Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE731 - Foncier, villes et territoires au Brésil : histoire et historiographie. Approches régionales et perspectives transnationales


Lieu et planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 10
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 10 novembre 2020 au 1er juin 2021


Description


Dernière modification : 29 mai 2020 14:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Archives Arts Cartographie Coloniales (études) Droit, normes et société Dynamiques sociales Esclavage Espace Famille Géographie Histoire Histoire économique et sociale Mémoire Patrimoine Paysage Urbaines (études) Ville
Aires culturelles
Amériques
Intervenant·e·s

Le thème général de ce séminaire est l’articulation entre configurations spatiales et sociétés au Brésil, dans une perspective comparative, de longue durée, sensible aux différentes échelles ainsi qu’aux mots qui désignent les espaces et leurs occupants. Il alternera des séances consacrées aux aspects historiographiques, épistémologiques et méthodologiques et des séances thématiques. 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-

Compte rendu


Après la séance introductive, le premier module du séminaire, consacré à l’histoire de la cartographie, a démarré avec une présentation de Carolina Martinez (CONICET-Argentine, professeure invitée à l’EHESS par J-M Besse), « L’utopie dans les marges du possible : voyageurs, cosmographes et imprimeurs aux origines du récit utopique à l'époque moderne ». Les séances suivantes (novembre à janvier) ont été consacrées à la lecture et à la discussion de textes sur les principaux concepts et questions épistémologiques de l’histoire de la cartographie depuis les années 1970, et à l’analyse de cartes de l’Amérique portugaise produites entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle, à plusieurs échelles. Une attention particulière a été accordée à la représentation des lieux de vie et des territorialités amérindiennes, et sur les processus de dépossession menée par les colonisateurs – non seulement dans le cas brésilien, mais aussi dans une ébauche d’approche comparative avec l’Amérique du Nord, sur la base des analyses développées dans le texte  « Territoire et propriété » co-écrit avec F. Morelli (qui vient de paraître dans Une histoire sociale du Nouveau Monde, dirigé par C. Vidal, Éd. EHESS). La réflexion sur la cartographie s’est poursuivie dans le second module du séminaire (février-mars), sous une autre point de vue : les cartes (produites avec des logiciels de cartographie, ou dans le cadre d'un SIG) n'étant plus l'objet principal de l’analyse, mais un outil méthodologique pour spatialiser les données historiques (économiques, démographiques, sociales) et pour étudier des villes, des territoires et des configurations socio-spatiales du passé. La discussion a porté notamment sur le « tournant spatial » de l’histoire brésilienne ; les lectures et les discussions menées durant ce module ont beaucoup contribué à la rédaction de l’introduction de l’ouvrage collectif Espacializando a História: Experiências e perspectivas sob o prisma do urbano, en cours de parution au Brésil, que j’ai co-dirigé avec A. Antunes et Francisco de Andrade (Université Fédérale de Ouro Preto). Le troisième module a examiné plusieurs études de cas où les chercheurs ont croisé des sources diverses - cartes et plans urbains, recensements, listas nominativas, registres de terre (tombos) et d’impôt foncier (Décimas Urbanas) – afin d’analyser la géographie sociale des villes et des villages, et la circulation des individus et des marchandises. L'aspect matériel de ces sources, leur potentiel et leurs limites, ainsi que leur disponibilité variable selon les villes et régions ont été abordés. Le séminaire réalisé en ligne a permis la participation d’étudiants et de collègues depuis le Brésil : Tiago Gil a présenté son étude en cours sur les métiers liés à la production de tissus de coton dans les villages de la vallée du Paraíba (région entre Rio de Janeiro et São Paulo) ; l’intervention de Junia F. Furtado a résumé sa contribution à l’ouvrage cité ci-dessous, « Espaço e sociedade em mapas e censos: o caso do arraial do Tejuco (Diamantina) no terceiro quartel do século XVIII ».

Publications
  • Avec Alvaro Antunes et Francisco Eduardo de Andrade, Espacializando a historia : experiências e perspectivas, Belo Horizonte, Ed. Fino Traço, 2021 (sous presse).
  • Avec Federica Morelli, « Territoire et propriété », dans  Une histoire sociale du Nouveau Monde, sous la dir. de Cécile Vidal, Paris, Éd. EHESS, 2021, p. 137-168.
  • « Os “tombos de terras foreiras” como objetos de estudo e como fonte para a história urbana, fundiária e social. Experimentações através do SIG Mariana », dans  Espacializando a historia : experiências e perspectivas, op. cit., p. 29-60 (sous presse).
  • Avec Júnia F. Furtado, « A construção cartográfica de Minas Gerais », dans Orbe et encruzilhada. Minas Gerais 300 anos, sous la dir. de José Newton Coelho Meneses, Belo Horizonte, Ed. UFMG, 2020, p. 21-49.
  •  « Le lexique urbain luso-brésilien, entre définitions juridiques et usages locaux », dans Les fêtes en Amérique coloniale (collection Cahiers d’Histoire de l’Amérique coloniale), sous la dir. de Bernard Grunberg, Paris, L’Harmattan, 2020 p. 217-233.

Dernière modification : 29 mai 2020 14:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Archives Arts Cartographie Coloniales (études) Droit, normes et société Dynamiques sociales Esclavage Espace Famille Géographie Histoire Histoire économique et sociale Mémoire Patrimoine Paysage Urbaines (études) Ville
Aires culturelles
Amériques
Intervenant·e·s

Le thème général de ce séminaire est l’articulation entre configurations spatiales et sociétés au Brésil, dans une perspective comparative, de longue durée, sensible aux différentes échelles ainsi qu’aux mots qui désignent les espaces et leurs occupants. Il alternera des séances consacrées aux aspects historiographiques, épistémologiques et méthodologiques et des séances thématiques. 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-
  • 105 bd Raspail
    Salle 10
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 10 novembre 2020 au 1er juin 2021

Après la séance introductive, le premier module du séminaire, consacré à l’histoire de la cartographie, a démarré avec une présentation de Carolina Martinez (CONICET-Argentine, professeure invitée à l’EHESS par J-M Besse), « L’utopie dans les marges du possible : voyageurs, cosmographes et imprimeurs aux origines du récit utopique à l'époque moderne ». Les séances suivantes (novembre à janvier) ont été consacrées à la lecture et à la discussion de textes sur les principaux concepts et questions épistémologiques de l’histoire de la cartographie depuis les années 1970, et à l’analyse de cartes de l’Amérique portugaise produites entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle, à plusieurs échelles. Une attention particulière a été accordée à la représentation des lieux de vie et des territorialités amérindiennes, et sur les processus de dépossession menée par les colonisateurs – non seulement dans le cas brésilien, mais aussi dans une ébauche d’approche comparative avec l’Amérique du Nord, sur la base des analyses développées dans le texte  « Territoire et propriété » co-écrit avec F. Morelli (qui vient de paraître dans Une histoire sociale du Nouveau Monde, dirigé par C. Vidal, Éd. EHESS). La réflexion sur la cartographie s’est poursuivie dans le second module du séminaire (février-mars), sous une autre point de vue : les cartes (produites avec des logiciels de cartographie, ou dans le cadre d'un SIG) n'étant plus l'objet principal de l’analyse, mais un outil méthodologique pour spatialiser les données historiques (économiques, démographiques, sociales) et pour étudier des villes, des territoires et des configurations socio-spatiales du passé. La discussion a porté notamment sur le « tournant spatial » de l’histoire brésilienne ; les lectures et les discussions menées durant ce module ont beaucoup contribué à la rédaction de l’introduction de l’ouvrage collectif Espacializando a História: Experiências e perspectivas sob o prisma do urbano, en cours de parution au Brésil, que j’ai co-dirigé avec A. Antunes et Francisco de Andrade (Université Fédérale de Ouro Preto). Le troisième module a examiné plusieurs études de cas où les chercheurs ont croisé des sources diverses - cartes et plans urbains, recensements, listas nominativas, registres de terre (tombos) et d’impôt foncier (Décimas Urbanas) – afin d’analyser la géographie sociale des villes et des villages, et la circulation des individus et des marchandises. L'aspect matériel de ces sources, leur potentiel et leurs limites, ainsi que leur disponibilité variable selon les villes et régions ont été abordés. Le séminaire réalisé en ligne a permis la participation d’étudiants et de collègues depuis le Brésil : Tiago Gil a présenté son étude en cours sur les métiers liés à la production de tissus de coton dans les villages de la vallée du Paraíba (région entre Rio de Janeiro et São Paulo) ; l’intervention de Junia F. Furtado a résumé sa contribution à l’ouvrage cité ci-dessous, « Espaço e sociedade em mapas e censos: o caso do arraial do Tejuco (Diamantina) no terceiro quartel do século XVIII ».

Publications
  • Avec Alvaro Antunes et Francisco Eduardo de Andrade, Espacializando a historia : experiências e perspectivas, Belo Horizonte, Ed. Fino Traço, 2021 (sous presse).
  • Avec Federica Morelli, « Territoire et propriété », dans  Une histoire sociale du Nouveau Monde, sous la dir. de Cécile Vidal, Paris, Éd. EHESS, 2021, p. 137-168.
  • « Os “tombos de terras foreiras” como objetos de estudo e como fonte para a história urbana, fundiária e social. Experimentações através do SIG Mariana », dans  Espacializando a historia : experiências e perspectivas, op. cit., p. 29-60 (sous presse).
  • Avec Júnia F. Furtado, « A construção cartográfica de Minas Gerais », dans Orbe et encruzilhada. Minas Gerais 300 anos, sous la dir. de José Newton Coelho Meneses, Belo Horizonte, Ed. UFMG, 2020, p. 21-49.
  •  « Le lexique urbain luso-brésilien, entre définitions juridiques et usages locaux », dans Les fêtes en Amérique coloniale (collection Cahiers d’Histoire de l’Amérique coloniale), sous la dir. de Bernard Grunberg, Paris, L’Harmattan, 2020 p. 217-233.