Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE235 - Dynamiques post-structurelles


Lieu et planning


  • Autre lieu Paris
    Centre Cavaillès, École Normale Supérieure, 29 rue d'Ulm 75005 Paris
    annuel / mensuel (3e), lundi 15:00-17:00
    du 18 janvier 2021 au 17 mai 2021


Description


Dernière modification : 1 avril 2021 11:23

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Études des sciences contemporaines Mathématiques et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Modélisation Morphologie Vivant
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Alessandro Sarti [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Giovanna Citti   professeure des universités, Université de Bologne, Italie
  • Giuseppe Longo   directeur de recherche (émérite), ENS

Pendant le séminaire, nous allons developper une épistémologie des modèles du devenir des formes, entre le structuralisme et le post-structuralisme, jusqu’aux modèles d’hétérogenèse contemporains. Notre intérêt sera orienté au passage des modèles structuraux de catégorisation du structuralisme morphodynamique vers les dynamiques du plastique et les dynamiques hétérogènes. 

Le passage vers les morphodynamiques du plastique, notamment dans le contexte des études sur le cerveau, sera examiné à l’aide des techniques contemporaines de deep learning

L’intérêt grandissant pour les aspects intensifs et hétérogènes des dynamiques nous amènera à définir le concept d’hétérogénèse. L'hétérogenèse est une morphodynamique qui se repose sur l'agencement de contraintes différentielles distinctes point par point dans l'espace et dans le temps. L'hétérogénèse met en discussion toute forme de symétrie unitaire et totalisante et permet de développer des formes, des actions et des pensées au moyen de dispositifs de prolifération, juxtaposition et disjonction. Les dynamiques hétérogénétiques  adressent directement la question: qu'est-ce que c'est qu'une forme nouvelle? Comment sortir de la répétition et créer une différence? Plusieurs domaines empiriques seront impliqués, comme les dynamiques imaginatives en sciences cognitives, les devenir phylogénétiques en sciences de la vie, la semiogenèse en théorie du sens, les morphodynamiques micro-historiques en sciences de l'homme et les dynamiques de la multitude en philosophie politique.

18 janvier 2021 : Claudio Paolucci, « L'énonciation en tant que hétérogenèse différentielle »

15 février 2021 : Maria-Giulia Dondero, « Geste de la pensée, gestualité picturale : le diagramme chez Peirce, Deleuze et Goodman » ; Stefania Caliandro, « Morphodynamiques à l’œuvre. La vibration : de l’esthétique à l’esthésie »

15 mars 2021 :  Noëlle Batt, « Dynamique diagrammatique et hétérogenèse »

17 mai 2021 : Mattia Galeotti, Luca Cabassa, « Entre virtualité et geste formel : penser l'événement rare »

7 juin 2021 : Andrea Angelini, « L’infraction précède la règle : hétérogenèse et normativité du vivant »


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Contacter Alessandro Sarti par courriel.

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

Sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

Des connaissances niveau licence en mathématiques et en philosophie.


Compte rendu


Le séminaire s'est ouvert sur les notes de Giuseppe Longo sur l'insuffisance d'une approche logique-informationnelle pour représenter le devenir du vivant. Longo a souligné la nécessité d'une science morphologique, une science qui devient hétérogenèse lorsque le caractère historique et imaginatif des dynamiques impliquées est reconnu. Giovanna Citti a repris dans son intervention la voie de l'hétérogénèse deleuzienne-guattarienne et a montré comment à l'aide des mathématiques contemporaines il est possible d'écrire formellement un devenir différentiel de type hétérogène dans l'espace et le temps avec lequel il est possible de rendre compte de la mutation des lois dynamiques et de l'ouverture à des nouveaux espaces de possibilités. Elle rejoint donc l'analyse de Longo tout en liant l'historicité à l'ouverture de nouveaux espaces de possibilités qui permettent la mutation des dynamiques.
Ces mêmes espaces deviennent alors immédiatement des espaces expressifs lorsque la dynamique s'incarne. Pendant tout le séminaire on a rappelé le chemin de Renè Thom vers la dynamique incarnée, que Paolo Fabbri avait déjà repris dans le volume Morphologie du sémiotique. On a bien souligné que lorsque les dynamiques sont incarnées, elles cessent d'être purement informationnelles et deviennent immédiatement sémiotiques.
Dynamiques sémiotiques dans une pluralité de sens : de la phénoménologie sémiotique de l'école de Paris (Visetti, Piotrowski, Bondi') qui reprend le chemin Merleau-Pontien dans une clé hétérogénétique, en passant par les diagrammes poétiques de Noelle Batt, qui dans son intervention montra la coexistence d'une approche structurelle et post-structurelle dans la lecture de certains textes poétiques, jusqu'aux processus d'énonciation collective qui deviennent de véritables processus de subjectivation dont nous a parlé Claudio Paolucci dans son exposé. Le rapport entre hétérogenèse et signification reste également au centre du problème esthétique dans les arts figuratifs, comme Maria Giulia Dondero et Stefania Caliandro l'ont bien souligné. Dans la discussion finale on s'est posée la question d'étendre les processus d'individuation à des dynamiques non humaines et de considérer les espèces que Donna Haraway définit comme espèces compagnes comme faisant partie intégrante du processus collectif de transindividuation. Le débat s’inscrit donc sans faille sur les thématiques contemporaines du multinaturalisme/multiculturalisme.

Publications
  • Alessandro Sarti, Giovanna Citti et David Piotrowski, “L’hétérogénèse différentielle et l’émergence de la fonction sémiotique”, Signata, Annales des Sémiotiques, Annals of Semiotics, vol.12, 2021, https://journals.openedition.org/signata/3338?lang=en
  • Alessandro Sarti (entretien par Igor Pelgreffi), "L’hétérogènese différentielle: Formes en devenir entre mathématiques, philosophie et politique", Multitudes, n. 78, p.154-163, printemps 2020.
  • Eds A.Sarti, A.Longo, « Differential heterogenesis », La Deleuziana, n. 11, 2020.

  • A.Sarti, « Individuation », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.

  • A.Sarti, « Structural morphodynamics », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.

  • A.Sarti, « Heterogenesis », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.

Dernière modification : 1 avril 2021 11:23

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Études des sciences contemporaines Mathématiques et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Modélisation Morphologie Vivant
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Alessandro Sarti [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Giovanna Citti   professeure des universités, Université de Bologne, Italie
  • Giuseppe Longo   directeur de recherche (émérite), ENS

Pendant le séminaire, nous allons developper une épistémologie des modèles du devenir des formes, entre le structuralisme et le post-structuralisme, jusqu’aux modèles d’hétérogenèse contemporains. Notre intérêt sera orienté au passage des modèles structuraux de catégorisation du structuralisme morphodynamique vers les dynamiques du plastique et les dynamiques hétérogènes. 

Le passage vers les morphodynamiques du plastique, notamment dans le contexte des études sur le cerveau, sera examiné à l’aide des techniques contemporaines de deep learning

L’intérêt grandissant pour les aspects intensifs et hétérogènes des dynamiques nous amènera à définir le concept d’hétérogénèse. L'hétérogenèse est une morphodynamique qui se repose sur l'agencement de contraintes différentielles distinctes point par point dans l'espace et dans le temps. L'hétérogénèse met en discussion toute forme de symétrie unitaire et totalisante et permet de développer des formes, des actions et des pensées au moyen de dispositifs de prolifération, juxtaposition et disjonction. Les dynamiques hétérogénétiques  adressent directement la question: qu'est-ce que c'est qu'une forme nouvelle? Comment sortir de la répétition et créer une différence? Plusieurs domaines empiriques seront impliqués, comme les dynamiques imaginatives en sciences cognitives, les devenir phylogénétiques en sciences de la vie, la semiogenèse en théorie du sens, les morphodynamiques micro-historiques en sciences de l'homme et les dynamiques de la multitude en philosophie politique.

18 janvier 2021 : Claudio Paolucci, « L'énonciation en tant que hétérogenèse différentielle »

15 février 2021 : Maria-Giulia Dondero, « Geste de la pensée, gestualité picturale : le diagramme chez Peirce, Deleuze et Goodman » ; Stefania Caliandro, « Morphodynamiques à l’œuvre. La vibration : de l’esthétique à l’esthésie »

15 mars 2021 :  Noëlle Batt, « Dynamique diagrammatique et hétérogenèse »

17 mai 2021 : Mattia Galeotti, Luca Cabassa, « Entre virtualité et geste formel : penser l'événement rare »

7 juin 2021 : Andrea Angelini, « L’infraction précède la règle : hétérogenèse et normativité du vivant »

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Contacter Alessandro Sarti par courriel.

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

Sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

Des connaissances niveau licence en mathématiques et en philosophie.

  • Autre lieu Paris
    Centre Cavaillès, École Normale Supérieure, 29 rue d'Ulm 75005 Paris
    annuel / mensuel (3e), lundi 15:00-17:00
    du 18 janvier 2021 au 17 mai 2021

Le séminaire s'est ouvert sur les notes de Giuseppe Longo sur l'insuffisance d'une approche logique-informationnelle pour représenter le devenir du vivant. Longo a souligné la nécessité d'une science morphologique, une science qui devient hétérogenèse lorsque le caractère historique et imaginatif des dynamiques impliquées est reconnu. Giovanna Citti a repris dans son intervention la voie de l'hétérogénèse deleuzienne-guattarienne et a montré comment à l'aide des mathématiques contemporaines il est possible d'écrire formellement un devenir différentiel de type hétérogène dans l'espace et le temps avec lequel il est possible de rendre compte de la mutation des lois dynamiques et de l'ouverture à des nouveaux espaces de possibilités. Elle rejoint donc l'analyse de Longo tout en liant l'historicité à l'ouverture de nouveaux espaces de possibilités qui permettent la mutation des dynamiques.
Ces mêmes espaces deviennent alors immédiatement des espaces expressifs lorsque la dynamique s'incarne. Pendant tout le séminaire on a rappelé le chemin de Renè Thom vers la dynamique incarnée, que Paolo Fabbri avait déjà repris dans le volume Morphologie du sémiotique. On a bien souligné que lorsque les dynamiques sont incarnées, elles cessent d'être purement informationnelles et deviennent immédiatement sémiotiques.
Dynamiques sémiotiques dans une pluralité de sens : de la phénoménologie sémiotique de l'école de Paris (Visetti, Piotrowski, Bondi') qui reprend le chemin Merleau-Pontien dans une clé hétérogénétique, en passant par les diagrammes poétiques de Noelle Batt, qui dans son intervention montra la coexistence d'une approche structurelle et post-structurelle dans la lecture de certains textes poétiques, jusqu'aux processus d'énonciation collective qui deviennent de véritables processus de subjectivation dont nous a parlé Claudio Paolucci dans son exposé. Le rapport entre hétérogenèse et signification reste également au centre du problème esthétique dans les arts figuratifs, comme Maria Giulia Dondero et Stefania Caliandro l'ont bien souligné. Dans la discussion finale on s'est posée la question d'étendre les processus d'individuation à des dynamiques non humaines et de considérer les espèces que Donna Haraway définit comme espèces compagnes comme faisant partie intégrante du processus collectif de transindividuation. Le débat s’inscrit donc sans faille sur les thématiques contemporaines du multinaturalisme/multiculturalisme.

Publications
  • Alessandro Sarti, Giovanna Citti et David Piotrowski, “L’hétérogénèse différentielle et l’émergence de la fonction sémiotique”, Signata, Annales des Sémiotiques, Annals of Semiotics, vol.12, 2021, https://journals.openedition.org/signata/3338?lang=en
  • Alessandro Sarti (entretien par Igor Pelgreffi), "L’hétérogènese différentielle: Formes en devenir entre mathématiques, philosophie et politique", Multitudes, n. 78, p.154-163, printemps 2020.
  • Eds A.Sarti, A.Longo, « Differential heterogenesis », La Deleuziana, n. 11, 2020.

  • A.Sarti, « Individuation », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.

  • A.Sarti, « Structural morphodynamics », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.

  • A.Sarti, « Heterogenesis », Glossary of Morphology, Eds. F.Vercellone and S.Tedesco, Springer, 2020.