Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE794 - Eaux, conflits et territoires : ancrages empiriques et cadrages théoriques


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 14 mai 2024 08:23

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Sociologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Romain Cazaux [référent·e]   doctorant, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Depuis environ deux décennies, les études sur l’eau en sciences humaines et sociales sont marquées par un renouvellement qui place l’espace et le territoire au cœur d’études empiriques. C’est en particulier depuis la political ecology et la radical geography que des propositions théoriques ont pris une orientation géographique, comme l’attestent les travaux d’Erik Swyngedouw sur l’histoire de l’eau en Espagne, qui forge le concept de waterscape pour étudier les interrelations dynamiques entre eau, pouvoir et sociétés, et ses travaux plus récents qui, avec Rutgerd Boelens, mobilisent la catégorie de territoire hydrosocial pour décrire la conflictualité qui émerge lorsque des régimes hydrosociaux distincts se confrontent dans un même espace.

Cet atelier doctoral propose de dresser un panorama des approches mobilisées pour étudier la dimension spatial et territoriale de conflits liés à l’eau, avec une focale que nous aimerions ethnographique. En proposant à des doctorant·es, des jeunes chercheur·ses et des chercheur·ses confirmé·es de présenter leurs travaux de recherche, nous souhaitons au fil des séances saisir les apports et les limites de l’écologie politique (political ecology) pour saisir les évolutions du nexus eau-espace-société, explorer des croisements possibles avec d’autres littératures (sociologie des sciences et des techniques, histoire environnementale, anthropologie de la nature, écologie humaine, philosophie pragmatiste…) et esquisser des pistes d’analyse fécondes pour décrire ce que l'eau fait aux territoires, lorsque sa gestion et les modalités de son partage deviennent problématiques...

L’atelier sera constitué de six séances mensuelles de trois heures, se déroulant de janvier à juin. Des précisions sur le contenu des séances sont à venir.

Samuel Eymard (doctorant, Université Paris Nanterre) participe à l'organisation de l'atelier.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 14 mai 2024 08:23

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Sociologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Romain Cazaux [référent·e]   doctorant, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Depuis environ deux décennies, les études sur l’eau en sciences humaines et sociales sont marquées par un renouvellement qui place l’espace et le territoire au cœur d’études empiriques. C’est en particulier depuis la political ecology et la radical geography que des propositions théoriques ont pris une orientation géographique, comme l’attestent les travaux d’Erik Swyngedouw sur l’histoire de l’eau en Espagne, qui forge le concept de waterscape pour étudier les interrelations dynamiques entre eau, pouvoir et sociétés, et ses travaux plus récents qui, avec Rutgerd Boelens, mobilisent la catégorie de territoire hydrosocial pour décrire la conflictualité qui émerge lorsque des régimes hydrosociaux distincts se confrontent dans un même espace.

Cet atelier doctoral propose de dresser un panorama des approches mobilisées pour étudier la dimension spatial et territoriale de conflits liés à l’eau, avec une focale que nous aimerions ethnographique. En proposant à des doctorant·es, des jeunes chercheur·ses et des chercheur·ses confirmé·es de présenter leurs travaux de recherche, nous souhaitons au fil des séances saisir les apports et les limites de l’écologie politique (political ecology) pour saisir les évolutions du nexus eau-espace-société, explorer des croisements possibles avec d’autres littératures (sociologie des sciences et des techniques, histoire environnementale, anthropologie de la nature, écologie humaine, philosophie pragmatiste…) et esquisser des pistes d’analyse fécondes pour décrire ce que l'eau fait aux territoires, lorsque sa gestion et les modalités de son partage deviennent problématiques...

L’atelier sera constitué de six séances mensuelles de trois heures, se déroulant de janvier à juin. Des précisions sur le contenu des séances sont à venir.

Samuel Eymard (doctorant, Université Paris Nanterre) participe à l'organisation de l'atelier.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.