UE565 - Ethnographier le genre (groupe 2)


Planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 15:00-17:00
    du 12 octobre 2020 au 18 janvier 2021


Description


Dernière modification : 8 octobre 2020 08:06

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Enquêtes Genre Sexualité
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Corto Le Perron [référent·e]   doctorant chargé d'enseignement, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Ce séminaire a pour objectif d’introduire aux enjeux pratiques et théoriques des méthodes qualitatives (entretien, observation) et à leur usage pour objectiver le genre. Comment saisir en entretien les représentations du féminin et du masculin, les manières dont les individus se situent dans les rapports de genre ? Comment observer en pratique les mécanismes de différenciation et de hiérarchisation des femmes et des hommes ? À partir de la lecture d’articles et d’exemples d’entretiens, on s’interrogera collectivement sur les différentes étapes de la réalisation et de l’analyse d’un entretien, sur les conditions de l’observation ainsi que sur les apports, les limites et les divers enjeux soulevés par cette méthode, notamment en termes de rapports sociaux de domination. La validation consistera en un compte rendu d’enquête.

Programme détaillé disponible sur Moodle (inscription nécessaire pour accéder aux ressources et contenus du séminaire).


Master


  • Séminaires de tronc commun – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – compte-rendu d’enquête, exposé oral, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

M1


Compte rendu


Ce séminaire de méthodologie était destiné aux étudiant·es en master 1 « Études sur le genre » (EUR GSST) afin de les introduire aux enjeux pratiques et théoriques des méthodes qualitatives pour des enquêtes plus particulièrement destinées à objectiver les rapports sociaux de sexe et les dynamiques de genre dans divers milieux sociaux.

Le séminaire s’est articulé autour de trois grands axes qui structurent la construction d’une enquête. En premier lieu, l’élaboration de l’objet de recherche et d’un dispositif d’enquête adapté pour le saisir et l’observer, en s’interrogeant sur les modalités de définition, d’accès ou de refus au terrain, ainsi que sa propre position d’enquêteur·ice. Dans un deuxième temps, l’exploration de ce que signifie à proprement parler faire acte d’ethnographie, en prenant particulièrement en compte les dimensions genrées des interactions et processus sociaux au cœur de l’enquête. Cet axe du séminaire proposait des séances autour de l’observation participante, de l’analyse de l’imbrication des rapports sociaux, de la pratique des entretiens comme situation ethnographique elle-même observable. Il s’agissait de travailler à partir des données recueillies et produites par les étudiant·es, afin de toujours conserver une prise avec le travail empirique inhérent à de telles enquêtes. Ainsi, de riches discussions autour de diverses situation d’enquête ont émergé : enquêter en milieu familier, dans le milieu universitaire, la réalisation d’une ethnographie sur internet, d’entretiens avec des adolescent·es ou des travailleurs sociaux sont autant de thèmes ayant été abordés pour partager des expériences et conseils d’enquête. Enfin, un troisième moment a été consacré à l’exploitation concrète des matériaux d’enquête, en passant par l’étape de la retranscription, du codage des données, parfois à l’aide de logiciels d’analyse, jusqu’à l’étape de la problématisation, de l’écriture et la restitution.

Le séminaire présentait l’intérêt d’être divisé en deux groupes distincts d’effectif réduit afin de proposer un cadre privilégié de discussion. Le dédoublement du séminaire a également permis, de proposer de légères variations selon les attentes des étudiant·es et les aires d’expertise des doctorant·es en charge d’animer ce cours. Chaque séance était en effet construite autour d’une thématique ou d’un objet central dans l’appréhension des logiques ethnographiques (l’accès au terrain, l’entretien biographique, l’enquête sur l’intime par exemple), et de textes en offrant une conceptualisation ou un exemple empirique. S’ensuivait une discussion collective autour des enjeux soulevés par les textes et les questions posées lors de leur appropriation par les étudiant·es.

Ces différentes étapes ont été franchies en construisant les séances autour des avancées des étudiant·es, de leurs achoppements, de leurs doutes et de leurs intuitions, a fortiori dans le cadre de la pandémie de la COVID-19 nous imposant des cours en distanciel et une réorganisation du séminaire en cours d’année. Ce contexte bien particulier a néanmoins renforcé l’un des objectifs du séminaire, à savoir créer un espace d’échange d’abord à disposition des étudiant·es, à travers des temps d’autonomie et de discussions sur les possibilités d’adaptation de l’enquête à la situation sanitaire. Des exercices de bibliographie annotée, de retranscription d’entretien ou d’observation ethnographique, ainsi que d’analyse ont enfin jalonné ce séminaire, de façon à toujours nourrir les réflexions menées dans son cadre.

Publications

(pas concerné)

Dernière modification : 8 octobre 2020 08:06

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Enquêtes Genre Sexualité
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Corto Le Perron [référent·e]   doctorant chargé d'enseignement, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Ce séminaire a pour objectif d’introduire aux enjeux pratiques et théoriques des méthodes qualitatives (entretien, observation) et à leur usage pour objectiver le genre. Comment saisir en entretien les représentations du féminin et du masculin, les manières dont les individus se situent dans les rapports de genre ? Comment observer en pratique les mécanismes de différenciation et de hiérarchisation des femmes et des hommes ? À partir de la lecture d’articles et d’exemples d’entretiens, on s’interrogera collectivement sur les différentes étapes de la réalisation et de l’analyse d’un entretien, sur les conditions de l’observation ainsi que sur les apports, les limites et les divers enjeux soulevés par cette méthode, notamment en termes de rapports sociaux de domination. La validation consistera en un compte rendu d’enquête.

Programme détaillé disponible sur Moodle (inscription nécessaire pour accéder aux ressources et contenus du séminaire).

  • Séminaires de tronc commun – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – compte-rendu d’enquête, exposé oral, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

M1

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 15:00-17:00
    du 12 octobre 2020 au 18 janvier 2021

Ce séminaire de méthodologie était destiné aux étudiant·es en master 1 « Études sur le genre » (EUR GSST) afin de les introduire aux enjeux pratiques et théoriques des méthodes qualitatives pour des enquêtes plus particulièrement destinées à objectiver les rapports sociaux de sexe et les dynamiques de genre dans divers milieux sociaux.

Le séminaire s’est articulé autour de trois grands axes qui structurent la construction d’une enquête. En premier lieu, l’élaboration de l’objet de recherche et d’un dispositif d’enquête adapté pour le saisir et l’observer, en s’interrogeant sur les modalités de définition, d’accès ou de refus au terrain, ainsi que sa propre position d’enquêteur·ice. Dans un deuxième temps, l’exploration de ce que signifie à proprement parler faire acte d’ethnographie, en prenant particulièrement en compte les dimensions genrées des interactions et processus sociaux au cœur de l’enquête. Cet axe du séminaire proposait des séances autour de l’observation participante, de l’analyse de l’imbrication des rapports sociaux, de la pratique des entretiens comme situation ethnographique elle-même observable. Il s’agissait de travailler à partir des données recueillies et produites par les étudiant·es, afin de toujours conserver une prise avec le travail empirique inhérent à de telles enquêtes. Ainsi, de riches discussions autour de diverses situation d’enquête ont émergé : enquêter en milieu familier, dans le milieu universitaire, la réalisation d’une ethnographie sur internet, d’entretiens avec des adolescent·es ou des travailleurs sociaux sont autant de thèmes ayant été abordés pour partager des expériences et conseils d’enquête. Enfin, un troisième moment a été consacré à l’exploitation concrète des matériaux d’enquête, en passant par l’étape de la retranscription, du codage des données, parfois à l’aide de logiciels d’analyse, jusqu’à l’étape de la problématisation, de l’écriture et la restitution.

Le séminaire présentait l’intérêt d’être divisé en deux groupes distincts d’effectif réduit afin de proposer un cadre privilégié de discussion. Le dédoublement du séminaire a également permis, de proposer de légères variations selon les attentes des étudiant·es et les aires d’expertise des doctorant·es en charge d’animer ce cours. Chaque séance était en effet construite autour d’une thématique ou d’un objet central dans l’appréhension des logiques ethnographiques (l’accès au terrain, l’entretien biographique, l’enquête sur l’intime par exemple), et de textes en offrant une conceptualisation ou un exemple empirique. S’ensuivait une discussion collective autour des enjeux soulevés par les textes et les questions posées lors de leur appropriation par les étudiant·es.

Ces différentes étapes ont été franchies en construisant les séances autour des avancées des étudiant·es, de leurs achoppements, de leurs doutes et de leurs intuitions, a fortiori dans le cadre de la pandémie de la COVID-19 nous imposant des cours en distanciel et une réorganisation du séminaire en cours d’année. Ce contexte bien particulier a néanmoins renforcé l’un des objectifs du séminaire, à savoir créer un espace d’échange d’abord à disposition des étudiant·es, à travers des temps d’autonomie et de discussions sur les possibilités d’adaptation de l’enquête à la situation sanitaire. Des exercices de bibliographie annotée, de retranscription d’entretien ou d’observation ethnographique, ainsi que d’analyse ont enfin jalonné ce séminaire, de façon à toujours nourrir les réflexions menées dans son cadre.

Publications

(pas concerné)