UE189 - (Dé)Faire l'industrie

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Économie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Enquêtes Entreprises Globalisation Histoire des sciences et des techniques Industrie Numérique Savoirs Socio-économie Sociohistoire Sociologie Spatialisation, territoires Travail
Aires culturelles
Transnational/transfrontières

La prolifération des technologies, notamment numériques, a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère post-industrielle. À l'inverse, partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire elle prospère, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations contemporaines. Ce séminaire propose d’étudier les mutations des formes de l'industrie, au travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment l'intégration des technologies de l'information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu'est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d'industrialisation ?

Avec la participation de Mathieu Baudrin (CSI) et Clément Marquet (Costech).

La prolifération des technologies - notamment des technologies de l’information - a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère post-industrielle: transformations du travail (fin de la classe ouvrière et mort lente du salariat dans les pays occidentaux), centralité de l'innovation, essor d'une économie de services et de biens immatériels, individualisation des besoins et des biens.

Cependant, plutôt qu’une sortie d’un paradigme industriel, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations des sociétés contemporaines (Veltz 2017, Musso 2018). En partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire, elle prospère et se transforme, les auteurs cherchent à désenclaver l'industrie comme objet et catégorie d'analyse et à briser la linéarité implicite des analyses post-industrielles (Touraine 1967, Rifkin 2000, Moulier-Boutang 2007).

Ce séminaire propose d’étudier les mutations des formes de l'industrie, au travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment l'intégration des technologies de l'information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu'est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d'industrialisation ?

  1. L'industrie est morte, Vive l'industrie ? Introduction du séminaire
  2. Comment enquêter sur l'industrie ? Outils et enjeux méthodologiques (deux séances de 2 h)
  3. Histoires industrielles
  4. Savoirs industriels et industrialisation des savoirs (deux séances de 2 h)
  5. Des ouvriers aux travailleurs des flux, transformations du travail industriel (deux séances de 2 h)
  6. Industrie globale, ou globalisation des processus industriels
  7. Les territoires de l’industrie 
  8. Résister à l'industrialisation (deux séances de 2 h)
  • Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Institutions, organisations, économie et société – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Marine Al Dahdah [référent·e]   chargée de recherche, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
  • Benjamin Raimbault   contrat postdoctoral, EHESS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)
Contacts additionnels
clement.marquet@hushmail.com matbaudrin@gmail.com
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), mercredi 13:00-15:00
    du 21 octobre 2020 au 7 avril 2021


Intervenant·e·s


  • Marine Al Dahdah [référent·e]   chargée de recherche, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
  • Benjamin Raimbault   contrat postdoctoral, EHESS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)

Planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), mercredi 13:00-15:00
    du 21 octobre 2020 au 7 avril 2021


Description


Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Économie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Enquêtes Entreprises Globalisation Histoire des sciences et des techniques Industrie Numérique Savoirs Socio-économie Sociohistoire Sociologie Spatialisation, territoires Travail
Aires culturelles
Transnational/transfrontières

La prolifération des technologies, notamment numériques, a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère post-industrielle. À l'inverse, partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire elle prospère, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations contemporaines. Ce séminaire propose d’étudier les mutations des formes de l'industrie, au travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment l'intégration des technologies de l'information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu'est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d'industrialisation ?

Avec la participation de Mathieu Baudrin (CSI) et Clément Marquet (Costech).

La prolifération des technologies - notamment des technologies de l’information - a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère post-industrielle: transformations du travail (fin de la classe ouvrière et mort lente du salariat dans les pays occidentaux), centralité de l'innovation, essor d'une économie de services et de biens immatériels, individualisation des besoins et des biens.

Cependant, plutôt qu’une sortie d’un paradigme industriel, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations des sociétés contemporaines (Veltz 2017, Musso 2018). En partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire, elle prospère et se transforme, les auteurs cherchent à désenclaver l'industrie comme objet et catégorie d'analyse et à briser la linéarité implicite des analyses post-industrielles (Touraine 1967, Rifkin 2000, Moulier-Boutang 2007).

Ce séminaire propose d’étudier les mutations des formes de l'industrie, au travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment l'intégration des technologies de l'information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu'est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d'industrialisation ?

  1. L'industrie est morte, Vive l'industrie ? Introduction du séminaire
  2. Comment enquêter sur l'industrie ? Outils et enjeux méthodologiques (deux séances de 2 h)
  3. Histoires industrielles
  4. Savoirs industriels et industrialisation des savoirs (deux séances de 2 h)
  5. Des ouvriers aux travailleurs des flux, transformations du travail industriel (deux séances de 2 h)
  6. Industrie globale, ou globalisation des processus industriels
  7. Les territoires de l’industrie 
  8. Résister à l'industrialisation (deux séances de 2 h)

Master


  • Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Institutions, organisations, économie et société – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
clement.marquet@hushmail.com matbaudrin@gmail.com
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-