UE680 - Le « pestacle d’après » : l’écosystème de l’opéra face au défi du développement durable


Planning


  • Autre lieu Paris
    Opéra Comique, 5 rue Favart 75002 Paris
    1er semestre / hebdomadaire, jeudi 16:00-20:00
    du 5 novembre 2020 au 4 février 2021


Description


Dernière modification : 7 avril 2021 18:50

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Archives Culture Développement durable Histoire culturelle Histoire économique et sociale Socio-économie
Aires culturelles
France
Intervenant·e·s

Depuis quelques années, les mondes de l’art sont traversés par une préoccupation écologique toujours plus pressante, qui vient interroger jusqu’à leurs modèles de production. On relève de nombreuses initiatives qui tendent à réduire l’impact énergétique des spectacles, du groupe de rock Radiohead se souciant de l’empreinte carbone de ses tournées, jusqu’au festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence qui s’emploie à concevoir des décors éco-responsables. Dans l’univers du théâtre lyrique, il s’agit bien là d’un changement radical de paradigme, tant semblait dominer jusqu’alors le modèle d’une magnificence perpétuée.

Comment dès lors repenser une nouvelle écologie du théâtre lyrique ? Cette transition attendue ne fait pour l’heure l’objet d’aucune étude exploratoire d’envergure qui sache articuler un questionnement d’ordre économique, technique, mais aussi esthétique.

Renouant avec la recherche-action, les responsables du séminaire s’engagent à combiner réflexions scientifiques (en invitant des spécialistes à présenter leurs travaux) et actions de recherche avec une douzaine d’étudiants dans les archives de l’Opéra Comique et auprès de celles et ceux qui y travaillent – chanteurs, musiciens, scénographes, régisseurs, équipes de production, etc.

Ce projet de séminaire vise donc à analyser les déterminants et les dynamiques de l’organisation de l’opéra, à partir de travaux existants et en amorçant de nouvelles recherches.  

Tirant avantage d’une interdisciplinarité choisie, ce séminaire réunira des historiens, des économistes, des sociologues, des spécialistes des sciences des arts et du management, ainsi que des étudiants de deux formations de l’EHESS : le master Arts, Littératures et Langages (ALL) et le master Institutions, Organisations, Économie et Société (IOES, co-habilité avec le l’université Paris-Dauphine, Mines ParisTech et l’EHESS).

Inscriptions auprès de :

Karine Le Bail (master ALL) : karine.le-bail@ehess.fr

Pierre-Cyrille Hautcoeur et Paul Lagneau-Ymonet (master IOES) : pierre-cyrille.hautcoeur@ehess.fr ; paul.lagneau-ymonet@dauphine.psl.eu


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Musique – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

séminaire sous la forme d'un atelier de recherche-création se déroulant à l'Opéra Comique à Paris chaque semaine, de 16 heures à 20 heures, de façon à travailler étroitement avec les différents métiers du théâtre lyrique, qu'il s'agisse des interprètes et créateurs (metteurs en scène, scénographes, chefs d'orchestre, chanteurs), des équipes techniques (régisseurs plateau, décorateurs, costumiers, éclairagistes) et bien sûr des personnels d'encadrement (direction de production, direction financière, secrétariat général, communication). Une présence régulière est requise.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

Atelier/séminaire sur candidature à adresser à :

Karine Le Bail (master ALL) : karine.le-bail@ehess.fr

Pierre-Cyrille Hautcoeur et Paul Lagneau-Ymonet (master IOES) : pierre-cyrille.hautcoeur@ehess.fr ; paul.lagneau-ymonet@dauphine.psl.eu

Pré-requis
-

Compte rendu


Organisé avec Karine Le Bail, CNRS-EHESS, CRAL) et Paul Lagneau-Ymonet (Dauphine, IRISSO). Ce séminaire a commencé cette année grâce à un accord avec l’Opéra Comique (OC) qui l’accueillait et y contribuait tant intellectuellement que pratiquement. Issu d’une interrogation co-construite sur les transformations nécessaires du modèle économique de l’opéra sous pression de la situation environnementale et plus généralement de développement durable, ce séminaire comportait trois volets qui se sont déroulés en partie dans le même temps, en partie successivement. Une série de séances a permis un cadrage de la littérature scientifique grâce aux invitations de Christophe Charle (Paris I), François Velde (Chicago Fed), Fabien Accominotti (Wisconsin, Madison), et à des discussions sur des travaux de référence. Le deuxième volet permit la rencontre d’artistes (Julie Devos, Frank Leguérinel, chanteurs, Pauline Bayle, metteuse en scène), et d’administrateurs artistiques (Jean-Claude Berutti, Opéra de Trèves, Daniel Troman de Pygmalion et Lorraine Villermaux des Talents lyriques). Le troisième volet consistait en un travail avec les services de l’OC de manière à analyser leur activité en fonction des questions construites lors des séances de travail collectif. De mars à juin, les étudiants, regroupés en quatre équipes thématiques (environnement, travail, billeterie, coûts de production), ont mené ce travail d’analyse dont la restitution a eu lieu début juillet. Plusieurs membres de la direction de l’OC ont participé de manière continue au séminaire (Sophie Houlbrèque, directrice de la production, Juliette Chevalier, secrétaire générale et Maria-Chiara Prodi. D’autres comme Olivier Mantei (directeur), Agnès Terrier (dramaturge) et Agathe Hermann (direction technique) sont intervenus plus ponctuellement.

Le séminaire partait d’une question construite collectivement avec la direction de l’OC sur la possibilité de concevoir des « modèles » de spectacle vivant (et d’abord d’opéra) alternatifs au modèle actuel. Par modèle on entendait un ensemble de caractéristiques cohérentes et formant système dans les domaines artistique, économique et social.

Après avoir cherché à mieux concevoir les modèles ayant existé historiquement, le séminaire a procédé par analyse d’expériences actuelles. Une analyse du public a été menée grâce aux données de billetterie de l’OC, une analyse des coûts (fixes et variables, par production et par saison) grâce à ses données de production, une étude de l’empreinte carbone réalisée en s’appuyant sur l’expérience du festival d’Aix en Provence et de l’ADEME, et une étude des solutions en matière de contrats de travail (notamment pour les chanteurs) avec les services juridiques et des ressources humaines. Le modèle de « troupe » alternatif au modèle de « festival permanent » a été analysé dans toutes ses dimensions (alternance au plateau, stockage, tournées). En revanche, à ce stade, la dimension des interactions avec la tutelle et avec les autres acteurs de l’opéra et du spectacle vivant est restée peu analysée et est envisagée pour l’année prochaine.

Publications

.

Dernière modification : 7 avril 2021 18:50

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Archives Culture Développement durable Histoire culturelle Histoire économique et sociale Socio-économie
Aires culturelles
France
Intervenant·e·s

Depuis quelques années, les mondes de l’art sont traversés par une préoccupation écologique toujours plus pressante, qui vient interroger jusqu’à leurs modèles de production. On relève de nombreuses initiatives qui tendent à réduire l’impact énergétique des spectacles, du groupe de rock Radiohead se souciant de l’empreinte carbone de ses tournées, jusqu’au festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence qui s’emploie à concevoir des décors éco-responsables. Dans l’univers du théâtre lyrique, il s’agit bien là d’un changement radical de paradigme, tant semblait dominer jusqu’alors le modèle d’une magnificence perpétuée.

Comment dès lors repenser une nouvelle écologie du théâtre lyrique ? Cette transition attendue ne fait pour l’heure l’objet d’aucune étude exploratoire d’envergure qui sache articuler un questionnement d’ordre économique, technique, mais aussi esthétique.

Renouant avec la recherche-action, les responsables du séminaire s’engagent à combiner réflexions scientifiques (en invitant des spécialistes à présenter leurs travaux) et actions de recherche avec une douzaine d’étudiants dans les archives de l’Opéra Comique et auprès de celles et ceux qui y travaillent – chanteurs, musiciens, scénographes, régisseurs, équipes de production, etc.

Ce projet de séminaire vise donc à analyser les déterminants et les dynamiques de l’organisation de l’opéra, à partir de travaux existants et en amorçant de nouvelles recherches.  

Tirant avantage d’une interdisciplinarité choisie, ce séminaire réunira des historiens, des économistes, des sociologues, des spécialistes des sciences des arts et du management, ainsi que des étudiants de deux formations de l’EHESS : le master Arts, Littératures et Langages (ALL) et le master Institutions, Organisations, Économie et Société (IOES, co-habilité avec le l’université Paris-Dauphine, Mines ParisTech et l’EHESS).

Inscriptions auprès de :

Karine Le Bail (master ALL) : karine.le-bail@ehess.fr

Pierre-Cyrille Hautcoeur et Paul Lagneau-Ymonet (master IOES) : pierre-cyrille.hautcoeur@ehess.fr ; paul.lagneau-ymonet@dauphine.psl.eu

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Musique – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

séminaire sous la forme d'un atelier de recherche-création se déroulant à l'Opéra Comique à Paris chaque semaine, de 16 heures à 20 heures, de façon à travailler étroitement avec les différents métiers du théâtre lyrique, qu'il s'agisse des interprètes et créateurs (metteurs en scène, scénographes, chefs d'orchestre, chanteurs), des équipes techniques (régisseurs plateau, décorateurs, costumiers, éclairagistes) et bien sûr des personnels d'encadrement (direction de production, direction financière, secrétariat général, communication). Une présence régulière est requise.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

Atelier/séminaire sur candidature à adresser à :

Karine Le Bail (master ALL) : karine.le-bail@ehess.fr

Pierre-Cyrille Hautcoeur et Paul Lagneau-Ymonet (master IOES) : pierre-cyrille.hautcoeur@ehess.fr ; paul.lagneau-ymonet@dauphine.psl.eu

Pré-requis
-
  • Autre lieu Paris
    Opéra Comique, 5 rue Favart 75002 Paris
    1er semestre / hebdomadaire, jeudi 16:00-20:00
    du 5 novembre 2020 au 4 février 2021

Organisé avec Karine Le Bail, CNRS-EHESS, CRAL) et Paul Lagneau-Ymonet (Dauphine, IRISSO). Ce séminaire a commencé cette année grâce à un accord avec l’Opéra Comique (OC) qui l’accueillait et y contribuait tant intellectuellement que pratiquement. Issu d’une interrogation co-construite sur les transformations nécessaires du modèle économique de l’opéra sous pression de la situation environnementale et plus généralement de développement durable, ce séminaire comportait trois volets qui se sont déroulés en partie dans le même temps, en partie successivement. Une série de séances a permis un cadrage de la littérature scientifique grâce aux invitations de Christophe Charle (Paris I), François Velde (Chicago Fed), Fabien Accominotti (Wisconsin, Madison), et à des discussions sur des travaux de référence. Le deuxième volet permit la rencontre d’artistes (Julie Devos, Frank Leguérinel, chanteurs, Pauline Bayle, metteuse en scène), et d’administrateurs artistiques (Jean-Claude Berutti, Opéra de Trèves, Daniel Troman de Pygmalion et Lorraine Villermaux des Talents lyriques). Le troisième volet consistait en un travail avec les services de l’OC de manière à analyser leur activité en fonction des questions construites lors des séances de travail collectif. De mars à juin, les étudiants, regroupés en quatre équipes thématiques (environnement, travail, billeterie, coûts de production), ont mené ce travail d’analyse dont la restitution a eu lieu début juillet. Plusieurs membres de la direction de l’OC ont participé de manière continue au séminaire (Sophie Houlbrèque, directrice de la production, Juliette Chevalier, secrétaire générale et Maria-Chiara Prodi. D’autres comme Olivier Mantei (directeur), Agnès Terrier (dramaturge) et Agathe Hermann (direction technique) sont intervenus plus ponctuellement.

Le séminaire partait d’une question construite collectivement avec la direction de l’OC sur la possibilité de concevoir des « modèles » de spectacle vivant (et d’abord d’opéra) alternatifs au modèle actuel. Par modèle on entendait un ensemble de caractéristiques cohérentes et formant système dans les domaines artistique, économique et social.

Après avoir cherché à mieux concevoir les modèles ayant existé historiquement, le séminaire a procédé par analyse d’expériences actuelles. Une analyse du public a été menée grâce aux données de billetterie de l’OC, une analyse des coûts (fixes et variables, par production et par saison) grâce à ses données de production, une étude de l’empreinte carbone réalisée en s’appuyant sur l’expérience du festival d’Aix en Provence et de l’ADEME, et une étude des solutions en matière de contrats de travail (notamment pour les chanteurs) avec les services juridiques et des ressources humaines. Le modèle de « troupe » alternatif au modèle de « festival permanent » a été analysé dans toutes ses dimensions (alternance au plateau, stockage, tournées). En revanche, à ce stade, la dimension des interactions avec la tutelle et avec les autres acteurs de l’opéra et du spectacle vivant est restée peu analysée et est envisagée pour l’année prochaine.

Publications

.