UE701 - Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société
Page web
-
Langues
anglais espagnol français
Mots-clés
-
Aires culturelles
Afrique Amérique du Nord Amérique du Sud Asie France

À la suite des travaux réalisés dans le cadre du projet ERC/SOGIP sur les échelles de la gouvernance, depuis l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA 2007), nous poursuivons la réflexion sur les articulations entre « questions autochtones », développement du/des droits et « processus globaux ». Les changements juridiques, politiques et sociaux découlant de cet instrument international font partie des évolutions d’un ordre global sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones. Les caractéristiques de la gouvernance mondiale, les consensus et les contradictions sur lesquels s’appuie la gouvernance des questions autochtones comme les résistances qu’elle rencontre, mettent en tension ce qui s’observe dans les villages, les communautés ou encore dans les « lieux » apparemment « neutres » des institutions où sont prises les décisions globales.

Dans une perspective comparative et à partir d’études de cas contextualisées, nous suivons les processus de reconnaissance légale, les impacts des politiques de « développement », les conflits de territorialité mais aussi les défis que pose la production des connaissances sur les autochtones, les savoirs autochtones, la participation des autochtones à la prise de décision sur les affaires qui les concernent, l’affirmation de nouvelles figures dans le champ politique. Nous nous intéressons aux acteurs politiques se reconnaissant autochtones (organisations et individus), à leurs positionnements dans les scénarios de gouvernance planétaire, à l’impact des méga-agents du changement (parmi lesquels les firmes transnationales, les industries extractives). Le séminaire 2020-2021 s’appuiera sur les travaux du Réseau thématique international CNRS (RTI-JUSTIP Justice et Peuples autochtones) coordonné par Irène Bellier.

12 novembre 2020, Webinaire :  https://webinaire.ehess.fr/b/bel-zxa-29c. Inscription sur https://listsem.ehess.fr/

 

Les droits des peuples autochtones – histoire, fabrique, défis

La première séance du séminaire sera consacrée à l’histoire du mouvement autochtone international, aux stratégies mises en œuvre pour négocier les droits aujourd’hui reconnus en droit international, et aux domaines couverts par ces évolutions . Nous nous pencherons ensuite sur la problématique très actuelle, ouverte par la crise sanitaire du COVD 19, qui aggrave la vulnérabilité des peuples autochtones.

Intervenant.e.s

  • Irène Bellier, directrice de recherches au CNRS et responsable du RTI JUSTIP
  • Felipe Gómez Isa : professeur de droit public international à l’Institut des droits de l’homme Pedro Arruspe, Université Deusto, Bilbao, Espagne.

Lectures conseillées (disponibles sur ENT)

  • Bellier, Irène (dir.), 2013, Les peuples autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance, Paris, L’Harmattan.
  • Bellier, Irène, Leslie Cloud et Laurent Lacroix, 2017, Les droits de peuples autochtones. Des Nations unies aux sociétés locales, Paris, L’Harmattan.
  • Bellier Irène, « Les peuples autochtones face au Covid : un tour d’horizon au 20 mai 2020 »
  • https://gitpa.org/Qui%20sommes%20nous%20GITPA%20100/ACTUlettreCOVIDetPA%20Bellier.htm ; et, -septembre 2020,  « Les peuples autochtones face à la Covid-19 », Lettre de l’INSHS, 67, p. 6, https://mycore.core-cloud.net/index.php/s/ECO4NiabNx2BFcT#pdfviewer
  • Bengoa, José, 2000, La emergencia indígena en América latina, México/Santiago, Fondo de Cultura Económica, https://trabajosocialucen.files.wordpress.com/2012/04/la-emergencia-indigena-en-america-latina_-jose-bengoa.pdf
  • Brysk, Allison, 2000, From Tribal Village to Global Village: Indian Rights and International Relations in Latin America, Stanford, Stanford University Press,
  • https://books.google.fr/books?hl=en&lr=&id=Q9q04JD4NBMC&oi=fnd&pg=PR9&dq=info:JZMfPwevjq0J:scholar.google.com&ots=LpB1farOC&sig=2zTydL9gYjjNLF7kDlWdKzf4LOg&rediresc=y#v=onepage&q&f=false [consulté le 22 octobre 2020)
  • Felipe Gomez Isa, 2018, Los derechos de los pueblos indigenas », Tiempo de Paz, n°131, p.40-48.
  • Felipe Gomez Isa, 2018, « International Law, Ethno-cultural diversity and Indigenous Peoples Rights : a post-colonial approach, in G. Pentassuglia (ed.), Ethno-cultural diversity and Human Rights. Challenges and critiques, Koninklijke Brill, Leyden, Pays Bas.
  • Morin, Françoise, 2006, « Les Nations unies à l’épreuve des peuples autochtones », in C.Gros et M.-C.Strigler, Être indien dans les Amériques, Paris, Éditions de l’Institut des Amériques, 43-54.

Ouverture de la session annuelle de l’Instance permanente sur les questions autochtones - Photo IB 2018

Depuis que les Nations unies ont adopté la Déclaration sur les droits des peuples autochtones en 2007), ce séminaire poursuit une réflexion sur les articulations entre les « questions autochtones », le mouvement international autochtone, le développement du/des droits (y compris les violations des droits fondamentaux) et les « processus globaux ». D’un côté les changements juridiques, politiques et sociaux découlant des avancées du droit international font partie des évolutions d’un ordre global, plus ou moins sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones et prêt à respecter les droits humains. De l’autre, les consensus et les contradictions sur lesquels s’appuie « la gouvernance des questions autochtones » comme les résistances qu’elle rencontre, mettent en tension ce qui s’observe sur le terrain, dans les villages et dans les institutions où sont prises les décisions globales. Nous nous efforçons de saisir ces problèmes à partir de l’anthropologie politique et du dialogue établi avec les autres disciplines qui suivent les développements des questions autochtones dans leurs domaines (droit, histoire, géographie, sociologie, écologie politique, etc). À partir des travaux de l’équipe SOGIP (www.sogip.ehess.fr) et des collaborations établies avec les chercheur.es rattaché.es au Réseau thématique international JUSTIP (https://justip.hyptotheses.org), chaque séance s’efforce de présenter un volet de ces questions, en liant perspectives globales et étude de cas.

Prochaine séance 

10 décembre 2020 : échelles de gouvernance et droits des peuples autochtones

Discussion autour de l’ouvrage coordonné par Irene Bellier et Jennifer Hays, en présence de 8 auteurs.

https://www.facebook.com/perspectivesdroitspeuplesautochtones/

Contact et informations : ibellier@ehess.fr

  • Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – remise d'un essai
  • Irène Bellier [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (IIAC-LAIOS)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact, demande d'information et rendez-vous par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez vous.

Modalités de suivi : participation, remise d'un essai croisant les problématiques de recherche avec les objets développés dans le séminaire.

Réception des candidats

par courriel.

Pré-requis

lire les publications relatives aux droits des peuples autochtones ; être curieux/se des développements de ces questions dans une autre région du monde que celle sur laquelle porte sa propre recherche; maîtriser plus ou moins les langues des intervenants : français, anglais, espagnol.

  • Attention !
    En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : http://listsem.ehess.fr/courses/701/requests/new.

    105 bd Raspail
    Salle 13
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (2e), jeudi 13:00-17:00
    du 12 novembre 2020 au 13 mai 2021


Intervenant·e·s


  • Irène Bellier [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (IIAC-LAIOS)

Planning


  • Attention !
    En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : http://listsem.ehess.fr/courses/701/requests/new.

    105 bd Raspail
    Salle 13
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (2e), jeudi 13:00-17:00
    du 12 novembre 2020 au 13 mai 2021


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société
Page web
-
Langues
anglais espagnol français
Mots-clés
-
Aires culturelles
Afrique Amérique du Nord Amérique du Sud Asie France

À la suite des travaux réalisés dans le cadre du projet ERC/SOGIP sur les échelles de la gouvernance, depuis l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA 2007), nous poursuivons la réflexion sur les articulations entre « questions autochtones », développement du/des droits et « processus globaux ». Les changements juridiques, politiques et sociaux découlant de cet instrument international font partie des évolutions d’un ordre global sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones. Les caractéristiques de la gouvernance mondiale, les consensus et les contradictions sur lesquels s’appuie la gouvernance des questions autochtones comme les résistances qu’elle rencontre, mettent en tension ce qui s’observe dans les villages, les communautés ou encore dans les « lieux » apparemment « neutres » des institutions où sont prises les décisions globales.

Dans une perspective comparative et à partir d’études de cas contextualisées, nous suivons les processus de reconnaissance légale, les impacts des politiques de « développement », les conflits de territorialité mais aussi les défis que pose la production des connaissances sur les autochtones, les savoirs autochtones, la participation des autochtones à la prise de décision sur les affaires qui les concernent, l’affirmation de nouvelles figures dans le champ politique. Nous nous intéressons aux acteurs politiques se reconnaissant autochtones (organisations et individus), à leurs positionnements dans les scénarios de gouvernance planétaire, à l’impact des méga-agents du changement (parmi lesquels les firmes transnationales, les industries extractives). Le séminaire 2020-2021 s’appuiera sur les travaux du Réseau thématique international CNRS (RTI-JUSTIP Justice et Peuples autochtones) coordonné par Irène Bellier.

12 novembre 2020, Webinaire :  https://webinaire.ehess.fr/b/bel-zxa-29c. Inscription sur https://listsem.ehess.fr/

 

Les droits des peuples autochtones – histoire, fabrique, défis

La première séance du séminaire sera consacrée à l’histoire du mouvement autochtone international, aux stratégies mises en œuvre pour négocier les droits aujourd’hui reconnus en droit international, et aux domaines couverts par ces évolutions . Nous nous pencherons ensuite sur la problématique très actuelle, ouverte par la crise sanitaire du COVD 19, qui aggrave la vulnérabilité des peuples autochtones.

Intervenant.e.s

  • Irène Bellier, directrice de recherches au CNRS et responsable du RTI JUSTIP
  • Felipe Gómez Isa : professeur de droit public international à l’Institut des droits de l’homme Pedro Arruspe, Université Deusto, Bilbao, Espagne.

Lectures conseillées (disponibles sur ENT)

  • Bellier, Irène (dir.), 2013, Les peuples autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance, Paris, L’Harmattan.
  • Bellier, Irène, Leslie Cloud et Laurent Lacroix, 2017, Les droits de peuples autochtones. Des Nations unies aux sociétés locales, Paris, L’Harmattan.
  • Bellier Irène, « Les peuples autochtones face au Covid : un tour d’horizon au 20 mai 2020 »
  • https://gitpa.org/Qui%20sommes%20nous%20GITPA%20100/ACTUlettreCOVIDetPA%20Bellier.htm ; et, -septembre 2020,  « Les peuples autochtones face à la Covid-19 », Lettre de l’INSHS, 67, p. 6, https://mycore.core-cloud.net/index.php/s/ECO4NiabNx2BFcT#pdfviewer
  • Bengoa, José, 2000, La emergencia indígena en América latina, México/Santiago, Fondo de Cultura Económica, https://trabajosocialucen.files.wordpress.com/2012/04/la-emergencia-indigena-en-america-latina_-jose-bengoa.pdf
  • Brysk, Allison, 2000, From Tribal Village to Global Village: Indian Rights and International Relations in Latin America, Stanford, Stanford University Press,
  • https://books.google.fr/books?hl=en&lr=&id=Q9q04JD4NBMC&oi=fnd&pg=PR9&dq=info:JZMfPwevjq0J:scholar.google.com&ots=LpB1farOC&sig=2zTydL9gYjjNLF7kDlWdKzf4LOg&rediresc=y#v=onepage&q&f=false [consulté le 22 octobre 2020)
  • Felipe Gomez Isa, 2018, Los derechos de los pueblos indigenas », Tiempo de Paz, n°131, p.40-48.
  • Felipe Gomez Isa, 2018, « International Law, Ethno-cultural diversity and Indigenous Peoples Rights : a post-colonial approach, in G. Pentassuglia (ed.), Ethno-cultural diversity and Human Rights. Challenges and critiques, Koninklijke Brill, Leyden, Pays Bas.
  • Morin, Françoise, 2006, « Les Nations unies à l’épreuve des peuples autochtones », in C.Gros et M.-C.Strigler, Être indien dans les Amériques, Paris, Éditions de l’Institut des Amériques, 43-54.

Ouverture de la session annuelle de l’Instance permanente sur les questions autochtones - Photo IB 2018

Depuis que les Nations unies ont adopté la Déclaration sur les droits des peuples autochtones en 2007), ce séminaire poursuit une réflexion sur les articulations entre les « questions autochtones », le mouvement international autochtone, le développement du/des droits (y compris les violations des droits fondamentaux) et les « processus globaux ». D’un côté les changements juridiques, politiques et sociaux découlant des avancées du droit international font partie des évolutions d’un ordre global, plus ou moins sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones et prêt à respecter les droits humains. De l’autre, les consensus et les contradictions sur lesquels s’appuie « la gouvernance des questions autochtones » comme les résistances qu’elle rencontre, mettent en tension ce qui s’observe sur le terrain, dans les villages et dans les institutions où sont prises les décisions globales. Nous nous efforçons de saisir ces problèmes à partir de l’anthropologie politique et du dialogue établi avec les autres disciplines qui suivent les développements des questions autochtones dans leurs domaines (droit, histoire, géographie, sociologie, écologie politique, etc). À partir des travaux de l’équipe SOGIP (www.sogip.ehess.fr) et des collaborations établies avec les chercheur.es rattaché.es au Réseau thématique international JUSTIP (https://justip.hyptotheses.org), chaque séance s’efforce de présenter un volet de ces questions, en liant perspectives globales et étude de cas.

Prochaine séance 

10 décembre 2020 : échelles de gouvernance et droits des peuples autochtones

Discussion autour de l’ouvrage coordonné par Irene Bellier et Jennifer Hays, en présence de 8 auteurs.

https://www.facebook.com/perspectivesdroitspeuplesautochtones/

Contact et informations : ibellier@ehess.fr


Master


  • Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – remise d'un essai

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact, demande d'information et rendez-vous par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez vous.

Modalités de suivi : participation, remise d'un essai croisant les problématiques de recherche avec les objets développés dans le séminaire.

Réception des candidats

par courriel.

Pré-requis

lire les publications relatives aux droits des peuples autochtones ; être curieux/se des développements de ces questions dans une autre région du monde que celle sur laquelle porte sa propre recherche; maîtriser plus ou moins les langues des intervenants : français, anglais, espagnol.