UE687 - Économie politique des capitalismes sud-est asiatiques. Une approche comparative en économie institutionnelle

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Droit et société, Économie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Développement Droit, normes et société Économie politique Ethnicité Histoire économique et sociale Institutions Migration(s) Socio-économie Travail
Aires culturelles
Asie sud-orientale

Les économies d’Asie du Sud-Est contemporaine connaissent des rythmes de croissance soutenus et sont pris dans des transformations structurelles rapides. Ce séminaire d’économie politique propose de mettre la théorie régulationniste de la diversité des capitalismes à l’épreuve de l’analyse du développement économique en Asie du Sud-Est, en partant des expériences historiques des différents pays qui la composent (Malaisie, Indonésie, Singapour, Thaïlande en particulier). L’apport d’éléments de capitalisme chinois et indien au cours de l’histoire longue sera abordé, avant que l’accent ne soit mis sur les structures institutionnelles contemporaines héritées de la greffe locale du capitalisme européen à partir de l’époque coloniale, en premier lieu dans les secteurs des plantations, mines, production électrique, etc.        

L’insertion internationale dans la globalisation est l’un des traits les mieux partagés des économies sud-est asiatiques. L’investissement étranger dans la région est largement lié à cette orientation exportatrice. Ceci se traduit en particulier par le rôle des firmes multinationales (US, Japon, Corée, Australie..) dans les régimes d’accumulation (du capital) des différents pays. Une attention particulière sera accordée au capitalisme malaisien, dont le développement national allie interventionnisme économique, discrimination positive orientée en faveur de l’ethnie malaise et ouverture à la mondialisation commerciale et financière. Plus largement il s’agira d’explorer la fécondité de l’hypothèse qui postule notamment « la co-évolution de l’économique et du politique » (Boyer, 2016) dans une perspective comparée à l’échelle de l’Asie du Sud-Est, notamment en soulignant notamment les difficultés conceptuelles posées par des économies en transition comme celles du Cambodge, de la Birmanie ou du Laos.

Enfin, on abordera la question des transformations induites par la montée en puissance chinoise à l’échelle régionale au niveau des architectures institutionnelles qui fondent la diversité des capitalismes sud-est asiatiques.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Institution, économie et société – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Étude comparative du développement – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Elsa Lafaye de Micheaux [référent·e]   maîtresse de conférences, Université Rennes 2 / Centre Asie du Sud-Est (CASE)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

direction de travaux de master : le jeudi, sur rendez-vous.

 

Réception des candidats

sur rendez-vous (entre le 15 octobre et le 12 novembre).

Pré-requis

ouvert à tous.

Aucun planning disponible.


Intervenant·e·s


  • Elsa Lafaye de Micheaux [référent·e]   maîtresse de conférences, Université Rennes 2 / Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Planning


Aucun planning disponible.


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Droit et société, Économie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Développement Droit, normes et société Économie politique Ethnicité Histoire économique et sociale Institutions Migration(s) Socio-économie Travail
Aires culturelles
Asie sud-orientale

Les économies d’Asie du Sud-Est contemporaine connaissent des rythmes de croissance soutenus et sont pris dans des transformations structurelles rapides. Ce séminaire d’économie politique propose de mettre la théorie régulationniste de la diversité des capitalismes à l’épreuve de l’analyse du développement économique en Asie du Sud-Est, en partant des expériences historiques des différents pays qui la composent (Malaisie, Indonésie, Singapour, Thaïlande en particulier). L’apport d’éléments de capitalisme chinois et indien au cours de l’histoire longue sera abordé, avant que l’accent ne soit mis sur les structures institutionnelles contemporaines héritées de la greffe locale du capitalisme européen à partir de l’époque coloniale, en premier lieu dans les secteurs des plantations, mines, production électrique, etc.        

L’insertion internationale dans la globalisation est l’un des traits les mieux partagés des économies sud-est asiatiques. L’investissement étranger dans la région est largement lié à cette orientation exportatrice. Ceci se traduit en particulier par le rôle des firmes multinationales (US, Japon, Corée, Australie..) dans les régimes d’accumulation (du capital) des différents pays. Une attention particulière sera accordée au capitalisme malaisien, dont le développement national allie interventionnisme économique, discrimination positive orientée en faveur de l’ethnie malaise et ouverture à la mondialisation commerciale et financière. Plus largement il s’agira d’explorer la fécondité de l’hypothèse qui postule notamment « la co-évolution de l’économique et du politique » (Boyer, 2016) dans une perspective comparée à l’échelle de l’Asie du Sud-Est, notamment en soulignant notamment les difficultés conceptuelles posées par des économies en transition comme celles du Cambodge, de la Birmanie ou du Laos.

Enfin, on abordera la question des transformations induites par la montée en puissance chinoise à l’échelle régionale au niveau des architectures institutionnelles qui fondent la diversité des capitalismes sud-est asiatiques.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Institution, économie et société – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Étude comparative du développement – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

direction de travaux de master : le jeudi, sur rendez-vous.

 

Réception des candidats

sur rendez-vous (entre le 15 octobre et le 12 novembre).

Pré-requis

ouvert à tous.