UE310 - L'Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Analyse de discours Anthropologie historique Anthropologie sociale Anthropologie urbaine Circulations Empire Espace Espace social Fait religieux Genre Histoire Migration(s) Mobilisation(s) Mouvements sociaux Réseaux sociaux Transnational Urbaines (études) Ville
Aires culturelles
Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Transnational/transfrontières Turc (domaine)

Dans le prolongement de l'année précédente, le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·e·s qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

5 novembre 2020 : Penser les transformations économiques à travers les modèles et les pratiques d'entreprise. Salonique, Tuzla, Sarajevo

La séance propose des pistes pour une étude historique et anthropologique des transformations de la vie économique dans l’Europe du Sud-Est. Deux espaces, la Macédoine et la Bosnie, sont observés dans la diachronie, des dernières décennies du pouvoir ottoman à l'époque postsocialiste. Au-delà du décalage temporel manifeste, nos présentations dialoguent autour de la catégorie unifiante de « capitalisme », examinant comment celle-ci peut nous fournir des outils d’analyse pour aborder les interactions entre l’entreprise, industrielle et commerciale, et les contextes sociaux avec lesquels elle interagit.

La séance sera structurée en trois parties:

  • Andrea Umberto Gritti (CETOBaC, EHESS): Marchands et industriels dans la Salonique ottomane : enjeux de méthode

Les thèses de Marx sur le commencement du processus de valorisation du capital se déroulant au sein de l’industrie moderne peuvent avoir été l’objet de plusieurs critiques par la pensée économique successive, qui a notamment mis en question leur emphase sur le moment de la production des marchandises. Celles-là ne sont pourtant déprivées de toute valeur heuristique, comme peut-il le démontrer l’examen d’un cas d’analyse – l’Europe ottomane au XIXe siècle – que les études d’histoire économique ont longtemps abordé en s’appuyant sur de récits diplomatiques impressionnistes et de données statistiques agrégées, souvent fort lacunaires. Mon intervention se propose, au contraire, de regarder la division sociale du travail se produire dans une région de l’Europe du Sud-Est à travers le prisme des activités manufacturières mises en place à Salonique par des négociants juifs d’origine livournaise. L’enracinement de ces affaires dans la sphère de la circulation est côtoyé par deux versants de ma présentation, qui examine en quelle mesure l’expansion du commerce méditerranéen favorise, en outre de l’accumulation d’un capital marchand dans les échelles du Levant, l’évolution des régimes foncières de l’arrière-pays ottoman et, par conséquent, les disponibilités en main-d’œuvre. L’approfondissement de plusieurs aspects de la production et la distribution des marchandises industrielles et des relations de travail instaurées au niveau des usines peut, de cette façon, élargir notre compréhension des transferts technologiques, des tendances démographiques et des dynamiques financières réagrégeant la société de l’Empire ottoman tardif.

  • Milana Čergić (Max-Planck-Institut für ethnologische Forschung, Halle): Continuations et disruptions en Bosnie-Herzégovine : penser les transformations économiques à travers une chaîne de supermarchés à Tuzla

Le développement économique dans le capitalisme demande une «destruction créative», écrivait l’économiste Joseph Schumpeter au début du XXème siècle. Les entrepreneurs sont, d'après lui, les porteurs principaux de ce développement, des individus qui avec leur sens de l'initiative créent de nouvelles « combinaisons ». Comment penser ce concept dans les transformations économiques postsocialistes ? Cette présentation propose une réflexion à travers une chaîne de supermarchés à Tuzla, créée en 1993. Nous discuterons ainsi l'introduction d’un nouveau capitalisme qui se sert des pratiques yougoslaves et qui a pu s’établir sous cette forme grâce aux connections d'un personnage local. Je propose d’interroger les interconnections entre capital, culte de la personne d’un entrepreneur et État en Bosnie-Herzégovine des années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

  • Mehdi Belasri (CETOBaC, EHESS), Privatiser un centre-commercial en Bosnie-Herzégovine: de Sarajka à BBI

Sonia Hirt argumentant dans son texte que la ville post-socialiste est avant tout une ville post-publique et donc gérée par le privé, la question de la place des acteurs du privé dans la fabrique d’une ville comme Sarajevo se pose. Bien que peu mentionnée explicitement dans les travaux portant sur la ville post-socialiste, l’entreprise privée se retrouve au cœur de celle-ci. Comment la prendre en compte ? Comment l’entreprise en tant qu’acteur social transforme le territoire ? Par quels biais l’entreprise se révèle être un acteur de la fabrique de la ville à Sarajevo? Je compte apporter dans ma présentation des pistes de réflexion sur ces trois questions en étudiant la privatisation de l’emprise foncière d’un ancien centre-commercial datant de la période socialiste, Sarajka, détruit pendant le siège de la ville et racheté par une banque islamique au début des années 2000.

Afin de mieux contribuer à la discussion, les participant·e·s sont invité·e·s, s'ils/elles le souhaitent, à lire les textes suivants disponibles ici

  • Maurice Dobb, Studies in the development of capitalism, Routledge, London, 1946 [1930], Chapter 5, Capital accumulation and mercantilism, par. I, p. 177-186 ; Chapter 7, The Industrial Revolution and the Nineteenth Century, par. II, p. 281-300.

  • Joseph A. Schumpeter, Capitalism, socialism and democracy, Routledge, London and New York, 2000, Chapter 7, The process of creative disruption, p. 80-86. 

  • Sonja A. Hirt,  Iron curtains: gates, suburbs and privatization of space in the post-socialist city, Wiley-Blackwell, Oxford, 2012, p. 43-48.

  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Études sur le genre-Histoire – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, contrôle continu
  • Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Nathalie Clayer [référent·e]   directrice d'études, EHESS - directrice de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Fabio Giomi   chargé de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Attention !
    En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : http://listsem.ehess.fr/courses/310/requests/new.

    105 bd Raspail
    Salle 10
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (1re), jeudi 15:00-19:00
    du 5 novembre 2020 au 6 mai 2021


Intervenant·e·s


  • Nathalie Clayer [référent·e]   directrice d'études, EHESS - directrice de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Fabio Giomi   chargé de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Planning


  • Attention !
    En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : http://listsem.ehess.fr/courses/310/requests/new.

    105 bd Raspail
    Salle 10
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (1re), jeudi 15:00-19:00
    du 5 novembre 2020 au 6 mai 2021


Description


Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Analyse de discours Anthropologie historique Anthropologie sociale Anthropologie urbaine Circulations Empire Espace Espace social Fait religieux Genre Histoire Migration(s) Mobilisation(s) Mouvements sociaux Réseaux sociaux Transnational Urbaines (études) Ville
Aires culturelles
Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Transnational/transfrontières Turc (domaine)

Dans le prolongement de l'année précédente, le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·e·s qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

5 novembre 2020 : Penser les transformations économiques à travers les modèles et les pratiques d'entreprise. Salonique, Tuzla, Sarajevo

La séance propose des pistes pour une étude historique et anthropologique des transformations de la vie économique dans l’Europe du Sud-Est. Deux espaces, la Macédoine et la Bosnie, sont observés dans la diachronie, des dernières décennies du pouvoir ottoman à l'époque postsocialiste. Au-delà du décalage temporel manifeste, nos présentations dialoguent autour de la catégorie unifiante de « capitalisme », examinant comment celle-ci peut nous fournir des outils d’analyse pour aborder les interactions entre l’entreprise, industrielle et commerciale, et les contextes sociaux avec lesquels elle interagit.

La séance sera structurée en trois parties:

  • Andrea Umberto Gritti (CETOBaC, EHESS): Marchands et industriels dans la Salonique ottomane : enjeux de méthode

Les thèses de Marx sur le commencement du processus de valorisation du capital se déroulant au sein de l’industrie moderne peuvent avoir été l’objet de plusieurs critiques par la pensée économique successive, qui a notamment mis en question leur emphase sur le moment de la production des marchandises. Celles-là ne sont pourtant déprivées de toute valeur heuristique, comme peut-il le démontrer l’examen d’un cas d’analyse – l’Europe ottomane au XIXe siècle – que les études d’histoire économique ont longtemps abordé en s’appuyant sur de récits diplomatiques impressionnistes et de données statistiques agrégées, souvent fort lacunaires. Mon intervention se propose, au contraire, de regarder la division sociale du travail se produire dans une région de l’Europe du Sud-Est à travers le prisme des activités manufacturières mises en place à Salonique par des négociants juifs d’origine livournaise. L’enracinement de ces affaires dans la sphère de la circulation est côtoyé par deux versants de ma présentation, qui examine en quelle mesure l’expansion du commerce méditerranéen favorise, en outre de l’accumulation d’un capital marchand dans les échelles du Levant, l’évolution des régimes foncières de l’arrière-pays ottoman et, par conséquent, les disponibilités en main-d’œuvre. L’approfondissement de plusieurs aspects de la production et la distribution des marchandises industrielles et des relations de travail instaurées au niveau des usines peut, de cette façon, élargir notre compréhension des transferts technologiques, des tendances démographiques et des dynamiques financières réagrégeant la société de l’Empire ottoman tardif.

  • Milana Čergić (Max-Planck-Institut für ethnologische Forschung, Halle): Continuations et disruptions en Bosnie-Herzégovine : penser les transformations économiques à travers une chaîne de supermarchés à Tuzla

Le développement économique dans le capitalisme demande une «destruction créative», écrivait l’économiste Joseph Schumpeter au début du XXème siècle. Les entrepreneurs sont, d'après lui, les porteurs principaux de ce développement, des individus qui avec leur sens de l'initiative créent de nouvelles « combinaisons ». Comment penser ce concept dans les transformations économiques postsocialistes ? Cette présentation propose une réflexion à travers une chaîne de supermarchés à Tuzla, créée en 1993. Nous discuterons ainsi l'introduction d’un nouveau capitalisme qui se sert des pratiques yougoslaves et qui a pu s’établir sous cette forme grâce aux connections d'un personnage local. Je propose d’interroger les interconnections entre capital, culte de la personne d’un entrepreneur et État en Bosnie-Herzégovine des années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

  • Mehdi Belasri (CETOBaC, EHESS), Privatiser un centre-commercial en Bosnie-Herzégovine: de Sarajka à BBI

Sonia Hirt argumentant dans son texte que la ville post-socialiste est avant tout une ville post-publique et donc gérée par le privé, la question de la place des acteurs du privé dans la fabrique d’une ville comme Sarajevo se pose. Bien que peu mentionnée explicitement dans les travaux portant sur la ville post-socialiste, l’entreprise privée se retrouve au cœur de celle-ci. Comment la prendre en compte ? Comment l’entreprise en tant qu’acteur social transforme le territoire ? Par quels biais l’entreprise se révèle être un acteur de la fabrique de la ville à Sarajevo? Je compte apporter dans ma présentation des pistes de réflexion sur ces trois questions en étudiant la privatisation de l’emprise foncière d’un ancien centre-commercial datant de la période socialiste, Sarajka, détruit pendant le siège de la ville et racheté par une banque islamique au début des années 2000.

Afin de mieux contribuer à la discussion, les participant·e·s sont invité·e·s, s'ils/elles le souhaitent, à lire les textes suivants disponibles ici

  • Maurice Dobb, Studies in the development of capitalism, Routledge, London, 1946 [1930], Chapter 5, Capital accumulation and mercantilism, par. I, p. 177-186 ; Chapter 7, The Industrial Revolution and the Nineteenth Century, par. II, p. 281-300.

  • Joseph A. Schumpeter, Capitalism, socialism and democracy, Routledge, London and New York, 2000, Chapter 7, The process of creative disruption, p. 80-86. 

  • Sonja A. Hirt,  Iron curtains: gates, suburbs and privatization of space in the post-socialist city, Wiley-Blackwell, Oxford, 2012, p. 43-48.


Master


  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
  • Études sur le genre-Histoire – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, contrôle continu
  • Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-