Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE405 - Philosophie et sciences sociales


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), vendredi 13:00-15:00
    du 16 octobre 2020 au 18 juin 2021


Description


Dernière modification : 26 mai 2020 16:43

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
https://philosophiesciencessociales.blogspot.com/ 
Langues
français
Mots-clés
Histoire Histoire intellectuelle Philosophie Philosophie analytique Philosophie politique Philosophie sociale Pragmatisme
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre-Henri Castel [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

Hegel, Brandom, et la raison des Modernes comme fait historique et social. Une lecture croisée de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel et d'A Spirit of Trust de R. Brandom.

Le cours de cette année prendra prétexte de la parution d'A Spirit of Trust, Robert Brandom (Harvard University Press, 2019) pour proposer trois choses. Tout d'abord, une introduction à la lecture de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel (dans la traduction de Jean-Pierre Lefebvre), qui ne prendra pas la forme d'une exégèse scolaire méthodique, mais d'une analyse des enjeux d'un certain nombre de passages choisis pour leur résonance dans les théories ultérieures de l'histoire et de la société. Ensuite, une première exploration du commentaire que Brandom lui consacre dans A Spirit of Trust. Là encore, on s'intéressera moins à l'étude scolastique de ce commentaire qu'à son ambition tout à fait extraordinaire : caractériser la forme comme le contenu de la raison des Modernes, celle d'après les Lumières, en partant de la façon dont elle est apparue à Hegel comme un fait essentiellement historique et social. Le « pragmatisme analytique » de Brandom prétend en effet en prolonger aujourd'hui ce mouvement, et interpréter sur cette base ce qu'est la philosophie contemporaine. Enfin, ce croisement de lectures cherchera à poser deux questions. La plus vaste est celle-ci : dans quelle mesure le geste hégélien est-il la condition de possibilité, avant Marx, ou Tocqueville ou Comte, de la réflexivité collective moderne sur la société, et donc des sciences sociales ? La plus restreinte : pourquoi est-ce à partir d'une philosophie pragmatiste comme celle de Brandom qu'on peut aujourd'hui revenir à Hegel, alors que le courant « analytique » en philosophie est au contraire né de son rejet le plus radical ?


Master


  • Séminaires de tronc commun – Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, traduction

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis

ce cours n'est pas spécialement destiné aux étudiant(e)s en philosophie, et il n'y a donc pas de prérequis dans cette discipline. Un effort, en revanche, sera demandé pour lire autant que possible en anglais.


Compte rendu


Le séminaire se proposait d’examiner l’interprétation que Brandom a récemment fourni de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel, dans A Spirit of Trust (Belknap Press, Harvard University Press, 2019). Très rapidement, il est apparu qu’une relecture systématique et exhaustive, chapitre par chapitre, du chef-d’œuvre de Hegel suffirait amplement dans le cadre de ce séminaire, quitte à reporter à des commentaires ponctuels l’étude des interprétations de Brandom. C’est cette tâche qui a été réalisée, en sorte que les étudiants désormais disposent d’un commentaire de chacune des parties de l’œuvre, dont on a respecté la structure circulaire en commentant la préface en dernier, après l’élucidation des enjeux du savoir absolu. De nombreux compléments historiques et esthétiques (musicaux et littéraires) resituent l’œuvre dans le contexte romantique du temps. Il est accessible sur https://philosophiesciencessociales.blogspot.com/

Le fil conducteur de l’analyse reste très inspiré par le commentaire de Brandom en ceci, déjà, qu’il a cherché à mettre en lumière en quoi la Phénoménologie de l’esprit est un texte philosophique « moderne ». Plus précisément, on a cherché à identifier en quoi Hegel était un « modernisateur » de la philosophie, au sens récemment proposé par Cyril Lemieux et Pablo Blitstein. On est également revenu en détail sur le problème auquel semble s’être heurté Hegel en rédigeant le chapitre « Raison », et qui l'a conduit à donner un développement supplémentaire considérable à l’œuvre initialement prévue. Ceci nous a conduit à l’idée selon laquelle les considérations de Hegel sur la nature, non seulement marque une rupture franche avec le thème de la Naturphilosophie, mais même qu’en évitant le syntagme et en préférant Philosophie der Natur, Hegel tâtonne déjà en direction de ce qui sera plus tard une philosophie des sciences (de la nature). Un autre point essentiel qui fait que la lecture de Brandom a continué à nous inspirer, c’est l’interprétation résolument déflationniste du concept d’expérience dont il a tenté de défendre l’intérêt, malgré l’affirmation explicite de Hegel (dans l’Einleitung) que la Phénoménologie de l’esprit repose sur un autre concept d’expérience que le concept « banal ». En effet, le concept « banal » que rejette Hegel est proche du concept d’expérience qui importe à la tradition pragmatiste.

Néanmoins, la lecture de Hegel par Brandom a été au moins suffisamment esquissée dans ces séances pour poursuivre l’examen de l’œuvre du philosophe américain. L’année prochaine sera ainsi consacrée au second livre charnière (après La raison en philosophie) entre Rendre explicite et A Spirit of Trust : Perspectives on Pragmatism. Ce deuxième livre également a fait l’objet durant l’année d’une traduction collective par les étudiants, qui sera mise à disposition en 2021-2022.

Publications

En collaboration avec le Groupe de travail Brandom, traduction française et notes du livre de Robert B. Brandom, Reason in Philosophy. Animating Ideas, The Belknap Press of Harvard University, 2009: La Raison en philosophie: donner vie aux idées, 2021, Ithaque.

Dernière modification : 26 mai 2020 16:43

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
https://philosophiesciencessociales.blogspot.com/ 
Langues
français
Mots-clés
Histoire Histoire intellectuelle Philosophie Philosophie analytique Philosophie politique Philosophie sociale Pragmatisme
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre-Henri Castel [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

Hegel, Brandom, et la raison des Modernes comme fait historique et social. Une lecture croisée de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel et d'A Spirit of Trust de R. Brandom.

Le cours de cette année prendra prétexte de la parution d'A Spirit of Trust, Robert Brandom (Harvard University Press, 2019) pour proposer trois choses. Tout d'abord, une introduction à la lecture de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel (dans la traduction de Jean-Pierre Lefebvre), qui ne prendra pas la forme d'une exégèse scolaire méthodique, mais d'une analyse des enjeux d'un certain nombre de passages choisis pour leur résonance dans les théories ultérieures de l'histoire et de la société. Ensuite, une première exploration du commentaire que Brandom lui consacre dans A Spirit of Trust. Là encore, on s'intéressera moins à l'étude scolastique de ce commentaire qu'à son ambition tout à fait extraordinaire : caractériser la forme comme le contenu de la raison des Modernes, celle d'après les Lumières, en partant de la façon dont elle est apparue à Hegel comme un fait essentiellement historique et social. Le « pragmatisme analytique » de Brandom prétend en effet en prolonger aujourd'hui ce mouvement, et interpréter sur cette base ce qu'est la philosophie contemporaine. Enfin, ce croisement de lectures cherchera à poser deux questions. La plus vaste est celle-ci : dans quelle mesure le geste hégélien est-il la condition de possibilité, avant Marx, ou Tocqueville ou Comte, de la réflexivité collective moderne sur la société, et donc des sciences sociales ? La plus restreinte : pourquoi est-ce à partir d'une philosophie pragmatiste comme celle de Brandom qu'on peut aujourd'hui revenir à Hegel, alors que le courant « analytique » en philosophie est au contraire né de son rejet le plus radical ?

  • Séminaires de tronc commun – Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, traduction
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis

ce cours n'est pas spécialement destiné aux étudiant(e)s en philosophie, et il n'y a donc pas de prérequis dans cette discipline. Un effort, en revanche, sera demandé pour lire autant que possible en anglais.

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), vendredi 13:00-15:00
    du 16 octobre 2020 au 18 juin 2021

Le séminaire se proposait d’examiner l’interprétation que Brandom a récemment fourni de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel, dans A Spirit of Trust (Belknap Press, Harvard University Press, 2019). Très rapidement, il est apparu qu’une relecture systématique et exhaustive, chapitre par chapitre, du chef-d’œuvre de Hegel suffirait amplement dans le cadre de ce séminaire, quitte à reporter à des commentaires ponctuels l’étude des interprétations de Brandom. C’est cette tâche qui a été réalisée, en sorte que les étudiants désormais disposent d’un commentaire de chacune des parties de l’œuvre, dont on a respecté la structure circulaire en commentant la préface en dernier, après l’élucidation des enjeux du savoir absolu. De nombreux compléments historiques et esthétiques (musicaux et littéraires) resituent l’œuvre dans le contexte romantique du temps. Il est accessible sur https://philosophiesciencessociales.blogspot.com/

Le fil conducteur de l’analyse reste très inspiré par le commentaire de Brandom en ceci, déjà, qu’il a cherché à mettre en lumière en quoi la Phénoménologie de l’esprit est un texte philosophique « moderne ». Plus précisément, on a cherché à identifier en quoi Hegel était un « modernisateur » de la philosophie, au sens récemment proposé par Cyril Lemieux et Pablo Blitstein. On est également revenu en détail sur le problème auquel semble s’être heurté Hegel en rédigeant le chapitre « Raison », et qui l'a conduit à donner un développement supplémentaire considérable à l’œuvre initialement prévue. Ceci nous a conduit à l’idée selon laquelle les considérations de Hegel sur la nature, non seulement marque une rupture franche avec le thème de la Naturphilosophie, mais même qu’en évitant le syntagme et en préférant Philosophie der Natur, Hegel tâtonne déjà en direction de ce qui sera plus tard une philosophie des sciences (de la nature). Un autre point essentiel qui fait que la lecture de Brandom a continué à nous inspirer, c’est l’interprétation résolument déflationniste du concept d’expérience dont il a tenté de défendre l’intérêt, malgré l’affirmation explicite de Hegel (dans l’Einleitung) que la Phénoménologie de l’esprit repose sur un autre concept d’expérience que le concept « banal ». En effet, le concept « banal » que rejette Hegel est proche du concept d’expérience qui importe à la tradition pragmatiste.

Néanmoins, la lecture de Hegel par Brandom a été au moins suffisamment esquissée dans ces séances pour poursuivre l’examen de l’œuvre du philosophe américain. L’année prochaine sera ainsi consacrée au second livre charnière (après La raison en philosophie) entre Rendre explicite et A Spirit of Trust : Perspectives on Pragmatism. Ce deuxième livre également a fait l’objet durant l’année d’une traduction collective par les étudiants, qui sera mise à disposition en 2021-2022.

Publications

En collaboration avec le Groupe de travail Brandom, traduction française et notes du livre de Robert B. Brandom, Reason in Philosophy. Animating Ideas, The Belknap Press of Harvard University, 2009: La Raison en philosophie: donner vie aux idées, 2021, Ithaque.