UE530 - Masculinités, féminités : approches sociologiques


Planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle polyvalente 50
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 26 janvier 2021 au 13 avril 2021


Description


Dernière modification : 8 octobre 2020 08:07

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Féminisme Genre Sociologie
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Flora Hergon [référent·e]   doctorante chargée d'enseignement, EHESS / Centre Maurice-Halbwachs (CMH)

Ce séminaire vise à donner une introduction aux études sur les masculinités et aux féminités. Alors que le genre est souvent abordé comme une variable binaire, ou un rapport social entre le groupe des femmes et des hommes, comment penser les différenciations entre femmes, entre hommes ? Comment le genre varie-t-il selon d'autres appartenances sociales, comme l'âge ou la classe sociale ? On partira des travaux de R. Connell en s’attachant à distinguer son approche à la fois des travaux sur la virilité qui la précèdent, et des approches davantage féministes et queer. On s'interrogera sur l'analyse des féminités dans les études féministes et de genre. Enfin, la troisième partie du cours sera consacrée à des travaux empiriques sur les masculinités et les féminités, qui s’appuient notamment sur la méthode ethnographique et l'imbrication du genre dans d'autres rapports sociaux

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Ateliers de lecture – Études sur le genre-Histoire – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Ateliers de lecture – Études sur le genre-Sociologie – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Ateliers de lecture – Sociologie – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

M1


Compte rendu


Ce séminaire a réuni une trentaine d’étudiant·es en master, issu·es de diverses formations de l’EHESS (mentions Études sur le genre, Sociologie générale, Arts et langages, Études environnementales, Territoires et Développement notamment), permettant ainsi de riches dialogues interdisciplinaires.

Le séminaire visait à proposer une introduction aux travaux sociologiques sur les masculinités et féminités. Pour cela, le séminaire s’est structuré autour de deux grands axes : les quatre premières séances ont proposé une réflexion théorique consacrée à la genèse et à l’évolution des études sur les masculinités et féminités, en partant d’une part des travaux francophones en histoire, sociologie et anthropologie ayant abordé les questions de masculinité et de virilité à partir des années 1980-1990, et d’autre part des travaux fondateurs de la sociologue australienne Raewyn Connell (et leur actualisation).

Ce travail de conceptualisation a ensuite permis des discussions constructives lors des séances suivantes, consacrées à des approches empiriques des masculinités et féminités en sociologie. Chaque séance était consacrée à l’étude de la formation des masculinités et féminités à partir d’une thématique et d’une enquête spécifique. Ont ainsi été abordées : la question des normes et pratiques féminités dans les classes populaires et supérieures (reliant études sur le genre sociologie du travail et des classes sociales, à partir des travaux de Beverley Skeggs); la construction des masculinités et féminités concernant les minorités de genre et de sexualité (à partir de recherches fondées sur des enquêtes ethnographiques, des entretiens biographiques, et des archives photographiques ou cinématographiques), ou encore le concept d’homosocialité. Deux séances ont également abordé la question de l’articulation entre des processus de racialisation et les représentations de masculinités/féminités considérées comme déviantes. La question de la relation entre institutions et normes de masculinité et féminité a ainsi été traitée, reliant les études sur le genre avec la sociologie de la justice. Afin d’éclairer certaines questions méthodologiques sur l’usage empirique de ces concepts, Clara-Marie Nasser, doctorante au Centre d’Études des mouvements sociaux (CEMS) et au Centre Maurice Halbwachs (CMH) a enfin présenté ses travaux de thèse en cours avec une communication intitulée : « Jouer le rôle d’une Sugar Baby : Performance de féminité et valorisation du pouvoir érotique ».

Lors de chaque séance, une courte séquence était réservée à la mise en relation entre la thématique de la séance et les recherches personnelles des étudiant·es, permettant ainsi d’approfondir les textes étudiés tout en renforçant l’ancrage méthodologique du séminaire, destiné à mobiliser les concepts discutés dans le cadre de ses propres recherches.

Publications

Non concerné

Dernière modification : 8 octobre 2020 08:07

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Féminisme Genre Sociologie
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Flora Hergon [référent·e]   doctorante chargée d'enseignement, EHESS / Centre Maurice-Halbwachs (CMH)

Ce séminaire vise à donner une introduction aux études sur les masculinités et aux féminités. Alors que le genre est souvent abordé comme une variable binaire, ou un rapport social entre le groupe des femmes et des hommes, comment penser les différenciations entre femmes, entre hommes ? Comment le genre varie-t-il selon d'autres appartenances sociales, comme l'âge ou la classe sociale ? On partira des travaux de R. Connell en s’attachant à distinguer son approche à la fois des travaux sur la virilité qui la précèdent, et des approches davantage féministes et queer. On s'interrogera sur l'analyse des féminités dans les études féministes et de genre. Enfin, la troisième partie du cours sera consacrée à des travaux empiriques sur les masculinités et les féminités, qui s’appuient notamment sur la méthode ethnographique et l'imbrication du genre dans d'autres rapports sociaux

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Ateliers de lecture – Études sur le genre-Histoire – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Ateliers de lecture – Études sur le genre-Sociologie – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Ateliers de lecture – Sociologie – M1/S2
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis

M1

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle polyvalente 50
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 13:00-15:00
    du 26 janvier 2021 au 13 avril 2021

Ce séminaire a réuni une trentaine d’étudiant·es en master, issu·es de diverses formations de l’EHESS (mentions Études sur le genre, Sociologie générale, Arts et langages, Études environnementales, Territoires et Développement notamment), permettant ainsi de riches dialogues interdisciplinaires.

Le séminaire visait à proposer une introduction aux travaux sociologiques sur les masculinités et féminités. Pour cela, le séminaire s’est structuré autour de deux grands axes : les quatre premières séances ont proposé une réflexion théorique consacrée à la genèse et à l’évolution des études sur les masculinités et féminités, en partant d’une part des travaux francophones en histoire, sociologie et anthropologie ayant abordé les questions de masculinité et de virilité à partir des années 1980-1990, et d’autre part des travaux fondateurs de la sociologue australienne Raewyn Connell (et leur actualisation).

Ce travail de conceptualisation a ensuite permis des discussions constructives lors des séances suivantes, consacrées à des approches empiriques des masculinités et féminités en sociologie. Chaque séance était consacrée à l’étude de la formation des masculinités et féminités à partir d’une thématique et d’une enquête spécifique. Ont ainsi été abordées : la question des normes et pratiques féminités dans les classes populaires et supérieures (reliant études sur le genre sociologie du travail et des classes sociales, à partir des travaux de Beverley Skeggs); la construction des masculinités et féminités concernant les minorités de genre et de sexualité (à partir de recherches fondées sur des enquêtes ethnographiques, des entretiens biographiques, et des archives photographiques ou cinématographiques), ou encore le concept d’homosocialité. Deux séances ont également abordé la question de l’articulation entre des processus de racialisation et les représentations de masculinités/féminités considérées comme déviantes. La question de la relation entre institutions et normes de masculinité et féminité a ainsi été traitée, reliant les études sur le genre avec la sociologie de la justice. Afin d’éclairer certaines questions méthodologiques sur l’usage empirique de ces concepts, Clara-Marie Nasser, doctorante au Centre d’Études des mouvements sociaux (CEMS) et au Centre Maurice Halbwachs (CMH) a enfin présenté ses travaux de thèse en cours avec une communication intitulée : « Jouer le rôle d’une Sugar Baby : Performance de féminité et valorisation du pouvoir érotique ».

Lors de chaque séance, une courte séquence était réservée à la mise en relation entre la thématique de la séance et les recherches personnelles des étudiant·es, permettant ainsi d’approfondir les textes étudiés tout en renforçant l’ancrage méthodologique du séminaire, destiné à mobiliser les concepts discutés dans le cadre de ses propres recherches.

Publications

Non concerné