UE1011 - Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen-Orient, XIXe-XXIe siècle. L’art abstrait, Paris et les artistes du Moyen-Orient et du Maghreb

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
https://arvimm.hypotheses.org/category/seminaire-construction-des-savoirs-et-enjeux-symboliques-dans-les-arts-visuels-des-pays-de-lislam-mediterraneen-xixe-xxie-siecle 
Langues
français
Mots-clés
Arts Culture visuelle Enquêtes Esthétique Histoire culturelle Islam Migration(s)
Aires culturelles
Arabe (monde) Iranien (monde) Maghreb Musulmans (mondes) Transméditerranée Turc (domaine)

Paris reste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un centre qui attire des artistes originaires du Moyen-Orient et du Maghreb. S’y développe un art abstrait qui, par certains aspects, peut faire écho à des traditions vivantes qui leur sont familières, notamment autour du Salon des Réalités Nouvelles, créé en 1946. Or, l’historiographie générale de l’abstraction gestuelle/lyrique et de l’art informel réserve peu de place à ces artistes et à ces traditions, par comparaison aux arts d’Extrême-Orient, auxquels on fait souvent référence lorsqu’on analyse les œuvres de Georges Mathieu, de Hans Hartung ou de Jean Degottex. C’est le plus souvent à l’échelle de leur « aire culturelle » d’origine, arabe, turque ou iranienne, que les œuvres de ces artistes, dont certains ont été formés à la calligraphie, ont été étudiées, qu’il s’agisse de la Hurufiyya (« lettrisme », en arabe), de la production de l’école turque de Paris ou de l’œuvre de l’Iranien Charles Hossein Zenderoudi. À travers cet objet de recherche, nous poursuivrons donc notre réflexion sur la place des artistes du Moyen-Orient et du Maghreb dans la production artistique européenne au XXe siècle et à l’heure actuelle, ainsi que dans l’historiographie. Le séminaire donnera lieu à une enquête dans les archives des institutions concernées (écoles, académies, salons, revues) et, le cas échéant, à un travail collectif d’écriture autour d’une exposition en lien avec la thématique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

  • Alain Messaoudi [référent·e]   maître de conférences, Université de Nantes /
  • Silvia Naef   professeure ordinaire, Université de Genève, Suisse /
  • Claudia Polledri   contrat postdoctoral /
  • Perin Emel Yavuz   ingénieure de recherche, CNRS /
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 96 bd Raspail
    Salle de réunion de l'IISMM (1er étage)
    96 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), vendredi 15:00-17:00
    du 20 novembre 2020 au 18 juin 2021


Intervenant·e·s


  • Alain Messaoudi [référent·e]   maître de conférences, Université de Nantes /
  • Silvia Naef   professeure ordinaire, Université de Genève, Suisse /
  • Claudia Polledri   contrat postdoctoral /
  • Perin Emel Yavuz   ingénieure de recherche, CNRS /

Planning


  • 96 bd Raspail
    Salle de réunion de l'IISMM (1er étage)
    96 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), vendredi 15:00-17:00
    du 20 novembre 2020 au 18 juin 2021


Description


Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
https://arvimm.hypotheses.org/category/seminaire-construction-des-savoirs-et-enjeux-symboliques-dans-les-arts-visuels-des-pays-de-lislam-mediterraneen-xixe-xxie-siecle 
Langues
français
Mots-clés
Arts Culture visuelle Enquêtes Esthétique Histoire culturelle Islam Migration(s)
Aires culturelles
Arabe (monde) Iranien (monde) Maghreb Musulmans (mondes) Transméditerranée Turc (domaine)

Paris reste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un centre qui attire des artistes originaires du Moyen-Orient et du Maghreb. S’y développe un art abstrait qui, par certains aspects, peut faire écho à des traditions vivantes qui leur sont familières, notamment autour du Salon des Réalités Nouvelles, créé en 1946. Or, l’historiographie générale de l’abstraction gestuelle/lyrique et de l’art informel réserve peu de place à ces artistes et à ces traditions, par comparaison aux arts d’Extrême-Orient, auxquels on fait souvent référence lorsqu’on analyse les œuvres de Georges Mathieu, de Hans Hartung ou de Jean Degottex. C’est le plus souvent à l’échelle de leur « aire culturelle » d’origine, arabe, turque ou iranienne, que les œuvres de ces artistes, dont certains ont été formés à la calligraphie, ont été étudiées, qu’il s’agisse de la Hurufiyya (« lettrisme », en arabe), de la production de l’école turque de Paris ou de l’œuvre de l’Iranien Charles Hossein Zenderoudi. À travers cet objet de recherche, nous poursuivrons donc notre réflexion sur la place des artistes du Moyen-Orient et du Maghreb dans la production artistique européenne au XXe siècle et à l’heure actuelle, ainsi que dans l’historiographie. Le séminaire donnera lieu à une enquête dans les archives des institutions concernées (écoles, académies, salons, revues) et, le cas échéant, à un travail collectif d’écriture autour d’une exposition en lien avec la thématique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-