UE570 - Le concept sociologique d’épreuve. Un voyage dans le temps

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Sociologie Sociologie politique
Aires culturelles
-

Le concept d’épreuve s’est progressivement établi dans la sociologie française depuis les années 1980. Bien que sa signification et sa pertinence restent encore aujourd’hui discutées, la notion est désormais reconnue, parfois même utilisée au-delà des orientations de recherche qui se revendiquent explicitement de la « sociologie des épreuves ». Le séminaire a pour objectif d’éclairer ce relatif succès en insistant non pas sur les déplacements introduits par le concept d’épreuve, mais plutôt, à l’inverse, en explicitant ses fonctions théoriques (ce que le concept permet d’affirmer sur ce que la société est substantiellement), et en resituant ces fonctions dans l’histoire de la connaissance sociologique. En reconduisant ainsi la notion d’épreuve à des concepts classiques tels que ceux d’interaction, de chance ou encore de conflit, nous insisterons moins sur l’originalité de la notion que sur le travail de respécification d’un certain nombre de fonctions théoriques propres au raisonnement sociologique qu’elle permet d’opérer.

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Dominique Linhardt [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Edouard Gardella   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Cédric Moreau de Bellaing   maître de conférences, ENS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

il s'agit d'un séminaire annuel fermé.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

pré-requis : Les étudiants désireux de suivre le séminaire doivent avoir préalablement lu au moins les deux travaux suivants : Bruno Latour, Pasteur : guerre et paix des microbes, suivi de Irréductions, Paris, La Découverte, 2011 (1984) ; Luc Boltanski, « Ce dont les gens sont capables », in L’amour et la justice comme compétences, « Première partie », Paris, Gallimard, 2011 (1990). Ils sont également invités à consulter la récente synthèse de Cyril Lemieux, La sociologie pragmatique, Paris, La Découverte, 2018, ainsi que de visionner les séances du séminaire organisé par ce dernier sous le titre « “Société critique” et sociologie des épreuves » (https://www.canal-u.tv/producteurs/fmsh/seminaires_par_date/2004.0/societe_critique_et_sociologie_des_epreuves).

Aucun planning disponible.


Intervenant·e·s


  • Dominique Linhardt [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Edouard Gardella   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Cédric Moreau de Bellaing   maître de conférences, ENS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

Planning


Aucun planning disponible.


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Sociologie Sociologie politique
Aires culturelles
-

Le concept d’épreuve s’est progressivement établi dans la sociologie française depuis les années 1980. Bien que sa signification et sa pertinence restent encore aujourd’hui discutées, la notion est désormais reconnue, parfois même utilisée au-delà des orientations de recherche qui se revendiquent explicitement de la « sociologie des épreuves ». Le séminaire a pour objectif d’éclairer ce relatif succès en insistant non pas sur les déplacements introduits par le concept d’épreuve, mais plutôt, à l’inverse, en explicitant ses fonctions théoriques (ce que le concept permet d’affirmer sur ce que la société est substantiellement), et en resituant ces fonctions dans l’histoire de la connaissance sociologique. En reconduisant ainsi la notion d’épreuve à des concepts classiques tels que ceux d’interaction, de chance ou encore de conflit, nous insisterons moins sur l’originalité de la notion que sur le travail de respécification d’un certain nombre de fonctions théoriques propres au raisonnement sociologique qu’elle permet d’opérer.

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

il s'agit d'un séminaire annuel fermé.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

pré-requis : Les étudiants désireux de suivre le séminaire doivent avoir préalablement lu au moins les deux travaux suivants : Bruno Latour, Pasteur : guerre et paix des microbes, suivi de Irréductions, Paris, La Découverte, 2011 (1984) ; Luc Boltanski, « Ce dont les gens sont capables », in L’amour et la justice comme compétences, « Première partie », Paris, Gallimard, 2011 (1990). Ils sont également invités à consulter la récente synthèse de Cyril Lemieux, La sociologie pragmatique, Paris, La Découverte, 2018, ainsi que de visionner les séances du séminaire organisé par ce dernier sous le titre « “Société critique” et sociologie des épreuves » (https://www.canal-u.tv/producteurs/fmsh/seminaires_par_date/2004.0/societe_critique_et_sociologie_des_epreuves).