UE316 - Anthropologie des processus de citoyenneté


Planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    2nd semestre / bimensuel (1re/3e/5e), mardi 09:00-12:00
    du 19 janvier 2021 au 4 mai 2021


Description


Dernière modification : 2 novembre 2020 11:45

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie sociale Citoyenneté Mobilisation(s) Politiques publiques Sociologie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Catherine Neveu [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie critique interdisciplinaire (IIAC-LACI)
  • Maxime Vanhoenacker   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie critique interdisciplinaire (IIAC-LACI)

Notre séminaire poursuivra la discussion critique des outils méthodologiques, théoriques et conceptuels permettant de construire les processus de citoyenneté en objet de recherche empirique. Les pratiques et représentations de la citoyenneté sont relativement sous-étudiées dans l'anthropologie politique française, alors qu'elle fait l'objet de nombreux travaux dans le monde. Ce séminaire sera donc consacré à la mise en discussion de recherches pluridisciplinaires portant sur différents espaces de pratiques citoyennes, notamment celles visant à un renouvellement de l'ethos démocratique et de l'émancipation. Cette année encore, le séminaire sera aussi l'occasion de présenter et discuter les résultats intermédiaires de l'ANR ScouTo ("Scouts toujours ?" Quels citoyens deviennent les anciens scouts ?) coordonnée par Maxime Vanhoenacker. Une place sera également accordée aux enjeux d'une recherche qui soit elle-même « citoyenne ».

19 janvier 2021 : poser les jalons d’une anthropologie des processus de citoyenneté

Cette séance visera à faire le bilan des quatre années précédentes du séminaire et à poser les jalons, en termes conceptuels et problématiques, d’une approche anthropologique des processus de citoyenneté, à partir des recherches menées par les deux responsables du séminaire.

2 février 2021 : la citoyenneté ordinaire comme objet empirique : chantiers, controverses, discussions

Il s’agira dans cette séance de mettre en perspective un certain nombre de travaux menés en France sur la citoyenneté, en soulignant leurs spécificités dans le champ plus général des citizenship studies. On interrogera notamment comment la citoyenneté peut être saisie dans les catégories et usages tant académiques que vernaculaires de la notion. Texte à lire : Nicolas Mariot, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, n° 92, 2010, pp. 165-194.

16 février 2021 : échelles de citoyenneté (locale, urbaine, nationale, globale) : frontières et territoires des sociétés politiques

Cette séance sera consacrée à la mise en discussion d’un certain nombre de qualificatifs de la citoyenneté en lien avec les enjeux de son échelle d’effectuation. Il s’agira alors d’une part de discuter les éventuelles spécificités des processus de citoyenneté selon ces « échelles », et de saisir comment l’analyse des usages de l’espace public peut permettre de lire des évolutions dans la légitimité de l’accès à la citoyenneté. Catherine : citoyenneté urbaine, usages espaces publics. Texte à lire : Anna Socor, « “There is an Istanbul that belongs to me” : Citizenship, Space and Identity in the City », Annals of the Association of American Geographers, Vol. 94, n° 2, 2004.

2 mars 2021 : Citoyenneté(s) culturelle(s), émotions politiques, société civile

Cette séance portera sur les articulations entre citoyenneté et « culture(s) » et s’attachera notamment à déconstruire les associations naturalisées entre nationalité et citoyenneté. Seront également abordés les liens entre émotions et citoyenneté à partir des analyses de Stéphanie Tawa Lama-Rewal en Inde (CEIAS, sous-réserve) Texte à lire : Renato Rosaldo, « Cultural Citizenship in San Jose, California », PoLAR, Vol. 17, n° 2.

16 mars 2021 : Citoyennetés buissonnières et normes de participation 

En abordant la citoyenneté par ses formes buissonnières, il s’agira d’interroger les normes citoyennes à partir d’exemples empiriques de réappropriations, contestation et subversion. Nous nous intéresserons notamment aux réactions suscitées par l’injonction à la « citoyenneté active » et l’impératif participatif ; à partir d’une recherche empirique menée par Laetitia Overney (MCF Ensa/Irpaus, présence sous-réserve) sur la participation des personnes sans abri dans les Centres d’hébergement et de réinsertion sociale. Texte à lire : Laetitia Overney, « Prendre (sa) part. Habiter, c’est participer », Participations, n° 19, pp. 23-48, 2017.

30 mars 2021 : École de la République et éducation populaire en France : mises en perspective historique de l’éducation à la citoyenneté

Cette séance sera consacrée aux enjeux de l’éducation à la citoyenneté à travers l’interrogation critique de temporalités divergentes. Les missions civiques de l’institution scolaire sont tiraillées entre l’affirmation d’une permanence de la doxa républicaine des origines (Ferry et Condorcet) et des décennies de mutations profondes (pédagogies, cultures juvéniles…). En contre-point, l’éducation populaire est traversée par d’autres tensions : militantisme associatif, alternative à l’école, institutionnalisation dans les politiques de l’enfance... Cette mise en perspective socio-historique sera actualisée par l’ethnographie de Catherine Neveu portant sur les conditions de politisation des acteur.trice.s de centres sociaux. Texte à lire : Laurent Besse, Frédéric Chateigner et Florence Ihaddadene. « L’éducation populaire », Savoirs, vol.  42, no. 3, 2016, pp. 11-49.

6 avril 2021 : « Former de bons citoyens par la vie en plein-air » : ce que l’anthropologie du scoutisme raconte de la citoyenneté en général

Nous discuterons des enjeux de l’articulation entre les données empiriques – des expériences de citoyenneté en contextes et situées – et le travail analytique contribuant à la compréhension de la citoyenneté contemporaine, en prenant pour cas d’étude les recherches de Maxime Vanhoenacker. Une revendication scoute de citoyenneté traverse l’espace et le temps du scoutisme, de 1907 à nos jours, à l’échelle mondiale. L’outillage anthropologique permet d’interroger cette citoyenneté scoute en termes d’initiation de la jeunesse, de ritualité, d’institutions éducatives et d’échanges culturels. Texte à lire : Christina Jialin Wu. « « Cette fraternité merveilleuse » : l’appropriation du scoutisme en Malaisie britannique (1907-1942) », Le Mouvement Social, vol. 267, no. 2, 2019, pp. 9-23.

4 mai 2021 : présentations par les étudiant.e.s et synthèse du séminaire


Master


  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit
  • Séminaires de recherche – Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contacter les enseignants par courriel.

Direction de travaux des étudiants

prendre contact par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-

Dernière modification : 2 novembre 2020 11:45

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie sociale Citoyenneté Mobilisation(s) Politiques publiques Sociologie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Catherine Neveu [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie critique interdisciplinaire (IIAC-LACI)
  • Maxime Vanhoenacker   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire d’anthropologie critique interdisciplinaire (IIAC-LACI)

Notre séminaire poursuivra la discussion critique des outils méthodologiques, théoriques et conceptuels permettant de construire les processus de citoyenneté en objet de recherche empirique. Les pratiques et représentations de la citoyenneté sont relativement sous-étudiées dans l'anthropologie politique française, alors qu'elle fait l'objet de nombreux travaux dans le monde. Ce séminaire sera donc consacré à la mise en discussion de recherches pluridisciplinaires portant sur différents espaces de pratiques citoyennes, notamment celles visant à un renouvellement de l'ethos démocratique et de l'émancipation. Cette année encore, le séminaire sera aussi l'occasion de présenter et discuter les résultats intermédiaires de l'ANR ScouTo ("Scouts toujours ?" Quels citoyens deviennent les anciens scouts ?) coordonnée par Maxime Vanhoenacker. Une place sera également accordée aux enjeux d'une recherche qui soit elle-même « citoyenne ».

19 janvier 2021 : poser les jalons d’une anthropologie des processus de citoyenneté

Cette séance visera à faire le bilan des quatre années précédentes du séminaire et à poser les jalons, en termes conceptuels et problématiques, d’une approche anthropologique des processus de citoyenneté, à partir des recherches menées par les deux responsables du séminaire.

2 février 2021 : la citoyenneté ordinaire comme objet empirique : chantiers, controverses, discussions

Il s’agira dans cette séance de mettre en perspective un certain nombre de travaux menés en France sur la citoyenneté, en soulignant leurs spécificités dans le champ plus général des citizenship studies. On interrogera notamment comment la citoyenneté peut être saisie dans les catégories et usages tant académiques que vernaculaires de la notion. Texte à lire : Nicolas Mariot, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, n° 92, 2010, pp. 165-194.

16 février 2021 : échelles de citoyenneté (locale, urbaine, nationale, globale) : frontières et territoires des sociétés politiques

Cette séance sera consacrée à la mise en discussion d’un certain nombre de qualificatifs de la citoyenneté en lien avec les enjeux de son échelle d’effectuation. Il s’agira alors d’une part de discuter les éventuelles spécificités des processus de citoyenneté selon ces « échelles », et de saisir comment l’analyse des usages de l’espace public peut permettre de lire des évolutions dans la légitimité de l’accès à la citoyenneté. Catherine : citoyenneté urbaine, usages espaces publics. Texte à lire : Anna Socor, « “There is an Istanbul that belongs to me” : Citizenship, Space and Identity in the City », Annals of the Association of American Geographers, Vol. 94, n° 2, 2004.

2 mars 2021 : Citoyenneté(s) culturelle(s), émotions politiques, société civile

Cette séance portera sur les articulations entre citoyenneté et « culture(s) » et s’attachera notamment à déconstruire les associations naturalisées entre nationalité et citoyenneté. Seront également abordés les liens entre émotions et citoyenneté à partir des analyses de Stéphanie Tawa Lama-Rewal en Inde (CEIAS, sous-réserve) Texte à lire : Renato Rosaldo, « Cultural Citizenship in San Jose, California », PoLAR, Vol. 17, n° 2.

16 mars 2021 : Citoyennetés buissonnières et normes de participation 

En abordant la citoyenneté par ses formes buissonnières, il s’agira d’interroger les normes citoyennes à partir d’exemples empiriques de réappropriations, contestation et subversion. Nous nous intéresserons notamment aux réactions suscitées par l’injonction à la « citoyenneté active » et l’impératif participatif ; à partir d’une recherche empirique menée par Laetitia Overney (MCF Ensa/Irpaus, présence sous-réserve) sur la participation des personnes sans abri dans les Centres d’hébergement et de réinsertion sociale. Texte à lire : Laetitia Overney, « Prendre (sa) part. Habiter, c’est participer », Participations, n° 19, pp. 23-48, 2017.

30 mars 2021 : École de la République et éducation populaire en France : mises en perspective historique de l’éducation à la citoyenneté

Cette séance sera consacrée aux enjeux de l’éducation à la citoyenneté à travers l’interrogation critique de temporalités divergentes. Les missions civiques de l’institution scolaire sont tiraillées entre l’affirmation d’une permanence de la doxa républicaine des origines (Ferry et Condorcet) et des décennies de mutations profondes (pédagogies, cultures juvéniles…). En contre-point, l’éducation populaire est traversée par d’autres tensions : militantisme associatif, alternative à l’école, institutionnalisation dans les politiques de l’enfance... Cette mise en perspective socio-historique sera actualisée par l’ethnographie de Catherine Neveu portant sur les conditions de politisation des acteur.trice.s de centres sociaux. Texte à lire : Laurent Besse, Frédéric Chateigner et Florence Ihaddadene. « L’éducation populaire », Savoirs, vol.  42, no. 3, 2016, pp. 11-49.

6 avril 2021 : « Former de bons citoyens par la vie en plein-air » : ce que l’anthropologie du scoutisme raconte de la citoyenneté en général

Nous discuterons des enjeux de l’articulation entre les données empiriques – des expériences de citoyenneté en contextes et situées – et le travail analytique contribuant à la compréhension de la citoyenneté contemporaine, en prenant pour cas d’étude les recherches de Maxime Vanhoenacker. Une revendication scoute de citoyenneté traverse l’espace et le temps du scoutisme, de 1907 à nos jours, à l’échelle mondiale. L’outillage anthropologique permet d’interroger cette citoyenneté scoute en termes d’initiation de la jeunesse, de ritualité, d’institutions éducatives et d’échanges culturels. Texte à lire : Christina Jialin Wu. « « Cette fraternité merveilleuse » : l’appropriation du scoutisme en Malaisie britannique (1907-1942) », Le Mouvement Social, vol. 267, no. 2, 2019, pp. 9-23.

4 mai 2021 : présentations par les étudiant.e.s et synthèse du séminaire

  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit
  • Séminaires de recherche – Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et/ou rendu écrit
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contacter les enseignants par courriel.

Direction de travaux des étudiants

prendre contact par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    2nd semestre / bimensuel (1re/3e/5e), mardi 09:00-12:00
    du 19 janvier 2021 au 4 mai 2021