UE548 - Mondes russe, caucasien, centre-asiatique et centre-européen : sources et méthodes. Mobilité et reconfigurations des sociétés à l'Est de l'Europe


Planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, lundi 17:00-19:00
    du 2 novembre 2020 au 21 juin 2021


Description


Dernière modification : 28 mai 2020 10:40

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
http://www.cercec.fr 
Langues
anglais français
Mots-clés
Anthropologie Comparatisme Démographie Économie Géographie Histoire Histoire économique et sociale Historiographie Méthodes et techniques des sciences sociales Migration(s) Sociohistoire Sociologie Violence
Aires culturelles
Asie centrale Europe centrale et orientale Russie
Intervenant·e·s
  • Alain Blum [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, INED / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Masha Cerovic   maîtresse de conférences, EHESS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Catherine Gousseff   directrice de recherche, CNRS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)

Ce séminaire porte sur les sources et les méthodes en histoire et en sciences sociales sur les terrains de l'URSS, Russie, Caucase, Asie centrale et Europe centrale.  Un intervenant différent à chaque séance y présente ses recherches. Il prend la forme d'un atelier, pour moitié de ses séances autour d'une thématique renouvelée chaque année. Après s’être concentré sur les violences de guerre et les sorties d’empire, nous nous proposons de poursuivre le cycle entamé en 2019-2020 et de continuer à réfléchir aux périodes de transition politique à travers les mobilités et les migrations qu’elles ont entraînées et, simultanément, les nouveaux défis qu’elles ont suscités pour « refaire société ». À partir de différents cas historiques considérés dans leur singularité, il s’agira de cerner les dynamiques démographiques, les caractéristiques des trajectoires et leur impact dans les espaces sociaux.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Synthèse d'une séance
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Synthèse d'une séance

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

par courriel auprès des enseignants.

Direction de travaux des étudiants

rendez-vous par courriel auprès des enseignants.

Réception des candidats

rendez-vous par courriel auprès des enseignants.

Pré-requis

formation en histoire ou en sciences sociales, connaissances élémentaires du monde russe et soviétique, centre-européen et centre-asiatique. Les séances se font en français ou en anglais, occasionnellement en russe.


Compte rendu


Ce séminaire porte sur les sources et les méthodes en histoire et en sciences sociales sur les terrains de l'URSS, Russie, Caucase, Asie centrale et Europe centrale.  Un intervenant différent à chaque séance y présente ses recherches. Il prend la forme d'un atelier, pour moitié de ses séances autour d'une thématique annuelle, soit, en 2020-21, celle des mobilités et migrations en période de transition politique. Il s’est agi de discuter des modalités selon lesquelles hommes et femmes « refont société » pendant et après des moments de bouleversements profonds, souvent violents. Le séminaire s’est tenu à distance, ce qui a été à la fois une difficulté, scientifique et sociale mais parfois une chance, en permettant la participation, au moins passive, d’un public élargi.
Il s’est ouvert par trois séances ancrées dans l’aire caucasienne, dans une dimension clairement transnationale. Anouche Kunth (IRIS, CNRS / EHESS), Katja Doose (CERCEC) et Maroussia Ferry (CERCEC) ont analysé diverses formes de reconfigurations des solidarités et du lien social parmi les Arméniens et les Géorgiens, à l’épreuve de catastrophes et migrations massives.
Les quatre séances suivantes ont été consacrées à l’Europe de l’Est. Les stratégies d’accueil d’étudiants étrangers en Ukraine aujourd’hui ont été discutées par Denis Eckert (Géographie-Cités, CNRS) ; Alisa Menshikova (CERCEC), a analysé la constitution en communauté nationale d’Ukrainiens exilés en France dans l’entre-deux guerres. Ronan Hervouet (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) a présenté son livre « Le goût des tyrans. Une ethnographie politique du quotidien en Biélorussie ». Enfin, Jawad Daheur (CERCEC) a articulé environnement et migrations dans la Pologne de la fin du 19e siècle.
Les trois séances suivantes ont abordé des reconfigurations du politique dans l’aire (post-) socialiste contemporaine. Isabelle Thireau (CECMC) a présenté son livre « Des lieux en commun : une ethnographie des rassemblements publics en Chine ». Sabine Dullin (Sciences-Po) a analysé les renégociations de la souveraineté en Yakoutie post-soviétique et Geneviève Zubrycki (Université de Michigan) le philosémitisme dans les discours nationaux polonais contemporains.
Trois ouvrages sur l’histoire et la mémoire des régimes autoritaires et des violences de masse en Europe de l’Est / URSS ont ensuite été présentés :  Yoram Gorlizki (Université de Manchester) et Oleg Khlevniuk (Haut Collège d’Economie de Moscou), « Substate Dictatorship. Networks, Loyalty, And Institutional Change in the Soviet Union”; Nicolas Werth (CNRS), “Sandormokh. Le livre noir d’un lieu de mémoire” ; Nadège Ragaru (Sciences-Po / CNRS), « « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie ».
Piotr Laskowski (Université de Varsovie) et Nodira Ozimova (Académie des Sciences d’Ouzbékistan) ont ensuite analysé deux différentes configurations de rapports entre recherche scientifique et engagement politique, le premier autour de la figure de Mojżesz Kaufman, historien et révolutionnaire juif polonais, la seconde autour de « l’école de Polyakov » et l’anthropologie soviétique de l’Asie centrale depuis les années 1980. Hervé Amiot (Passages, Université de Bordeaux) a présenté sa recherche sur les engagements transnationaux de la diaspora ukrainienne.
Ekaterina Makhotina (Université de Bonn) a traité des  transformations de la notion de mélancolie en Russie aux 18e-19e siècles ; Lili di Puppo (Haut Collège d’Economie de Moscou) des sites sacrés dans l’Oural. Javier Alcade (Université de Barcelone),  de l’histoire du mouvement espérantiste en Europe de l’Est dans l’entre-deux guerres. Zofia Trebacz (Institut historique juif de Varsovie) a analysé le plan polonais d’émigration des Juifs à Madagascar (1935-39). Après une discussion avec Alessandro Stanziani (CRH) autour de son livre « Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles) », le séminaire s’est clos sur une intervention d’Alexey Kraikovski (Haut Collège d’Économie de Saint-Pétersbourg) sur l’émergence de Saint-Pétersbourg comme métropole maritime.

Publications
  • Avec Emilia Koustova et Thomas Chopard, « Survivors, Collaborators and Partisans: Bringing Jewish Ghetto Policemen before Soviet Justice in Lithuania », Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, 68-2, 2020, p. 228-255.
  •  "Анатолий Вишневский ; ученый, созидатель, человек твердых убеждений", Russian Sociological Review, 20, 2021, p. 323-333
  • Avec Françoise Daucé, Marc Elie et Isabelle Ohayon, L'âge soviétique. Une traversée de l'Empire russe au monde postsoviétique, Paris, Armand Colin, 2021, p. 432.

Dernière modification : 28 mai 2020 10:40

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
http://www.cercec.fr 
Langues
anglais français
Mots-clés
Anthropologie Comparatisme Démographie Économie Géographie Histoire Histoire économique et sociale Historiographie Méthodes et techniques des sciences sociales Migration(s) Sociohistoire Sociologie Violence
Aires culturelles
Asie centrale Europe centrale et orientale Russie
Intervenant·e·s
  • Alain Blum [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, INED / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Masha Cerovic   maîtresse de conférences, EHESS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
  • Catherine Gousseff   directrice de recherche, CNRS / Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)

Ce séminaire porte sur les sources et les méthodes en histoire et en sciences sociales sur les terrains de l'URSS, Russie, Caucase, Asie centrale et Europe centrale.  Un intervenant différent à chaque séance y présente ses recherches. Il prend la forme d'un atelier, pour moitié de ses séances autour d'une thématique renouvelée chaque année. Après s’être concentré sur les violences de guerre et les sorties d’empire, nous nous proposons de poursuivre le cycle entamé en 2019-2020 et de continuer à réfléchir aux périodes de transition politique à travers les mobilités et les migrations qu’elles ont entraînées et, simultanément, les nouveaux défis qu’elles ont suscités pour « refaire société ». À partir de différents cas historiques considérés dans leur singularité, il s’agira de cerner les dynamiques démographiques, les caractéristiques des trajectoires et leur impact dans les espaces sociaux.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Synthèse d'une séance
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Synthèse d'une séance
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

par courriel auprès des enseignants.

Direction de travaux des étudiants

rendez-vous par courriel auprès des enseignants.

Réception des candidats

rendez-vous par courriel auprès des enseignants.

Pré-requis

formation en histoire ou en sciences sociales, connaissances élémentaires du monde russe et soviétique, centre-européen et centre-asiatique. Les séances se font en français ou en anglais, occasionnellement en russe.

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, lundi 17:00-19:00
    du 2 novembre 2020 au 21 juin 2021

Ce séminaire porte sur les sources et les méthodes en histoire et en sciences sociales sur les terrains de l'URSS, Russie, Caucase, Asie centrale et Europe centrale.  Un intervenant différent à chaque séance y présente ses recherches. Il prend la forme d'un atelier, pour moitié de ses séances autour d'une thématique annuelle, soit, en 2020-21, celle des mobilités et migrations en période de transition politique. Il s’est agi de discuter des modalités selon lesquelles hommes et femmes « refont société » pendant et après des moments de bouleversements profonds, souvent violents. Le séminaire s’est tenu à distance, ce qui a été à la fois une difficulté, scientifique et sociale mais parfois une chance, en permettant la participation, au moins passive, d’un public élargi.
Il s’est ouvert par trois séances ancrées dans l’aire caucasienne, dans une dimension clairement transnationale. Anouche Kunth (IRIS, CNRS / EHESS), Katja Doose (CERCEC) et Maroussia Ferry (CERCEC) ont analysé diverses formes de reconfigurations des solidarités et du lien social parmi les Arméniens et les Géorgiens, à l’épreuve de catastrophes et migrations massives.
Les quatre séances suivantes ont été consacrées à l’Europe de l’Est. Les stratégies d’accueil d’étudiants étrangers en Ukraine aujourd’hui ont été discutées par Denis Eckert (Géographie-Cités, CNRS) ; Alisa Menshikova (CERCEC), a analysé la constitution en communauté nationale d’Ukrainiens exilés en France dans l’entre-deux guerres. Ronan Hervouet (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) a présenté son livre « Le goût des tyrans. Une ethnographie politique du quotidien en Biélorussie ». Enfin, Jawad Daheur (CERCEC) a articulé environnement et migrations dans la Pologne de la fin du 19e siècle.
Les trois séances suivantes ont abordé des reconfigurations du politique dans l’aire (post-) socialiste contemporaine. Isabelle Thireau (CECMC) a présenté son livre « Des lieux en commun : une ethnographie des rassemblements publics en Chine ». Sabine Dullin (Sciences-Po) a analysé les renégociations de la souveraineté en Yakoutie post-soviétique et Geneviève Zubrycki (Université de Michigan) le philosémitisme dans les discours nationaux polonais contemporains.
Trois ouvrages sur l’histoire et la mémoire des régimes autoritaires et des violences de masse en Europe de l’Est / URSS ont ensuite été présentés :  Yoram Gorlizki (Université de Manchester) et Oleg Khlevniuk (Haut Collège d’Economie de Moscou), « Substate Dictatorship. Networks, Loyalty, And Institutional Change in the Soviet Union”; Nicolas Werth (CNRS), “Sandormokh. Le livre noir d’un lieu de mémoire” ; Nadège Ragaru (Sciences-Po / CNRS), « « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie ».
Piotr Laskowski (Université de Varsovie) et Nodira Ozimova (Académie des Sciences d’Ouzbékistan) ont ensuite analysé deux différentes configurations de rapports entre recherche scientifique et engagement politique, le premier autour de la figure de Mojżesz Kaufman, historien et révolutionnaire juif polonais, la seconde autour de « l’école de Polyakov » et l’anthropologie soviétique de l’Asie centrale depuis les années 1980. Hervé Amiot (Passages, Université de Bordeaux) a présenté sa recherche sur les engagements transnationaux de la diaspora ukrainienne.
Ekaterina Makhotina (Université de Bonn) a traité des  transformations de la notion de mélancolie en Russie aux 18e-19e siècles ; Lili di Puppo (Haut Collège d’Economie de Moscou) des sites sacrés dans l’Oural. Javier Alcade (Université de Barcelone),  de l’histoire du mouvement espérantiste en Europe de l’Est dans l’entre-deux guerres. Zofia Trebacz (Institut historique juif de Varsovie) a analysé le plan polonais d’émigration des Juifs à Madagascar (1935-39). Après une discussion avec Alessandro Stanziani (CRH) autour de son livre « Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles) », le séminaire s’est clos sur une intervention d’Alexey Kraikovski (Haut Collège d’Économie de Saint-Pétersbourg) sur l’émergence de Saint-Pétersbourg comme métropole maritime.

Publications
  • Avec Emilia Koustova et Thomas Chopard, « Survivors, Collaborators and Partisans: Bringing Jewish Ghetto Policemen before Soviet Justice in Lithuania », Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, 68-2, 2020, p. 228-255.
  •  "Анатолий Вишневский ; ученый, созидатель, человек твердых убеждений", Russian Sociological Review, 20, 2021, p. 323-333
  • Avec Françoise Daucé, Marc Elie et Isabelle Ohayon, L'âge soviétique. Une traversée de l'Empire russe au monde postsoviétique, Paris, Armand Colin, 2021, p. 432.