UE23 - Les usages du crédit et de la dette dans le monde ibérique (XVIe-XIXe siècle)

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Capitalisme Circulations Droit, normes et société Dynamiques sociales Globalisation Histoire économique et sociale Impôt Socio-économie Ville
Aires culturelles
Amérique du Sud Ibérique (monde)

C’est un poncif historiographique que de dire que les sociétés dites « d’ancien régime » sont façonnées par des relations de crédit. La polysémie du terme reflète la pluralité des logiques – économique, sociale, politique, religieuse – qui déterminent les modalités de circulation de l’argent et des biens à l’époque moderne. Ainsi, la capacité à emprunter et à s’endetter dépend à la fois d’un rang et d’une position dans la société dont les marqueurs légitimes restent assez mal définis. L’incertitude planant sur la production et les échanges, la complexité du système monétaire, la faible monétarisation de l’économie, la fragmentation des marchés et des institutions de crédit, l’accroissement des exigences fiscales, tout concourt à faire du crédit un élément crucial des relations sociales, qu’il soit ou non institutionnalisé. La vieille idée libérale qui voyait dans la condamnation de l’usure un frein au crédit et au développement économique est désormais en passe d’être dépassée : non seulement les institutions ecclésiastiques sont au cœur du système de crédit mais encore la pensée économique des théologiens médiévaux et modernes déplace la question de l’usure vers celle des bons et mauvais usages du crédit, ouvrant la voie à une légitimation catholique du système. La diffusion du crédit dans toutes les couches de la société se fait au moyen d’une diversité d’instruments – prêts interpersonnels en nature ou non, achats à terme, monts de piété, cens, droits sur la dette publique, etc. – et de l’existence d’un vaste marché secondaire du crédit, susceptible de déconnecter cette économie financière de l’économie dite « réelle ».

 Ce séminaire mensuel propose d’embrasser ce champ en articulant histoire économique, histoire sociale et histoire religieuse autour de la notion de crédit, appliquée aux sociétés ibériques de l’époque moderne, dans une acception large du terme. Il s’agit d’un séminaire de recherche, ouvert aux masterants, qui se fixe un double objectif : 

  1.  Parcourir une historiographie foisonnante mais dispersée pour en faire émerger les angles morts, en recourant notamment à la comparaison entre le monde ibérique, qui sera au coeur du séminaire, les autres espaces européens, et le monde américain. 
  2. Dépasser une lecture normative des instruments de crédit, trop dépendante des contraintes juridiques dans lesquels ils sont pensés, pour interroger les usages sociaux du crédit.

Le séminaire est adossé à un colloque (janvier 2021) organisé à l’EHESS et à l’UPEC qui constituera l’une des séances. Il se fixe pour objectif de proposer aux étudiants une initiation à une histoire sociale des mécanismes économiques d’ancien régimes, un domaine complexe et parfois difficile à appréhender qui sera saisi à partir d’un point de vue, l’endettement. les questions monétaires, les instruments juridiques qui organisent la vie économiques, les aspects les plus techniques seront approchées par ce biais. Ce séminaire de recherche, qui alimente des travaux en cours est ouvert à tous les étudiants de master, M1  comme M2, y compris hors EHESS.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, autre (compte rendu critique de séance)
  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, autre (compte rendu critique de séance)
  • Antoine Roullet [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Groupe d'études ibériques (CRH-GEI)
  • Sébastien Malaprade   maître de conférences, Université Paris-Est Créteil /
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Antoine Roullet (CRH/groupe d'études ibériques) par courriel

 

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous ou à l'issue du séminaire.

Réception des candidats

ouvert à tous sur simple demande par courriel.

Pré-requis

niveau Licence en histoire, notions sur les sociétés d'ancien régime.

Aucun planning disponible.


Intervenant·e·s


  • Antoine Roullet [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Groupe d'études ibériques (CRH-GEI)
  • Sébastien Malaprade   maître de conférences, Université Paris-Est Créteil /

Planning


Aucun planning disponible.


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Capitalisme Circulations Droit, normes et société Dynamiques sociales Globalisation Histoire économique et sociale Impôt Socio-économie Ville
Aires culturelles
Amérique du Sud Ibérique (monde)

C’est un poncif historiographique que de dire que les sociétés dites « d’ancien régime » sont façonnées par des relations de crédit. La polysémie du terme reflète la pluralité des logiques – économique, sociale, politique, religieuse – qui déterminent les modalités de circulation de l’argent et des biens à l’époque moderne. Ainsi, la capacité à emprunter et à s’endetter dépend à la fois d’un rang et d’une position dans la société dont les marqueurs légitimes restent assez mal définis. L’incertitude planant sur la production et les échanges, la complexité du système monétaire, la faible monétarisation de l’économie, la fragmentation des marchés et des institutions de crédit, l’accroissement des exigences fiscales, tout concourt à faire du crédit un élément crucial des relations sociales, qu’il soit ou non institutionnalisé. La vieille idée libérale qui voyait dans la condamnation de l’usure un frein au crédit et au développement économique est désormais en passe d’être dépassée : non seulement les institutions ecclésiastiques sont au cœur du système de crédit mais encore la pensée économique des théologiens médiévaux et modernes déplace la question de l’usure vers celle des bons et mauvais usages du crédit, ouvrant la voie à une légitimation catholique du système. La diffusion du crédit dans toutes les couches de la société se fait au moyen d’une diversité d’instruments – prêts interpersonnels en nature ou non, achats à terme, monts de piété, cens, droits sur la dette publique, etc. – et de l’existence d’un vaste marché secondaire du crédit, susceptible de déconnecter cette économie financière de l’économie dite « réelle ».

 Ce séminaire mensuel propose d’embrasser ce champ en articulant histoire économique, histoire sociale et histoire religieuse autour de la notion de crédit, appliquée aux sociétés ibériques de l’époque moderne, dans une acception large du terme. Il s’agit d’un séminaire de recherche, ouvert aux masterants, qui se fixe un double objectif : 

  1.  Parcourir une historiographie foisonnante mais dispersée pour en faire émerger les angles morts, en recourant notamment à la comparaison entre le monde ibérique, qui sera au coeur du séminaire, les autres espaces européens, et le monde américain. 
  2. Dépasser une lecture normative des instruments de crédit, trop dépendante des contraintes juridiques dans lesquels ils sont pensés, pour interroger les usages sociaux du crédit.

Le séminaire est adossé à un colloque (janvier 2021) organisé à l’EHESS et à l’UPEC qui constituera l’une des séances. Il se fixe pour objectif de proposer aux étudiants une initiation à une histoire sociale des mécanismes économiques d’ancien régimes, un domaine complexe et parfois difficile à appréhender qui sera saisi à partir d’un point de vue, l’endettement. les questions monétaires, les instruments juridiques qui organisent la vie économiques, les aspects les plus techniques seront approchées par ce biais. Ce séminaire de recherche, qui alimente des travaux en cours est ouvert à tous les étudiants de master, M1  comme M2, y compris hors EHESS.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, autre (compte rendu critique de séance)
  • Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, autre (compte rendu critique de séance)

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Antoine Roullet (CRH/groupe d'études ibériques) par courriel

 

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous ou à l'issue du séminaire.

Réception des candidats

ouvert à tous sur simple demande par courriel.

Pré-requis

niveau Licence en histoire, notions sur les sociétés d'ancien régime.