Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE116 - Obligation politique et désobéissance civile


Lieu et planning


  • Enseignement à distance/webinaire
    webinaire
    https://listsem.ehess.fr/
    annuel / hebdomadaire, jeudi 16:00-18:00
    du 11 mars 2021 au 10 juin 2021


Description


Dernière modification : 7 avril 2021 17:09

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Citoyenneté Démocratie Philosophie politique Sociologie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Philippe Urfalino [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

La désobéissance civile a rencontré depuis une décennie un regain d’intérêt aussi bien dans le domaine de la réflexion théorique que dans celui des pratiques de contestation. Elle est notamment devenue un mode d’action privilégié par certains mouvements écologiques. On présente souvent l’histoire de la désobéissance civile par le moyen d’une galerie de portraits de ses principaux théoriciens et praticiens tendant à en faire le développement continu d’une même idée. Le séminaire visera, à l’opposé, à faire ressortir les différences et les transformations de la conception de la désobéissance civile depuis plus d’un siècle. On étudiera notamment les textes de Henry David Thoreau, Martin Luther King, Hugo Bedau, Hannah Arendt, John Rawls et Judith Shklar.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie sociale et politique – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire visait à rendre compte de la transformation des usages de la notion de désobéissance civile, lors des quarante dernières années, tant en philosophie politique que dans les pratiques protestataires où elle est parfois devenue un mode d’action privilégié, notamment par certains mouvements écologiques. Cette transformation est souvent estompée par la tendance à faire l’histoire de la désobéissance civile par le moyen d’une galerie de portraits de ses principaux théoriciens et praticiens soutenant l’idée du développement continu des mêmes principes. Le but du séminaire était de tester l’hypothèse d’une explication de cette transformation par l’évolution des conceptions de l’obligation politique. Les séances ont été organisées comme un atelier de lecture, où à chaque fois un texte était analysé collectivement.

Dans une première partie, nous avons étudié les textes de références les plus connus, ceux de Henry David Thoreau (« Résistance au gouvernement civil »), de Martin Luther King (« Lettre de la prison de Birmingham »), de John Rawls (Théorie de la justice, sections 55 à 59), d’Hannah Arendt (« La désobéissance civile ») et de Jürgen Habermas (« Le droit et la force. Un traumatisme allemand »). Après l’examen des réflexions de Michael Walzer et de Judith Shklar sur la désobéissance conçue comme un conflit de loyautés ou comme une tension entre deux types d’obligation politique, la deuxième partie a examiné des textes dont la série visait à faire sentir l’évolution des conceptions de l’obligation politique. Il s’agissait des textes suivants : John Locke, « De la tyrannie » et « De la dissolution du gouvernement », extraits du Deuxième Traité du gouvernement ; David Hume, « Du contrat originel » ; Emmanuel Kant, « Réponse à la question : “Qu’est-ce que les Lumières ?” » ; Michel Foucault, « Qu’est-ce que la critique ? Critique et Aufklärung ».

Publications

  

Dernière modification : 7 avril 2021 17:09

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Citoyenneté Démocratie Philosophie politique Sociologie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Philippe Urfalino [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

La désobéissance civile a rencontré depuis une décennie un regain d’intérêt aussi bien dans le domaine de la réflexion théorique que dans celui des pratiques de contestation. Elle est notamment devenue un mode d’action privilégié par certains mouvements écologiques. On présente souvent l’histoire de la désobéissance civile par le moyen d’une galerie de portraits de ses principaux théoriciens et praticiens tendant à en faire le développement continu d’une même idée. Le séminaire visera, à l’opposé, à faire ressortir les différences et les transformations de la conception de la désobéissance civile depuis plus d’un siècle. On étudiera notamment les textes de Henry David Thoreau, Martin Luther King, Hugo Bedau, Hannah Arendt, John Rawls et Judith Shklar.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Philosophie sociale et politique – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • Enseignement à distance/webinaire
    webinaire
    https://listsem.ehess.fr/
    annuel / hebdomadaire, jeudi 16:00-18:00
    du 11 mars 2021 au 10 juin 2021

Le séminaire visait à rendre compte de la transformation des usages de la notion de désobéissance civile, lors des quarante dernières années, tant en philosophie politique que dans les pratiques protestataires où elle est parfois devenue un mode d’action privilégié, notamment par certains mouvements écologiques. Cette transformation est souvent estompée par la tendance à faire l’histoire de la désobéissance civile par le moyen d’une galerie de portraits de ses principaux théoriciens et praticiens soutenant l’idée du développement continu des mêmes principes. Le but du séminaire était de tester l’hypothèse d’une explication de cette transformation par l’évolution des conceptions de l’obligation politique. Les séances ont été organisées comme un atelier de lecture, où à chaque fois un texte était analysé collectivement.

Dans une première partie, nous avons étudié les textes de références les plus connus, ceux de Henry David Thoreau (« Résistance au gouvernement civil »), de Martin Luther King (« Lettre de la prison de Birmingham »), de John Rawls (Théorie de la justice, sections 55 à 59), d’Hannah Arendt (« La désobéissance civile ») et de Jürgen Habermas (« Le droit et la force. Un traumatisme allemand »). Après l’examen des réflexions de Michael Walzer et de Judith Shklar sur la désobéissance conçue comme un conflit de loyautés ou comme une tension entre deux types d’obligation politique, la deuxième partie a examiné des textes dont la série visait à faire sentir l’évolution des conceptions de l’obligation politique. Il s’agissait des textes suivants : John Locke, « De la tyrannie » et « De la dissolution du gouvernement », extraits du Deuxième Traité du gouvernement ; David Hume, « Du contrat originel » ; Emmanuel Kant, « Réponse à la question : “Qu’est-ce que les Lumières ?” » ; Michel Foucault, « Qu’est-ce que la critique ? Critique et Aufklärung ».

Publications