UE431 - Enquêter sur le temps en sciences sociales

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Enquêtes Temps/temporalité
Aires culturelles
-

Que le temps soit un objet des sciences physiques, de la psychologie et de la philosophie paraît naturel. Mais on oublie parfois qu'il est aussi traité par les sciences sociales. Le projet de ce séminaire est de documenter les diverses formes de temps produites par les groupes et sociétés humains. Il est aussi de clarifier les conceptualisations du temps qui sont produites de façon plus ou moins explicite par les chercheur.es sciences sociales.

Plus précisément, le séminaire poursuivra deux objectifs :

  • Le premier sera d’explorer la pluralité des formes de temps produites par les sociétés, modernes ou plus anciennes, ainsi que par les groupes qui les structurent. Nous solliciterons ainsi des chercheur.es en histoire, en sociologie ou en anthropologie, ayant travaillé sur le temps des groupes religieux, la mémoire collective, le temps de l'intervention socio-sanitaire auprès de personnes considérées comme dépendantes, l'incertitude, les pratiques d'historicisation, ou encore, les rapports entre temps et pouvoir.
  • Le second objectif sera de réfléchir aux moyens de dénaturaliser le temps au sein des travaux en sciences sociales. Le temps y est en effet souvent naturalisé, et de diverses manières : il est compris comme une réalité relevant principalement de la science physique, de la psychologie ou des neuro-sciences ; il ne fait l’objet d’aucune explicitation, étant mobilisé comme si sa définition allait de soi ; il est conçu comme une entité ayant des effets par elle-même ("l’effet du temps", "l'action du temps") ; ou encore, il est utilisé comme un décor, coupé de toute pratique (la réalité se déroule "dans le temps", "au cours du temps").

Nous réfléchirons ainsi avec les chercheur.es invité.es aux voies à emprunter pour enquêter sur le temps et pour le dénaturaliser, conditions pour en faire un objet d’étude propre aux sciences sociales.

Muriel Darmon, DR CNRS, CESSP, Delphine Dulong, MCF HDR Université Panthéon-Sorbonne CESSP &  Elsa Favier, doctorante au CMH :  « Temps et pouvoir »

Danièle Hervieu-Léger, DE EHESS, CESOR : « Le temps des moines »

Sabine Delzelcaux, MCF Paris-Dauphine, LEDa-LEGOS : « La conception éliasienne du temps et ses usages empiriques dans le champ de la grande dépendance »

Michel Grossetti, DR CNRS & DE EHESS, LISST Toulouse : « Incertitudes, imprévisibilités et irréversibilités dans les processus sociaux »

Sarah Gensburger, DR CNRS, ISP & Sandrine Lefranc, DR CNRS, ISP : « Les politiques de mémoire et du pardon »

Yannick Barthe, DR CNRS, LIER-FYT : « Le présentisme comme méthode d’enquête sur le passé »

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

  • Edouard Gardella [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Marc Bessin   directeur de recherche, CNRS / Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Aucun planning disponible.


Intervenant·e·s


  • Edouard Gardella [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Marc Bessin   directeur de recherche, CNRS / Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)

Planning


Aucun planning disponible.


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Enquêtes Temps/temporalité
Aires culturelles
-

Que le temps soit un objet des sciences physiques, de la psychologie et de la philosophie paraît naturel. Mais on oublie parfois qu'il est aussi traité par les sciences sociales. Le projet de ce séminaire est de documenter les diverses formes de temps produites par les groupes et sociétés humains. Il est aussi de clarifier les conceptualisations du temps qui sont produites de façon plus ou moins explicite par les chercheur.es sciences sociales.

Plus précisément, le séminaire poursuivra deux objectifs :

  • Le premier sera d’explorer la pluralité des formes de temps produites par les sociétés, modernes ou plus anciennes, ainsi que par les groupes qui les structurent. Nous solliciterons ainsi des chercheur.es en histoire, en sociologie ou en anthropologie, ayant travaillé sur le temps des groupes religieux, la mémoire collective, le temps de l'intervention socio-sanitaire auprès de personnes considérées comme dépendantes, l'incertitude, les pratiques d'historicisation, ou encore, les rapports entre temps et pouvoir.
  • Le second objectif sera de réfléchir aux moyens de dénaturaliser le temps au sein des travaux en sciences sociales. Le temps y est en effet souvent naturalisé, et de diverses manières : il est compris comme une réalité relevant principalement de la science physique, de la psychologie ou des neuro-sciences ; il ne fait l’objet d’aucune explicitation, étant mobilisé comme si sa définition allait de soi ; il est conçu comme une entité ayant des effets par elle-même ("l’effet du temps", "l'action du temps") ; ou encore, il est utilisé comme un décor, coupé de toute pratique (la réalité se déroule "dans le temps", "au cours du temps").

Nous réfléchirons ainsi avec les chercheur.es invité.es aux voies à emprunter pour enquêter sur le temps et pour le dénaturaliser, conditions pour en faire un objet d’étude propre aux sciences sociales.

Muriel Darmon, DR CNRS, CESSP, Delphine Dulong, MCF HDR Université Panthéon-Sorbonne CESSP &  Elsa Favier, doctorante au CMH :  « Temps et pouvoir »

Danièle Hervieu-Léger, DE EHESS, CESOR : « Le temps des moines »

Sabine Delzelcaux, MCF Paris-Dauphine, LEDa-LEGOS : « La conception éliasienne du temps et ses usages empiriques dans le champ de la grande dépendance »

Michel Grossetti, DR CNRS & DE EHESS, LISST Toulouse : « Incertitudes, imprévisibilités et irréversibilités dans les processus sociaux »

Sarah Gensburger, DR CNRS, ISP & Sandrine Lefranc, DR CNRS, ISP : « Les politiques de mémoire et du pardon »

Yannick Barthe, DR CNRS, LIER-FYT : « Le présentisme comme méthode d’enquête sur le passé »


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-