UE622 - Savoirs mathématiques et arts de penser à l'époque moderne. Règles, méthodes, algorithmes

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
http://mathshistoire.ehess.fr 
Langues
anglais français
Mots-clés
Anthropologie historique Cognition Histoire des sciences et des techniques Histoire du livre
Aires culturelles
Europe Transméditerranée Transnational/transfrontières

1) Les mathématiques entre règles : Pierre Fermat et Marie Crous.

Fermat et Crous étaient contemporains. Pour Marie Crous les mathématiques étaient un travail, notamment celui de préceptrice ou d'auteur à Paris. Pour Fermat, elles étaient un otium savant, un refuge par rapport à ses responsabilités à la cour de justice de Toulouse. Le plus célèbre se consacra à la nouvelle algèbre de François Viète, l'algèbre symbolique, en trouva des usages en plusieurs domaines classiques et en fonda de nouveaux, tels que la géométrie analytique et les prémices du calcul infinitésimal. Quant à la mathématicienne Marie Crous développa l'arithmétique d'un autre auteur du XVIe siècle, l'ingénieur Simon Stevin, et introduisit les nombres décimaux avec une nouvelle notation.

Dans les deux cas, il s'agissait d'une vaste transformation du sens des nombres et du sens calcul. L'algèbre, qui avait été propre au monde du négoce, se transformait en art de penser, en langue et grammaire pour la solution de problèmes. En arithmétique aussi, une notation et des règles permettraient de réduire la solution de tout problème à un calcul.

L’enquête historique doit tenir compte des aspects culturels, anthropologiques et sociaux qui ont favorisé ces transformation. L’histoire de l’algèbre et de l'arithmétique du négoce sont étudiées en relation avec l’histoire des mathématiques anciennes et modernes, du livre, de la philosophie, des institutions et des techniques à l’époque moderne.

2) Histoire de l'algorithme.

En parallèle, une séance par mois sera en visioconférence avec le Center for Science, Technology, Medicine and Society de l'Université de Berkeley et consacrée à notre séminaire commun dans le cadre du projet international Algebraic language and the algorithm: Art of thinking, thinking machines, and machines’ thinking. financé par le Fund France-Berkeley.

    Le programme détaillé n'est pas disponible.

    • Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S1-S2-M2/S3-S4
      Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
      MCC – fiche de lecture
    • Giovanna C. Cifoletti [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques (CAK)
    Contacts additionnels
    giovanna.cifoletti@ehess.fr
    Informations pratiques

    sur rendez-vous pris par courriel à l'adresse indiquée.

    Direction de travaux des étudiants

    direction de master et de doctorants.

    Réception des candidats

    sur rendez-vous pris par courriel à l'adresse indiquée.

    Pré-requis

    aucun.

    Aucun planning disponible.


    Intervenant·e·s


    • Giovanna C. Cifoletti [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques (CAK)

    Planning


    Aucun planning disponible.


    Description


    Type d'UE
    Séminaires DE/MC
    Disciplines
    Histoire
    Page web
    http://mathshistoire.ehess.fr 
    Langues
    anglais français
    Mots-clés
    Anthropologie historique Cognition Histoire des sciences et des techniques Histoire du livre
    Aires culturelles
    Europe Transméditerranée Transnational/transfrontières

    1) Les mathématiques entre règles : Pierre Fermat et Marie Crous.

    Fermat et Crous étaient contemporains. Pour Marie Crous les mathématiques étaient un travail, notamment celui de préceptrice ou d'auteur à Paris. Pour Fermat, elles étaient un otium savant, un refuge par rapport à ses responsabilités à la cour de justice de Toulouse. Le plus célèbre se consacra à la nouvelle algèbre de François Viète, l'algèbre symbolique, en trouva des usages en plusieurs domaines classiques et en fonda de nouveaux, tels que la géométrie analytique et les prémices du calcul infinitésimal. Quant à la mathématicienne Marie Crous développa l'arithmétique d'un autre auteur du XVIe siècle, l'ingénieur Simon Stevin, et introduisit les nombres décimaux avec une nouvelle notation.

    Dans les deux cas, il s'agissait d'une vaste transformation du sens des nombres et du sens calcul. L'algèbre, qui avait été propre au monde du négoce, se transformait en art de penser, en langue et grammaire pour la solution de problèmes. En arithmétique aussi, une notation et des règles permettraient de réduire la solution de tout problème à un calcul.

    L’enquête historique doit tenir compte des aspects culturels, anthropologiques et sociaux qui ont favorisé ces transformation. L’histoire de l’algèbre et de l'arithmétique du négoce sont étudiées en relation avec l’histoire des mathématiques anciennes et modernes, du livre, de la philosophie, des institutions et des techniques à l’époque moderne.

    2) Histoire de l'algorithme.

    En parallèle, une séance par mois sera en visioconférence avec le Center for Science, Technology, Medicine and Society de l'Université de Berkeley et consacrée à notre séminaire commun dans le cadre du projet international Algebraic language and the algorithm: Art of thinking, thinking machines, and machines’ thinking. financé par le Fund France-Berkeley.

      Le programme détaillé n'est pas disponible.


      Master


      • Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S1-S2-M2/S3-S4
        Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
        MCC – fiche de lecture

      Renseignements


      Contacts additionnels
      giovanna.cifoletti@ehess.fr
      Informations pratiques

      sur rendez-vous pris par courriel à l'adresse indiquée.

      Direction de travaux des étudiants

      direction de master et de doctorants.

      Réception des candidats

      sur rendez-vous pris par courriel à l'adresse indiquée.

      Pré-requis

      aucun.