Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE571 - Construire une recherche interdisciplinaire avec les sciences de la vie et de la terre


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle polyvalente 50
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 09:00-11:00
    du 5 mars 2021 au 11 juin 2021


Description


Dernière modification : 26 mai 2021 08:39

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Environnement Épistémologie Interactions Méthodes et techniques des sciences sociales Sciences
Aires culturelles
Afrique Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Benoit Hazard [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Mathieu Arnoux   directeur d'études, EHESS - professeur des universités, Université de Paris / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Barbara Glowczewski   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d'anthropologie sociale (LAS)

L’émergence de recherches portant sur les dynamiques environnementales s’accompagne de l’apparition de nouveaux objets dans le champ des sciences sociales. Reflétant des tournants majeurs dans l’histoire des disciplines et des approches, les « objets environnementaux » invitent à déployer de nouveaux paradigmes qui insistent sur les logiques d’interdépendances et d’interconnexion entre les différentes sphères de la vie. De façon pratique, ces objets invitent à articuler les données provenant d’horizon disciplinaires différentes, conçues à des échelles spatio-temporelles différentes, et qui pourtant, posent des problèmes de commensurabilité. Comment interroger les « nexus » de ces configurations interdépendantes dans les champs des études environnementales ?  Quels « proxies » mobiliser pour comprendre certaines dynamiques environnementales dans un épistémologie propre aux sciences sociales ?

Ce séminaire propose de donner les moyens aux étudiants de réfléchir à l'articulation de leurs projets de recherche avec/et/ dans d'autres champs disciplinaires. À partir de la présentation de recherche en cours, il explore la question de l’articulation de proxies ou d’ensemble de données, en apparence, hétérogènes à travers trois notions au cœur des dynamiques environnementales : le paysage, l’énergie et les sols dans des perspectives interdisciplinaires ?

En 2020-2021, les interventions seront construites en collaboration avec le LIED (Laboratoire interdisciplinaire sur les énergies de demain) et des chercheurs du groupe de travail « Sol » de l’Alliance environnement (Allenvi), des chercheurs en SHS travaillant sur les sols de Tarnac et d'ailleurs. Reposant sur une alternance entre la forme du séminaire et l’atelier, les participants prendront part à la construction d’une recherche visant à produire une veille scientifique et un état de l’art sur la question du « sol » en SHS.

Programme (sous réserve de modifications)

5 mars 2021 : Séance introductive avec Benoit Hazard (anthropologue, IIAC, CNRS), Barbara Glowczewski (anthropologue, LAS-CNRS/EHESS/Collège de France/PSL), Mathieu Arnoux (historien, DE, EHESS & Paris 7 LIED), Stéphane Tonnelat (anthropologue, LAVUE, CNRS)

12 mars 2021 : Christian Valentin (IRD), "Les usages des sols" en 2050 suivie de « Degradation et rehabilitation des sols ».

Bibliographie utile :

  • Christian Valentin, « Les sols au cœur de la zone critique de la Terre », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, ID : 10670/1.67n2m6
  • Christian Valentin et al., « Erosion et conservation des sols dans les bassins versants du Laos », CLACSO, Repositorio Digital, ID : 10670/1.iw17ig
  • Bruno Latour, Où atterir? Comment s'orienter en politique, la découverte, 2017. & « Some Advantages of the Notion of “Critical Zone », Sciences Po Institutional REpository.

19 mars 2021 : Céline Casali (master Écologie, biodiversité, évolution, diplômée spécialité biologie, ENS,  2015, maraîchère indépendante, Nouvelle Zélande, Québec, France) « Interdisciplinarité dans les exploitations agricoles : exemple d'un réseau d'autoconstrutuction en région de Rennes »

Enregistrement de la séance : https://zoom.us/rec/share/03mlXG2dJ-S6jHpuZHldu44JaVNnHXWVRhxaIq-F4OonmYqFkzagr4GY7QHNx_W6.NNKueV6zytbMmZIG?startTime=1616141959000

Liens recommandés par Céline :

26 mars 2021 :

  • Stéphane Tonnelat (CNRS), « Les terres agricoles de Gonesse : aménageurs, militants environnementalistes et exploitants agricoles de plaine céréalière en bordure de Paris » (titre provisoire)
  • Robert Levesque (président d'Agter, membre de CARMA), « La "terre" comme "commun" de l'Humanité »

Lien : http://www.agter.asso.fr/rubrique69_fr.html

2 avril 2021 : Hervé Coves ("agronome, devenu franciscain à 46 ans, suite à une expérience mystique en Amazonie où il découvrit que : la Vie est belle!"), « Récolter le soleil et cultiver la pluie »

Lien vers la séance enregistrée : Partager l'enregistrement avec les spectateurs:
https://zoom.us/rec/share/kKk-5xfcZuHhF3bhW6FBGaZvjF17WEv19NyR7erwbv2RMJGHi6_n5b4MEH0O_8P6.8eZonYp0_avkxWI1 (Code secret: &u6!xKJ?)

Ressources :

Lectures en écho : https://www.revue-ballast.fr/des-graines-fugitives/ et sur les mauvaises herbes et autres plantes nomades en Australie : https://open.spotify.com/episode/4JM4cIXFIx9swSs4L0mBTY?si=mvlQncRHQ8G0Q2FCMlxwSg&utm_source=copy-link

9 avril 2021 : Le droit des sols agricoles comme biens communs avec Maylis Desrousseaux (Ph. D., maître de conférences, CNAM-ESGT) & Adrien Baysse-Laisné.

Enregistrement de la séance : https://zoom.us/rec/share/kycDPseDp3pMZ2KDd8AkRC7vAFPx-MXB8kboAqXWYVr69phqXCLnOM5Z0XGdyxKB.SSwe7miQnDb7uSm4 (Code d'accès: %L*mZ3H%)

Références bibliographique de la séance :

  • Jacob, J.-P. et Le Meur, P.-Y. (2010),  Citoyennete locale, foncier, appartenances et reconnaissance dans les societes du Sud , in Jacob, J.-P. et Le Meur, P.-Y. (dir.), Politique de la terre et de l'appartenance.  Droits fonciers et citoyennete locale dans les societes du Sud, p. 5{57, Karthala, Paris. 
  • Horst, M., McClintock, N., Baysse-Lainé, A. et al. Translating land justice through comparison: a US–French dialogue and research agenda. Agric Hum Values (2021), en accès libre : https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10460-021-10202-4 
  • Li, 2014 : pdf en PJ
  • Étienne Le Roy, La terre de l’autre. Une anthropologie des régimes d’appropriation foncière, Paris, LGDJ Lextenso, 2011, 441 p., ISBN 978-2-275-03777-6 
  • Germain Meulemans et Céline Granjou, « Les sols, nouvelle frontière pour les savoirs et les politiques de l’environnement », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/14027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.14027

16 avril 2021 : Présentation discussion de travaux des étudiants

https://zoom.us/rec/share/LxQVgzUslBZ6B7IFhddLGU_suB8-mMhK2rTuzzSR5K7FoLT4faioY7uDA8rRtUSQ.v-5eCV138pFamrUZ (Code secret: 4^&#!1dZ)

7 mai 2021 : séance annulée - stage de terrain études environnementales.

21 mai 2021 :

  • Germain Meulemans "(Re)construire les sols du Grand Paris : une anthropologie des sciences et techniques du sol urbain."
  • Benoît Hazard (CNRS), « Dépolluer les sols des friches : appropriation ou alienation  Le cas de la zone des Tartres (Nord de Paris) »

Pour réécouter la séance :
https://zoom.us/rec/share/smxLSXOz4l4MQ7m07F4OBPsCTNQRlfCFSjiC_pHlMk5SSiBFh48_9kD0b-DOwLkx.Ww3Pt8ZRCtjDw9zp

Quelques éléments bibliographiques de la séance :

- Abrahamsson, Sebastian, et Filippo Bertoni (2014). « Compost Politics: Experimenting with Togetherness in Vermicomposting. » Environmental Humanities. 4(1):125-148. 

- Anusas, Mike et Cristián Simonetti [dir.] (2020). Surfaces. Transformations of Body, Materials and Earth. Londres : Routledge.

- Barles, Sabine (2005). L’invention des déchets urbains, France, 1790-1970. Seyssel : Champ Vallon.

- Certomà, Chiara (2015). « Critical Urban Gardening. » In: Think Global, Eat Local: Exploring Foodways, édité par Michel Pimbert, Rachel Shindelar, et Hanna Schösler, RCC Perspectives 2015, no. 1, pp. 13–17.

- Clark, Nigel (2017). « Politics of Strata. » Theory, Culture & Society. 34(2–3):211–231.

- Ingold, Tim (2004). « Culture on the Ground: The World Perceived Through the Feet. » Journal of Material Culture. 9(3):315-340.

- Melosi, Martin (2000). The sanitary city : urban infrastructure in America from colonial times to the present. Baltimore : Johns Hopkins.

- Meulemans, Germain (2019). « Wormy Collaborations in Practices of Soil Construction. » Theory, Culture & Society. 37(1) : 93-112.

- Mol, Annemarie (2002). The body multiple: ontology in medical practice. Durham, North Carolina : Duke University Press.

 

 

28 mai 2021 :

  • Mathilde Chomel (postdoctorante, École des Sciences environnementales et de la terre, Université de Manchester, « Le monde fascinant sous nos pieds »
    Nous marchons sur le sol tous les jours mais combien de fois vous vous êtes demandé ce qu’il se passait sous vos pieds ? Je présenterai au cours de ce séminaire mon parcours de chercheur en écologie fonctionnelle et mes thématiques de recherche portant sur le fonctionnement des sols et leur biodiversité. Je m'intéresse particulièrement à la quantification des effets des changements globaux et des humains sur nos terres et à la manière dont ces connaissances peuvent être utilisées pour lutter contre les problèmes mondiaux.
  • Virginie Baldy (professeur des Universités, Equipe DFME IMBE, Marseille) & Adriane Aupic-Samain (Doctorat en Sciences de l'environnement;  ATER à L'université d'Aix-Marseille, Equipe DFME IMBE, Marseille), « La forêt méditerranéenne face au changement climatique : quels impacts sur les réseaux trophiques du sol ? »

Bibliographie :

  • Aupic-Samain A., Santonja M., Pereira S., Quer E., Chomel M., Fernandez C., Baldy V. 2021. Soil biota response to experimental rainfall reduction depends on the dominant tree species in mature Northern Mediterranean forests. Soil Biology and Biochemistry. DOI: 10.1016/j.soilbio.2020.108122.
  • Aupic-Samain A., Baldy V., Delcourt N., Krogh P.H., Gauquelin T., Fernandez C., Santonja M. 2020. Water availability rather than temperature control soil fauna community structure and prey-predator interactions. Functional Ecology. DOI: 10.1111/1365-2435.13745.
  • Aupic-Samain A., Baldy V., Lecareux C., Fernandez C., Santonja M. 2019. Tree litter identity and predator density control prey and predator demographic parameters in a Mediterranean litter-based multi-trophic system. Pedobiologia 73:1-9. DOI: 10.1016/j.pedobi.2019.01.003.
  • Pereira S., Burešová A., Kopecky J., Mádrová P., Aupic-Samain A., Fernandez C., Baldy V., Sagova-Mareckova M. 2019. Litter traits and rainfall reduction alter microbial litter decomposers: the evidence from three Mediterranean forests. FEMS Microbiology Ecology, 95(12). DOI: 10.1093/femsec/fiz168.
  • Santonja M., Aupic-Samain A., Forey E., Chauvat M. 2018. Increasing temperature and decreasing specific leaf area amplify centipede predation impact on Collembola. European Journal of Soil Biology 89:9-13. DOI: 10.1016/j.ejsobi.2018.08.002.

4 juin 2021 : Mathieu Arnoux, Petros Chtzimpiros et José Halloy (LIED) Sol/énergie/durabilité (à préciser).

11 juin 2021 : Présentation de travaux par les étudiants.


Master


  • Méthodologie – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, recherche collective
  • Méthodologie – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – recherche collective, fiche de lecture
  • Méthodologie – Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, recherche collective
  • Méthodologie – Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – recherche collective, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
bhazard@ehess.fr barbara.glowczewski@gmail.com mathieu.arnoux@ehess.fr
Informations pratiques

renseignements : Benoît Hazard, Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain, EHESS, bureau A 0507, 54 bd Raspail 75006 Paris, tél. : 01 40 82 75 35 ou par courriel auprès des enseignants.

Direction de travaux des étudiants

Benoit Hazard. Réception le jeudi après-midi sur rendez-vous. Bureau 507, 54 bd Raspail 75006 Paris.

Réception des candidats

Benoit Hazard. Réception le jeudi après-midi sur rendez-vous. Bureau 507, 54 bd Raspail 75006 Paris.

Pré-requis

étudiants de niveau master, doctorat et chercheurs. Les auditeurs libres sont acceptés.


Compte rendu


Le « sol » a formé le point d’ancrage du séminaire sur l’interdisciplinarité avec les sciences de la vie et de la terre. A partir d’un exercice réflexif sur le rapport que les organisateurs entretiennent aux sols dans leurs propres disciplines, et comme préalable à la question : « Qu’est-ce qu’un sol ? », le séminaire s’est, dans un premier temps, interrogé sur la diversité des terminologies disciplinaires (« terre » ; « terre mer » ; « zone critique » ; etc.). À partir de ses recherches sur les terres de Gonesse, St. Tonnelat (CNRS) note qu’ « on ne parle jamais du sol bien qu’il soit toujours présent » tandis que B. Glowczewski (CNRS) souligne comment la revendication de droits sur leurs terres ancestrales, la relation à la terre et à ses esprits, a joué dans les mobilisations des Walpiri australiens. Au-delà de la terminologie, ces interventions pointent comment les « sols » sont invisibilisés dans nos sociétés capitalistes avancées, alors même que l’humanité fut longtemps pensée comme une extension de la terre.

Cette relation coextensive de l’homme à la terre-mère, n’est pourtant pas l’apanage des sociétés qu’étudient les anthropologues. Dans les écrits d’Apollodore, Prométhée est celui qui créa l’homme à base d’eau et de terre. D’autres récits, comme celui d’Adama dans la Genèse –le « terreux » fait d’argile par un Dieu potier qui insuffle la vie– rappellent que le sol, est une catégorie omniprésente dans les mythes, les pratiques, les représentations d’ici et de l’ailleurs. Le récit fait par Hervé Coves (agronome, devenu franciscain) d’une expérience mystique dans la forêt amazonienne, suggère la nécessité de repenser les sols dans une relation sensible aux vivants. Au fil des séances, une réflexion conjointe a émergé sur les déplacements conceptuel (par exemple « terrestre », en lieu et place de « vivant ») qui renouvellent notre compréhension de la dichotomie « nature » / » culture » des modernes.   

Dans une autre perspective, Christian Valentin (pédologue, IRD) a posé les enjeux liés aux sols dans l’optique des sciences de la vie et de la terre. À défaut d’être clairement définis, les sols sont, d’abord caractérisés en fonction de leur origine, de facteurs liés à la morphogenèse, aux transformations qu’engendrent leurs usages et au climat. Christian Valentin met à jour la relation verticale de l’homme aux sols et propose, à l’inverse, de voir les sols comme des contributions de la nature aux humains. Cette perspective, son intervention pointe les menaces qui pèsent sur la durabilité des sols pris dans l’étau d’une compétition mondiale entre l’industrie agroalimentaire et l’énergie (agro-carburants, produits bio-sourcés, énergie éolienne et solaire). À une autre échelle, Mathilde Chomel (post doctorante, Manchester), Virginie Baldy (DFME IMBE, Marseille) et Adriane Aupic-Samain (DFME IMBE, Marseille) se sont attachées à décrire le monde sous nos pieds du point de vue de l’écologie fonctionnelle. A travers la description des dynamiques écologiques de la forêt méditerranéenne face au changement climatique, l’écologie fonctionnelle met en évidence les indépendances complexes entre les arbres et les réseaux trophiques du sol, la formation de litière et le vivant microcosmique.  

Alors que la recherche est largement orientée vers l’étude des sols « non artificialisés », le mouvement global de métropolisation du monde renouvelle le cadre d’études des sols dans des paysages dégradés. Il conduit à s’interroger sur le cadre juridique des sols, de leur protection, et des services rendus. Stéphane Tonnelat et Maylis Desrousseaux (juriste, MCF) suggèrent que ce vide contribue à inscrire les « sols » dans  des régimes de droits dont la caractéristique serait qu’ils s’élaborent à partir des prismes de l'aménagement foncier (agricole, forestier, urbain), de la fabrique du droit et des inégalités qui touchent les usagers des espaces ruraux. En regard, G. Meulemans & B. Hazard montrent comment la fabrique des techno-sols dans le contexte du Grand Paris redéfinissent les représentations sociopolitiques liées aux sols. Leurs travaux invitent à une ethnographie des techniques mises en œuvre dans la fabrique des techno-sols, depuis l’exemple du stockage des terres de remblais (zone de Saclay, la ligne Grand Paris express), à celui les techniques de production de sols urbains dans un contexte de réaménagement d’un écoquartier (les Tartres). Partant ces recherches montrent que les sols deviennent des possibles de la recherche en sciences sociales.  Plus largement, ils invitent à la réflexion anthropologique sur le vivant.

Publications

Blog du séminaire : https://anthroposcene.hypotheses.org/seminaires/interdisciplinarites

Dernière modification : 26 mai 2021 08:39

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Environnement Épistémologie Interactions Méthodes et techniques des sciences sociales Sciences
Aires culturelles
Afrique Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Benoit Hazard [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Mathieu Arnoux   directeur d'études, EHESS - professeur des universités, Université de Paris / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Barbara Glowczewski   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d'anthropologie sociale (LAS)

L’émergence de recherches portant sur les dynamiques environnementales s’accompagne de l’apparition de nouveaux objets dans le champ des sciences sociales. Reflétant des tournants majeurs dans l’histoire des disciplines et des approches, les « objets environnementaux » invitent à déployer de nouveaux paradigmes qui insistent sur les logiques d’interdépendances et d’interconnexion entre les différentes sphères de la vie. De façon pratique, ces objets invitent à articuler les données provenant d’horizon disciplinaires différentes, conçues à des échelles spatio-temporelles différentes, et qui pourtant, posent des problèmes de commensurabilité. Comment interroger les « nexus » de ces configurations interdépendantes dans les champs des études environnementales ?  Quels « proxies » mobiliser pour comprendre certaines dynamiques environnementales dans un épistémologie propre aux sciences sociales ?

Ce séminaire propose de donner les moyens aux étudiants de réfléchir à l'articulation de leurs projets de recherche avec/et/ dans d'autres champs disciplinaires. À partir de la présentation de recherche en cours, il explore la question de l’articulation de proxies ou d’ensemble de données, en apparence, hétérogènes à travers trois notions au cœur des dynamiques environnementales : le paysage, l’énergie et les sols dans des perspectives interdisciplinaires ?

En 2020-2021, les interventions seront construites en collaboration avec le LIED (Laboratoire interdisciplinaire sur les énergies de demain) et des chercheurs du groupe de travail « Sol » de l’Alliance environnement (Allenvi), des chercheurs en SHS travaillant sur les sols de Tarnac et d'ailleurs. Reposant sur une alternance entre la forme du séminaire et l’atelier, les participants prendront part à la construction d’une recherche visant à produire une veille scientifique et un état de l’art sur la question du « sol » en SHS.

Programme (sous réserve de modifications)

5 mars 2021 : Séance introductive avec Benoit Hazard (anthropologue, IIAC, CNRS), Barbara Glowczewski (anthropologue, LAS-CNRS/EHESS/Collège de France/PSL), Mathieu Arnoux (historien, DE, EHESS & Paris 7 LIED), Stéphane Tonnelat (anthropologue, LAVUE, CNRS)

12 mars 2021 : Christian Valentin (IRD), "Les usages des sols" en 2050 suivie de « Degradation et rehabilitation des sols ».

Bibliographie utile :

  • Christian Valentin, « Les sols au cœur de la zone critique de la Terre », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, ID : 10670/1.67n2m6
  • Christian Valentin et al., « Erosion et conservation des sols dans les bassins versants du Laos », CLACSO, Repositorio Digital, ID : 10670/1.iw17ig
  • Bruno Latour, Où atterir? Comment s'orienter en politique, la découverte, 2017. & « Some Advantages of the Notion of “Critical Zone », Sciences Po Institutional REpository.

19 mars 2021 : Céline Casali (master Écologie, biodiversité, évolution, diplômée spécialité biologie, ENS,  2015, maraîchère indépendante, Nouvelle Zélande, Québec, France) « Interdisciplinarité dans les exploitations agricoles : exemple d'un réseau d'autoconstrutuction en région de Rennes »

Enregistrement de la séance : https://zoom.us/rec/share/03mlXG2dJ-S6jHpuZHldu44JaVNnHXWVRhxaIq-F4OonmYqFkzagr4GY7QHNx_W6.NNKueV6zytbMmZIG?startTime=1616141959000

Liens recommandés par Céline :

26 mars 2021 :

  • Stéphane Tonnelat (CNRS), « Les terres agricoles de Gonesse : aménageurs, militants environnementalistes et exploitants agricoles de plaine céréalière en bordure de Paris » (titre provisoire)
  • Robert Levesque (président d'Agter, membre de CARMA), « La "terre" comme "commun" de l'Humanité »

Lien : http://www.agter.asso.fr/rubrique69_fr.html

2 avril 2021 : Hervé Coves ("agronome, devenu franciscain à 46 ans, suite à une expérience mystique en Amazonie où il découvrit que : la Vie est belle!"), « Récolter le soleil et cultiver la pluie »

Lien vers la séance enregistrée : Partager l'enregistrement avec les spectateurs:
https://zoom.us/rec/share/kKk-5xfcZuHhF3bhW6FBGaZvjF17WEv19NyR7erwbv2RMJGHi6_n5b4MEH0O_8P6.8eZonYp0_avkxWI1 (Code secret: &u6!xKJ?)

Ressources :

Lectures en écho : https://www.revue-ballast.fr/des-graines-fugitives/ et sur les mauvaises herbes et autres plantes nomades en Australie : https://open.spotify.com/episode/4JM4cIXFIx9swSs4L0mBTY?si=mvlQncRHQ8G0Q2FCMlxwSg&utm_source=copy-link

9 avril 2021 : Le droit des sols agricoles comme biens communs avec Maylis Desrousseaux (Ph. D., maître de conférences, CNAM-ESGT) & Adrien Baysse-Laisné.

Enregistrement de la séance : https://zoom.us/rec/share/kycDPseDp3pMZ2KDd8AkRC7vAFPx-MXB8kboAqXWYVr69phqXCLnOM5Z0XGdyxKB.SSwe7miQnDb7uSm4 (Code d'accès: %L*mZ3H%)

Références bibliographique de la séance :

  • Jacob, J.-P. et Le Meur, P.-Y. (2010),  Citoyennete locale, foncier, appartenances et reconnaissance dans les societes du Sud , in Jacob, J.-P. et Le Meur, P.-Y. (dir.), Politique de la terre et de l'appartenance.  Droits fonciers et citoyennete locale dans les societes du Sud, p. 5{57, Karthala, Paris. 
  • Horst, M., McClintock, N., Baysse-Lainé, A. et al. Translating land justice through comparison: a US–French dialogue and research agenda. Agric Hum Values (2021), en accès libre : https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10460-021-10202-4 
  • Li, 2014 : pdf en PJ
  • Étienne Le Roy, La terre de l’autre. Une anthropologie des régimes d’appropriation foncière, Paris, LGDJ Lextenso, 2011, 441 p., ISBN 978-2-275-03777-6 
  • Germain Meulemans et Céline Granjou, « Les sols, nouvelle frontière pour les savoirs et les politiques de l’environnement », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/14027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.14027

16 avril 2021 : Présentation discussion de travaux des étudiants

https://zoom.us/rec/share/LxQVgzUslBZ6B7IFhddLGU_suB8-mMhK2rTuzzSR5K7FoLT4faioY7uDA8rRtUSQ.v-5eCV138pFamrUZ (Code secret: 4^&#!1dZ)

7 mai 2021 : séance annulée - stage de terrain études environnementales.

21 mai 2021 :

  • Germain Meulemans "(Re)construire les sols du Grand Paris : une anthropologie des sciences et techniques du sol urbain."
  • Benoît Hazard (CNRS), « Dépolluer les sols des friches : appropriation ou alienation  Le cas de la zone des Tartres (Nord de Paris) »

Pour réécouter la séance :
https://zoom.us/rec/share/smxLSXOz4l4MQ7m07F4OBPsCTNQRlfCFSjiC_pHlMk5SSiBFh48_9kD0b-DOwLkx.Ww3Pt8ZRCtjDw9zp

Quelques éléments bibliographiques de la séance :

- Abrahamsson, Sebastian, et Filippo Bertoni (2014). « Compost Politics: Experimenting with Togetherness in Vermicomposting. » Environmental Humanities. 4(1):125-148. 

- Anusas, Mike et Cristián Simonetti [dir.] (2020). Surfaces. Transformations of Body, Materials and Earth. Londres : Routledge.

- Barles, Sabine (2005). L’invention des déchets urbains, France, 1790-1970. Seyssel : Champ Vallon.

- Certomà, Chiara (2015). « Critical Urban Gardening. » In: Think Global, Eat Local: Exploring Foodways, édité par Michel Pimbert, Rachel Shindelar, et Hanna Schösler, RCC Perspectives 2015, no. 1, pp. 13–17.

- Clark, Nigel (2017). « Politics of Strata. » Theory, Culture & Society. 34(2–3):211–231.

- Ingold, Tim (2004). « Culture on the Ground: The World Perceived Through the Feet. » Journal of Material Culture. 9(3):315-340.

- Melosi, Martin (2000). The sanitary city : urban infrastructure in America from colonial times to the present. Baltimore : Johns Hopkins.

- Meulemans, Germain (2019). « Wormy Collaborations in Practices of Soil Construction. » Theory, Culture & Society. 37(1) : 93-112.

- Mol, Annemarie (2002). The body multiple: ontology in medical practice. Durham, North Carolina : Duke University Press.

 

 

28 mai 2021 :

  • Mathilde Chomel (postdoctorante, École des Sciences environnementales et de la terre, Université de Manchester, « Le monde fascinant sous nos pieds »
    Nous marchons sur le sol tous les jours mais combien de fois vous vous êtes demandé ce qu’il se passait sous vos pieds ? Je présenterai au cours de ce séminaire mon parcours de chercheur en écologie fonctionnelle et mes thématiques de recherche portant sur le fonctionnement des sols et leur biodiversité. Je m'intéresse particulièrement à la quantification des effets des changements globaux et des humains sur nos terres et à la manière dont ces connaissances peuvent être utilisées pour lutter contre les problèmes mondiaux.
  • Virginie Baldy (professeur des Universités, Equipe DFME IMBE, Marseille) & Adriane Aupic-Samain (Doctorat en Sciences de l'environnement;  ATER à L'université d'Aix-Marseille, Equipe DFME IMBE, Marseille), « La forêt méditerranéenne face au changement climatique : quels impacts sur les réseaux trophiques du sol ? »

Bibliographie :

  • Aupic-Samain A., Santonja M., Pereira S., Quer E., Chomel M., Fernandez C., Baldy V. 2021. Soil biota response to experimental rainfall reduction depends on the dominant tree species in mature Northern Mediterranean forests. Soil Biology and Biochemistry. DOI: 10.1016/j.soilbio.2020.108122.
  • Aupic-Samain A., Baldy V., Delcourt N., Krogh P.H., Gauquelin T., Fernandez C., Santonja M. 2020. Water availability rather than temperature control soil fauna community structure and prey-predator interactions. Functional Ecology. DOI: 10.1111/1365-2435.13745.
  • Aupic-Samain A., Baldy V., Lecareux C., Fernandez C., Santonja M. 2019. Tree litter identity and predator density control prey and predator demographic parameters in a Mediterranean litter-based multi-trophic system. Pedobiologia 73:1-9. DOI: 10.1016/j.pedobi.2019.01.003.
  • Pereira S., Burešová A., Kopecky J., Mádrová P., Aupic-Samain A., Fernandez C., Baldy V., Sagova-Mareckova M. 2019. Litter traits and rainfall reduction alter microbial litter decomposers: the evidence from three Mediterranean forests. FEMS Microbiology Ecology, 95(12). DOI: 10.1093/femsec/fiz168.
  • Santonja M., Aupic-Samain A., Forey E., Chauvat M. 2018. Increasing temperature and decreasing specific leaf area amplify centipede predation impact on Collembola. European Journal of Soil Biology 89:9-13. DOI: 10.1016/j.ejsobi.2018.08.002.

4 juin 2021 : Mathieu Arnoux, Petros Chtzimpiros et José Halloy (LIED) Sol/énergie/durabilité (à préciser).

11 juin 2021 : Présentation de travaux par les étudiants.

  • Méthodologie – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, recherche collective
  • Méthodologie – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – recherche collective, fiche de lecture
  • Méthodologie – Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, recherche collective
  • Méthodologie – Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – recherche collective, fiche de lecture
Contacts additionnels
bhazard@ehess.fr barbara.glowczewski@gmail.com mathieu.arnoux@ehess.fr
Informations pratiques

renseignements : Benoît Hazard, Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain, EHESS, bureau A 0507, 54 bd Raspail 75006 Paris, tél. : 01 40 82 75 35 ou par courriel auprès des enseignants.

Direction de travaux des étudiants

Benoit Hazard. Réception le jeudi après-midi sur rendez-vous. Bureau 507, 54 bd Raspail 75006 Paris.

Réception des candidats

Benoit Hazard. Réception le jeudi après-midi sur rendez-vous. Bureau 507, 54 bd Raspail 75006 Paris.

Pré-requis

étudiants de niveau master, doctorat et chercheurs. Les auditeurs libres sont acceptés.

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle polyvalente 50
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 09:00-11:00
    du 5 mars 2021 au 11 juin 2021

Le « sol » a formé le point d’ancrage du séminaire sur l’interdisciplinarité avec les sciences de la vie et de la terre. A partir d’un exercice réflexif sur le rapport que les organisateurs entretiennent aux sols dans leurs propres disciplines, et comme préalable à la question : « Qu’est-ce qu’un sol ? », le séminaire s’est, dans un premier temps, interrogé sur la diversité des terminologies disciplinaires (« terre » ; « terre mer » ; « zone critique » ; etc.). À partir de ses recherches sur les terres de Gonesse, St. Tonnelat (CNRS) note qu’ « on ne parle jamais du sol bien qu’il soit toujours présent » tandis que B. Glowczewski (CNRS) souligne comment la revendication de droits sur leurs terres ancestrales, la relation à la terre et à ses esprits, a joué dans les mobilisations des Walpiri australiens. Au-delà de la terminologie, ces interventions pointent comment les « sols » sont invisibilisés dans nos sociétés capitalistes avancées, alors même que l’humanité fut longtemps pensée comme une extension de la terre.

Cette relation coextensive de l’homme à la terre-mère, n’est pourtant pas l’apanage des sociétés qu’étudient les anthropologues. Dans les écrits d’Apollodore, Prométhée est celui qui créa l’homme à base d’eau et de terre. D’autres récits, comme celui d’Adama dans la Genèse –le « terreux » fait d’argile par un Dieu potier qui insuffle la vie– rappellent que le sol, est une catégorie omniprésente dans les mythes, les pratiques, les représentations d’ici et de l’ailleurs. Le récit fait par Hervé Coves (agronome, devenu franciscain) d’une expérience mystique dans la forêt amazonienne, suggère la nécessité de repenser les sols dans une relation sensible aux vivants. Au fil des séances, une réflexion conjointe a émergé sur les déplacements conceptuel (par exemple « terrestre », en lieu et place de « vivant ») qui renouvellent notre compréhension de la dichotomie « nature » / » culture » des modernes.   

Dans une autre perspective, Christian Valentin (pédologue, IRD) a posé les enjeux liés aux sols dans l’optique des sciences de la vie et de la terre. À défaut d’être clairement définis, les sols sont, d’abord caractérisés en fonction de leur origine, de facteurs liés à la morphogenèse, aux transformations qu’engendrent leurs usages et au climat. Christian Valentin met à jour la relation verticale de l’homme aux sols et propose, à l’inverse, de voir les sols comme des contributions de la nature aux humains. Cette perspective, son intervention pointe les menaces qui pèsent sur la durabilité des sols pris dans l’étau d’une compétition mondiale entre l’industrie agroalimentaire et l’énergie (agro-carburants, produits bio-sourcés, énergie éolienne et solaire). À une autre échelle, Mathilde Chomel (post doctorante, Manchester), Virginie Baldy (DFME IMBE, Marseille) et Adriane Aupic-Samain (DFME IMBE, Marseille) se sont attachées à décrire le monde sous nos pieds du point de vue de l’écologie fonctionnelle. A travers la description des dynamiques écologiques de la forêt méditerranéenne face au changement climatique, l’écologie fonctionnelle met en évidence les indépendances complexes entre les arbres et les réseaux trophiques du sol, la formation de litière et le vivant microcosmique.  

Alors que la recherche est largement orientée vers l’étude des sols « non artificialisés », le mouvement global de métropolisation du monde renouvelle le cadre d’études des sols dans des paysages dégradés. Il conduit à s’interroger sur le cadre juridique des sols, de leur protection, et des services rendus. Stéphane Tonnelat et Maylis Desrousseaux (juriste, MCF) suggèrent que ce vide contribue à inscrire les « sols » dans  des régimes de droits dont la caractéristique serait qu’ils s’élaborent à partir des prismes de l'aménagement foncier (agricole, forestier, urbain), de la fabrique du droit et des inégalités qui touchent les usagers des espaces ruraux. En regard, G. Meulemans & B. Hazard montrent comment la fabrique des techno-sols dans le contexte du Grand Paris redéfinissent les représentations sociopolitiques liées aux sols. Leurs travaux invitent à une ethnographie des techniques mises en œuvre dans la fabrique des techno-sols, depuis l’exemple du stockage des terres de remblais (zone de Saclay, la ligne Grand Paris express), à celui les techniques de production de sols urbains dans un contexte de réaménagement d’un écoquartier (les Tartres). Partant ces recherches montrent que les sols deviennent des possibles de la recherche en sciences sociales.  Plus largement, ils invitent à la réflexion anthropologique sur le vivant.

Publications

Blog du séminaire : https://anthroposcene.hypotheses.org/seminaires/interdisciplinarites