Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE612 - Polythéisme et société : façons de voir l'invisible


Lieu et planning


  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / hebdomadaire, jeudi 16:00-18:00
    du 5 novembre 2020 au 27 mai 2021


Description


Dernière modification : 4 septembre 2020 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
Anthropologie historique Anthropologie sociale Anthropologie visuelle Antiquité (sciences de l’) Comparatisme Écriture Ethnographie Fait religieux Objets Religieux (sciences sociales du) Rituel
Aires culturelles
Afrique Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cléo Carastro [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

Y aurait-il des spécificités dans la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste ? Et si oui, lesquelles ? Ce séminaire reposera sur une enquête comparatiste (Grèce ancienne, sociétés voltaïques) autour de questions d’anthropologie religieuse, en convoquant le problème de la figuration des êtres et des puissances invisibles. Une attention particulière sera accordée aux expériences de vision et aux spéculations sur cette notion, mais également au rapport aux morts et à la manière dont humains et non-humains entrelacent leurs agentivités.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire a poursuivi la réflexion inaugurée l’année précédente sur les spécificités  éventuelles de la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste. Une perspective comparatiste sensible aux faits linguistiques a été d’emblée retenue comme la voie susceptible de déjouer le discours et les présupposés propres des sociétés modernes sur les faits religieux, qui ont été pensés sur le modèle monothéiste abrahamique. Pour ce faire, le rapport à l’invisible, entendu au sens large, a été choisi comme champ d’enquête privilégié afin de dépasser la question classique de la communication rituelle avec l’invisible et de son appropriation exclusive par des figures charismatiques. C’est au contraire les formes diverses de savoirs, de pratiques visuelles et de discours sur l’invisible qui ont fait l’objet d’analyse, en passant par des artefacts et des gestes propres à la vie rituelle, ainsi que les corpus médical, rhétorique, historiographique, ou encore le théâtre. A côté des poètes, des peintres-potiers, des sculpteurs, les dramaturges participent aussi en effet à la gestion du rapport à l’invisible. Pour ce qui concerne l’expérience athénienne, l’on s’est interrogé sur la manière dont de nouveaux dispositifs visuels du Ve siècle avant notre ère ont permis à la cité de mettre en place un rapport inédit aux morts, notamment à ceux qui étaient liés à la guerre. Des pièces comme l’Antigone de Sophocle ont permis de s’intéresser de près à des rapports de genre et des propositions politiques du faire société qui offriront des voies nouvelles au contrat social de la fin de siècle, pendant la guerre du Péloponnèse. L’émergence de nouvelles figures d’opérateurs rituels et de discours nouveaux sur la guerre et ses effets sur le lien social permettent de tracer avec plus de précision les traits saillants d’un paysage polythéiste qui a échappé aux analyses du politique en terre grecque, trop souvent centré encore sur la notion de laïcisation et moins sur les raisons, les destins et les agentivités entremêlées entre humains et non-humains.

En collaboration avec l’IEA, la séance du 18 mai a été consacrée à un exposé de Christopher Faraone intitulé « Human and Divine Power in the Speech-Acts of Ancient Greek Healing and Cursing ». Le séminaire a également accueilli des exposés de plusieurs étudiant·e·s qui ont favorisé une plus grande participation, malgré les difficultés liées à leur isolement pendant le confinement. Qu’elles et ils en soient vivement remercié·e·s.

Publications

Dernière modification : 4 septembre 2020 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
Anthropologie historique Anthropologie sociale Anthropologie visuelle Antiquité (sciences de l’) Comparatisme Écriture Ethnographie Fait religieux Objets Religieux (sciences sociales du) Rituel
Aires culturelles
Afrique Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cléo Carastro [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

Y aurait-il des spécificités dans la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste ? Et si oui, lesquelles ? Ce séminaire reposera sur une enquête comparatiste (Grèce ancienne, sociétés voltaïques) autour de questions d’anthropologie religieuse, en convoquant le problème de la figuration des êtres et des puissances invisibles. Une attention particulière sera accordée aux expériences de vision et aux spéculations sur cette notion, mais également au rapport aux morts et à la manière dont humains et non-humains entrelacent leurs agentivités.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / hebdomadaire, jeudi 16:00-18:00
    du 5 novembre 2020 au 27 mai 2021

Le séminaire a poursuivi la réflexion inaugurée l’année précédente sur les spécificités  éventuelles de la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste. Une perspective comparatiste sensible aux faits linguistiques a été d’emblée retenue comme la voie susceptible de déjouer le discours et les présupposés propres des sociétés modernes sur les faits religieux, qui ont été pensés sur le modèle monothéiste abrahamique. Pour ce faire, le rapport à l’invisible, entendu au sens large, a été choisi comme champ d’enquête privilégié afin de dépasser la question classique de la communication rituelle avec l’invisible et de son appropriation exclusive par des figures charismatiques. C’est au contraire les formes diverses de savoirs, de pratiques visuelles et de discours sur l’invisible qui ont fait l’objet d’analyse, en passant par des artefacts et des gestes propres à la vie rituelle, ainsi que les corpus médical, rhétorique, historiographique, ou encore le théâtre. A côté des poètes, des peintres-potiers, des sculpteurs, les dramaturges participent aussi en effet à la gestion du rapport à l’invisible. Pour ce qui concerne l’expérience athénienne, l’on s’est interrogé sur la manière dont de nouveaux dispositifs visuels du Ve siècle avant notre ère ont permis à la cité de mettre en place un rapport inédit aux morts, notamment à ceux qui étaient liés à la guerre. Des pièces comme l’Antigone de Sophocle ont permis de s’intéresser de près à des rapports de genre et des propositions politiques du faire société qui offriront des voies nouvelles au contrat social de la fin de siècle, pendant la guerre du Péloponnèse. L’émergence de nouvelles figures d’opérateurs rituels et de discours nouveaux sur la guerre et ses effets sur le lien social permettent de tracer avec plus de précision les traits saillants d’un paysage polythéiste qui a échappé aux analyses du politique en terre grecque, trop souvent centré encore sur la notion de laïcisation et moins sur les raisons, les destins et les agentivités entremêlées entre humains et non-humains.

En collaboration avec l’IEA, la séance du 18 mai a été consacrée à un exposé de Christopher Faraone intitulé « Human and Divine Power in the Speech-Acts of Ancient Greek Healing and Cursing ». Le séminaire a également accueilli des exposés de plusieurs étudiant·e·s qui ont favorisé une plus grande participation, malgré les difficultés liées à leur isolement pendant le confinement. Qu’elles et ils en soient vivement remercié·e·s.

Publications