Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE281 - Socio-informatique des alertes et des controverses. Méthodes numériques pour l’analyse des processus collectifs


Lieu et planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 7
    105 bd Raspail 75006 Paris
    1er semestre / bimensuel (1re/3e), lundi 13:00-17:00
    du 16 novembre 2020 au 15 mars 2021


Description


Dernière modification : 10 octobre 2020 08:21

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Linguistique, sémantique, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
https://socioargu.hypotheses.org/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Analyse de discours Argumentation Cognition Dynamiques sociales Enquêtes Épistémologie Études des sciences contemporaines Humanités numériques Informatique et sciences sociales Intelligence artificielle Linguistique Médias Méthodes et techniques des sciences sociales Mobilisation(s) Modélisation Numérique Pragmatique Pragmatisme Réseaux sociaux Savoirs Sémantique Sociologie Temps/temporalité Textes Transnational
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Francis Chateauraynaud [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR)
  • Josquin Debaz   ingénieur de recherche, EHESS / Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR)

Créés au cours des années 1990 dans la mouvance des sociologies pragmatiques, les outils de socio-informatique des alertes et des controverses, comme Prospéro, Marlowe, Tiresias, ont été adaptés et enrichis au cours des dernières décennies, pour répondre à la fois à de nouveaux programmes de recherche et aux évolutions des mondes numériques. De multiples interconnexions ont par ailleurs été établies au fil du temps avec d’autres outils, en particulier les outils d’analyse des réseaux et des grandes bases de données textuelles sur le Web, comme Pajek ou Gargantext.

Ces dernières années, une réécriture collective des logiciels a été amorcée, sous l’appellation générique Prospéro III. S’il s’agit d’abord de revoir en profondeur l’ensemble des lignes de codes accumulées au fil des années, les concepts, les algorithmes et les méthodes d’interprétation méritent d’être réexaminées à la lumière des travaux les plus récents et des nouvelles communautés épistémiques qui ont surgi au cœur des sciences sociales. Prospéro III doit prendre la forme d’un dispositif collectif, international et interdisciplinaire, permettant des recherches collaboratives sur des constellations de corpus, dans plusieurs langues, avec des outils développés en ligne et en sources ouvertes. Ce faisant, il reste à évaluer ce qui peut être transféré, révisé, amélioré des protocoles directement inspirés de la sociologie argumentative et de la pragmatique des transformations. L'objet reste bien d'appliquer ces méthodes et techniques aux processus critiques de longue durée qui engendrent des corpus évolutifs, formés de textes et de discours hétérogènes.

Le séminaire sera organisé en huit séances de quatre heures, elles-mêmes conçues en deux parties : une première partie sera consacrée à la présentation de recherches en cours et aux discussions sur les concepts et les outils d’analyse en lien avec l’univers prospérologique et les outils associés ; la seconde partie donnera lieu à un examen critique des procédures en cours d’implémentation dans l’environnement de Prospéro III, qu’il s’agisse de fonctionnalités de base, de protocoles d’exploration et de mise en forme de corpus, d’opérateurs quali-quantitatifs visant les structures socio-sémantiques des dossiers étudiés, ou encore des modèles d’inférence et d’apprentissage liés aux aspects conceptuels et dynamiques des recherches socio-informatiques.

Une partie des discussions et des travaux en séminaire seront publiés sur le carnet de recherche Socio-Informatique et Argumentation sur hypotheses.org

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Méthodologie – Sociologie – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exercice sur corpus

Renseignements


Contacts additionnels
stephanie.taveneau@ehess.fr
Informations pratiques

s'inscrire auprès de Stéphanie Taveneau (GSPR) par courriel

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous. Si possible le lundi avant ou après les séminaires

Réception des candidats

s'inscrire auprès de Stéphanie Taveneau (GSPR) par courriel

Pré-requis

Intérêt et capacité de maniement des outils d'analyse numérique


Compte rendu


Le séminaire a reexploré, essentiellement pour un public d'étudiant·e·s en master 2, inscrit-e-s en sociologie ou études des genres, l'écosystème numérique des logiciels Prospéro et Marlowe. Malgré la difficulté de démonstrations en "distanciel", on a pu expliquer les principaux concepts de la socio-informatique des controverses et restituer les grandes applications accumulées au fil du temps. Les grandes fonctionnalités ont été présentées en détail de manière graduelle, et des tutoriels vidéo ont été réalisés au fur et à mesure. Lors d'une partie des séances, des collègues partageant un intérêt scientifique de longue haleine pour les mondes numériques, comme Alexandre Delanoë, Christian Jacob, Orélie Desfriches-Doria et Waldir Lisboa, ont présenté leurs approches des outils numériques.

Pour la validation du séminaire, un groupe d'étudiant·e·s a choisi de participer à un atelier d'écriture de scripts pour le logiciel Marlowe. Il s'agissait de réaliser collectivement des briques destinées à ses chroniques quotidiennes – chroniques que l'on trouve en suivant ce lien : http://prosperologie.org/mrlw/blog/ Plusieurs problématiques ont été proposées mais c'est finalement une pluralité de scripts concernant le féminisme, saisi à la fois dans son historicité et sa diversité politique, qui ont été conçus et déposés dans le répertoire d'outils de Marlowe – opération réussie puisqu'il a du même coup pu commenter plus finement, un peu plus tard, l'avènement de l'écoféminisme dans la campagne politique, lors de la primaire EELV en septembre 2021. Un autre groupe d'étudiant-es a choisi de traiter des corpus ou parties de corpus liées à leur recherche personnelle – plusieurs d'entre eux ont même publié des billets sur le carnet de recherche https://socioargu.hypotheses.org/

Le séminaire a confirmé l'importance d'un regard critique, techniquement affûté, sur la fabrique des instruments et des dispositifs numériques en sciences sociales. Ce qui suppose un minimum de pratique, allant de la réalisation complète d'une enquête outillée jusqu'à l'ouverture des boîtes noires algorithmiques. Le concept de contre-intelligence artificielle, incarné par Marlowe, dont le mode d'existence n'a jamais été pris au sérieux à l'EHESS, où la plupart des chercheurs ont subi la vague de l'IA de quatrième génération sans recul, pointe vers un plan d'expérimentation singulier, irréductible à la vision dominante de l'algorithmique. Pour une raison bien simple : depuis son origine, à la fin des années 1990, cette expérience numérique hors norme a été conçue comme la fabrique collective et graduelle d'une technologie littéraire refusant la soumission des méthodes d'enquêtes à des formules d'ingénierie toutes apprêtées.

Publications
  • Alertes et lanceurs d’alerte, Paris, Humensis, Que sais-je ?, 2020.
  • Avec Fabricio Cardoso de Mello et alii, Sociologia Pragmática das Transformações em Diálog : Riscos e Desastres no Brasil Contemporâneo, Vitoria (Brasil), Editora Milfontes, 2020, 291 p.
  • Avec Josquin Debaz, Martin Denoun, et alii, « Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique», SocioInformatique et Argumentation, 31 mai 2020.
  • Avec Josquin Debaz, « Plurality of Temporalities, Complexity and Contingency in Repairing after Dam Failures in Minas Gerais», Repairing Environments, sous la dir de Burgess, Centemeri, Topçu, Routledge, 2021, à paraître.
  • Avec Josquin Debaz, « Alternatives métrologiques. La critique des "solutions" numériques et la fabrique de prises collectives», dans Écologies mobiles, sous la dir de Allard, à paraître en 2021.
  • Avec Mathieu Noël, « Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? À propos des confrontations pratiques avec la pandémie », revue Sesame, INRAE, 2e trimestre 2021.
  • « Expérimentations démocratiques en tension. L'oeuvre des citoyens dans le travail politique des bifurcations » Les Cahiers du GRM, n°18, septembre 2021.

Dernière modification : 10 octobre 2020 08:21

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Linguistique, sémantique, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
https://socioargu.hypotheses.org/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Analyse de discours Argumentation Cognition Dynamiques sociales Enquêtes Épistémologie Études des sciences contemporaines Humanités numériques Informatique et sciences sociales Intelligence artificielle Linguistique Médias Méthodes et techniques des sciences sociales Mobilisation(s) Modélisation Numérique Pragmatique Pragmatisme Réseaux sociaux Savoirs Sémantique Sociologie Temps/temporalité Textes Transnational
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Francis Chateauraynaud [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR)
  • Josquin Debaz   ingénieur de recherche, EHESS / Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR)

Créés au cours des années 1990 dans la mouvance des sociologies pragmatiques, les outils de socio-informatique des alertes et des controverses, comme Prospéro, Marlowe, Tiresias, ont été adaptés et enrichis au cours des dernières décennies, pour répondre à la fois à de nouveaux programmes de recherche et aux évolutions des mondes numériques. De multiples interconnexions ont par ailleurs été établies au fil du temps avec d’autres outils, en particulier les outils d’analyse des réseaux et des grandes bases de données textuelles sur le Web, comme Pajek ou Gargantext.

Ces dernières années, une réécriture collective des logiciels a été amorcée, sous l’appellation générique Prospéro III. S’il s’agit d’abord de revoir en profondeur l’ensemble des lignes de codes accumulées au fil des années, les concepts, les algorithmes et les méthodes d’interprétation méritent d’être réexaminées à la lumière des travaux les plus récents et des nouvelles communautés épistémiques qui ont surgi au cœur des sciences sociales. Prospéro III doit prendre la forme d’un dispositif collectif, international et interdisciplinaire, permettant des recherches collaboratives sur des constellations de corpus, dans plusieurs langues, avec des outils développés en ligne et en sources ouvertes. Ce faisant, il reste à évaluer ce qui peut être transféré, révisé, amélioré des protocoles directement inspirés de la sociologie argumentative et de la pragmatique des transformations. L'objet reste bien d'appliquer ces méthodes et techniques aux processus critiques de longue durée qui engendrent des corpus évolutifs, formés de textes et de discours hétérogènes.

Le séminaire sera organisé en huit séances de quatre heures, elles-mêmes conçues en deux parties : une première partie sera consacrée à la présentation de recherches en cours et aux discussions sur les concepts et les outils d’analyse en lien avec l’univers prospérologique et les outils associés ; la seconde partie donnera lieu à un examen critique des procédures en cours d’implémentation dans l’environnement de Prospéro III, qu’il s’agisse de fonctionnalités de base, de protocoles d’exploration et de mise en forme de corpus, d’opérateurs quali-quantitatifs visant les structures socio-sémantiques des dossiers étudiés, ou encore des modèles d’inférence et d’apprentissage liés aux aspects conceptuels et dynamiques des recherches socio-informatiques.

Une partie des discussions et des travaux en séminaire seront publiés sur le carnet de recherche Socio-Informatique et Argumentation sur hypotheses.org

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Méthodologie – Sociologie – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exercice sur corpus
Contacts additionnels
stephanie.taveneau@ehess.fr
Informations pratiques

s'inscrire auprès de Stéphanie Taveneau (GSPR) par courriel

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous. Si possible le lundi avant ou après les séminaires

Réception des candidats

s'inscrire auprès de Stéphanie Taveneau (GSPR) par courriel

Pré-requis

Intérêt et capacité de maniement des outils d'analyse numérique

  • 105 bd Raspail
    Salle 7
    105 bd Raspail 75006 Paris
    1er semestre / bimensuel (1re/3e), lundi 13:00-17:00
    du 16 novembre 2020 au 15 mars 2021

Le séminaire a reexploré, essentiellement pour un public d'étudiant·e·s en master 2, inscrit-e-s en sociologie ou études des genres, l'écosystème numérique des logiciels Prospéro et Marlowe. Malgré la difficulté de démonstrations en "distanciel", on a pu expliquer les principaux concepts de la socio-informatique des controverses et restituer les grandes applications accumulées au fil du temps. Les grandes fonctionnalités ont été présentées en détail de manière graduelle, et des tutoriels vidéo ont été réalisés au fur et à mesure. Lors d'une partie des séances, des collègues partageant un intérêt scientifique de longue haleine pour les mondes numériques, comme Alexandre Delanoë, Christian Jacob, Orélie Desfriches-Doria et Waldir Lisboa, ont présenté leurs approches des outils numériques.

Pour la validation du séminaire, un groupe d'étudiant·e·s a choisi de participer à un atelier d'écriture de scripts pour le logiciel Marlowe. Il s'agissait de réaliser collectivement des briques destinées à ses chroniques quotidiennes – chroniques que l'on trouve en suivant ce lien : http://prosperologie.org/mrlw/blog/ Plusieurs problématiques ont été proposées mais c'est finalement une pluralité de scripts concernant le féminisme, saisi à la fois dans son historicité et sa diversité politique, qui ont été conçus et déposés dans le répertoire d'outils de Marlowe – opération réussie puisqu'il a du même coup pu commenter plus finement, un peu plus tard, l'avènement de l'écoféminisme dans la campagne politique, lors de la primaire EELV en septembre 2021. Un autre groupe d'étudiant-es a choisi de traiter des corpus ou parties de corpus liées à leur recherche personnelle – plusieurs d'entre eux ont même publié des billets sur le carnet de recherche https://socioargu.hypotheses.org/

Le séminaire a confirmé l'importance d'un regard critique, techniquement affûté, sur la fabrique des instruments et des dispositifs numériques en sciences sociales. Ce qui suppose un minimum de pratique, allant de la réalisation complète d'une enquête outillée jusqu'à l'ouverture des boîtes noires algorithmiques. Le concept de contre-intelligence artificielle, incarné par Marlowe, dont le mode d'existence n'a jamais été pris au sérieux à l'EHESS, où la plupart des chercheurs ont subi la vague de l'IA de quatrième génération sans recul, pointe vers un plan d'expérimentation singulier, irréductible à la vision dominante de l'algorithmique. Pour une raison bien simple : depuis son origine, à la fin des années 1990, cette expérience numérique hors norme a été conçue comme la fabrique collective et graduelle d'une technologie littéraire refusant la soumission des méthodes d'enquêtes à des formules d'ingénierie toutes apprêtées.

Publications
  • Alertes et lanceurs d’alerte, Paris, Humensis, Que sais-je ?, 2020.
  • Avec Fabricio Cardoso de Mello et alii, Sociologia Pragmática das Transformações em Diálog : Riscos e Desastres no Brasil Contemporâneo, Vitoria (Brasil), Editora Milfontes, 2020, 291 p.
  • Avec Josquin Debaz, Martin Denoun, et alii, « Au-delà du « monde d’après » ou comment penser la crise dans la durée avec le pragmatisme sociologique», SocioInformatique et Argumentation, 31 mai 2020.
  • Avec Josquin Debaz, « Plurality of Temporalities, Complexity and Contingency in Repairing after Dam Failures in Minas Gerais», Repairing Environments, sous la dir de Burgess, Centemeri, Topçu, Routledge, 2021, à paraître.
  • Avec Josquin Debaz, « Alternatives métrologiques. La critique des "solutions" numériques et la fabrique de prises collectives», dans Écologies mobiles, sous la dir de Allard, à paraître en 2021.
  • Avec Mathieu Noël, « Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? À propos des confrontations pratiques avec la pandémie », revue Sesame, INRAE, 2e trimestre 2021.
  • « Expérimentations démocratiques en tension. L'oeuvre des citoyens dans le travail politique des bifurcations » Les Cahiers du GRM, n°18, septembre 2021.