Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE18 - Valeur et monnaie chez Marx


Lieu et planning


  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), mardi 17:00-20:00
    du 1er décembre 2020 au 29 juin 2021


Description


Dernière modification : 19 mai 2020 07:41

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Affects Capitalisme Classes sociales Économie politique Histoire économique et sociale Institutions Philosophie politique Socio-économie Valeur
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • André Orléan [référent·e]   directeur d'études (retraité·e), EHESS / Paris School of Economics (PJSE)

En 1967, l’économiste marxiste Suzanne de Brunhoff publiait son célèbre ouvrage : La monnaie chez Marx. Ce texte est devenu à juste titre un classique et il servira de base à notre réflexion. Il nous semble néanmoins qu’on ne peut pas en rester là. La conception de la monnaie qu’on trouve dans Le Capital demande à être approfondie et amendée. C’est l’objet du présent séminaire. Il s’agit de proposer un renouvèlement de la pensée marxiste de la monnaie.

Cet effort conceptuel demande, dans un premier temps, d’en revenir aux concepts de base du Capital, à savoir la production marchande, la valeur et le travail abstrait. Ils font l’objet de diverses controverses, actuelles et anciennes, qui seront alors examinées. Les auteurs suivants seront mobilisés : Rosa Luxemburg, Isaak Roubine, Evgeny Pasukanis, Ernest Mandel, John Weeks, Moishe Postone.

Dans un deuxième temps, à partir de ma lecture de la section I du Capital, je proposerai une définition du rapport monétaire qui rompe avec l’hypothèse de la monnaie-marchandise, mais en conservant le cadre théorique général construit par Marx, tout particulièrement la distinction entre rapport marchand et rapport capitaliste.

Enfin, il n’est pas possible de mener à bien ce renouvèlement conceptuel en restant dans le cadre du marxisme stricto sensu. Il convient tout au contraire d’ouvrir l’analyse en la confrontant aux faits historiques et à différentes approches théoriques alternatives. Il s’agira essentiellement cette année, dans un troisième temps, de s’intéresser au livre de Christine Desan, Making Money, et au courant théorique connu sous le nom de « Modern Monetary Theory » (MMT) ou encore « néo-chartalisme », associé aux travaux de Randall Wray et Michael Hudson.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

pour tout renseignement, écrire à André Orléan par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous. Joindre André Orléan par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous. Joindre André Orléan par courriel.

Pré-requis

M1 d'économie ou de sciences sociales.


Compte rendu


Le concept de valeur chez Marx a été, cette année, au cœur de la réflexion de notre séminaire. Dans un premier temps, ont été présentées la notion de « travail abstrait » et les difficultés liées à sa définition chez Marx. Ceci s’est fait essentiellement à partir d’une lecture attentive de la section Un du chapitre premier du Capital, éclairée par les analyses de Paul-Dominique Dognin dans son livre intitulé Les “sentiers escarpés” de Karl Marx, de Jacques Bidet dans Que faire du Capital ? mais aussi d’Isaac Roubine dans ses Essais sur la théorie de la valeur de Marx. Dans un second temps, a été abordée la question centrale de la transformation des valeurs en prix de production. Pour comprendre la nature et les enjeux de cette question très ancienne et très fondamentale, nous avons beaucoup utilisé le travail de Gilbert Faccarello dans Travail, valeur et prix : une critique de la théorie de la valeur. Cela a été également l’occasion de s’intéresser à la controverse qui opposa, en 1975 et 1976, Michio Morishima et George Catephores, d’un côté, versus Ronald Meek de l’autre. Il s’agissait de savoir si le passage des valeurs aux prix de production était d’une nature historique ou logique. Cette discussion nous a conduit à revenir sur la notion de « petite production marchande ». En effet, cette notion fait l’objet d’intenses controverses au sein de la tradition marxiste quant à ce qu’elle signifie, une réalité historique ou une construction conceptuelle ad hoc ? Les textes qui nous ont été utiles à ce propos sont ceux de Christopher Arthur (2005), Arthur DiQuattro (2007), Isaac Roubine (1928) et surtout John Weeks (1981). Enfin le séminaire, dans ses séances finales, s’est centré sur le grand livre de Moshe Postone Temps, travail et domination sociale et plus généralement sur le mouvement dit de « Critique de la valeur ». On a montré en particulier que l’approche promue par Postone, pour ce qui est de sa conception de la valeur, partageait certains points communs fondamentaux avec les thèses défendues en son temps par Claudio Napoleoni. Ce dernier auteur, malheureusement peu connu en France, a fait l’objet d’une analyse étendue.

Publications
  • «Financial values as social facts», préface à Rethinking Finance in the face of new Challenges, sous la dir. de D. Bourghelle, R. Pérez et P. Rozin, Emerald Publishing, 2022, sous presse.
  • Avec Jérôme Blanc «De la monnaie», dans Relions-nous. La constitution des liens, Éditions «Les Liens qui Libèrent», 2021, p. 113-116.
  • «De quoi l’homo oeconomicus est-il le nom?», Alternatives économiques, 14 novembre 2020.
  • «L’économie mainstream abuse de sa position dominante», Alternatives économiques, 16 janvier 2021, entretien avec Florence Jany-Catrice.

Dernière modification : 19 mai 2020 07:41

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Économie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Affects Capitalisme Classes sociales Économie politique Histoire économique et sociale Institutions Philosophie politique Socio-économie Valeur
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • André Orléan [référent·e]   directeur d'études (retraité·e), EHESS / Paris School of Economics (PJSE)

En 1967, l’économiste marxiste Suzanne de Brunhoff publiait son célèbre ouvrage : La monnaie chez Marx. Ce texte est devenu à juste titre un classique et il servira de base à notre réflexion. Il nous semble néanmoins qu’on ne peut pas en rester là. La conception de la monnaie qu’on trouve dans Le Capital demande à être approfondie et amendée. C’est l’objet du présent séminaire. Il s’agit de proposer un renouvèlement de la pensée marxiste de la monnaie.

Cet effort conceptuel demande, dans un premier temps, d’en revenir aux concepts de base du Capital, à savoir la production marchande, la valeur et le travail abstrait. Ils font l’objet de diverses controverses, actuelles et anciennes, qui seront alors examinées. Les auteurs suivants seront mobilisés : Rosa Luxemburg, Isaak Roubine, Evgeny Pasukanis, Ernest Mandel, John Weeks, Moishe Postone.

Dans un deuxième temps, à partir de ma lecture de la section I du Capital, je proposerai une définition du rapport monétaire qui rompe avec l’hypothèse de la monnaie-marchandise, mais en conservant le cadre théorique général construit par Marx, tout particulièrement la distinction entre rapport marchand et rapport capitaliste.

Enfin, il n’est pas possible de mener à bien ce renouvèlement conceptuel en restant dans le cadre du marxisme stricto sensu. Il convient tout au contraire d’ouvrir l’analyse en la confrontant aux faits historiques et à différentes approches théoriques alternatives. Il s’agira essentiellement cette année, dans un troisième temps, de s’intéresser au livre de Christine Desan, Making Money, et au courant théorique connu sous le nom de « Modern Monetary Theory » (MMT) ou encore « néo-chartalisme », associé aux travaux de Randall Wray et Michael Hudson.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

pour tout renseignement, écrire à André Orléan par courriel.

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous. Joindre André Orléan par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous. Joindre André Orléan par courriel.

Pré-requis

M1 d'économie ou de sciences sociales.

  • 105 bd Raspail
    Salle 4
    105 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), mardi 17:00-20:00
    du 1er décembre 2020 au 29 juin 2021

Le concept de valeur chez Marx a été, cette année, au cœur de la réflexion de notre séminaire. Dans un premier temps, ont été présentées la notion de « travail abstrait » et les difficultés liées à sa définition chez Marx. Ceci s’est fait essentiellement à partir d’une lecture attentive de la section Un du chapitre premier du Capital, éclairée par les analyses de Paul-Dominique Dognin dans son livre intitulé Les “sentiers escarpés” de Karl Marx, de Jacques Bidet dans Que faire du Capital ? mais aussi d’Isaac Roubine dans ses Essais sur la théorie de la valeur de Marx. Dans un second temps, a été abordée la question centrale de la transformation des valeurs en prix de production. Pour comprendre la nature et les enjeux de cette question très ancienne et très fondamentale, nous avons beaucoup utilisé le travail de Gilbert Faccarello dans Travail, valeur et prix : une critique de la théorie de la valeur. Cela a été également l’occasion de s’intéresser à la controverse qui opposa, en 1975 et 1976, Michio Morishima et George Catephores, d’un côté, versus Ronald Meek de l’autre. Il s’agissait de savoir si le passage des valeurs aux prix de production était d’une nature historique ou logique. Cette discussion nous a conduit à revenir sur la notion de « petite production marchande ». En effet, cette notion fait l’objet d’intenses controverses au sein de la tradition marxiste quant à ce qu’elle signifie, une réalité historique ou une construction conceptuelle ad hoc ? Les textes qui nous ont été utiles à ce propos sont ceux de Christopher Arthur (2005), Arthur DiQuattro (2007), Isaac Roubine (1928) et surtout John Weeks (1981). Enfin le séminaire, dans ses séances finales, s’est centré sur le grand livre de Moshe Postone Temps, travail et domination sociale et plus généralement sur le mouvement dit de « Critique de la valeur ». On a montré en particulier que l’approche promue par Postone, pour ce qui est de sa conception de la valeur, partageait certains points communs fondamentaux avec les thèses défendues en son temps par Claudio Napoleoni. Ce dernier auteur, malheureusement peu connu en France, a fait l’objet d’une analyse étendue.

Publications
  • «Financial values as social facts», préface à Rethinking Finance in the face of new Challenges, sous la dir. de D. Bourghelle, R. Pérez et P. Rozin, Emerald Publishing, 2022, sous presse.
  • Avec Jérôme Blanc «De la monnaie», dans Relions-nous. La constitution des liens, Éditions «Les Liens qui Libèrent», 2021, p. 113-116.
  • «De quoi l’homo oeconomicus est-il le nom?», Alternatives économiques, 14 novembre 2020.
  • «L’économie mainstream abuse de sa position dominante», Alternatives économiques, 16 janvier 2021, entretien avec Florence Jany-Catrice.