UE750 - L'autoritarisme en question. Gouverner et s'engager dans les sociétés post-soviétiques


Planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 11
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), vendredi 11:00-13:00
    du 13 novembre 2020 au 11 juin 2021


Description


Dernière modification : 27 mai 2020 17:52

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
État et politiques publiques Institutions Mobilisation(s) Sociologie
Aires culturelles
Europe centrale et orientale Russie
Intervenant·e·s
  • Françoise Daucé [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Carole Sigman   chargée de recherche, CNRS
  • Anne Le Huérou   maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre

Le séminaire propose une analyse des pratiques de pouvoir et des modes d'engagement dans la Russie contemporaine et dans l'espace post-soviétique depuis les années 1990. Il associe l'enquête empirique à une réflexion critique sur les modèles interprétatifs qui concernent les évolutions observées dans cet espace. Le séminaire est organisé autour de la présentation de recherches en cours sur les formes du gouvernement et les dispositifs de la participation dans le monde post-soviétique ainsi que sur les normes et représentations qui les fondent. Grâce à la présence de discutant-e-s non-spécialistes de la Russie, il permet la confrontation des travaux menés sur le terrain russe aux modèles théoriques de sociologie politique et aux enquêtes réalisées dans d'autres contextes. Organisé par une équipe de chercheurs associés au CERCEC travaillant sur la Russie contemporaine et les États voisins, le séminaire est animé conjointement par Karine Clément, Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Kathy Rousselet, Ioulia Shukan et Carole Sigman et constitue un espace de discussion collectif ouvert à tous les étudiants et chercheurs intéressés par cet espace et ces questions.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Contacter Françoise Daucé

Réception des candidats

Sur rendez-vous auprès de Françoise Daucé

Pré-requis
-

Dernière modification : 27 mai 2020 17:52

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
État et politiques publiques Institutions Mobilisation(s) Sociologie
Aires culturelles
Europe centrale et orientale Russie
Intervenant·e·s
  • Françoise Daucé [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Carole Sigman   chargée de recherche, CNRS
  • Anne Le Huérou   maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre

Le séminaire propose une analyse des pratiques de pouvoir et des modes d'engagement dans la Russie contemporaine et dans l'espace post-soviétique depuis les années 1990. Il associe l'enquête empirique à une réflexion critique sur les modèles interprétatifs qui concernent les évolutions observées dans cet espace. Le séminaire est organisé autour de la présentation de recherches en cours sur les formes du gouvernement et les dispositifs de la participation dans le monde post-soviétique ainsi que sur les normes et représentations qui les fondent. Grâce à la présence de discutant-e-s non-spécialistes de la Russie, il permet la confrontation des travaux menés sur le terrain russe aux modèles théoriques de sociologie politique et aux enquêtes réalisées dans d'autres contextes. Organisé par une équipe de chercheurs associés au CERCEC travaillant sur la Russie contemporaine et les États voisins, le séminaire est animé conjointement par Karine Clément, Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Kathy Rousselet, Ioulia Shukan et Carole Sigman et constitue un espace de discussion collectif ouvert à tous les étudiants et chercheurs intéressés par cet espace et ces questions.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Contacter Françoise Daucé

Réception des candidats

Sur rendez-vous auprès de Françoise Daucé

Pré-requis
-
  • 105 bd Raspail
    Salle 11
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), vendredi 11:00-13:00
    du 13 novembre 2020 au 11 juin 2021

Au long de l’année 2020-2021, le séminaire « L’autoritarisme en question. Gouverner et s’engager dans les sociétés postsoviétiques » a proposé une analyse des pratiques de pouvoir et des modes d'engagement dans la Russie contemporaine et dans l'espace post-soviétique, à la fois dans le temps récent et dans une perspective longue, remontant au début des années 1990. Il a été organisé autour de la présentation de recherches en cours sur les formes du gouvernement et les dispositifs de la participation ainsi que sur les normes et représentations qui les fondent. L’invitation de discutant-e-s non-spécialistes de la Russie a permis la confrontation des travaux menés sur le terrain postsoviétique aux modèles théoriques de sociologie politique et aux enquêtes réalisées dans d'autres contextes. Le séminaire a été animé par une équipe de chercheurs associés au CERCEC travaillant sur la Russie contemporaine et les États voisins : Karine Clément, Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Kathy Rousselet, Ioulia Shukan et Carole Sigman. Il s’est tenu tout au long de l’année en distanciel en raison de la crise sanitaire. Cette contrainte a constitué un obstacle mais aussi une opportunité pour l’invitation d’intervenants se trouvant à l’étranger et pour l’élargissement de l’auditoire à tous les étudiants et chercheurs intéressés par cet espace et ces questions.

Le séminaire a débuté par une réflexion sur les tensions politiques et sociales les plus contemporaines, dans un contexte marqué, d’un côté, par des mobilisations protestataires et, de l’autre, par des répressions accrues dans l’espace postsoviétique. La présentation de Ioulia Shukan (MCF U. Nanterre) sur la subjectivation révolutionnaire dans le mouvement protestataire en Biélorussie a permis la restitution de son enquête de terrain réalisée à l’été 2020 parmi les manifestants à Minsk. La réflexion s’est poursuivie par une table ronde sur les mobilisations protestataires anti-Poutine en Russie à l’hiver 2021 (suite à l’empoisonnement puis à l’emprisonnement de l’opposant A. Navalny) avec la participation d’Alexandra Arhipova et Irina Kozlova (RANEPA), Aleksandr Bikbov et Myriam Désert. Outre les mobilisations politiques, une attention particulière a été accordée à la situation des services médicaux russes face à la crise sanitaire (avec une intervention d’Assya Novkunskaya, European University at Saint-Petersburg).

La réflexion a aussi été nourrie par des recherches s’inscrivant dans une perspective historique plus longue, remontant notamment à la fin de la période soviétique et aux réformes de la perestroïka.  Les recherches de Kathy Rousselet (CERI) sur « Un "air de famille" populiste au cœur d’imaginaires orthodoxes russes », celles de Juliette Faure (IEP Paris) sur « La Doctrine russe (2005) : socio-genèse d'une théorie du conservatisme dynamique » ou celle d’Olessia Kirtchik (Haute école d’économie de Moscou) sur « Une prosopographie sur les "réformateurs" russes des années 1990 » ont permis d’historiciser les mobilisations et les répressions contemporaines en les situant dans des dynamiques historiques plus longues. L’intervention de Gregory Yudin (Ecole de Moscou en sciences sociales et économiques) sur « The bonapartist radicalization of liberal democracy in Russia » a contribué à la discussion sur les modèles analytiques disponibles pour comprendre les évolutions politiques observées dans l’espace postsoviétique. La mise en dialogue de recherches portant sur les mobilisations et les cristallisations autoritaires les plus récentes dans l’espace postsoviétique et de travaux historicisant les trajectoires et les processus de transformations observées depuis la disparition de l’URSS ont permis de penser à la fois l’évolution des pratiques sociales et politiques dans cet espace et les outils analytiques et épistémologiques pour les penser.

Publications

Ouvrage

-       Alain Blum, Françoise Daucé, Marc Elie, Isabelle Ohayon. L’âge soviétique. Une traversée de l’Empire russe aux Etats postsoviétiques. Armand Colin, octobre 2021.

Direction de numéro de revue

-       Françoise Daucé, Francesca Musiani (dir). Infrastructure-embedded control, circumvention and sovereignty in the Russian Internet. First Monday, 26 (5), 2021. ⟨hal-03215262⟩

Article dans des revues à comité de lecture

-       Benjamin Loveluck, Françoise Daucé. Codes of conduct for algorithmic news recommendation: The Yandex.News controversy in Russia. First Monday, University of Illinois at Chicago Library, 2021, 26 (5). ⟨hal-03217497⟩

Chapitre d’ouvrage

-       Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Elise Massicard. La « société civile » dans l’ordre autoritaire : Perspectives croisées sur le monde associatif en Russie et en Turquie. Pascal Bonnard, Dorota Dakowska, Boris Gobille (dir.). Faire, défaire la démocratie. De Moscou, Bogota et Téhéran au conseil de l'Europe, Karthala, 2021, 9782811128500. ⟨halshs-03040316⟩

Articles

-       Françoise Daucé, Bella Ostromooukhova. Quel contrôle de l'espace numérique en Russie ? Entre contraintes et contournements. Lettre de l’INSHS, Janvier 2021.

-       "Le « Grand frère » pandémique en Russie. Inquiétudes et critiques à l’heure du confinement numérique", Le Carnet de l'EHESS : perspectives sur le coronavirus, février 2021.