire » (Paul Ricœur) ?

Genre hybride, longtemps relégué dans une position marginale par l’histoire-science aux côtés de l’autobiographie et d’autres écrits personnels a priori trop subjectifs pour être entièrement fiables, le témoignage fait l’objet d’un débat historique depuis près d’un demi-siècle. Plus proche de la micro-histoire et de l’histoire du quotidien que de l’histoire politique et sociale, il se prête à une approche interdisciplinaire et transnationale.

À partir de certains écrits personnels et testimoniaux considérés comme des classiques des lettres grecques modernes et d’autres exemples moins connus d’ego-documents produits durant une période commençant bien avant l’émergence de la figure du témoin et l’avènement de la littérature du témoignage au XXe siècle, ce séminaire se propose d’explorer des récits accompagnant des moments importants de l’histoire du monde grec moderne, tout en abordant des questions méthodologiques liées aux spécificités du témoignage en tant qu’« acte judiciaire » (Primo Levi) et d’« exemple le plus parfait […] de ce que peut être la littérature » (Georges Perec).

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Marie-Elisabeth Mitsou, par courriel

Direction de travaux des étudiants

par courriel sur rendez-vous

Réception des candidats

sur rendez-vous par courriel

Pré-requis

le séminaire est ouvert aux étudiant.e.s du Master, aux doctorant.e.s et aux auditeurs et auditrices libres. Connaissance du grec moderne souhaitée mais pas nécessaire