UE602 - Phénoménologie et morphodynamique du signe

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Linguistique, sémantique
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Linguistique Morphologie Sémantique Sémiotique
Aires culturelles
-

Une phénoménologie sémiolinguistique s’intéresse aux signes du point de vue des formes de leur apparaître. Une science sémiolinguistique, à travers un dispositif catégorial spécifique à portée objectivante, entend rendre compte des configurations et des fonctionnements que les phénomènes-signes manifestent à titre d’observables. Prenant comme point de départ le problème « classique » de la connaissance, qui est celui d’un recouvrement des formes de l’intuition et de l’entendement, et mobilisant certains des dispositifs épistémologiques prévalents qui y répondent (Kant, Popper), on examinera quelles formes particulières conditionnent un savoir légitime en matière de signe et de sens. Pour conduire la discussion on fera appel aux analyses phénoménologiques du signe et de la parole élaborées respectivement par Husserl et Merleau-Ponty, et, au plan des déterminations sémiolinguistiques, au structuralisme saussurien dans sa formulation morphodynamique (Thom, Petitot). On pourra alors argumenter en faveur d’une conception où une « masse parlante » sans consistance propre se trouve diversement configurée au plan de son apparaître (formes de donation) en fonction des pratiques sémiolinguistiques auxquelles les locuteurs la plient, notamment au travers de schémas normatifs. C’est dire que la détermination d’un plan d’objectivité sémiolinguistique est corrélative à la constitution d’un ordre de phénoménalité y répondant et le manifestant. On retrouve ainsi une problématique de l’expressivité (comme présence tangible du sens) et de la sémiogenèse (comme polarisation en signifiant et signifié), dans le cadre de laquelle cette conjoncture, qui ne va pas sans paradoxes, trouve sens et consistance.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Arts, littératures et langages-Linguistique et écrit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre (mini-memoire)
  • Philosophie du langage et de l'esprit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre (mini-memoire)
  • Alessandro Sarti [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • David Piotrowski   chargé de recherche, CNRS /
Contacts additionnels
david.piotrowski@ehess.fr
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Direction de travaux des étudiants sur RDV uniquement

Réception des candidats

Contacter David Piotrwski par courriel

Pré-requis

Pas des pré-requis

  • 54 bd Raspail
    Salle A04_47
    54 bd Raspail 75006 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 2 mars 2021 au 8 juin 2021


Intervenant·e·s


  • Alessandro Sarti [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • David Piotrowski   chargé de recherche, CNRS /

Planning


  • 54 bd Raspail
    Salle A04_47
    54 bd Raspail 75006 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 2 mars 2021 au 8 juin 2021


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Linguistique, sémantique
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Linguistique Morphologie Sémantique Sémiotique
Aires culturelles
-

Une phénoménologie sémiolinguistique s’intéresse aux signes du point de vue des formes de leur apparaître. Une science sémiolinguistique, à travers un dispositif catégorial spécifique à portée objectivante, entend rendre compte des configurations et des fonctionnements que les phénomènes-signes manifestent à titre d’observables. Prenant comme point de départ le problème « classique » de la connaissance, qui est celui d’un recouvrement des formes de l’intuition et de l’entendement, et mobilisant certains des dispositifs épistémologiques prévalents qui y répondent (Kant, Popper), on examinera quelles formes particulières conditionnent un savoir légitime en matière de signe et de sens. Pour conduire la discussion on fera appel aux analyses phénoménologiques du signe et de la parole élaborées respectivement par Husserl et Merleau-Ponty, et, au plan des déterminations sémiolinguistiques, au structuralisme saussurien dans sa formulation morphodynamique (Thom, Petitot). On pourra alors argumenter en faveur d’une conception où une « masse parlante » sans consistance propre se trouve diversement configurée au plan de son apparaître (formes de donation) en fonction des pratiques sémiolinguistiques auxquelles les locuteurs la plient, notamment au travers de schémas normatifs. C’est dire que la détermination d’un plan d’objectivité sémiolinguistique est corrélative à la constitution d’un ordre de phénoménalité y répondant et le manifestant. On retrouve ainsi une problématique de l’expressivité (comme présence tangible du sens) et de la sémiogenèse (comme polarisation en signifiant et signifié), dans le cadre de laquelle cette conjoncture, qui ne va pas sans paradoxes, trouve sens et consistance.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Arts, littératures et langages-Linguistique et écrit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre (mini-memoire)
  • Philosophie du langage et de l'esprit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – autre (mini-memoire)

Renseignements


Contacts additionnels
david.piotrowski@ehess.fr
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Direction de travaux des étudiants sur RDV uniquement

Réception des candidats

Contacter David Piotrwski par courriel

Pré-requis

Pas des pré-requis