Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE131 - Les formes du temps historique


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 11:00-13:00
    du 4 novembre 2020 au 24 février 2021


Description


Dernière modification : 21 juillet 2020 14:28

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Culture Écriture Fiction Histoire Historiographie Littérature
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Sabina Loriga [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

La notion de « postmoderne » est complexe et instable. Elle peut évoquer une période historique, une réalité économique, mais aussi une approche, une idéologie, ou encore un style. Le séminaire abordera les manières de conceptualiser le temps et l’histoire – sa fonction sociale ainsi que ses possibilités heuristiques – dans le débat sur la « condition postmoderne ».

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Littératures – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, contrôle continu, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Par courriel

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-

Compte rendu


Nous avons continué notre réflexion sur la question du postmoderne et de ses effets sur la conscience historique et l’écriture de l’histoire. Le point de départ a été l’article de Hayden White, « The Burden of History » (1966), reprochant à l’historiographie contemporaine d’être la gardienne d’une vision dépassée de la science et de l’art. Les textes de Marjorie Garber et Rebecca L. Walkowitz (Secret Agents : the Rosenberg case, McCarthyism and fifties America, New-York-Londres, Routledge 1995), de Timothy Melley (The Covert Sphere : Secrecy, Fiction, and the National Security State, Londres-Ithaca, NY, Cornell University Press, 2012) ainsi que celui de Jean-Baptiste Thoret (26 secondes, l’Amérique éclaboussée : l’assassinat de JFK et le cinéma américain, Pertuis, Rouge profond, 2003), nous ont permis de contextualiser le texte de Hayden White et d’interroger le lien entre la perte de confiance dans la vérité historique et une série d’événements historiques, tels que l’affaire Rosenberg et l’assassinat de J.F. Kennedy. Nous avons ensuite approfondi la question à travers la lecture de trois textes concernant la Guerre du Viêtnam. D’une part, Putain de mort de Michael Herr (1977), qui, en tant que correspondant du magazine américain Esquire, a passé un an sur les lieux du conflit entre novembre 1967 et octobre 1968, cherchant à restituer l’expérience intime de « cette terrible première guerre post-moderne », qui ne saurait se raconter selon aucun des modèles littéraires traditionnels. De l’autre, Les choses qu’ils emportaient (1990) et Au lac des bois (1994) de Tim O’Brien, qui, en plus de montrer que le réel se présente sous la forme du traumatisme, donc de ce qu’il y a en lui d’inassimilable, soulignent l’impossibilité d’établir une vérité historique. Les œuvres de Herr et de O’Brien témoignent d’une crise profonde de la conception réaliste, fondée sur les catégories d’exactitude et de vérité, qui ensuite a été analysée par de nombreuses études littéraires. Dans cette perspective, nous avons abordé la réflexion de Linda Hutcheon, qui, dans A Poetic of Postmodernism : History, Theory, Fiction (1988), a forgé le terme de « métafiction historiographique » pour qualifier une forme d’écriture hybride, qui est à la fois récit historique et fictionnel, pour son ambition de raconter les événements du passé ainsi que pour ses échos littéraires et ses renvois à d’autres textes. Quelques séances ont été ensuite consacrées à la réflexion de deux historiens « postmodernes ». D’un côté, Keith Jenkins, qui, au long des années, a radicalisé sa critique de la conception moderne de l’histoire, jusqu’au point de souhaiter « la fin de l’histoire » ainsi que « la fin de la conscience historique ». De l’autre, Robert A. Rosenstone, l’un des fondateurs de la revue Rethinking History, née avec le projet de donner voix au tournant postmoderne dans la théorie de l’histoire, qui, en polémique avec Jenkins, cherche à renouveler l’écriture de l’histoire, en s’appuyant sur des techniques propres à la fiction. Le séminaire a en outre bénéficié de deux interventions extérieures : Olivier Abel (Fonds Ricœur) sur la frontière entre fiction et histoire dans la pensée de Paul Ricœur et Luisa Tasca (Freie Universität Bozen), sur Les disparus de Daniel Mendelsohn.

 

Publications
  • Avec Olivier Abel et Thomas Hirsch, « Ce que les artistes font à l’histoire », Passés futurs, 2020, 8,  https://www.politika.io/fr/passes-futurs
  • Avec Federica Bertagna, « Échos du fascisme », Passés futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/numero-revue-pf/echos-du-fascisme
  • « El contexto sin borde según Jacques Derrida », Estudios Sociales. Revista universitaria semestral, 2020, 30/58, p. 119-139.
  •  « Désir de fascisme ? », Passés Futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/notice/desir-fascisme
  • « A Yearning for Fascism ? », Passés Futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/notice/desir-fascisme
  • « In Search of Origins : Making Etruscans into Italics and Italics into Italians », Res, Anthropology and Aesthetics, 2019, 71-72, p. 241-252.

Dernière modification : 21 juillet 2020 14:28

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Culture Écriture Fiction Histoire Historiographie Littérature
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Sabina Loriga [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

La notion de « postmoderne » est complexe et instable. Elle peut évoquer une période historique, une réalité économique, mais aussi une approche, une idéologie, ou encore un style. Le séminaire abordera les manières de conceptualiser le temps et l’histoire – sa fonction sociale ainsi que ses possibilités heuristiques – dans le débat sur la « condition postmoderne ».

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Littératures – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, contrôle continu, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Par courriel

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 11:00-13:00
    du 4 novembre 2020 au 24 février 2021

Nous avons continué notre réflexion sur la question du postmoderne et de ses effets sur la conscience historique et l’écriture de l’histoire. Le point de départ a été l’article de Hayden White, « The Burden of History » (1966), reprochant à l’historiographie contemporaine d’être la gardienne d’une vision dépassée de la science et de l’art. Les textes de Marjorie Garber et Rebecca L. Walkowitz (Secret Agents : the Rosenberg case, McCarthyism and fifties America, New-York-Londres, Routledge 1995), de Timothy Melley (The Covert Sphere : Secrecy, Fiction, and the National Security State, Londres-Ithaca, NY, Cornell University Press, 2012) ainsi que celui de Jean-Baptiste Thoret (26 secondes, l’Amérique éclaboussée : l’assassinat de JFK et le cinéma américain, Pertuis, Rouge profond, 2003), nous ont permis de contextualiser le texte de Hayden White et d’interroger le lien entre la perte de confiance dans la vérité historique et une série d’événements historiques, tels que l’affaire Rosenberg et l’assassinat de J.F. Kennedy. Nous avons ensuite approfondi la question à travers la lecture de trois textes concernant la Guerre du Viêtnam. D’une part, Putain de mort de Michael Herr (1977), qui, en tant que correspondant du magazine américain Esquire, a passé un an sur les lieux du conflit entre novembre 1967 et octobre 1968, cherchant à restituer l’expérience intime de « cette terrible première guerre post-moderne », qui ne saurait se raconter selon aucun des modèles littéraires traditionnels. De l’autre, Les choses qu’ils emportaient (1990) et Au lac des bois (1994) de Tim O’Brien, qui, en plus de montrer que le réel se présente sous la forme du traumatisme, donc de ce qu’il y a en lui d’inassimilable, soulignent l’impossibilité d’établir une vérité historique. Les œuvres de Herr et de O’Brien témoignent d’une crise profonde de la conception réaliste, fondée sur les catégories d’exactitude et de vérité, qui ensuite a été analysée par de nombreuses études littéraires. Dans cette perspective, nous avons abordé la réflexion de Linda Hutcheon, qui, dans A Poetic of Postmodernism : History, Theory, Fiction (1988), a forgé le terme de « métafiction historiographique » pour qualifier une forme d’écriture hybride, qui est à la fois récit historique et fictionnel, pour son ambition de raconter les événements du passé ainsi que pour ses échos littéraires et ses renvois à d’autres textes. Quelques séances ont été ensuite consacrées à la réflexion de deux historiens « postmodernes ». D’un côté, Keith Jenkins, qui, au long des années, a radicalisé sa critique de la conception moderne de l’histoire, jusqu’au point de souhaiter « la fin de l’histoire » ainsi que « la fin de la conscience historique ». De l’autre, Robert A. Rosenstone, l’un des fondateurs de la revue Rethinking History, née avec le projet de donner voix au tournant postmoderne dans la théorie de l’histoire, qui, en polémique avec Jenkins, cherche à renouveler l’écriture de l’histoire, en s’appuyant sur des techniques propres à la fiction. Le séminaire a en outre bénéficié de deux interventions extérieures : Olivier Abel (Fonds Ricœur) sur la frontière entre fiction et histoire dans la pensée de Paul Ricœur et Luisa Tasca (Freie Universität Bozen), sur Les disparus de Daniel Mendelsohn.

 

Publications
  • Avec Olivier Abel et Thomas Hirsch, « Ce que les artistes font à l’histoire », Passés futurs, 2020, 8,  https://www.politika.io/fr/passes-futurs
  • Avec Federica Bertagna, « Échos du fascisme », Passés futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/numero-revue-pf/echos-du-fascisme
  • « El contexto sin borde según Jacques Derrida », Estudios Sociales. Revista universitaria semestral, 2020, 30/58, p. 119-139.
  •  « Désir de fascisme ? », Passés Futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/notice/desir-fascisme
  • « A Yearning for Fascism ? », Passés Futurs, 2020, 7, https://www.politika.io/fr/notice/desir-fascisme
  • « In Search of Origins : Making Etruscans into Italics and Italics into Italians », Res, Anthropology and Aesthetics, 2019, 71-72, p. 241-252.