UE279 - Art et culture de la cartographie

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Culture visuelle Géographie
Aires culturelles
-

L’époque contemporaine est marquée à la fois par l’irruption de nouvelles formes de cartographies, liées au numérique, et par l’omniprésence des cartes dans la vie sociale. Dans le même temps, les réflexions épistémologiques et critiques qui se sont développées au sujet de la cartographie, depuis plus de vingt ans, ont mis en évidence deux dimensions essentielles des opérations cartographiques : leur dimension politique d’une part, et leur dimension rhétorique, d’autre part. La cartographie aurait, indirectement, le pouvoir de mettre en forme la société à laquelle elle appartient et dont elle traduit par ailleurs les choix et les valeurs. Dans cette perspective, les cartes peuvent être vues également comme des lieux de conflits entre des représentations, des valeurs et des langages concurrents. Ce sont des objets instables, relatifs autant à l’état des rapports de pouvoirs qu’à celui des savoirs. Par ailleurs, si l’on considère les cartes non seulement comme des représentations plus ou moins conformes des territoires, mais aussi comme des expressions de la culture où elles sont produites et sur laquelle à son tour elles agissent, et aussi comme des instruments de communication, il est légitime de poser les questions de leur puissance persuasive et des moyens rhétoriques qu’elles mobilisent.

Il est alors nécessaire de prêter attention à l’ensemble des signes qui contribuent à la signification et à l’efficacité des cartes. A ce titre celles-ci peuvent être étudiées à l’aide des ressources fournies par l’analyse du discours, l’analyse textuelle, et par l’iconologie. Et à cet égard tout, dans les cartes, est susceptible d’être interrogé et analysé, et pas seulement les éléments du discours cartographique qui semblent parler directement du « territoire ». Tous les signes, jusqu’aux détails, concourent à l’ensemble des significations portées par les cartes, et en tant que tels méritent d’être interprétés. Les couleurs, les symboles, les lignes, les noms, les systèmes de projection, mais aussi le support, le cadre, l’échelle, le format, les cartouches, l’iconographie et les éléments décoratifs, bref de manière générale les parerga de la carte sont à considérer isolément et dans leur combinaison. Il y aurait sans doute beaucoup à gagner pour l’histoire et la théorie de la cartographie à envisager celle-ci au sein d’une théorie générale des cultures visuelles, auxquelles elle collabore de façon évidente.

L’objectif de ce séminaire de recherche est de considérer, dans le cadre de séances de lectures rapprochées (au sens donné à cette pratique par Daniel Arasse), les cartes comme des objets matériels spécifiques, dotés de pouvoirs propres, indépendants de toute intention mimétique vis-à-vis des territoires. Autrement dit on voudrait interroger, par hypothèse, les cartes dans leur autonomie de media par rapport au territoire, et interroger leur puissance médiale, en combinant, sans s’y réduire, des approches historiques, anthropologiques et sémiologiques. On sera attentif, en particulier, à ce que les propositions artistiques modernes et contemporaines qui se sont emparées de la cartographie ont pu donner à penser de cet espace plastique.

Le séminaire sera animé par Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon. Avec la participation de Jean Boutier

Le séminaire aura lieu les vendredis de 16h à 19 h aux dates suivantes:

30 octobre 2020, 13 novembre 2020, 20 novembre 2020 (10h-13h), 27 novembre 2020, 15 janvier 2021, 22 janvier 2021

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

  • Jean-Marc Besse [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Géographie-cités (GÉOCIT)
  • Guillaume Monsaingeon   professeur agrégé, Lycée Jean Perrin, Marseille /
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

 

 

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • Vieille-Charité
    Centre de la Vieille-Charité, salle B, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

    vendredi 30 octobre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 13 novembre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 20 novembre 2020, 10:00-13:00
    vendredi 27 novembre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 15 et 22 janvier 2021, 16:00-19:00


Intervenant·e·s


  • Jean-Marc Besse [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Géographie-cités (GÉOCIT)
  • Guillaume Monsaingeon   professeur agrégé, Lycée Jean Perrin, Marseille /

Planning


  • Vieille-Charité
    Centre de la Vieille-Charité, salle B, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

    vendredi 30 octobre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 13 novembre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 20 novembre 2020, 10:00-13:00
    vendredi 27 novembre 2020, 16:00-19:00
    vendredi 15 et 22 janvier 2021, 16:00-19:00


Description


Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Géographie, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Culture visuelle Géographie
Aires culturelles
-

L’époque contemporaine est marquée à la fois par l’irruption de nouvelles formes de cartographies, liées au numérique, et par l’omniprésence des cartes dans la vie sociale. Dans le même temps, les réflexions épistémologiques et critiques qui se sont développées au sujet de la cartographie, depuis plus de vingt ans, ont mis en évidence deux dimensions essentielles des opérations cartographiques : leur dimension politique d’une part, et leur dimension rhétorique, d’autre part. La cartographie aurait, indirectement, le pouvoir de mettre en forme la société à laquelle elle appartient et dont elle traduit par ailleurs les choix et les valeurs. Dans cette perspective, les cartes peuvent être vues également comme des lieux de conflits entre des représentations, des valeurs et des langages concurrents. Ce sont des objets instables, relatifs autant à l’état des rapports de pouvoirs qu’à celui des savoirs. Par ailleurs, si l’on considère les cartes non seulement comme des représentations plus ou moins conformes des territoires, mais aussi comme des expressions de la culture où elles sont produites et sur laquelle à son tour elles agissent, et aussi comme des instruments de communication, il est légitime de poser les questions de leur puissance persuasive et des moyens rhétoriques qu’elles mobilisent.

Il est alors nécessaire de prêter attention à l’ensemble des signes qui contribuent à la signification et à l’efficacité des cartes. A ce titre celles-ci peuvent être étudiées à l’aide des ressources fournies par l’analyse du discours, l’analyse textuelle, et par l’iconologie. Et à cet égard tout, dans les cartes, est susceptible d’être interrogé et analysé, et pas seulement les éléments du discours cartographique qui semblent parler directement du « territoire ». Tous les signes, jusqu’aux détails, concourent à l’ensemble des significations portées par les cartes, et en tant que tels méritent d’être interprétés. Les couleurs, les symboles, les lignes, les noms, les systèmes de projection, mais aussi le support, le cadre, l’échelle, le format, les cartouches, l’iconographie et les éléments décoratifs, bref de manière générale les parerga de la carte sont à considérer isolément et dans leur combinaison. Il y aurait sans doute beaucoup à gagner pour l’histoire et la théorie de la cartographie à envisager celle-ci au sein d’une théorie générale des cultures visuelles, auxquelles elle collabore de façon évidente.

L’objectif de ce séminaire de recherche est de considérer, dans le cadre de séances de lectures rapprochées (au sens donné à cette pratique par Daniel Arasse), les cartes comme des objets matériels spécifiques, dotés de pouvoirs propres, indépendants de toute intention mimétique vis-à-vis des territoires. Autrement dit on voudrait interroger, par hypothèse, les cartes dans leur autonomie de media par rapport au territoire, et interroger leur puissance médiale, en combinant, sans s’y réduire, des approches historiques, anthropologiques et sémiologiques. On sera attentif, en particulier, à ce que les propositions artistiques modernes et contemporaines qui se sont emparées de la cartographie ont pu donner à penser de cet espace plastique.

Le séminaire sera animé par Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon. Avec la participation de Jean Boutier

Le séminaire aura lieu les vendredis de 16h à 19 h aux dates suivantes:

30 octobre 2020, 13 novembre 2020, 20 novembre 2020 (10h-13h), 27 novembre 2020, 15 janvier 2021, 22 janvier 2021


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

 

 

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-