UE596 - Économie et religion : histoire d'une analogie


Planning


  • Enseignement à distance/webinaire
    webinaire
    https://listsem.ehess.fr/
    annuel / bimensuel (1re/3e), mercredi 13:00-15:00
    du 21 octobre 2020 au 16 juin 2021


Description


Dernière modification : 7 avril 2021 19:17

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Économie Économie politique Histoire Théologie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Antonin Pottier [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED)
  • Sylvain Piron   directeur d'études, EHESS / Anthropologie historique du long Moyen Âge (CRH-AHLoMA)

Les Physiocrates ont été décrits comme une "secte", les économistes contemporains se séparent en "orthodoxes" ou "hétérodoxes", les théologiens de la libération fustigent "l'idolâtrie du marché". "Accumulez, accumulez! c'est la loi et les prophètes!" disait déjà Marx.

Nombreuses sont les analogies avec les phénomènes religieux mobilisées pour parler de l'économie, entendue tant comme relations économiques que comme discours sur celles-ci. Le but du séminaire sera d'analyser les différentes manifestations de cette analogie à travers l'histoire, depuis le XVIIIe siècle. Quelles fonctions ont remplies ces analogies? Qui les formule, dans quel contexte et dans quel but?

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous uniquement.

Réception des candidats

sur rendez-vous uniquement.

Pré-requis

sur rendez-vous uniquement.


Compte rendu


Dans la continuité de l'année dernière, le séminaire s'est attaché à étudier l'analogie entre économie et religion. Un premier axe, poursuivant les réflexions passées, a consisté à explorer les soubassements théoriques de cette analogie, d'une part par le retour critique sur le concept de religion, d'autre part par l'étude de textes littéraires qui proposent une interprétation métaphysique et religieuse du capitalisme, notamment le second Faust de Goethe.
Un second axe a exploré l'histoire de cette analogie, en étudiant en détail certains moments où des termes religieux ont été appliqués pour décrire l'économie. Deux composantes, une sociologique et une discursive, semblent expliquer ces qualifications: d'une part, la formation d'un petit groupe de personnes, interagissant fortement ensemble, et presque exclusivement, au point de donner le sentiment de former une "secte". Cette désignation, appliquée aux Physiocrates, constitue le cas initial d'une séparation des "économistes" au sein de la vie intellectuelle, séparation qui se retrouve à d'autres moments. D'autre part, un discours de type dogmatique, c'est-à-dire un discours systématique et qui apparaît imperméable à la contradiction. Ce fonctionnement se retrouve à diverses époques dans l'histoire de l'économie, ce qui explique la résurgence périodique du vocabulaire religieux pour la décrire et la continuité de l'usage de certains termes, comme le terme "orthodoxe" qui a fait l'objet d'une étude spécifique.

Publications

Antonin Pottier

  • Avec Nicolas Taconet et Céline Guivarch, « Social Cost of Carbon under risk : when does risk play a role ? », Environmental and Resource Economics, 78, p. 709–737, 2021.
  • Avec Marc Fleurbaey, Aurélie Méjean et Stéphane Zuber, « Climate change and population : an integrated assessment of mortality due to health impacts », Ecological Economics, 183, p. 106967, mai 2021.
  • Avec Emmanuel Combet, Jean-Michel Cayla, Simona de Lauretis et Franck Nadaud, « Qui émet du CO 2 ? panorama critique des inégalités écologiques en France », Revue de l’OFCE, 169, p. 73–132, 2020.
  • Avec Aurélie Méjean, Stéphane Zuber et Marc Fleurbaey, « Intergenerational equity under catastrophic climate change », Climatic Change, 163 (2), p. 873–890, 2020.

Dernière modification : 7 avril 2021 19:17

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Économie Économie politique Histoire Théologie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Antonin Pottier [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED)
  • Sylvain Piron   directeur d'études, EHESS / Anthropologie historique du long Moyen Âge (CRH-AHLoMA)

Les Physiocrates ont été décrits comme une "secte", les économistes contemporains se séparent en "orthodoxes" ou "hétérodoxes", les théologiens de la libération fustigent "l'idolâtrie du marché". "Accumulez, accumulez! c'est la loi et les prophètes!" disait déjà Marx.

Nombreuses sont les analogies avec les phénomènes religieux mobilisées pour parler de l'économie, entendue tant comme relations économiques que comme discours sur celles-ci. Le but du séminaire sera d'analyser les différentes manifestations de cette analogie à travers l'histoire, depuis le XVIIIe siècle. Quelles fonctions ont remplies ces analogies? Qui les formule, dans quel contexte et dans quel but?

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous uniquement.

Réception des candidats

sur rendez-vous uniquement.

Pré-requis

sur rendez-vous uniquement.

  • Enseignement à distance/webinaire
    webinaire
    https://listsem.ehess.fr/
    annuel / bimensuel (1re/3e), mercredi 13:00-15:00
    du 21 octobre 2020 au 16 juin 2021

Dans la continuité de l'année dernière, le séminaire s'est attaché à étudier l'analogie entre économie et religion. Un premier axe, poursuivant les réflexions passées, a consisté à explorer les soubassements théoriques de cette analogie, d'une part par le retour critique sur le concept de religion, d'autre part par l'étude de textes littéraires qui proposent une interprétation métaphysique et religieuse du capitalisme, notamment le second Faust de Goethe.
Un second axe a exploré l'histoire de cette analogie, en étudiant en détail certains moments où des termes religieux ont été appliqués pour décrire l'économie. Deux composantes, une sociologique et une discursive, semblent expliquer ces qualifications: d'une part, la formation d'un petit groupe de personnes, interagissant fortement ensemble, et presque exclusivement, au point de donner le sentiment de former une "secte". Cette désignation, appliquée aux Physiocrates, constitue le cas initial d'une séparation des "économistes" au sein de la vie intellectuelle, séparation qui se retrouve à d'autres moments. D'autre part, un discours de type dogmatique, c'est-à-dire un discours systématique et qui apparaît imperméable à la contradiction. Ce fonctionnement se retrouve à diverses époques dans l'histoire de l'économie, ce qui explique la résurgence périodique du vocabulaire religieux pour la décrire et la continuité de l'usage de certains termes, comme le terme "orthodoxe" qui a fait l'objet d'une étude spécifique.

Publications

Antonin Pottier

  • Avec Nicolas Taconet et Céline Guivarch, « Social Cost of Carbon under risk : when does risk play a role ? », Environmental and Resource Economics, 78, p. 709–737, 2021.
  • Avec Marc Fleurbaey, Aurélie Méjean et Stéphane Zuber, « Climate change and population : an integrated assessment of mortality due to health impacts », Ecological Economics, 183, p. 106967, mai 2021.
  • Avec Emmanuel Combet, Jean-Michel Cayla, Simona de Lauretis et Franck Nadaud, « Qui émet du CO 2 ? panorama critique des inégalités écologiques en France », Revue de l’OFCE, 169, p. 73–132, 2020.
  • Avec Aurélie Méjean, Stéphane Zuber et Marc Fleurbaey, « Intergenerational equity under catastrophic climate change », Climatic Change, 163 (2), p. 873–890, 2020.