Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE552 - Inceste et violences sexuelles à enfants. Entre objet de recherche et expériences professionnelles


Lieu et planning


  • Horaires et lieu fixés ultérieurement


Description


Dernière modification : 2 juin 2022 13:33

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Corps Droit, normes et société Enfance Ethnographie Famille Histoire Justice Morale Sexualité Sociologie Violence
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Léonore Le Caisne [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
  • Julie Doyon   professeure agrégée, Université Sorbonne Paris Nord

Ce séminaire pluridisciplinaire (histoire, sociologie et anthropologie), organisé sur deux années (2021-2023) dans le cadre de l’ANR DERVI (Dire, entendre et restituer les violences incestueuses), se concentre sur l’inceste, à travers les significations variables qu’il revêt suivant les contextes les lieux et les périodes. Si le terme a aujourd’hui le sens des relations sexuelles imposées à un enfant dans le cadre familial tel n’a pas toujours été le cas. Le séminaire interroge la construction de l’inceste comme forme de violence sexuelle dans la longue durée. Il interroge aussi une autre temporalité, celle du moment qui préside à son dévoilement et à sa prise en charge en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits,« affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables.

Les approches de chercheurs (historiens, sociologues, juristes, etc.) et de praticiens (magistrats, avocats, journalistes, travailleurs sociaux, psychologues, experts) sont mobilisées afin de nouer le dialogue entre recherche et pratique professionnelle de ceux qui sont confrontés à ces violences dans l’exercice de leur métier. Comment rend-on compte des violences incestueuses dans l’espace public lorsqu’on est chercheur en sciences humaines et sociales, journaliste…? De quelles manières les appréhende-t-on sur les terrains de la justice ou du travail social ? Quelles approches sont mises en œuvre pour les dire, les entendre, les identifier, les signaler, les analyser, les prendre en charge, voire les réprimer ?

À travers les échanges entre praticiens et chercheurs, ce séminaire propose de contextualiser, d’historiciser, mais aussi de comparer les approches de l’inceste, resitué dans le champ plus large des violences sexuelles à enfants, suivant des jeux de normes, en divers espaces et époques. En décentrant le regard de chacun sur cet objet, il ouvre l’espace à une nouvelle connaissance de l’inceste, voire des violences sexuelles. Enfin, ce séminaire offre aux étudiants qui travaillent sur les questions de justice et de sexualité des éléments empiriques de compréhension du contexte judiciaire et social pour leurs terrains d’enquêtes.

En nous appuyant sur les acquis du séminaire de l’année passée (2021-2022), le séminaire 2022-2023 se focalisera plus particulièrement sur les interactions entre les violences sexuelles comme objet à repérer (en archives, sur le terrain) ou comme réalité à « signaler », voire à « traiter » dans l’exercice de son métier, et qui conditionnent les formes même de l’investigation (historique, sociologique, judiciaire, policière, en milieu scolaire, par les travailleurs sociaux…).

Comme l’année dernière, nous recevrons à chaque séance un chercheur ou un praticien.

Séance 1 : jeudi 20 octobre : Historien : Violences sexuelles objet d’histoire

Séance 2 : jeudi 24 novembre : Médecin légiste : Les traces des violences sexuelles.

Séance 3 : jeudi 15 décembre : Sociologue : Comment enquêter sur les violences sexuelles ?

Séance 4 : jeudi 19 janvier : Pédiatre : La détection des violences sexuelles à l’hôpital.

Séance 5 : jeudi 9 février : Doctorant sociologie : Enquêter auprès de garçons victimes d’inceste

Séance 6 : jeudi 16 mars : Commissaire de police : enquêter sur les situations d’inceste. (Avec une sociologue spécialiste de la police)

Séance 7 : jeudi 13 avril : Sociologue : Les signalements en milieu scolaire.

Séance 8: jeudi 25 mai : Sociologue : La commission indépendante sur les abus sexuels dans l’église.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 2 juin 2022 13:33

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Corps Droit, normes et société Enfance Ethnographie Famille Histoire Justice Morale Sexualité Sociologie Violence
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Léonore Le Caisne [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)
  • Julie Doyon   professeure agrégée, Université Sorbonne Paris Nord

Ce séminaire pluridisciplinaire (histoire, sociologie et anthropologie), organisé sur deux années (2021-2023) dans le cadre de l’ANR DERVI (Dire, entendre et restituer les violences incestueuses), se concentre sur l’inceste, à travers les significations variables qu’il revêt suivant les contextes les lieux et les périodes. Si le terme a aujourd’hui le sens des relations sexuelles imposées à un enfant dans le cadre familial tel n’a pas toujours été le cas. Le séminaire interroge la construction de l’inceste comme forme de violence sexuelle dans la longue durée. Il interroge aussi une autre temporalité, celle du moment qui préside à son dévoilement et à sa prise en charge en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits,« affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables.

Les approches de chercheurs (historiens, sociologues, juristes, etc.) et de praticiens (magistrats, avocats, journalistes, travailleurs sociaux, psychologues, experts) sont mobilisées afin de nouer le dialogue entre recherche et pratique professionnelle de ceux qui sont confrontés à ces violences dans l’exercice de leur métier. Comment rend-on compte des violences incestueuses dans l’espace public lorsqu’on est chercheur en sciences humaines et sociales, journaliste…? De quelles manières les appréhende-t-on sur les terrains de la justice ou du travail social ? Quelles approches sont mises en œuvre pour les dire, les entendre, les identifier, les signaler, les analyser, les prendre en charge, voire les réprimer ?

À travers les échanges entre praticiens et chercheurs, ce séminaire propose de contextualiser, d’historiciser, mais aussi de comparer les approches de l’inceste, resitué dans le champ plus large des violences sexuelles à enfants, suivant des jeux de normes, en divers espaces et époques. En décentrant le regard de chacun sur cet objet, il ouvre l’espace à une nouvelle connaissance de l’inceste, voire des violences sexuelles. Enfin, ce séminaire offre aux étudiants qui travaillent sur les questions de justice et de sexualité des éléments empiriques de compréhension du contexte judiciaire et social pour leurs terrains d’enquêtes.

En nous appuyant sur les acquis du séminaire de l’année passée (2021-2022), le séminaire 2022-2023 se focalisera plus particulièrement sur les interactions entre les violences sexuelles comme objet à repérer (en archives, sur le terrain) ou comme réalité à « signaler », voire à « traiter » dans l’exercice de son métier, et qui conditionnent les formes même de l’investigation (historique, sociologique, judiciaire, policière, en milieu scolaire, par les travailleurs sociaux…).

Comme l’année dernière, nous recevrons à chaque séance un chercheur ou un praticien.

Séance 1 : jeudi 20 octobre : Historien : Violences sexuelles objet d’histoire

Séance 2 : jeudi 24 novembre : Médecin légiste : Les traces des violences sexuelles.

Séance 3 : jeudi 15 décembre : Sociologue : Comment enquêter sur les violences sexuelles ?

Séance 4 : jeudi 19 janvier : Pédiatre : La détection des violences sexuelles à l’hôpital.

Séance 5 : jeudi 9 février : Doctorant sociologie : Enquêter auprès de garçons victimes d’inceste

Séance 6 : jeudi 16 mars : Commissaire de police : enquêter sur les situations d’inceste. (Avec une sociologue spécialiste de la police)

Séance 7 : jeudi 13 avril : Sociologue : Les signalements en milieu scolaire.

Séance 8: jeudi 25 mai : Sociologue : La commission indépendante sur les abus sexuels dans l’église.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Horaires et lieu fixés ultérieurement