Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE294 - Historiographie du Moyen Âge


Lieu et planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 17:00-19:00
    du 4 novembre 2020 au 10 février 2021


Description


Dernière modification : 30 octobre 2020 08:02

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Histoire Historiographie Moyen Âge/Histoire médiévale
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Étienne Anheim [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

Ce séminaire, destiné en particulier aux étudiantes et étudiants du master au post-doctorat, propose une perspective historiographique sur la recherche en histoire médiévale européenne, depuis le XIXe siècle et jusqu’aux travaux les plus récents. Lors de séances thématiques illustrées par des travaux de recherche concrets, dont le programme change chaque année, on cherchera à mettre en lumière les liens entre la documentation médiévale, les modèles conceptuels mis en œuvre pour l’analyser et l’histoire sociale de la discipline. Les séances feront une large place aux échanges entre les participantes et les participants, et s’appuieront chaque semaine sur la discussion d’un article ou d’un chapitre de livre, dont la lecture préalable sera demandée. Il fait partie du parcours de spécialisation en histoire du Moyen Âge, mais est ouvert à toutes et à tous, sans avoir besoin d'une formation spécifique dans le domaine médiéval.

4 novembre 2020 : Introduction à l’historiographie du Moyen Âge européen

18 novembre 2020 : L’anthropologie historique de la société chrétienne

Anita Guerreau-Jalabert, « Occident médiéval et pensée analogique : le sens de spiritus et caro », dans J.-Ph. Genet (dir.), La légitimité implicite, Paris, 2015, p. 457-476.

https://books.openedition.org/psorbonne/6603?lang=fr

25 novembre 2020 : Les reliques comme objets d’histoire matérielle

Julia M.H. Smith, « The Remains of the Saints: the Evidence of Early Medieval Relic Collections », Early Medieval Europe, 28, 2020, p. 388-424.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/emed.12423

2 décembre 2020 : Espace et religion

Odile Redon, « Les ermites des forêts siennoises (XIIIe-début XIVe s.) », Revue Mabillon, 1990, 62, p. 213-240.

https://www.brepolsonline.net/doi/pdf/10.1484/J.RM.2.305473

9 décembre 2020 : Histoire intellectuelle et histoire du pouvoir 

Philippe Buc, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales ESC, 44-3, 1989, p. 691-713.https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1989_num_44_3_283616

16 décembre 2020 : Histoire quantitative et textométrie

Jean-Philippe Genet et Pierre Lafon, « Des chiffres et des lettres. Quelques pistes pour l’historien », Aude Mairey, « La poésie allitérative anglaise du XIVe siècle. Une analyse factorielle par domaine lexical », Stéphane Guérault, « Le vocabulaire économique et technique des polyptyques », Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire et mesure, 2003, 3-4, p. 215-223, p. 263-288, p. 313-333 et p. 335-374.

https://www.cairn.info/revue-histoire-et-mesure-2003-3.htm

6 janvier 2021 : Les études féodales en France au milieu du XXe siècle

Robert Boutruche, « Quatre thèses françaises d’histoire médiévale », Revue historique, 213, 1955, p. 216-247.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k18314m/f406.image

13 janvier 2021 : Identité et altérité

Brigitte Bedos-Rezak, « Signes d’identité et principes d’altérité au XIIe siècle. L’individu, c’est l’autre », dans B. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, Paris, 2005, p. 43-58.

20 janvier 2021 : La mémoire du Moyen Âge dans l’historiographie allemande contemporaine

Benoît Grévin, « Polémique de la ‘mémorique’. A propos de Canossa. Entlarvung einer Legende. Eine Streitschrift », Francia, 42, 2015, p. 275-289.

https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-retro/42-2015/275-289

27 janvier 2021 : La Russie médiévale dans l’historiographie française (XXe-XXIe s.)

Michel Carsow, « La Russie au Moyen Âge », Journal des Savants, sept.-oct. 1934, p. 216-224 et nov.-déc. 1934, p. 257-266 ; Dominique Alexandre et Léon Poliakov, « Villes et marchands de la Russie féodale », Annales ESC, 12-1, 1957, p. 127-131 ; R.E.F. Smith, « Le haut moyen âge russe », Annales ESC, 13-4, 1958, p. 754-764 ; Vladimir Vodoff, « Le Moyen Âge russe », Revue des études slaves, 50-1, 1977, p. 108-126 ; Valentin Janin, « Les récentes découvertes archéologiques à Novgorod », Annales HSS, 64-3, 2009, p. 615-630.

https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1934_num_5_1_6130

https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1934_num_6_1_6136

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1957_num_12_1_2613

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1958_num_13_4_2783

https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1977_num_50_1_7779

https://www.cairn.info/revue-annales-2009-3-page-615.htm

3 février 2021 : L’histoire économique anglaise dans les années 1920

Eileen Power, « The English Wool Trade in the Reign of Edward IV », The Cambridge Historical Journal, 1926, 2-1, p. 17-35.

https://www.jstor.org/stable/3020580?seq=1#metadata_info_tab_contents

10 février 2021 : L’Éthiopie et l’histoire connectée du Moyen Âge

Samantha L. Kelly, « Introduction » et « Medieval Ethiopian Diasporas », dans Samantha L. Kelly (dir.), A Companion to medieval Ethiopia and Eritrea, Leiden, 2020, p. 1-30 et p. 425-453.


Master


  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

En période de confinement, le séminaire aura lieu par visioconférence dans la salle virtuelle suivante :

https://webinaire.ehess.fr/b/anh-phf-z77

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

idem.

Pré-requis
-

Compte rendu


Ce séminaire récurrent s’est inscrit dans une double perspective, comme les années précédentes. D’une part, il s’est agi d’initier les étudiant.e.s à l’étude de l’historiographie des sociétés européennes du Moyen Âge, telle qu’elle s’est développée depuis la fin du XIXe siècle. D’autre part, l’objectif a été également de faire de ce domaine un terrain de recherche spécifique pour les sciences sociales, en exposant les grandes lignes d’une méthode d’analyse qui s’inspire de l’histoire des sciences et de la sociologie des savoirs et des mondes intellectuels. En rompant avec une approche idéaliste de l’historiographie qui donnerait la prééminence aux discours théoriques et à une vision décontextualisée de la production scientifique, ce séminaire a cherché à traiter les travaux de recherche comme des documents historiques, dont il faut reconstituer les conditions matérielles et intellectuelles d’énonciation, de réception et de transmission. En effet, le travail du séminaire qu’il existait une continuité interrompue entre le matériau historique et le matériau historiographique. Une approche réflexive de la recherche scientifique a donc pour corollaire le fait de traiter l’historiographie avec les mêmes outils que la documentation historique. De séance en séance s’est construite une histoire sociale et intellectuelle du métier de médiéviste et, plus généralement, les fragments d’un discours scientifique sur ce qu’on appelle le « Moyen Âge » en cherchant à montrer sa place dans la construction des savoirs contemporains et de la modernité comme catégorie.

Ce travail a été mené dans une série de séances thématiques appuyées sur la lecture préalable de publications scientifiques. La programmation des séances est différente chaque année, de manière à ce que le séminaire puisse à la fois accueillir chaque année des étudiant.e.s en formation et mener un travail méthodologique dans la durée. Chaque séance a donné lieu à une présentation contextuelle de la question étudiée, puis à une discussion de la publication donnant une large part aux interventions des participant.e.s au séminaire et cherchant à lire les textes comme de véritables sources, en s’intéressant en particulier à leur écriture, leurs relations avec le matériau empirique étudié, leurs choix méthodologiques, leur situation politique, sociologique, théorique, ainsi que leurs usages dans la recherche postérieure. Une attention particulière a été portée à l’équilibre des lectures proposées sur l’année en termes de genre, de diversité géographique des auteurs et autrices mais aussi des terrains étudiés, de type de documentation, de méthodologie, de thématique et de chronologie à l’intérieur de la période.

Le parcours a commencé par une séance consacrée à l’anthropologie historique de la société médiévale en tant que société ecclésiale, à partir d’une lecture d’un article synthétique d’Anita Guerreau-Jalabert de 2015. Le christianisme a servi ensuite de fil conducteur au début du parcours, avec un article récent de Julia Smith publié en 2020 sur les reliques au haut Moyen Âge, qui a mis en évidence l’articulation entre objets et écrits dans l’écriture historique, puis une étude de 1990 d’Odile Redon sur les ermites et la forêt à Sienne, posant la question de l’espace, et une autre de Philippe Buc sur les commentaires bibliques, datée de 1989, s’interrogeant sur l’histoire intellectuelle. Un dossier de la revue Histoire et mesure de 2003 a ensuite donné lieu à une réflexion sur la textométrie, puis un article de Robert Boutruche de 1955 a servi d’appui à une séance sur l’étude de la féodalité dans l’après-guerre, avant que nous nous tournions vers l’approche étatsunienne de l’identité et de la sémiotique médiévale avec un chapitre de Brigitte Bedos-Rezak de 2005. Les dernières séances ont été consacrées à l’historiographie allemande des années 2010, à la place de la Russie médiévale dans l’historiographie de langue française entre les années 1930 et les années 2000, à l’histoire économique anglaise des années 1920 et à l’histoire de l’Ethiopie médiévale à partir du Companion dirigé par Samantha Kelly en 2020 chez Brill.

Publications
  • Archives. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 74/3-4, 2019 [paru à l’automne 2020]
  • Avec Patrick Boucheron, L’artiste engagé. De Dante à Ruben (1300-1640), Éditions de la Sorbonne/École française de Rome, Paris, 2020, 376 p.
  • Avec Laurent Feller, Madeleine Jeay et Giuliano Milani, Le pouvoir des listes au Moyen Âge (2). Listes d’objets/listes de personnes, Éditions de la Sorbonne, Paris, 2020, 320 p.
  • Avec Livia Foraison, L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020, 397 p.
  • Norbert Elias, Moyen Âge et procès de civilisation, Paris, Éditions de l’EHESS, 2021, texte présenté par Etienne Anheim, « Le Moyen Âge oublié de Norbert Elias », p. 7-41.
  • Avec Manon Castelle, Philippe Dillmann, E. Vega, Clément Blanc-Riehl, Ambre Vilain et Pierre Chastang, « Seal the deal: An extensive study of European historical copper-based seal matrices using a multimodal protocol », Journal of Archaeological Science, 113, 2020, 10.1016/j.jas.2019.105061.
  • « The Consumption of Italian Paintings in Avignon during the 14th Century », Art et économie en France et en Italie au XIVe s. Études de Lettres, 314, 2020, p. 21-37.
  • [version française, « La consommation de peinture italienne en Provence au XIVe siècle », Una nuova cultura del consume. Paradigma italiano ed esperienze europee nel tardo medievo, Viella, Rome, 2021, p. 213-223].
  • « La voix au Moyen Âge. Introduction », La voix au Moyen Âge, 50e Congrès de la SHMESP, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, p. 11-31.
  • Avec Dominique Vingtain, « Les fresques de la chapelle Saint-Martial (Palais des papes d’Avignon). Techniques picturales et mise en scène du pouvoir pontifical au milieu du XIVe siècle »? dans Imago Papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine, sous la dir de Claudia D’Alberto, Campisano Editore, Rome, 2020.
  • « Experts et expertise en Europe (XVe-XIXe s.). Histoire d’une théorie de la pratique », dans Les experts avant l’expertise. Une généalogie du conseil et du recours à l’expérience, sous la dir. de J. Castiglione et D’Errico, Paris, Classiques Garnier, p. 191-206.
  • Avec P. Boucheron, « L’artiste engagé. Une figure en perspective », dans L’artiste engagé. De Dante à Rubens, op. cit., 2020, p. 9-19.
  • Avec L. Foraison, « L’édition en sciences humaines et sociales, un bien commun », dans L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, op. cit., p. 17-22.
  • Avec L. Feller, M. Jeay et G. Milani, « Listes d’objets et de personnes » dans Le pouvoir des listes au Moyen Âge II. Listes d’objets/listes de personnes, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, p. 5-18.
  • Avec Valérie Theis, « L’histoire, la science et la cité », dans Mondes profanes. Enseignement, fiction et histoire, sous la dir. de M.-A. Ethier, D. Lefrançois et A. Joly-Lavoie, Québec, Presses de l’Université Laval, 2020, p. 28-36.
  •  « Découper le temps », dans Initiation aux études historiques, sous la dir. de R.-M. Bérard, B. Girault et C. Rideau-Kikuchi, Paris, Nouveau Monde/Numérique Premium, 2020, p. 157-171.
  • « Histoire et sciences sociales », dans Initiation aux études historiques, sous la dir. de R.-M. Bérard, B. Girault et C. Rideau-Kikuchi, Paris, Nouveau Monde/Numérique Premium, 2020, p. 327-342.
  • Avec Philippe Bernardi, Valérie Theis et Dominique Vingtain, « Voir et comprendre le Palais des Papes : l’HistoPad », dans Scénographies numériques du patrimoine, sous la dir. de J. Deramond, J. de Bideran et P. Fraysse, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2020, p. 35-66.

Dernière modification : 30 octobre 2020 08:02

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Histoire Historiographie Moyen Âge/Histoire médiévale
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Étienne Anheim [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

Ce séminaire, destiné en particulier aux étudiantes et étudiants du master au post-doctorat, propose une perspective historiographique sur la recherche en histoire médiévale européenne, depuis le XIXe siècle et jusqu’aux travaux les plus récents. Lors de séances thématiques illustrées par des travaux de recherche concrets, dont le programme change chaque année, on cherchera à mettre en lumière les liens entre la documentation médiévale, les modèles conceptuels mis en œuvre pour l’analyser et l’histoire sociale de la discipline. Les séances feront une large place aux échanges entre les participantes et les participants, et s’appuieront chaque semaine sur la discussion d’un article ou d’un chapitre de livre, dont la lecture préalable sera demandée. Il fait partie du parcours de spécialisation en histoire du Moyen Âge, mais est ouvert à toutes et à tous, sans avoir besoin d'une formation spécifique dans le domaine médiéval.

4 novembre 2020 : Introduction à l’historiographie du Moyen Âge européen

18 novembre 2020 : L’anthropologie historique de la société chrétienne

Anita Guerreau-Jalabert, « Occident médiéval et pensée analogique : le sens de spiritus et caro », dans J.-Ph. Genet (dir.), La légitimité implicite, Paris, 2015, p. 457-476.

https://books.openedition.org/psorbonne/6603?lang=fr

25 novembre 2020 : Les reliques comme objets d’histoire matérielle

Julia M.H. Smith, « The Remains of the Saints: the Evidence of Early Medieval Relic Collections », Early Medieval Europe, 28, 2020, p. 388-424.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/emed.12423

2 décembre 2020 : Espace et religion

Odile Redon, « Les ermites des forêts siennoises (XIIIe-début XIVe s.) », Revue Mabillon, 1990, 62, p. 213-240.

https://www.brepolsonline.net/doi/pdf/10.1484/J.RM.2.305473

9 décembre 2020 : Histoire intellectuelle et histoire du pouvoir 

Philippe Buc, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales ESC, 44-3, 1989, p. 691-713.https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1989_num_44_3_283616

16 décembre 2020 : Histoire quantitative et textométrie

Jean-Philippe Genet et Pierre Lafon, « Des chiffres et des lettres. Quelques pistes pour l’historien », Aude Mairey, « La poésie allitérative anglaise du XIVe siècle. Une analyse factorielle par domaine lexical », Stéphane Guérault, « Le vocabulaire économique et technique des polyptyques », Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire et mesure, 2003, 3-4, p. 215-223, p. 263-288, p. 313-333 et p. 335-374.

https://www.cairn.info/revue-histoire-et-mesure-2003-3.htm

6 janvier 2021 : Les études féodales en France au milieu du XXe siècle

Robert Boutruche, « Quatre thèses françaises d’histoire médiévale », Revue historique, 213, 1955, p. 216-247.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k18314m/f406.image

13 janvier 2021 : Identité et altérité

Brigitte Bedos-Rezak, « Signes d’identité et principes d’altérité au XIIe siècle. L’individu, c’est l’autre », dans B. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, Paris, 2005, p. 43-58.

20 janvier 2021 : La mémoire du Moyen Âge dans l’historiographie allemande contemporaine

Benoît Grévin, « Polémique de la ‘mémorique’. A propos de Canossa. Entlarvung einer Legende. Eine Streitschrift », Francia, 42, 2015, p. 275-289.

https://prae.perspectivia.net/publikationen/francia/francia-retro/42-2015/275-289

27 janvier 2021 : La Russie médiévale dans l’historiographie française (XXe-XXIe s.)

Michel Carsow, « La Russie au Moyen Âge », Journal des Savants, sept.-oct. 1934, p. 216-224 et nov.-déc. 1934, p. 257-266 ; Dominique Alexandre et Léon Poliakov, « Villes et marchands de la Russie féodale », Annales ESC, 12-1, 1957, p. 127-131 ; R.E.F. Smith, « Le haut moyen âge russe », Annales ESC, 13-4, 1958, p. 754-764 ; Vladimir Vodoff, « Le Moyen Âge russe », Revue des études slaves, 50-1, 1977, p. 108-126 ; Valentin Janin, « Les récentes découvertes archéologiques à Novgorod », Annales HSS, 64-3, 2009, p. 615-630.

https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1934_num_5_1_6130

https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1934_num_6_1_6136

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1957_num_12_1_2613

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1958_num_13_4_2783

https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1977_num_50_1_7779

https://www.cairn.info/revue-annales-2009-3-page-615.htm

3 février 2021 : L’histoire économique anglaise dans les années 1920

Eileen Power, « The English Wool Trade in the Reign of Edward IV », The Cambridge Historical Journal, 1926, 2-1, p. 17-35.

https://www.jstor.org/stable/3020580?seq=1#metadata_info_tab_contents

10 février 2021 : L’Éthiopie et l’histoire connectée du Moyen Âge

Samantha L. Kelly, « Introduction » et « Medieval Ethiopian Diasporas », dans Samantha L. Kelly (dir.), A Companion to medieval Ethiopia and Eritrea, Leiden, 2020, p. 1-30 et p. 425-453.

  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

En période de confinement, le séminaire aura lieu par visioconférence dans la salle virtuelle suivante :

https://webinaire.ehess.fr/b/anh-phf-z77

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

idem.

Pré-requis
-
  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 17:00-19:00
    du 4 novembre 2020 au 10 février 2021

Ce séminaire récurrent s’est inscrit dans une double perspective, comme les années précédentes. D’une part, il s’est agi d’initier les étudiant.e.s à l’étude de l’historiographie des sociétés européennes du Moyen Âge, telle qu’elle s’est développée depuis la fin du XIXe siècle. D’autre part, l’objectif a été également de faire de ce domaine un terrain de recherche spécifique pour les sciences sociales, en exposant les grandes lignes d’une méthode d’analyse qui s’inspire de l’histoire des sciences et de la sociologie des savoirs et des mondes intellectuels. En rompant avec une approche idéaliste de l’historiographie qui donnerait la prééminence aux discours théoriques et à une vision décontextualisée de la production scientifique, ce séminaire a cherché à traiter les travaux de recherche comme des documents historiques, dont il faut reconstituer les conditions matérielles et intellectuelles d’énonciation, de réception et de transmission. En effet, le travail du séminaire qu’il existait une continuité interrompue entre le matériau historique et le matériau historiographique. Une approche réflexive de la recherche scientifique a donc pour corollaire le fait de traiter l’historiographie avec les mêmes outils que la documentation historique. De séance en séance s’est construite une histoire sociale et intellectuelle du métier de médiéviste et, plus généralement, les fragments d’un discours scientifique sur ce qu’on appelle le « Moyen Âge » en cherchant à montrer sa place dans la construction des savoirs contemporains et de la modernité comme catégorie.

Ce travail a été mené dans une série de séances thématiques appuyées sur la lecture préalable de publications scientifiques. La programmation des séances est différente chaque année, de manière à ce que le séminaire puisse à la fois accueillir chaque année des étudiant.e.s en formation et mener un travail méthodologique dans la durée. Chaque séance a donné lieu à une présentation contextuelle de la question étudiée, puis à une discussion de la publication donnant une large part aux interventions des participant.e.s au séminaire et cherchant à lire les textes comme de véritables sources, en s’intéressant en particulier à leur écriture, leurs relations avec le matériau empirique étudié, leurs choix méthodologiques, leur situation politique, sociologique, théorique, ainsi que leurs usages dans la recherche postérieure. Une attention particulière a été portée à l’équilibre des lectures proposées sur l’année en termes de genre, de diversité géographique des auteurs et autrices mais aussi des terrains étudiés, de type de documentation, de méthodologie, de thématique et de chronologie à l’intérieur de la période.

Le parcours a commencé par une séance consacrée à l’anthropologie historique de la société médiévale en tant que société ecclésiale, à partir d’une lecture d’un article synthétique d’Anita Guerreau-Jalabert de 2015. Le christianisme a servi ensuite de fil conducteur au début du parcours, avec un article récent de Julia Smith publié en 2020 sur les reliques au haut Moyen Âge, qui a mis en évidence l’articulation entre objets et écrits dans l’écriture historique, puis une étude de 1990 d’Odile Redon sur les ermites et la forêt à Sienne, posant la question de l’espace, et une autre de Philippe Buc sur les commentaires bibliques, datée de 1989, s’interrogeant sur l’histoire intellectuelle. Un dossier de la revue Histoire et mesure de 2003 a ensuite donné lieu à une réflexion sur la textométrie, puis un article de Robert Boutruche de 1955 a servi d’appui à une séance sur l’étude de la féodalité dans l’après-guerre, avant que nous nous tournions vers l’approche étatsunienne de l’identité et de la sémiotique médiévale avec un chapitre de Brigitte Bedos-Rezak de 2005. Les dernières séances ont été consacrées à l’historiographie allemande des années 2010, à la place de la Russie médiévale dans l’historiographie de langue française entre les années 1930 et les années 2000, à l’histoire économique anglaise des années 1920 et à l’histoire de l’Ethiopie médiévale à partir du Companion dirigé par Samantha Kelly en 2020 chez Brill.

Publications
  • Archives. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 74/3-4, 2019 [paru à l’automne 2020]
  • Avec Patrick Boucheron, L’artiste engagé. De Dante à Ruben (1300-1640), Éditions de la Sorbonne/École française de Rome, Paris, 2020, 376 p.
  • Avec Laurent Feller, Madeleine Jeay et Giuliano Milani, Le pouvoir des listes au Moyen Âge (2). Listes d’objets/listes de personnes, Éditions de la Sorbonne, Paris, 2020, 320 p.
  • Avec Livia Foraison, L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020, 397 p.
  • Norbert Elias, Moyen Âge et procès de civilisation, Paris, Éditions de l’EHESS, 2021, texte présenté par Etienne Anheim, « Le Moyen Âge oublié de Norbert Elias », p. 7-41.
  • Avec Manon Castelle, Philippe Dillmann, E. Vega, Clément Blanc-Riehl, Ambre Vilain et Pierre Chastang, « Seal the deal: An extensive study of European historical copper-based seal matrices using a multimodal protocol », Journal of Archaeological Science, 113, 2020, 10.1016/j.jas.2019.105061.
  • « The Consumption of Italian Paintings in Avignon during the 14th Century », Art et économie en France et en Italie au XIVe s. Études de Lettres, 314, 2020, p. 21-37.
  • [version française, « La consommation de peinture italienne en Provence au XIVe siècle », Una nuova cultura del consume. Paradigma italiano ed esperienze europee nel tardo medievo, Viella, Rome, 2021, p. 213-223].
  • « La voix au Moyen Âge. Introduction », La voix au Moyen Âge, 50e Congrès de la SHMESP, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, p. 11-31.
  • Avec Dominique Vingtain, « Les fresques de la chapelle Saint-Martial (Palais des papes d’Avignon). Techniques picturales et mise en scène du pouvoir pontifical au milieu du XIVe siècle »? dans Imago Papae. Le pape en image du Moyen Âge à l’époque contemporaine, sous la dir de Claudia D’Alberto, Campisano Editore, Rome, 2020.
  • « Experts et expertise en Europe (XVe-XIXe s.). Histoire d’une théorie de la pratique », dans Les experts avant l’expertise. Une généalogie du conseil et du recours à l’expérience, sous la dir. de J. Castiglione et D’Errico, Paris, Classiques Garnier, p. 191-206.
  • Avec P. Boucheron, « L’artiste engagé. Une figure en perspective », dans L’artiste engagé. De Dante à Rubens, op. cit., 2020, p. 9-19.
  • Avec L. Foraison, « L’édition en sciences humaines et sociales, un bien commun », dans L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, op. cit., p. 17-22.
  • Avec L. Feller, M. Jeay et G. Milani, « Listes d’objets et de personnes » dans Le pouvoir des listes au Moyen Âge II. Listes d’objets/listes de personnes, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, p. 5-18.
  • Avec Valérie Theis, « L’histoire, la science et la cité », dans Mondes profanes. Enseignement, fiction et histoire, sous la dir. de M.-A. Ethier, D. Lefrançois et A. Joly-Lavoie, Québec, Presses de l’Université Laval, 2020, p. 28-36.
  •  « Découper le temps », dans Initiation aux études historiques, sous la dir. de R.-M. Bérard, B. Girault et C. Rideau-Kikuchi, Paris, Nouveau Monde/Numérique Premium, 2020, p. 157-171.
  • « Histoire et sciences sociales », dans Initiation aux études historiques, sous la dir. de R.-M. Bérard, B. Girault et C. Rideau-Kikuchi, Paris, Nouveau Monde/Numérique Premium, 2020, p. 327-342.
  • Avec Philippe Bernardi, Valérie Theis et Dominique Vingtain, « Voir et comprendre le Palais des Papes : l’HistoPad », dans Scénographies numériques du patrimoine, sous la dir. de J. Deramond, J. de Bideran et P. Fraysse, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2020, p. 35-66.