UE557 - La conscience de soi dans tous ses états : corps, action, perception, mémoire et imagination


Planning


  • Autre lieu Paris
    Institut Jean-Nicod, 29 rue d'Ulm ou 24 rue Lhomond 75005 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 09:00-11:00
    du 2 mars 2021 au 1er juin 2021


Description


Dernière modification : 8 avril 2021 10:56

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Psychologie et sciences cognitives
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Cognition Philosophie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s

Dans ce séminaire, nous évoquerons le rôle de la première personne ou du soi dans divers phénomènes mentaux, tels que la perception sensorielle, l’expérience corporelle, la mémoire, l’imagination et l’action. Nous nous demanderons si la relation entre ces phénomènes et le soi est intrinsèque ou extrinsèque, et quel type de soi (minimal, substantiel, implicite, explicite, etc.) est en jeu. Nous poserons aussi la question de la nature de la conscience de soi impliquée (introspective, affective, procédurale, etc.). Pour répondre à ces questions, nous porterons une attention particulière aux données des sciences cognitives actuelles. Il s’agit d’un séminaire de recherche ouvert aux étudiants de M1 et de M2, qui pourront le valider au niveau semestriel.

Programme détaillé à venir.


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie du langage et de l'esprit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

le séminaire aura lieu dans les locaux de l'Institut Jean-Nicod, accès sans badge par le 24, rue Lhomond 75005 Paris.

Direction de travaux des étudiants

contacter les enseignants par courriel.

Réception des candidats

contacter les enseignants par courriel.

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire, qui se poursuit selon un format relativement constant depuis quelques années, avait pour objectif d’introduire les participants aux débats contemporains sur la conscience de soi dans la philosophie de l’esprit et les sciences cognitives. Elisabeth Pacherie a commencé par présenter les modèles théoriques et empiriques du sens de l’agentivité, qui correspond à l’expérience ordinaire d’être soi-même l’auteur de ses actions. Puis Jérôme Dokic a introduit la question du soi en rapport avec la perception, et plus précisément la thèse selon laquelle l’expérience sensorielle est étroitement liée à la kinesthésie, et donne ainsi des informations sur soi-même en tant que corps vivant. Il a également présenté un ensemble de phénomènes mentaux qui permettent de mieux comprendre le rôle de la conscience de soi dans certains exercices de l’imagination, subjective ou objective. La question de la mémoire, notamment autobiographique et épisodique, a également été abordée dans ce contexte. Enfin, Frédérique de Vignemont a fait un état des débats contemporains sur la conscience corporelle de soi, clarifiant la distinction entre schéma corporel et image corporelle, et précisant la notion d’immunité à l’erreur d’identification, en l’étendant à la conscience du soi corporel. Chaque séance était liée à la lecture préalable d’un ou plusieurs textes mis à disposition des participants.

 

Publications

 

 

Dernière modification : 8 avril 2021 10:56

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Psychologie et sciences cognitives
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Cognition Philosophie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s

Dans ce séminaire, nous évoquerons le rôle de la première personne ou du soi dans divers phénomènes mentaux, tels que la perception sensorielle, l’expérience corporelle, la mémoire, l’imagination et l’action. Nous nous demanderons si la relation entre ces phénomènes et le soi est intrinsèque ou extrinsèque, et quel type de soi (minimal, substantiel, implicite, explicite, etc.) est en jeu. Nous poserons aussi la question de la nature de la conscience de soi impliquée (introspective, affective, procédurale, etc.). Pour répondre à ces questions, nous porterons une attention particulière aux données des sciences cognitives actuelles. Il s’agit d’un séminaire de recherche ouvert aux étudiants de M1 et de M2, qui pourront le valider au niveau semestriel.

Programme détaillé à venir.

  • Séminaires de recherche – Philosophie du langage et de l'esprit – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

le séminaire aura lieu dans les locaux de l'Institut Jean-Nicod, accès sans badge par le 24, rue Lhomond 75005 Paris.

Direction de travaux des étudiants

contacter les enseignants par courriel.

Réception des candidats

contacter les enseignants par courriel.

Pré-requis
-
  • Autre lieu Paris
    Institut Jean-Nicod, 29 rue d'Ulm ou 24 rue Lhomond 75005 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 09:00-11:00
    du 2 mars 2021 au 1er juin 2021

Le séminaire, qui se poursuit selon un format relativement constant depuis quelques années, avait pour objectif d’introduire les participants aux débats contemporains sur la conscience de soi dans la philosophie de l’esprit et les sciences cognitives. Elisabeth Pacherie a commencé par présenter les modèles théoriques et empiriques du sens de l’agentivité, qui correspond à l’expérience ordinaire d’être soi-même l’auteur de ses actions. Puis Jérôme Dokic a introduit la question du soi en rapport avec la perception, et plus précisément la thèse selon laquelle l’expérience sensorielle est étroitement liée à la kinesthésie, et donne ainsi des informations sur soi-même en tant que corps vivant. Il a également présenté un ensemble de phénomènes mentaux qui permettent de mieux comprendre le rôle de la conscience de soi dans certains exercices de l’imagination, subjective ou objective. La question de la mémoire, notamment autobiographique et épisodique, a également été abordée dans ce contexte. Enfin, Frédérique de Vignemont a fait un état des débats contemporains sur la conscience corporelle de soi, clarifiant la distinction entre schéma corporel et image corporelle, et précisant la notion d’immunité à l’erreur d’identification, en l’étendant à la conscience du soi corporel. Chaque séance était liée à la lecture préalable d’un ou plusieurs textes mis à disposition des participants.

 

Publications