UE505 - Critique de l'économie historique. Ressources naturelles : renouvellement, épuisement et crise

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Économie Économie politique Histoire
Aires culturelles
Transnational/transfrontières

Comment expliquer l’épuisement d’une ressource naturelle, et la façon dont les sociétés s’organisent afin de mobiliser un substitut ou, à l’inverse, pour faire face à la crise qui en résulte ? C’est la question que le séminaire – animé par Mathieu Arnoux, Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier et Gilles Postel-Vinay – aborde cette année en s’appuyant, comme les années précédentes, sur des études de cas empruntés à des sociétés appartenant à des espaces et des temps très différents, depuis le néolithique jusqu’aux époques les plus contemporaines.

La question de l’épuisement des ressources naturelles est un thème perçu aujourd’hui, non sans raison, comme une menace. Le séminaire s’intéressera à ces aspects contemporains, en particulier dans la perspective des crises énergétiques successives causées par la surconsommation de ressources carbonées non renouvelables, mais aussi d’autres dont on parle moins comme les terres rares. L’épuisement absolu ou relatif d’une ressource – et sa perception, ou non, par les contemporains – est cependant un phénomène récurrent dans l’histoire. Pour connaître un développement durable, chaque société devrait tirer de son environnement un volume de ressources limité. Une telle approche pose aussi la question de la différence entre ressources renouvelables et ressources fossiles et entre systèmes techniques renouvelables ou non renouvelables du point de vue de leur possible épuisement. Derrière une continuité supposée articulée autour de transitions successives, la trilogie bois-charbon-pétrole masque ainsi des dynamiques de long terme plus complexes.

L’évolution historique des sociétés conduit pourtant à ce que, fréquemment, ces limites soient franchies, provoquant une série de crises à l’intensité et aux conséquences très variables. Le passage de certaines ressources qui perdent leur gratuité pour devenir payantes en est, dans nos sociétés contemporaines, un signe.  Les différentes séances du séminaire auront pour objet l’analyse comparée de sociétés historiques différentes quant au mode d’exploitation des ressources disponibles et quant au type de dépendance qui en résulte.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Jean-Yves Grenier [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Mathieu Arnoux   directeur d'études, EHESS - professeur des universités, Université de Paris / Centre de recherches historiques (CRH)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

contacter Jean-Yves Grenier par courriel.

Réception des candidats

contacter Jean-Yves Grenier par courriel.

Pré-requis
-
  • 105 bd Raspail
    Salle 11
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), lundi 17:00-19:00
    du 9 novembre 2020 au 14 juin 2021


Intervenant·e·s


  • Jean-Yves Grenier [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Mathieu Arnoux   directeur d'études, EHESS - professeur des universités, Université de Paris / Centre de recherches historiques (CRH)

Planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 11
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), lundi 17:00-19:00
    du 9 novembre 2020 au 14 juin 2021


Description


Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Économie Économie politique Histoire
Aires culturelles
Transnational/transfrontières

Comment expliquer l’épuisement d’une ressource naturelle, et la façon dont les sociétés s’organisent afin de mobiliser un substitut ou, à l’inverse, pour faire face à la crise qui en résulte ? C’est la question que le séminaire – animé par Mathieu Arnoux, Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier et Gilles Postel-Vinay – aborde cette année en s’appuyant, comme les années précédentes, sur des études de cas empruntés à des sociétés appartenant à des espaces et des temps très différents, depuis le néolithique jusqu’aux époques les plus contemporaines.

La question de l’épuisement des ressources naturelles est un thème perçu aujourd’hui, non sans raison, comme une menace. Le séminaire s’intéressera à ces aspects contemporains, en particulier dans la perspective des crises énergétiques successives causées par la surconsommation de ressources carbonées non renouvelables, mais aussi d’autres dont on parle moins comme les terres rares. L’épuisement absolu ou relatif d’une ressource – et sa perception, ou non, par les contemporains – est cependant un phénomène récurrent dans l’histoire. Pour connaître un développement durable, chaque société devrait tirer de son environnement un volume de ressources limité. Une telle approche pose aussi la question de la différence entre ressources renouvelables et ressources fossiles et entre systèmes techniques renouvelables ou non renouvelables du point de vue de leur possible épuisement. Derrière une continuité supposée articulée autour de transitions successives, la trilogie bois-charbon-pétrole masque ainsi des dynamiques de long terme plus complexes.

L’évolution historique des sociétés conduit pourtant à ce que, fréquemment, ces limites soient franchies, provoquant une série de crises à l’intensité et aux conséquences très variables. Le passage de certaines ressources qui perdent leur gratuité pour devenir payantes en est, dans nos sociétés contemporaines, un signe.  Les différentes séances du séminaire auront pour objet l’analyse comparée de sociétés historiques différentes quant au mode d’exploitation des ressources disponibles et quant au type de dépendance qui en résulte.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

contacter Jean-Yves Grenier par courriel.

Réception des candidats

contacter Jean-Yves Grenier par courriel.

Pré-requis
-